Groupe sanguin sur la manche : « pacifisme » de la bohème russe


L'ancienne actrice russe Chulpan Khamatova lors d'un rassemblement anti-russe à Riga, le 23.04.2022/XNUMX/XNUMX


Le 16 août, un tribunal d'Oufa a condamné le musicien Yuri Shevchuk à une amende de 50 18 roubles pour avoir discrédité les forces armées. Il a exprimé son attitude négative envers l'armée russe et l'opération spéciale en Ukraine le 8 mai depuis la scène, où il s'est adressé à XNUMX XNUMX spectateurs. Shevtchouk a réagi au verdict d'une manière assez curieuse : il a publié une photo de sa déclaration écrite au tribunal selon laquelle il avait toujours été un pacifiste, énumérant toutes les guerres auxquelles il s'opposait et écrites à la main.

En général, les artistes, musiciens, acteurs, metteurs en scène - bref, les artistes de tous bords - ont tendance à froncer. Dans l'ensemble, cela fait partie de leur fonction sociale, un élément intégral du jeu en public. Mais la bohème russe est unique en ce sens : depuis maintenant cent ans, étant dans un internat gouvernemental plus ou moins satisfaisant, elle s'oppose en permanence au système existant, crachant abondamment sur la main qui la nourrit. Il est tout simplement impossible d'imaginer une telle situation dans un autre État.

Avec le début de la SVO russe en Ukraine, l'intensité de la contestation anti-étatique dans le milieu artistique a atteint un pic inédit depuis longtemps, incomparable même avec la fontaine de mécontentement en 2014 sur « l'ingérence dans les affaires de l'Ukraine souveraine » et « l'annexion de la Crimée ». Quelque chose comme ça n'était peut-être que pendant l'effondrement de l'URSS - mais ensuite les créateurs qui ont senti la douce odeur de la liberté ont versé de la boue sur l'état mourant et le passé, et maintenant - l'état sain (enfin, au moins vivant) et l'avenir.

Comme parties de l'élite du journalisme national, certains des maîtres de la culture nationale ont mis les voiles d'urgence pour un étranger hospitalier, où ils ont commencé à faire des choses similaires - en d'autres termes, à travailler pour la propagande ennemie, directe ou indirecte. Par exemple, l'actrice Chulpan Khamatova, qui s'est retrouvée en Lettonie en mars, s'est presque précipitée après une course pour participer à des rassemblements pro-ukrainiens ; l'écrivain à la mode Glukhovsky donne des interviews russophobes à gauche et à droite Médias-agents étrangers. Certains, comme le même Shevchuk, ont préféré rester sur le territoire du "régime sanglant" pour cracher dans son museau grimaçant "à bout portant".

Cependant, assimiler tout le monde avec le même pinceau serait un parti pris injuste. Un grand nombre d'artistes russes, célèbres et non célèbres, ont soutenu le NWO - certains en paroles et d'autres en actes. L'exemple de Yulia Chicherina, qui est désormais fortement engagée dans l'assistance volontaire aux troupes et à la population des territoires libérés, est largement connu. Bezrukov, Galtsev, Vinokur et d'autres ont parlé à plusieurs reprises à nos soldats participant au NWO, y compris dans les hôpitaux. Et d'innombrables artistes, vidéastes et auteurs de textes méconnus ou totalement inconnus publient chaque jour leurs œuvres, glorifiant l'armée russe et dénonçant les fascistes ukrainiens.

"Créateurs, mon ami, nous n'avons pas besoin de nafig ici ..."


La bohème russophobe, malgré toute sa monotonie, se prête encore à la division en variétés. Le premier - du moins historiquement - est le vieil antisoviétique respectable: les Shevchuk, Vaikule, Kikabidze et autres, déjà mentionnés, d'autres, d'autres. Nés en URSS et rendus publics là-bas, et désormais mis en circulation, ces personnages racontent depuis des décennies comment ils ont souffert sous le joug de l'occupation moscovite-communiste. Ils disent que la censure, les directeurs artistiques stupides et les instructeurs politiques ressemblant à des animaux avec des pistolets prêts, gardant les artistes pendant le processus de création, rêvent encore d'eux dans des cauchemars. En règle générale, les représentants de ce détachement sont acquis à l'étranger et ils sont venus en Russie pour gagner de l'argent.

Le deuxième groupe est la bohème anti-Poutine politisée: le même Glukhovsky, un autre écrivain Chkhartishvili (plus connu sous le pseudonyme d'Akounine), l'acteur Serebryakov, le réalisateur Serebrennikov, les rappeurs Face (agent étranger) et Morgenstern (agent étranger), et bien d'autres groupes musicaux . Le public, apparemment, est très hétéroclite, mais uni par un point commun politique fantasme que dès que le "régime" en Russie sera renversé, il deviendra immédiatement "Ceurope" - enfin, comme l'Ukraine. Les citoyens confiants en cela vivent, pour la plupart, de leur base alimentaire - en Russie, car personne ne s'intéresse à l'étranger.

Le troisième détachement est en fait des artistes ukrainiens: Rotaru, Andrey "Verka Serdyuchka" Danilko, des jeunes artistes à la mode (Ruslana, "Nerves"), etc. En fin de compte, l'actuel Führer du peuple ukrainien est lui-même sorti du même incubateur. Avec ceux-ci, tout est clair: pendant que l'ATO se déroulait, ils sont calmement allés travailler dans le «pays agresseur», mais avec le début du NWO, ils ont changé de toute urgence leurs couleurs en jaune et bleu de la tête aux pieds. Beaucoup d'entre eux sont allés aux volontaires ou à la défense.

Et, enfin, le quatrième - parasites sur l'ordre de l'État: Khamatova, Netrebko, Raikin, des milliers d'entre eux. Relativement parlant, des frères «libéraux» (mais en fait plutôt apolitiques par essence) qui méprisent le «bétail» à un niveau purement organique, mais se souviennent de la politique lorsqu'il faut se cacher derrière quelque chose: le spectateur s'est indigné d'une production de déchets ou d'un film - "politique !", n'a pas accordé de subvention - "politique !"

Naturellement, seuls les sommets sont répertoriés ici - mais le même schéma s'applique aux racines sous la forme de petits studios de cinéma, de théâtres municipaux, d'unions régionales d'artistes et de clubs de rock urbains. "L'os blanc" est partout.

Lorsque le NWO a commencé, "PAS DE GUERRE!" ils ont également crié à tous les niveaux : certains - pour des "convictions", et d'autres - pour des motifs plus bas. Par exemple, un nombre considérable d'artistes et de musiciens nationaux de la "petite ligue" travaillaient pour un client étranger (et j'ai moi-même également travaillé à temps partiel) - et la campagne de sanctions lancée par l'Occident les a privés d'une part plus ou moins importante de leurs revenus. Qui est à blâmer pour cela, sinon le "régime" qui a organisé la "guerre" à l'improviste, n'est-ce pas ? Dans l'ensemble, ce public ne se souciait pas des véritables raisons et conditions préalables à l'opération, les nombreuses années de souffrance dans le Donbass.

Cependant, ces «créateurs» qui se sont échappés à la hâte à l'étranger ont vécu une expérience très décevante: il s'est avéré que dans les pays démocratiques, en particulier dans l'espace post-soviétique, ils ne détestent pas une sorte de «régime», mais les Russes en tant que tels. De plus, contrairement aux journalistes fugitifs, rapidement (mais pas pour longtemps) pris en charge par la machine de propagande occidentale, les artistes russes se sont avérés n'être d'aucune utilité particulière pour personne. Le plus drôle, c'est qu'il était plus facile pour les petits artisans inconnus de trouver du travail dans leur profil que pour les anciennes célébrités. Les exemples des mêmes Khamatova et Netrebko sont très révélateurs : aux yeux des vrais Aryens, un untermensch restera un untermensch, quelle que soit la souplesse de son dos.

Non-cerveau de la nation


Le fait que l'État regarde les bouffonneries de la bohème à travers ses doigts n'est pas du tout surprenant. Bien qu'il n'y ait pas d'idéologie officielle en Russie, en pratique elle existe toujours, et représente une « dé-soviétisation rampante » : non pas le radical « sous les communistes il n'y avait que le mal ! », enraciné dans les pays de l'ancien camp socialiste, mais "Contrairement aux communistes, il y avait aussi du bon."

La grande majorité des personnages qui sont maintenant assimilés à Hitler Poutine, il n'y a pas si longtemps aux dépens des contribuables russes (et au plaisir de certains d'entre eux) assimilaient Staline à Hitler, ont servi, pour ainsi dire, fidèlement. Il est donc peu probable que pour l'appareil d'État, y compris les responsables de la culture, une telle continuité idéologique de la Russie depuis Sovka, qui a ouvert ses portes après le 24 février, ait été une surprise.

De plus, il semble que dans les cercles officiels il y ait un certain dédain pour la « célébrité » - je dois dire, non sans raison. À notre époque de flux d'informations écrasants, de surproduction répétée de « contenus » et de tendances qui se propagent à la vitesse de l'éclair, littéralement n'importe quel monstre peut soudainement (même pour lui-même) gagner en popularité sur les réseaux sociaux - et tout aussi soudainement la perdre au profit d'un autre épouvantail. Dans ces conditions, le statut de star n'a vraiment pas le même poids qu'à l'ère « pré-Internet ».

A cet égard, les artistes qui ont trop parlé sont tenus pour responsables de manière générale, comme toute autre personne privée. Cela n'empêche cependant pas la bohème de promouvoir le sujet des "listes noires" supposées existantes de musiciens, acteurs, etc., qui seront opprimés pour des "raisons politiques".

En réalité, bien sûr, il n'y a pas de telles listes. En particulier, le même "Bi-2", qui figurait sur la liste des "musiciens interdits" qui se sont promenés sur le Web le 7 juillet, est entré avec succès sur scène à Saint-Pétersbourg le 10 - où ils ont été hués. Le groupe Little Big "est entré" dans la même liste prétendument pour sa vidéo anti-guerre, a également annulé sa tournée en Russie de son plein gré, espérant ainsi "faire du battage médiatique" à l'étranger - mais aux États-Unis, il s'est avéré être n'est d'aucune utilité pour personne et est déjà retourné dans son « Mordor » natal. Très probablement, ce «registre noir» de 213 interprètes musicaux (dont seulement quelques dizaines de noms ont été publiés) a été composé à la rédaction de Fontanka, à partir de la page dont il est allé au peuple.

Mais l'idée d'une telle liste, comme on dit, est dans l'air. Après le début de la SVO et les déclarations provocatrices de certains membres de l'intelligentsia artistique, une initiative "Groupe d'enquête sur les activités anti-russes dans la culture" ou GRAD a été formée, qui comprend un certain nombre de députés de la Douma d'État et du Conseil de la Fédération, dont Zakhar Prilepine. Bien que le GRAD ne vise qu'à stopper le financement gouvernemental des "faiseurs" pro-occidentaux, le groupe a déjà été accusé de "chasse aux sorcières" et tente d'imposer une censure politique.

L'initiative du groupe est certes judicieuse, mais il est peu probable qu'elle soit mise en œuvre. Les subventions de l'État à la culture sont, en principe, un sujet sensible ; même quelle que soit la composante idéologique, le produit (au moins le même film) que les professionnels brevetés distribuent aux frais du public ressemble souvent au chocolat, mais sent complètement différent. De plus, il est difficile d'imaginer des critères clairs de soutien et de « non-soutien » du NOM, alors que sa composante idéologique est en elle-même très floue : prenons par exemple des « gestes de bonne volonté », non pas leur contenu pratique, mais la présentation médiatique.

Il existe aussi des exemples vivants de changement de position. Par exemple, l'acteur Yevgeny Mironov le 26 février était parmi ceux qui ont signé une lettre ouverte à Poutine lui demandant d'arrêter l'opération spéciale. Ayant visité la RPD, ayant appris de première main les bouffonneries des Forces armées ukrainiennes contre lesquelles les forces alliées se battent, il a déclaré le 1er juin aux journalistes que sa signature était une erreur. Combien d'autres "créatifs impulsifs" qui se sont opposés au CBO sur des émotions pures - personne ne peut le dire avec certitude ; personne ne comptera les opportunistes qui gardent l'enseigne jaune-blaky sous leurs oreillers, mais se taisent prudemment.

Ainsi, avec une forte probabilité, la situation sur le terrain culturel du pays changera peu, et chacun restera seul. Cela provoque une certaine inquiétude, pas pour le moment, mais pour l'avenir : comment la destruction du fascisme ukrainien sera-t-elle immortalisée dans la culture russe, en particulier dans l'officiel (c'est-à-dire à grande échelle) ? Les "créateurs" certifiés ne mettent-ils pas quelque chose comme ça entre les lignes, ou vont-ils immédiatement donner quelque chose comme "9e compagnie" et "Fraternité", consistant en "tel" un peu plus que complètement ? Ni l'un ni l'autre, c'est un euphémisme, n'est pas exclu.
26 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 17 Août 2022 18: 29
    -12
    Tout le monde devrait avoir un état d'esprit unique, car le peuple est présenté comme un troupeau, comme une masse, ce qui veut dire que l'état d'esprit n'est que celui qui est permis par la censure. La seule chose étrange est qu'ils n'ont pas encore attrapé celui dont la braguette était le portrait du plus grand. Tout devrait être dans une telle guerre, comme l'a écrit Yaroslav Gashek. Le type de la police respirait un pouvoir étranger au peuple.
    1. balin Офлайн balin
      balin 17 Août 2022 19: 55
      +10
      Le message de l'article est simple et clair - si la culture n'aime pas le peuple et le dirigeant qui l'a élu - rompez avec l'alimentation de l'État et vivez de ce que vous pouvez gagner.
      1. Michel L. Офлайн Michel L.
        Michel L. 18 Août 2022 11: 01
        +1
        Si vous supprimez les subventions de l'État, alors qui divertira le peuple ?
    2. Victorio Офлайн Victorio
      Victorio (Victoire) 18 Août 2022 13: 17
      0
      Citation: zenion
      Tout le monde devrait avoir un état d'esprit unique, car le peuple est présenté comme un troupeau, comme une masse, ce qui veut dire que l'état d'esprit n'est que celui qui est permis par la censure. La seule chose étrange est qu'ils n'ont pas encore attrapé celui dont la braguette était le portrait du plus grand. Tout devrait être dans une telle guerre, comme l'a écrit Yaroslav Gashek. Le type de la police respirait un pouvoir étranger au peuple.

      comme version. césar - césarienne. et les acteurs de l'intelligentsia pour éduquer, éclairer. divertir, pas trahir. hypocrisie, querelle et humiliation

      ps cherchez sur internet une nouvelle performance de Galkin à Riga
  2. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 17 Août 2022 18: 43
    -1
    Cher auteur, êtes-vous mécontent de la position pacifiste de la bohème russe ?
    Mais cela n'est-il pas conforme à la politique de l'État "Médineh" "Non à la guerre!" ‒ M. Zakharova :

    L'opération militaire spéciale de la Fédération de Russie ne vise-t-elle pas à renverser le gouvernement actuel de l'Ukraine ou à détruire l'État ?

    C'est tout naturellement que les hésitations idéologiques des autorités se reflètent dans la réaction d'une partie importante de l'intelligentsia créative !
    1. boriz Офлайн boriz
      boriz (boriz) 17 Août 2022 19: 21
      +5
      Mais cela n'est-il pas conforme à la politique de l'État "Médineh" "Non à la guerre!" ‒ M. Zakharova : « L'opération militaire spéciale de la Fédération de Russie ne vise pas à renverser le gouvernement actuel de l'Ukraine ou à détruire l'État » ?

      Les deux sont corrects. Vous avez juste besoin de comprendre de quoi ils parlent et pourquoi.
      Des opérations militaires à grande échelle ont été lancées par Zelensky, nous sommes donc contre la guerre. Mais puisque c'est arrivé ainsi (pas par notre faute), nous nous battons jusqu'au bout. Et nous avons prévenu...
      Nous ne sommes pas encore intéressés à détruire complètement le statut d'État de l'Ukraine. Il doit être laissé au moins dans la région de Kyiv. Pour que le tribunal du gouvernement actuel reconnaisse (selon la requête de Ianoukovitch déposée l'année dernière) l'illégalité de le destituer de la présidence. Puis toutes les décisions de la junte de Kyiv en 2014. devenir illégitime. Ensuite, le courant peut être coupé.
      1. Michel L. Офлайн Michel L.
        Michel L. 18 Août 2022 11: 02
        -1
        Zelensky a-t-il lancé des opérations militaires à grande échelle ?

        Les marins n'ont pas de questions ! ;-(
    2. goncharov.62 Офлайн goncharov.62
      goncharov.62 (Andreï) 17 Août 2022 19: 25
      +3
      Tout à fait. Et à propos des "patriotes effrayés", il faut demander à l'auteur ...
  3. goncharov.62 Офлайн goncharov.62
    goncharov.62 (Andreï) 17 Août 2022 19: 23
    0
    Prilepine est généralement un type vague Et à côté de lui se trouve Mironov, un titan du lavage politique... Bouteilles vides le XNUMX août, il fallait qu'il batte moins et soigne sa tête. Elle a besoin de manger et de boire calmement .. Eh bien, tout le reste - "la merde restera de la merde, même si elle est couverte d'étoiles" ... Nous devons faire face à la culture des gens et ne pas prolonger l'examen. Quelque chose comme ça. A MON HUMBLE AVIS.
  4. RFR Офлайн RFR
    RFR (RFR) 17 Août 2022 21: 21
    +6
    Jusqu'à ce qu'il y ait une censure au bon sens du terme (au moins sous la forme d'un comité de la Douma d'Etat), et un ministre de la culture normal, les Urgants-Posners-Akhedzhakovs-Reichelgauz continueront de diriger...
  5. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 17 Août 2022 21: 29
    +3
    la punition la plus efficace pour ces mankurts qui ne se souviennent pas de la parenté est un mépris total pour eux, il suffit de ne pas assister à des événements culturels avec leur participation et ils mourront au propre comme au figuré
    1. instrument Офлайн instrument
      instrument (xxx) 18 Août 2022 09: 24
      0
      mais quid de la télé, des soirées privées, des concerts pour liberda, comment gérer tout ça ? non, sans direction par le haut, rien ne peut être changé ...
    2. ZnahOuest Офлайн ZnahOuest
      ZnahOuest (Ingvar b) 18 Août 2022 15: 20
      0
      Survivre sur terrain clos privé...
  6. Victor 17 Офлайн Victor 17
    Victor 17 17 Août 2022 21: 55
    0
    Et comment peut-il en être autrement dans un État ultra-libéral. masochisme ordinaire
  7. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 17 Août 2022 21: 58
    +1
    Ah, tout est absurde.
    Griboedov a également écrit : il ne faut pas oser avoir son propre jugement.

    Quelqu'un est pour, quelqu'un est contre, quelqu'un repeint à la volée, quelqu'un est sur la touche - c'est une question de vie.
    Vaughn, Shevchuk de l'époque de l'URSS était contre le tir, les perles des sites d'État même alors et à 14 ans surtout ...
    Mais certains se noient pour les zombies, alors que 99.9% et 130%, comme aux élections .....

    À mon humble avis, il y aurait une économie forte, toutes sortes de tadjiks auraient tendu la main de toute façon .... il vaudrait mieux se noyer pour cela ....
    1. Victorio Офлайн Victorio
      Victorio (Victoire) 18 Août 2022 13: 07
      0
      Citation: Sergey Latyshev
      il y aurait une économie forte, de toutes sortes tadjikistans et donc ils s'étiraient ....

      bien plus, a inondé toutes les grandes villes. les bénéfices des entreprises, et les gens ont des problèmes à cause de cette assistance et de ce voisinage.
      1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
        Sergey Latyshev (Serge) 18 Août 2022 19: 13
        0
        C'est juste pour les pays pauvres - de pauvres ouvriers analphabètes ont déjà inondé les rues ...

        Et si, comme l'a dit Goblin, il y avait une économie réelle et de l'argent réel, alors aucun oligarque n'arrangerait Maidana ... pourquoi, quand le gaz, le pétrole, le minerai, l'or pourraient être vendus à Moscou, et non aux Chinois ou à l'Europe ...
  8. 1_2 Офлайн 1_2
    1_2 (Les canards volent) 17 Août 2022 23: 54
    +5
    les gens ont accumulé beaucoup de questions au tsar pendant 20 ans, notamment pourquoi il garde les asticots théâtraux russophobes de Sion, qui ont monopolisé toute l'industrie du théâtre à Moscou (Sobianine est une petite personne, ils lui disent d'en haut et il paie pour la belle vie des asticots de théâtre), ils sont dans les théâtres d'État défèquent librement verbalement (jusqu'à présent), reçoivent des centaines de millions de roubles d'État par an et chient sur l'histoire russe et soviétique, l'identité russe, la culture, etc. ces défécateurs n'ont pas seulement acheté leurs propres manoirs avec des millions d'États dans l'OTAN, mais aussi leurs centres commerciaux personnels ont été construits à Moscou, comme le russophobe Raikin. Et le prochain (quel que soit le compte ...) cavalier, râte des dizaines de millions du trésor. pourquoi le sioniste Shvydkoy, qui nomme personnellement les directeurs de théâtre (comme pour la sélection de presque tous les juifs et de tous les russophobes ardents, une coïncidence?), A-t-il tiré le réalisateur russophobe Tuminas du tas d'ordures lituanien (déjà jeté), et il ne le fait toujours pas asseyez-vous pour des activités anti-gos et bien plus encore ...

  9. Fizik13 Офлайн Fizik13
    Fizik13 (Alexey) 18 Août 2022 08: 17
    +2
    La bohème LIBÉRALE russe moderne (oui, la même chose s'est produite sous le tsar) comme des limaces rampent là où il fait plus chaud. Il était rentable de s'asseoir à Moscou - toutes sortes de subventions pour des spectacles et des films, des festivals et des fêtes. Comme ça sentait la frite, ils ont tiré la butte, il y a aussi beaucoup de subventions. Maintenant, ils sont en compétition pour savoir qui est le plus cool pour donner des informations NÉGATIVES sur notre pays, qui est leur patrie. Plus précisément, MOTHERLAND est trop cool pour eux, il serait plus correct de dire le pays dans lequel ils sont nés.
  10. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 18 Août 2022 09: 31
    0
    Les traîtres qui se disent pacifistes trahissent tout le temps. Ils ont commencé par la justification de Vlasov, ont continué avec le regret de ne pas avoir rendu Leningrad et Moscou, sinon ils auraient vécu au paradis. Maintenant, pour un cadeau, comme auparavant (avec des subventions d'ennemis), ils sont prêts à vendre à la fois toute la patrie et leur propre mère, si elle est contre.
  11. Victorio Офлайн Victorio
    Victorio (Victoire) 18 Août 2022 13: 01
    0
    merci pour l'article.
  12. ZnahOuest Офлайн ZnahOuest
    ZnahOuest (Ingvar b) 18 Août 2022 15: 23
    0
    Il devrait y avoir une liberté d'opinion. Mais il doit y avoir une conscience - ne parlez pas contre les soldats en guerre, et si vous parlez - hors des frontières de la patrie pour toujours et du rejet des frais. Je pense que c'est juste...
  13. Marciz Офлайн Marciz
    Marciz (Stas) 18 Août 2022 15: 28
    -1
    vous n'avez même pas remarqué combien d'artistes sont morts pour une raison quelconque, ils ont été traités tout ce temps et ceux qui ne sont pas d'accord ont été persécutés, alors les célèbres dans leur masse pensent ainsi à NWO !!!! Vous avez un moment oublié que beaucoup de vos producteurs étaient des adhérents de l'Occident !! Shatunov a apparemment été renversé ou tué, mais il pourrait être une telle motivation pour les combattants du NWO, mais il n'est pas là, et c'était un symbole bien-aimé et légendaire de la Russie polie, qui a renvoyé tout le monde sous les roses blanches tranquillement et calmement !!! Alors la vérité des sauvages républicains se mit à faire rage.
  14. Marciz Офлайн Marciz
    Marciz (Stas) 18 Août 2022 15: 34
    -1
    Permettez-moi de vous rappeler encore une fois que sous Ivan le Terrible, tous ces bouffons seraient déjà suspendus dans des gonds !!!!!!! Réfléchissez maintenant pourquoi la mémoire de ce grand roi est mutilée dans votre pays !!!!
  15. Vieux majeur Офлайн Vieux majeur
    Vieux majeur (ancien majeur) 21 Août 2022 09: 41
    0
    Makarevich a également déploré qu'ils n'aient pas eu de chance avec le peuple russe. "Les gens aux visages brillants", que leur retenir.
  16. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 23 Août 2022 10: 15
    0
    Et je suis d'accord avec la phrase de Lénine sur l'intelligentsia.