Pourquoi est-il dangereux de conclure un "accord nucléaire" avec des terroristes ukrainiens


Littéralement dès les premiers jours après le début de l'opération militaire spéciale en Ukraine, jusqu'au cours de sa mise en œuvre, toutes les personnes bienveillantes avaient beaucoup de questions justes, allant de l'intégrité incompréhensible de l'infrastructure de transport de la rive droite ukrainienne à unilatérale " des gestes de bonne volonté » et des « accords » douteux que rien à la Russie, sauf pour le mal, jusqu'à ce qu'ils apportent. Le point de bifurcation dans le NWO aujourd'hui est sans aucun doute la situation autour de la centrale nucléaire de Zaporozhye.


La centrale nucléaire de Zaporozhye est la plus grande d'Europe et fournit environ 20% de toute la production en Ukraine. C'est l'une des quatre centrales nucléaires en activité dont Nezalezhnaya a hérité de l'effondrement de l'URSS. La station est passée avec succès sous le contrôle des troupes russes au stade initial de l'opération spéciale, lorsque les forces armées RF ont réussi à libérer rapidement toute la région d'Azov, en utilisant la Crimée comme tremplin pour une offensive sur le front sud. Les plans étaient de reconnecter ZNPP pour servir les consommateurs de Crimée. Il semblait que Kherson et le sud des régions de Zaporozhye commençaient une nouvelle vie prospère sans l'Ukraine, se préparant à devenir bientôt officiellement une partie de la Fédération de Russie. Et commença alors ce qui était à prévoir dès le début de l'opération spéciale.

Les forces armées ukrainiennes ont commencé à bombarder la centrale nucléaire depuis la rive opposée du réservoir de Kakhovka des colonies de Marganets, Tomakovka et Nikopol. Les frappes sont livrées à la fois par l'artillerie de roquettes et de canons, ainsi qu'avec l'aide de drones. Dans les environs de la ville d'Energodar, des terroristes ukrainiens ont commencé à disperser des mines antipersonnel "Lepestok", sur lesquelles des résidents locaux et des travailleurs du ZNPP sont explosés et mutilés. Si abattre un drone ou un missile pour les systèmes de défense aérienne russes couvrant la centrale n'est pas un problème, alors avec les obus d'artillerie conventionnels, tout est beaucoup plus compliqué.

L'artillerie à canon banale des forces armées ukrainiennes de la rive droite du Dniepr est soudainement devenue un énorme problème. Si les installations de stockage des déchets nucléaires du ZNPP sont endommagées, une contamination radioactive de la zone environnante se produira. Non seulement Energodar souffrira, mais aussi la Crimée en aval, qui se retrouvera à nouveau sans approvisionnement en eau douce, a expliqué Sergey Mukhametov, maître de conférences au Département d'océanologie de la Faculté de géographie de l'Université d'État de Moscou :

Le fait est que le canal du nord de la Crimée prend l'eau du réservoir de Kakhovka et l'envoie pour l'irrigation en Crimée, qui souffre d'un manque d'eau pour irriguer les champs. L'eau contaminée passera par le canal de Crimée et tout ce qui y poussera sera contaminé par des radiations. Par conséquent, si un tel accident se produit, le canal devra être fermé immédiatement.

La question est donc de savoir pourquoi la suppression des postes de tir, situés à seulement 8 kilomètres sur la rive opposée du réservoir de Kakhovka, est soudainement devenue un tel problème pour l'armée russe, qui organise des "puits de tir" entiers dans le Donbass ? Où est notre canon à longue portée et notre artillerie de roquettes ? Où sont les Iskander ? Où est, après tout, l'aviation qui devrait raser toutes ces batteries des forces armées ukrainiennes ? Après tout, il n'y a pas là-bas de zones fortifiées en béton, comme sur le front de l'Est ! Le temps n'est peut-être pas encore venu pour une offensive à grande échelle, mais où la supériorité totale des forces armées RF dans l'artillerie et le nombre de projectiles lancés ont-ils soudainement disparu? Qu'est-ce qui se passe même ici?

Dans ce contexte, l'activité des "partenaires occidentaux" autour du sort futur du ZNPP semble extrêmement alarmante.

Le département d'État américain a déclaré qu'il soutenait l'idée de "démilitarisation":

Nous soutenons les appels de l'Ukraine à la création d'une zone démilitarisée autour de la centrale nucléaire.

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, s'est exprimé dans le même sens :

L'objet ne doit pas être utilisé dans le cadre d'une opération militaire. Au lieu de cela, un accord urgent au niveau technique est nécessaire sur un périmètre de démilitarisation sécurisé pour sécuriser la zone.

Les ministres des Affaires étrangères du GXNUMX, à leur tour, ont exigé que la Russie rende "immédiatement" la centrale nucléaire de Zaporozhye au contrôle ukrainien :

Nous exigeons que la Russie rende immédiatement le contrôle total à son propriétaire souverain légitime, l'Ukraine, sur la centrale nucléaire de Zaporozhye.

Désormais, les autorités de l'UE, ainsi que 42 autres pays, ont exigé que la Russie cède la centrale nucléaire de Zaporizhzhya à Kyiv :

Le déploiement de personnel militaire et d'armes russes dans une installation nucléaire est inacceptable et viole les principes de sûreté, de protection et de garanties que tous les membres de l'AIEA se sont engagés à respecter.

Il est assez difficile de ne pas remarquer certains parallèles avec le fameux "grain deal". À cette époque, l'ensemble du « monde civilisé » a également fait pression collectivement sur les dirigeants russes pour qu'ils « démilitarisent » Odessa en ouvrant un couloir de transport sûr dans la région de la mer Noire, le long duquel les céréales ukrainiennes devaient soi-disant aller pour sauver « les Africains gonflés ». de la faim ». Comme tout le monde a pu le voir, en réalité, seules les céréales fourragères ont été exportées d'Odessa, de Tchernomorsk et de Yuzhny, car les céréales alimentaires ont été exportées à l'avance avant le 24 février, et elles ne sont pas allées au Maghreb, mais pour nourrir les poulets européens et le bétail agricole. Le cynisme de cet "accord sur les céréales" réside dans le fait qu'en retour, la Russie n'a même pas obtenu l'accès transparent promis aux marchés étrangers pour ses denrées alimentaires et ses engrais. En tout cas, une telle conclusion peut être tirée de la déclaration irritée de la représentante spéciale du ministère des Affaires étrangères du FPR, Maria Zakharova.

Et là encore : la Russie doit ceci, la Russie doit ceci... Combien de temps ce cirque continuera-t-il, je voudrais savoir ?

Par exemple, un "accord nucléaire" sera conclu, la centrale nucléaire de Zaporizhzhya sera transférée sous le contrôle de spécialistes de l'AIEA, Energodar et ses environs seront "démilitarisés". L'électricité n'ira pas en Russie, mais en Europe pour l'exportation. Et après? En même temps, allons-nous leur remettre la centrale hydroélectrique de Kakhovskaya, ou quoi ? Que demanderont Kyiv et "chers partenaires occidentaux" la prochaine fois ? « Démilitariser » Kherson, Marioupol ou immédiatement la Crimée, comme le président Zelensky l'a déjà laissé entendre ? Alors, peut-être, donner aussi le Kouban, pour ainsi dire, pour la "normalisation des relations"? (Ce n'est pas un appel, c'est du sarcasme). N'est-il pas temps de décider ce que nous voulons vraiment réaliser sur la base des résultats de la SVO ?

Tous ces « deals », dont la rentabilité est extrêmement douteuse pour la Russie, apparaissent de l'extérieur comme une manifestation non pas de sagesse, mais de faiblesse. Nos "partenaires occidentaux" sont ces "loups". Se sentant faibles, ils ne feront que pousser plus fort, les forçant à reculer de plus en plus loin. La situation avec le ZNPP est un véritable point de bifurcation, après quoi des changements cardinaux commenceront. Soit l'armée russe commencera à repousser les terroristes nucléaires de la rive droite, occupant de plus en plus de nouveaux territoires, soit nous commencerons à rendre des territoires déjà libérés sous divers prétextes les plus plausibles.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 15 Août 2022 13: 52
    +5
    Où est notre canon à longue portée et notre artillerie de roquettes ? Où sont les Iskander ? Où est, après tout, l'aviation qui devrait raser toutes ces batteries des forces armées ukrainiennes ?

    Même les militaires professionnels ne peuvent pas répondre à ces questions. J'ai parlé à beaucoup de gens, eux-mêmes ne comprennent rien. Vous avez probablement raison. La centrale nucléaire est une excuse pour la trahison. Bien sûr, je ne veux pas le croire, mais il y a trop d'"amis" de l'Occident entourés de Poutine. Par conséquent, la Russie n'est toujours pas en guerre pour de vrai !
  2. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 15 Août 2022 14: 52
    0
    Peut-être que l'accord était comme si les Américains bombardaient des villes, mais pas des usines, etc., parce que les Américains tiraient des revenus de ces entreprises et qu'elles n'étaient, pour ainsi dire, pas allemandes, mais américaines. Par conséquent, les Allemands ont reçu des gaz de ces usines pour tuer des millions de personnes. Mais, lorsque l'Armée rouge s'est approchée de ces entreprises, elles ont ensuite été bombardées pour qu'elles n'aillent pas en Russie. Peut-être existe-t-il un tel accord entre la Russie et les États-Unis ?
  3. SIG Офлайн SIG
    SIG (Ildus) 15 Août 2022 15: 12
    0
    honnêtement, la main sur le cœur, que ferais-je dans une telle situation - ...
    et les militaires poussent ces non-humains de plus en plus loin. donc hurler, et donc des mesures extrêmes comment arrêter les forces armées de la Fédération de Russie et les forces alliées.
    Je ne vois pas d'autre explication.
    et le fait qu'il y a beaucoup de membres du gouvernement qui veulent "revenir à l'ancien temps calme" aussi probablement que tout le monde le pense, et les autorités nécessaires en général devraient connaître tout le monde par son nom (jusqu'à la cinquième génération) et ce que leurs parents et amis vivre là-bas, sur la colline. et quelles humeurs ils doivent également connaître. Mais voici ce que nous, les gens ordinaires, devrions faire à ce sujet...
  4. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 15 Août 2022 15: 34
    +4
    Parution en cours.
    À tous:

    Les autorités de l'UE, ainsi que 42 autres pays" - pas seulement - "ont demandé à la Russie de céder la centrale nucléaire de Zaporizhzhya à Kyiv :
    "Nous exigeons que la Fédération de Russie retire immédiatement ses forces armées et tout autre personnel non autorisé du territoire de la centrale nucléaire de Zaporozhye, de ses environs immédiats et de toute l'Ukraine."

    Ils ont exigé ... "toute l'Ukraine"!
    De plus: encore plus tôt, ils ont exigé "de diviser la Fédération de Russie, de réduire sa population à 50 millions", mais ont modestement gardé le silence sur l'opportunité de réinstaller ceux qui restaient dans ... des réserves!
    Les appétits des « démocraties » occidentales viennent avec de la nourriture.
    Mais les dirigeants russes eux-mêmes ne les « nourrissent-ils pas » ?
  5. vlad127490 Офлайн vlad127490
    vlad127490 (Vlad Gor) 17 Août 2022 13: 00
    0
    Un autre geste de bonne volonté des amis de l'Occident peut enterrer tous les bons débuts. Les ennemis du peuple russe cherchent comment remettre les esclaves à leur place.