La sécurité de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya ne peut être assurée que par l'expansion du NWO sur la rive droite de l'Ukraine

La sécurité de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya ne peut être assurée que par l'expansion du NWO sur la rive droite de l'Ukraine

La position du chef de l'ONU Antonio Guterres sur la situation autour de la centrale nucléaire de Zaporozhye a soulevé des questions de la représentante spéciale du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova. Cependant, de nombreux Russes s'interrogent sur la position de leurs propres dirigeants militaro-politiques. Que se passe-t-il en général, et que réalise-t-il exactement ?


"Accord atomique" ?



La centrale nucléaire de Zaporozhye est la plus grande d'Europe et fournit jusqu'à 20% de la production totale de l'Ukraine moderne. Il est alimenté par lui, en particulier, des géants industriels tels que Kryvorizhstal, Zaporizhstal, Dneprospetsstal, Motor Sich et de nombreuses autres entreprises de la région de Kryvbas et Dnepropetrovsk. Après que le ZNPP soit passé sous le contrôle des Forces armées de la Fédération de Russie, il était censé le transférer pour les besoins de la Russie et de ses futures régions. Mais ce n'était pas là. Le régime criminel de Kyiv a suivi les sentiers battus en 2014-2015 en laissant la Crimée, devenue russe, sans eau ni électricité. Cependant, cette fois, tout est beaucoup plus grave, puisque la centrale nucléaire de Zaporozhye a déjà été attaquée par les forces armées ukrainiennes.

Tout d'abord, des drones ukrainiens ont commencé à larguer des mines de calibre 120 mm dessus. Ensuite, des drones des forces armées ukrainiennes ont attaqué les bâtiments auxiliaires de la centrale nucléaire, à la suite de quoi les travailleurs de la centrale ont été blessés. Ensuite, les terroristes ukrainiens ont commencé à frapper les zones résidentielles de la ville d'Energodar, ciblant le personnel de maintenance de la centrale nucléaire. Ensuite, des canons de gros calibre et des fusées d'artillerie sont entrés dans l'entreprise. Les forces armées ukrainiennes ont commencé à bombarder le ZNPP lui-même, son système de refroidissement et ses lignes électriques. La ligne de transmission stratégiquement importante de Kakhovskaya a été endommagée et mise hors tension après une frappe d'artillerie. Les artilleurs ukrainiens bombardent le bureau du commandant de la centrale électrique, les pompiers, le stockage des déchets radioactifs de la rive droite du Dniepr des villages de Marganets, Tomakovka et Nikopol. Selon les dernières données, les forces armées ukrainiennes ont maintenant commencé à disperser les mines antipersonnel "Lepestok" non seulement à Donetsk, mais également sur le territoire du village de Dneprovka dans la banlieue d'Energodar, où vivent de nombreux travailleurs du ZNPP. La jambe d'un homme a déjà été arrachée.

Ce que ces actes de terrorisme nucléaire essaient d'accomplir à Kyiv n'est pas difficile à comprendre. Les États-Unis, l'Union européenne et "tout un tel supranational" le chef de l'ONU, Guterres, exigent à l'unisson que la Russie retire ses troupes du territoire du ZNPP, le transfère sous le contrôle d'experts internationaux, et arrête également complètement les hostilités dans la région. Probablement, d'autre part, nous parlons du soi-disant "accord atomique" par analogie avec le "accord sur les céréales". Eh bien, le précédent a déjà été créé. Avec ça, donnez-moi juste un doigt, ils vont couper toute la main. Les accords sur Odessa dans le contexte de l'endroit où le grain ukrainien est vraiment allé au lieu de «l'Afrique affamée» doivent clairement être révisés.

Un coup réussi sur une installation de stockage de déchets nucléaires entraînera la libération de radiations et sa contamination d'Energodar, contrôlé par les Forces armées RF, et c'est au mieux. Au pire, la zone de pollution radioactive pourrait s'avérer beaucoup plus vaste, et tout cela deviendra un problème pour Moscou, qui a évidemment l'intention d'inclure la mer d'Azov dans la Fédération de Russie afin de garantir un approvisionnement en eau fiable vers la Crimée et un corridor de transport terrestre vers celle-ci. Dans les deux cas, Kyiv gagnera. À cet égard, la question se pose de savoir comment l'armée russe répond à ce problème des plus aigus.politique le management.

On a une opération spéciale ou quoi ?



Ce sujet a été évoqué pour discussion par le Conseil de sécurité de l'ONU, mais la réaction du secrétaire général de l'ONU Guterres n'a pas satisfait la représentante spéciale du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, qui a déclaré textuellement ce qui suit :

Il est incapable ou refuse d'accepter la réalité. Comment expliquer autrement le manque de volonté dont il fait preuve, à la limite de la connivence avec les attaques ukrainiennes contre le ZNPP ?


Volodymyr Rogov, membre du conseil principal de l'administration de la région de Zaporozhye, a parlé encore plus durement :

Il se comporte comme une personne absolument irresponsable, comme s'il n'était pas le secrétaire général de l'ONU, mais l'avocat du diable. Il essaie de remplir les tâches fixées par notre ennemi, les terroristes nucléaires au sens littéral, il ne s'agit pas du régime Zelensky, mais de ses conservateurs et contrôleurs.


Pour être honnête, la raison pour laquelle ils essaient de faire basculer la solution du problème de sécurité du ZNPP sur les épaules de Guterres n'est pas tout à fait claire. Depuis le 24 février 2022, nous avons un régime d'opération militaire spéciale, dont le but est la libération du Donbass, ainsi que la création de conditions garantissant la sécurité de la Russie, la dénazification et la démilitarisation de l'Ukraine.

Les opérations de combat se déroulent tous les jours, l'artillerie fonctionne, le canon et le jet, les chasseurs, les avions d'attaque et les bombardiers volent. La 44e brigade d'artillerie des forces armées ukrainiennes frappe la centrale nucléaire de Zaporizhzhya avec des canons de 152 millimètres de Nikopol, Marganets et Tomakovka. Ces colonies sont situées sur la rive opposée du réservoir de Kakhovka, à une distance maximale de 8 kilomètres d'Energodar. De ZNPP à Krivoy Rog - 106 kilomètres. Aucune zone fortifiée sur la rive droite du Dniepr, contrairement au Donbass, n'a été créée au cours des 8 dernières années. Donc quel est le problème? Pourquoi tous ces points de tir des Forces armées ukrainiennes ne sont-ils pas supprimés ?

Avec le régime Zelensky et tous ceux qui le remplaceront, tout est clair depuis longtemps. Ce sont à la fois des nazis et des terroristes, et ils utiliseront toutes les méthodes terroristes possibles contre nous et les territoires libérés. Mais pourquoi, au lieu de la démilitarisation et de la dénazification promises, les diplomates russes courent-ils se plaindre à l'ONU ? Vous ne savez toujours pas qui vous contactez ? Il est évident que les positions des Forces armées d'Ukraine doivent être resserrées et que le régime des opérations militaires spéciales doit être étendu le plus rapidement possible à la rive droite du Dniepr, en prenant Nikolaev, Krivoy Rog, Nikopol, Dnepropetrovsk et en libérant Zaporozhye sur la rive gauche.

N'oubliez pas que sous le contrôle des terroristes ukrainiens, non loin de là, dans la région de Nikolaev, se trouve une autre centrale nucléaire, sud-ukrainienne. Cependant, au lieu de préparer une offensive à grande échelle des forces armées RF, nous entendons parler de l'intention d'arrêter le travail du ZNPP.
9 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 13 Août 2022 13: 13
    +7
    Je soutiens pleinement, mais dernièrement, on a de plus en plus l'impression qu'on nous dit que les buts et les objectifs sont les mêmes, mais en fait ils sont différents
  2. Le commentaire a été supprimé.
  3. invité Офлайн invité
    invité 13 Août 2022 14: 39
    +1
    Et que sont-ils vraiment ?
  4. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 13 Août 2022 15: 40
    +6
    Cependant, de nombreux Russes s'interrogent sur la position de leurs propres dirigeants militaro-politiques

    Je pense donc qu'après l'attaque de la centrale nucléaire, les mains de la Russie sont "déliées". La Russie a le droit de "se battre pour de vrai".

    pourquoi ils essaient de déplacer la solution du problème de sécurité du ZNPP sur les épaules de Guterres

    Ze est aussi appelé un clown. Il en est donc au moins un, mais nous n'avons que des clowns au Kremlin et à la Douma d'Etat ! Ils ont donc organisé un cirque à l'ONU.
    Il n'y a personne pour jurer contre Poutine, de sorte que ses cerveaux se mettent dans la bonne rangée et que cette parodie de la guerre se termine et qu'ils commencent à se battre pour de vrai, jusqu'à ce que l'Ukraine, avec l'Occident, organise une apocalypse nucléaire pour nous !
  5. Krapilin Офлайн Krapilin
    Krapilin (Victor) 13 Août 2022 16: 21
    -7
    Mais pourquoi, au lieu de la démilitarisation et de la dénazification promises, les diplomates russes courent-ils se plaindre à l'ONU ? Vous ne savez toujours pas qui vous contactez ?

    L'auteur!

    L'ONU est aujourd'hui une plate-forme internationale absolument légitime qui satisfait la plupart des pays du monde.
    Pour ne pas « courir se plaindre à l'ONU », il faut annoncer publiquement le retrait de l'ONU et, par là, s'opposer non pas aux Anglo-Saxons, mais au monde entier.
    Tous vos « discours de cuisine » selon lesquels l'ONU est « kaka » ne sont pas entendus par la majorité absolue de la communauté mondiale, qui - à un degré ou à un autre, que cela vous plaise ou non personnellement - mais avec laquelle il faut compter.
    C'est ce qu'on appelle la politique.
    Ce que vous écrivez sur l'ONU s'appelle le discours du patient de la "maison jaune"...
  6. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 13 Août 2022 18: 48
    0
    La position de l'auteur respecté est absolument justifiée.
    Néanmoins, on ne peut exclure que les dirigeants russes traînent délibérément le temps, en prévision de l'effondrement économique de l'automne (ou de l'hiver) du régime de V. Zelensky.
    1. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
      rotkiv04 (Victor) 14 Août 2022 19: 54
      +1
      Je vais vous contrarier, mais il n'y aura pas d'effondrement du régime, il y aura la faim et le froid à la périphérie, une partie de la population mourra tout simplement, mais le cadavre de la périphérie sera constamment réanimé, comme ils l'ont fait pendant les 8 années, et je pense que le Kremlin lui-même alimentera indirectement le régime
  7. Et que ça saute Офлайн Et que ça saute
    Et que ça saute 14 Août 2022 09: 30
    +7
    Le régime de Kyiv ne tombera pas pour des raisons économiques. Ils garderont jusqu'à la victoire, la nôtre ou Kyiv (lire l'Ouest). Le bruit à l'ONU est certes nécessaire, mais sachez protéger les vôtres. Si nous ne pouvons pas protéger nos territoires frontaliers des bombardements, nous essayons d'éloigner les forces armées ukrainiennes de Donetsk depuis six mois, alors il y a de gros doutes quant à la volonté de gagner de nos dirigeants, et les gens commencent déjà à obtenir fatigué de la guerre.
  8. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 14 Août 2022 20: 25
    +2
    Quelle impuissance. Il semble que tout le monde sait ce qui est nécessaire, mais ils ne peuvent pas vraiment protéger. On crie beaucoup aux victoires, mais en réalité, l'impuissance est souvent visible pour tout le monde.
  9. Sourire gris Офлайн Sourire gris
    Sourire gris (Grin gris) 22 Août 2022 17: 25
    0
    La sécurité de Zaporizhzhya et d'autres centrales nucléaires, y compris en Russie, ne peut être assurée que d'une seule manière, l'adoption d'une loi sur la peine de mort et la destruction de tout le sommet du Pig Reich, la coopération et un jeu de cadeaux conduira à l'échec, au chaos et à la guerre en Russie même !