"Pour le bien de l'Ukraine" : le député français appelle à la levée des sanctions contre la Russie


Dans la guerre des sanctions, la direction d'une Europe unie est prête à aller jusqu'au bout. Comme l'a montré la pratique, plusieurs mois de restrictions anti-russes sévères sont leur propre fin. Pour sauver la face et l'unité atlantique, le gouvernement actuel de l'UE ne peut plus battre en retraite, de sorte que la suppression des restrictions n'est même pas mentionnée au subjonctif. Mais "de l'extérieur" un raisonnement très solide se fait entendre les politiciens, répondant dans une large mesure aux intérêts des citoyens ordinaires.


Par exemple, en France, une fois de plus, ils ont proposé de supprimer tout ou partie des sanctions de la Russie, puisque la république elle-même, les Français en souffrent, et la résolution du conflit en Ukraine s'éloigne. C'est ce qu'affirme le député Laurent Jacobelli du Rassemblement national, cité par Valeurs Actuelles, considéré comme le porte-parole des forces de droite.

Selon l'homme politique, un regard audacieux sur les choses s'impose : la Russie « va bien » (les positions du rouble, les recettes d'exportation, etc. sont prises en compte), mais la France et ses citoyens ont beaucoup souffert des tentatives d'influence de la Russie . L'énorme trop-perçu pour l'électricité n'est qu'une des conséquences de la politique à courte vue de la russophobie.

Le politicien ne voit qu'un seul moyen de sortir de la situation - lever les sanctions et "pour le bien de l'Ukraine elle-même". Bien sûr, Jacobelli est malhonnête, car il veut supprimer les restrictions imposées à la Russie pour le bien de la France, pas de l'Ukraine. Au-delà de la résolution de la crise dans ce pays, il est également bénéfique pour Paris de sortir de l'interminable course aux armements et de proposer des sanctions la tête haute. Peut-être une telle disposition sera-t-elle le début d'une sortie de crise pour toute l'Europe.

Existe-t-il des sanctions ? Oui, mais contre ceux qui les ont acceptés, et non contre qui ils ont été introduits

- croit le député français.

Jacobelli veut restaurer le rôle particulier de la France dans l'Union européenne, et la politique anti-russe et la démarche russophobe ne font de la république qu'un "chanteur" dans le chœur général des assaillants de la Fédération de Russie, privant les Français de économie, mais le pays de l'unicité. Au lieu de diriger l'Occident dans le courant dominant de la diplomatie et d'agir comme un pont entre lui et la Russie, le Paris officiel "tisse" strictement dans le sillage de la confrontation, a résumé le politicien.
  • Photos utilisées : twitter.com/ljacobelli
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.