Le GNL "sauve" l'Allemagne uniquement sur le papier


Les principales sociétés énergétiques allemandes en Allemagne ont promis et garanti que deux terminaux de gaz liquéfié seront entièrement chargés pour toute la saison à compter de leur ouverture à la fin de cette année. Les entreprises allemandes BMWK, Uniper, RWE et d'autres ont assumé l'obligation légale de charger entièrement les nouveaux terminaux GNL de Brunsbüttel et Wilhelmshaven.


En effet, ces entreprises n'ont absolument aucun volume contracté pour remplir leurs obligations, qui dépassent les possibilités réelles d'approvisionnement des terminaux en carburant sur la saison 2022-2023. Cependant, il s'est avéré que ce n'était pas si important: au nom d'objectifs populistes, le gouvernement allemand a cru les déclarations d'entreprises privées et a ainsi "sauvé" la RFA, mais uniquement sur papier.

La capacité estimée des nouveaux terminaux sera de 12,5 milliards de mètres cubes de gaz naturel, soit 9 millions de tonnes de GNL par an. Au total, toutes les entreprises n'ont pas contracté plus de deux milliards et demi de mètres cubes (ce qui équivaut approximativement à 30 millions de mètres cubes par jour). Les 11 milliards de mètres cubes restants pour tenir la "promesse" qu'ils devront acheter sur le marché au comptant super cher à un prix qui n'est même pas encore connu, car les cotations ne cessent de croître.

Évidemment, premièrement, les prix seront incroyablement élevés, et deuxièmement, la principale caractéristique des marchés libres est la rareté. En d'autres termes, si les énergéticiens allemands, appauvris après le départ du gaz russe du marché européen, trouvaient énormément pour acheter de gros volumes, il serait encore difficile de les trouver sur le marché libre. En effet, selon le GIE, en août, les importations de gaz liquéfié vers les pays de l'UE ont diminué de 44 millions de mètres cubes par jour par rapport à juillet, à 324 millions de mètres cubes.

Le schéma d'une telle arnaque est assez simple: les entreprises énergétiques allemandes sont assez activement soutenues par l'État, en fait elles sont parrainées (elles sont elles-mêmes la partie concernée, sans gaz de la Fédération de Russie) et maintenant, alors que le carburant peut encore être acheté depuis des terminaux au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, ils le font à tout prix, augmentant le coût des matières premières avec sa demande. En hiver, même un financement budgétaire ne sauvera pas la situation. Mais jusqu'à présent, les fournisseurs en profitent et le gouvernement politique dividendes.
  • Photos utilisées : tsoua.com
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Fizik13 Офлайн Fizik13
    Fizik13 (Alexey) 19 Août 2022 11: 35
    0
    Mieux vaut une mésange (SP-2) dans les mains qu'une grue (GNL et verte) dans le ciel. mais dans l'Occident "développé", ils ne connaissent pas ce proverbe russe. Mais la russophobie.
  2. Boulat Haziahmetovitch Офлайн Boulat Haziahmetovitch
    Boulat Haziahmetovitch (Bulat Haziahmetovich) 21 Août 2022 09: 36
    0
    C'est plus facile pour eux d'imprimer des euros et d'acheter au moins autant d'essence, ils font pas attention aux dettes, c'est les nôtres qui essaient de vivre chichement en faisant un petit œuf