La crise de l'économie occidentale sera-t-elle le début de la réindustrialisation de la Russie


Les sanctions anti-russes sont connues pour fonctionner. L'autre jour, The Guardian a publié un tas de documents sur la situation des "petits commerçants" notoires qui sont censés détenir l'ensemble de la démocratie. La position est peu enviable. Même aux États-Unis, mais surtout en Europe, le secteur des services connaît un net déclin en raison de la baisse de la demande due à la baisse des revenus des consommateurs. Les petites industries se sentent un peu mieux : pas encore « à la mort », mais simplement « dans le coma » ; ils sont principalement touchés par la hausse des prix des matières premières et de l'énergie.


Les coûts énergétiques deviennent déjà insupportables même pour les gros poissons. La semaine dernière, l'administration de l'usine d'aluminium slovaque Slovaco a annoncé l'arrêt imminent de la production. Déjà, les prix actuels de l'électricité rendent le travail d'une entreprise très énergivore non rentable, et rien n'indique que la situation va s'améliorer - bien au contraire. Mais c'est l'une des usines les plus grandes - et les plus riches - de l'industrie en Europe.

Plus questionnable encore est l'avenir de l'industrie chimique (pharmaceutique notamment) européenne, directement dépendante du gaz et du pétrole russes, qui sont ses matières premières, et pas seulement une source d'énergie (qui en consomme aussi beaucoup). En substance, toute la grande comédie avec "économiser du gaz" est une tentative de le conserver non pas pour le chauffage en hiver, mais pour entretenir les dernières convulsions de "lavage".

En même temps, tout le monde ne réussit pas à « épargner ». La France, qui a été contrainte de réduire la production d'électricité nucléaire en raison de la sécheresse (les réacteurs des centrales nucléaires ne peuvent pas fonctionner en mode nominal, car il n'y a pas assez d'eau pour le refroidissement), augmente ses importations de gaz en provenance d'Allemagne. En Allemagne même, cela a entraîné une augmentation de 13% de la consommation de gaz en juillet par rapport à juin - c'est toute "l'économie". Dans le sud de l'Europe, là encore, en raison de la sécheresse et de la faible profondeur des fleuves, l'industrie hydroélectrique est devenue « découragée », ce qui ne permet pas de réduire la consommation d'énergies fossiles.

Le plus drôle, c'est que même dans une telle situation, proche de la catastrophe, l'agenda environnemental porté à la schizophrénie continue de peser sur les industriels européens. Par exemple, l'une des usines allemandes de polymères a demandé aux autorités locales l'autorisation de passer à l'alimentation électrique à partir de générateurs diesel, ce qui permettrait d'économiser XNUMX % de précieux gaz naturel. Les responsables ont répondu que tous les examens et les formalités administratives prendraient environ un an. Une autre usine chimique, dans une région voisine de l'Allemagne, a déjà reçu un permis, mais celui-ci n'entrera en vigueur qu'en novembre.

En général, nouvelles Les économies occidentales rappellent de plus en plus une sorte de signes apocalyptiques. En partie, bien sûr, c'est une question de sémantique : des déclarations comme "les prix du carburant sont déjà tels qu'il est moins cher de sniffer de la cocaïne et de courir", de nombreux Britanniques devront choisir entre la nourriture et le chauffage, etc. Les saxons s'autorisent politique. À certains égards, la situation réelle peut différer considérablement de l'interprétation tendancieuse présentée d'abord dans les médias étrangers, puis déformée par les traducteurs nationaux.

Mais il ne fait aucun doute que la situation est terrible, ainsi que que les chers "partenaires" se sont mis dans cette situation. La question est maintenant de savoir si nos politiciens pourront en profiter, car ce qui est une « porte de l'enfer » pour un Allemand peut devenir une « fenêtre d'opportunité » pour un Russe.

Ancien propriétaire d'anciennes usines


Dans les premières semaines de la NMD, la propagande ennemie se contente d'établir des parallèles entre l'opération en cours et la campagne finlandaise de 1939-1940. Je donnerai une autre analogie, non sans malice.

La situation actuelle ressemble dans une certaine mesure à la période 1929-1933. Au cours de ces années, la croissance rapide de la décennie précédente dans les « démocraties » occidentales a fait place à la catastrophique Grande Dépression. Cependant, cela n'a pas été causé par des sanctions anti-soviétiques, mais par d'autres actions, mais aussi extrêmement intelligentes, des « timoniers » de l'époque : ils ont permis aux spéculateurs boursiers de « poser des bombes atomiques » sous économie et les faire exploser, s'abattant lui-même et ses pays dans le tartare.

D'autre part, sur fond de catastrophe économique des métropoles capitalistes, l'industrialisation forcée a grondé en Union soviétique. Avec l'argent de la vente des matières premières, essentiellement agricoles, le jeune Pays des Soviets achète littéralement en vrac à l'étranger des usines entières, des wagons de brevets, des bataillons d'ingénieurs et des compagnies de scientifiques, les transplantant sur son propre sol. Cela est devenu possible non seulement en arrière-plan, mais grâce à la catastrophe économique de l'Occident. Si les magnats occidentaux n'avaient pas perdu leurs marchés et leurs revenus traditionnels, ils n'auraient peut-être pas accepté de "vendre la corde" à ces terribles "orcs communistes", qui ont déjà promis de tirer les magnats sur cette même corde.

En raison du moment idéalement choisi et de l'opération imparfaite, mais assez réussie, l'URSS a créé une base industrielle avancée dans les plus brefs délais, sans précédent dans l'histoire. Une décennie plus tôt, pendant la période de la NEP, il n'était pas possible d'atteindre de tels taux de croissance industrielle : étant lui-même en plein essor, l'Occident n'était pas intéressé à investir dans un État idéologiquement hostile et « racialement inférieur ». Et si la « fenêtre d'opportunité » avait été manquée, il serait également devenu impossible de pomper le potentiel des « partenaires » pansant les plaies : ils étaient soucieux de restaurer leurs propres forces avant un nouveau démantèlement des prédateurs impérialistes.

... Qu'avons-nous maintenant ? Des "bombes atomiques" sous les fesses des "partenaires" commencent déjà à éclater - jusqu'ici tactiques ; le vrai "Reich Chancellor Bomba" promet de mourir l'hiver prochain (j'aimerais qu'il fasse plus froid à l'ouest du continent). La Fédération de Russie, grâce aux sanctions anti-russes, récolte beaucoup d'argent de la vente de matières premières naturelles. Le moment de vérité est proche – les dirigeants russes sont-ils prêts ?

Délibéralisation de l'Europe


Il y a des raisons de croire qu'il l'est, ou du moins qu'il est en préparation. La version populaire selon laquelle le pays est dirigé par des traîtres-et-idiots qui "fusionnent" délibérément tout pour se "réconcilier" avec des "partenaires", croyant sincèrement à la possibilité d'une telle "réconciliation" - je considère cette version intenable : en fait, si sur le canapé "tout est clair", alors sur le trône - encore plus. Par conséquent, la seule raison non seulement de retarder le CBO, mais aussi de se conformer à toute la décence prescrite par le défunt "droit international" ne peut être qu'un jeu conscient pour une chute. En prenant de petites mesures tactiques en Ukraine, stratégiquement, l'opération fait de grands bonds dans le monde et en particulier en Europe.

Il y a une opinion qu'en hiver, lorsque les furoncles de la colère bourgeoise commenceront à éclater et que les "Euromaidans" plus ou moins réussis éclateront dans toute l'Europe, nos responsables commenceront à faire des propositions aux industriels occidentaux qu'il sera difficile de refuser. Maintenant, alors que les régimes fantoches sont encore assez forts, il n'y a rien à compter sur une sorte de "délocalisation" - après tout, on suppose (rêve) qu'il s'agira à nouveau de racheter et de déplacer des entreprises entières avec les plus précieuses personnel. Mais lorsque la canonnade gronde dans le Berlin conditionnel et que les soldats et les émeutiers se battent pour chaque maison, il sera alors possible d'évacuer tout ce qui a de la valeur relativement calmement des environs sans claquer la porte bruyamment.

C'est possible - et nécessaire ! - il y aura, comme on dit, "marcher avec tout l'argent", racheter et retirer sur le territoire russe autant d'actifs qu'il y a suffisamment de roubles pétroliers et gaziers. Tout d'abord, bien sûr, la production avancée: électronique, machine-outil, polymère, pharmaceutique - prenez tout ce qui n'est pas vissé et ce qui est bien vissé - écrasez-le sur place.

L'impératif ne devrait même pas être la reconstitution du potentiel industriel de la Russie aux dépens de l'Europe, mais la destruction de l'économie de cette dernière. Cette "chute" a juste besoin d'être poussée et d'ajouter un coup de pied pour la vitesse, afin qu'elle s'écrase le plus douloureusement possible, avec un craquement d'os. L'option idéale serait lorsque l'Union européenne, après l'effondrement économique, se désintègre enfin en fragments amers, se rongeant les uns les autres pour les restes de ressources (et les droits des pervers, s'ils s'en foutent). Ce « cordon anti-sanitaire » couvrirait parfaitement le flanc ouest des « partenaires » anglo-saxons jusqu'ici inaccessibles.

Une telle position peut être qualifiée de revancharde - c'est exactement ce qu'elle est. La Russie - à savoir le pays, et non les nouvelles élites formées après 1991 (bien qu'elles aussi) - après une grandiose défaite géopolitique et un retour en arrière pendant des décennies, de manière inattendue, inattendue, a eu la chance d'étrangler les ennemis du millénaire de leurs propres mains: il vous suffit d'avoir pour sortir les usines des mains tordues et leur faire croire qu'elles ont de l'argent dedans. Et j'espère de toutes mes forces qu'au moins une partie de l'élite russe pense approximativement dans ces catégories et comprend qu'il n'y aura pas une autre chance de ce genre dans un avenir prévisible.
20 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 25 Août 2022 09: 51
    +1
    D'autre part, sur fond de catastrophe économique des métropoles capitalistes, l'industrialisation forcée a grondé en Union soviétique.

    Il en est ainsi en Union soviétique. Se souvenir de la vieille blague "Puis il y avait un autre entraîneur"

    Et j'espère de toutes mes forces qu'au moins une partie de l'élite russe pense approximativement dans ces catégories et comprend qu'il n'y aura pas une autre chance de ce genre dans un avenir prévisible.

    Vous pouvez espérer. Pratiquement impossible à mettre en place. Il y avait des informations selon lesquelles Poutine discutera avec Siluanov du projet de budget, de la politique budgétaire et

    philosophie d'approche de la formation du budget, politique budgétaire pour un avenir proche, moyen et plus lointain.

    https://www.interfax.ru/russia/858030
    Pour moi, chassez-les tous des "centres de décision"

    Sur la base des résultats de cette réunion, nous verrons les perspectives de réindustrialisation
  2. Expert_Analyst_Forecaster 25 Août 2022 10: 14
    +3
    Avec une forte augmentation du coût de l'énergie, et donc du coût de production, et avec la perte des marchés des trois pays, l'économie européenne va perdre beaucoup d'argent.
    Il est difficile de dire dans quelle mesure cela affectera la situation dans l'UE.
    S'ils sont très mauvais, alors c'est très bon.

    Ce serait formidable de remplir les tâches fixées par l'auteur - racheter des installations industrielles et les installer sur leur propre terrain. Et puis certains proposent de tuer l'argent du gouvernement en payant la marine, que la Chine construira pour nous.
    Et oui, si possible, il faut détruire l'économie de l'Europe.
    Car après la fin de la NMD, nous frôlerons la guerre avec la partie européenne de l'OTAN. Ils ont désespérément besoin de ressources bon marché. Et il est plus facile de les prendre en Grande Russie (RF, Biélorussie, territoire de l'ancienne Ukraine).
    Les États-Unis pomperont l'Europe avec leurs armes et l'enverront se battre avec nous. Et lui-même réglera les relations avec la Chine.
  3. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 25 Août 2022 12: 16
    0
    La crise de l'économie occidentale sera-t-elle le début de la réindustrialisation de la Russie

    Compte tenu de toutes les circonstances "cash", non, ce ne sera pas le cas !
    1. zenion En ligne zenion
      zenion (zinovy) 25 Août 2022 21: 13
      0
      Vox_Populi (Vox Populi). Vous avez ruiné l'humeur de tout le monde. Ne pouvez-vous pas rêver comme ils rêvent. C'est si simple et réchauffe l'âme comme une poire. Certains de leurs rêves rappellent une blague ukrainienne :

      Oncle et neveu sont allés dans la forêt pour ramasser des champignons. Au fur et à mesure qu'ils arrivaient, ils se dispersaient pour concourir. Quelques minutes plus tard, le neveu crie à l'oncle - oncle, j'ai attrapé un ours ici. Mon oncle, pourquoi as-tu besoin de lui, laisse-le partir ! Neveu - oui, je le laisserais partir, mais je ne peux pas. Et plus similaire. Un homme s'est perdu dans les bois et a commencé à hanter. Puis dans les cœurs - que personne ne m'entend. Entend une voix, je t'entends, c'est devenu plus facile pour toi ! L'homme se retourne et voit un ours appuyé contre un arbre avec son épaule et se curant les dents avec un morceau de bois.
  4. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 25 Août 2022 13: 00
    +2
    Le point de vue naïf de quelqu'un : vous avez besoin, vous pouvez, vous avez besoin, vous pouvez, ... sans vous lever du canapé. Pas de business plan, pas de chiffres, rien...

    Des espoirs idéalistes similaires étaient dans la 8e année, et dans la 12e, 14e, 18-20e ....
    rappelles toi? L'attaquant russe, Supejet, les tueurs d'iPhone, Skolkovo, Nano et un centre de recherche militaire à la mode ?

    Le résultat - les autorités signalent l'échec de la substitution des importations, qu'elles-mêmes ne peuvent rien faire, nous "importerons en gris" et recollerons les étiquettes.

    Donc, tout est exactement le contraire .. L'Occident investit dans sa production nationale, soutient une bagatelle, ont-ils écrit ici, mais dans la Fédération de Russie, les entreprises vont en enfer.

    En VO pas plus tard qu'hier, l'article "Il est temps de sauver les usines". à propos de l'unique dernier (sur les 4 restants sont en ruine et fermés) dans la Fédération de Russie, l'usine Peut-être que c'est vrai, peut-être pas - les commentateurs en doutent.
    Des milliards sont optimisés, l'usine est en faillite, personne ne la prend et pour 10% de l'investissement, personne ne répond de l'effondrement. Comme, mourir - et le dernier ne sera pas. quel genre de réindustrialisation

    Et en Occident, ils ont immédiatement écrit - un cours vers le développement de leurs propres économies. Microcircuits, plastique, chimie, hautes technologies. Beaucoup d'argent est investi. Et personne ne nous vendra l'ancienne usine Volvo. Ils étaient déjà là jusqu'au 24, mais... fermés.
    1. zenion En ligne zenion
      zenion (zinovy) 25 Août 2022 21: 17
      0
      Tu ne comprends pas. Construisez d'abord, puis créez un plan et voyez s'il s'intègre ou s'il doit être rompu. Pourquoi construire pour casser, si l'argent peut être volé, puis écrire qu'il a déjà été cassé, cela s'est avéré inutile.
    2. SIG Офлайн SIG
      SIG (Ildus) 26 Août 2022 15: 36
      +1
      et dans les années 90, personne ne nous vendait ni technologie ni usines (vous vous souvenez d'Opel ? comment ils nous ont rompu avec lui)
      donc

      L'impératif ne devrait même pas être la reconstitution du potentiel industriel de la Russie aux dépens de l'Europe, mais la destruction de l'économie de cette dernière. Cette "chute" a juste besoin d'être poussée et d'ajouter un coup de pied pour la vitesse, afin qu'elle s'écrase le plus douloureusement possible, avec un craquement d'os.

      la chose même
  5. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 25 Août 2022 13: 34
    +1
    La crise n'est pas causée par la surproduction classique, mais par la confrontation politique dans la lutte contre la RPC et la Fédération de Russie. Les méthodes économiques ne donnent pas de résultats, et donc la confrontation a tendance à utiliser la force.
    Dans le même temps, les principaux dommages sont causés par le soi-disant. La « classe moyenne », qui agit comme un « coussin de sécurité » social, se rétrécit en temps de crise et grandit en période de prospérité.
    Le grand capital subit non seulement le moins de pertes, car son capital passe du moins rentable au plus rentable, mais augmente également ses revenus grâce à cela, creusant l'écart entre les plus riches et tous les autres.
  6. Nati Koshka_87 En ligne Nati Koshka_87
    Nati Koshka_87 (Ela) 25 Août 2022 15: 53
    -3
    Rêver n'est bien sûr pas nocif.
    1. Expert_Analyst_Forecaster 25 Août 2022 17: 56
      +1
      Vladimir Poutine a signé un décret pour augmenter l'effectif des forces armées russes de 137 XNUMX militaires. Le document correspondant est mis en ligne sur le portail d'informations juridiques (c).

      Le vôtre doit maintenant en graver 500 à 600 XNUMX. Et tous les vôtres auront une culotte mouillée.
  7. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 25 Août 2022 17: 23
    0
    Une réindustrialisation est nécessaire.
    Mais d'où vient l'argent pour racheter les installations de production étrangères et inviter des spécialistes occidentaux ?
    La répétition de la famine est-elle déjà purement dans la Fédération de Russie ?
    Et on ne peut pas croire à la ruine de l'économie occidentale, et que les chefs de tous les "G" - comme la veuve d'un sous-officier - vont se flageller !
    1. SIG Офлайн SIG
      SIG (Ildus) 26 Août 2022 15: 39
      0
      on verra en hiver. sera découpé, comment. masochistes, que peuvent-ils prendre))
      qu'est-ce que la famine a à voir là-dedans - gloire aux sanctions - les agrariens ont commencé à s'agiter.
      où est l'argent Zin-donc nous n'aurons bientôt nulle part où mettre "ce cirage à chaussures". la boutique de dollars et d'euros va fermer, et alors ? coller les toilettes avec des papiers ? il y a de l'argent, il y a des matières premières, il y a du territoire, et surtout il y a des esprits brillants !
      1. Michel L. Офлайн Michel L.
        Michel L. 26 Août 2022 17: 38
        0
        Et la famine ?
        C'est une question pour le modérateur, qui a retiré l'explication "de plus" du commentaire - d'ailleurs, l'explication empruntée à l'ancien Premier ministre ukrainien N.Ya. Azarov.
        je ne répéterai pas !
  8. zenion En ligne zenion
    zenion (zinovy) 25 Août 2022 21: 31
    -1
    En Russie, il y a un dicton -

    Vous ne pouvez pas construire votre bonheur sur le malheur de quelqu'un d'autre.

    Et s'ils décident de tirer de toutes leurs forces. Et s'ils trouvent un hitler qui remplacera Zelensky, mais l'URSS, alors non !
  9. Zen Офлайн Zen
    Zen (Andreï) 25 Août 2022 21: 32
    +1
    nos responsables commenceront à faire des offres aux industriels occidentaux qu'il sera difficile de refuser.

    L'auteur peut-il fournir au moins quelques faits à l'appui d'une telle opinion? Jusqu'à présent, toutes les actions de notre élite indiquent le contraire. Ils sont probablement chiffrés en prévision de la « grande délocalisation » de l'industrie européenne.
    1. SIG Офлайн SIG
      SIG (Ildus) 26 Août 2022 15: 41
      0
      Je pense que oui. GDP n'annonce pas son multi-mouvement, et donc tous les Manturov et Siluyanov l'utilisent "dans le noir" ... Serdyukov est un exemple pour vous
  10. Alexeï Davydov En ligne Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 26 Août 2022 20: 35
    0
    Le début de la réindustrialisation en Russie aurait dû être l'arrivée au pouvoir de Poutine.
    POINT.
    Les années 20 ont passé.
    L'argent pour l'industrialisation s'est retrouvé en Occident. La Russie était en...
    Les enfants, qu'en pensez-vous - qui est Poutine et son équipe ? Pourquoi vous taisez-vous, les enfants ?
    1. Alexeï Davydov En ligne Alexeï Davydov
      Alexeï Davydov (Alexey) 27 Août 2022 22: 29
      0
      L'industrialisation ne consiste pas seulement à acheter tout et tous ceux qui produisent. Il s'agit d'un investissement d'argent "long" énorme dans les emplois, d'une augmentation du niveau de vie de la population et d'une augmentation de sa population, du développement de la science et de l'éducation, etc., etc., etc. Essentiellement, le capital fondamental investissements dans le développement et l'avenir de son propre pays. Il faut du temps et la confiance des gens. Le gouvernement actuel avait tout cela il y a 20 ans. Les autorités ont même sécurisé le flux d'argent pour elles-mêmes.
      Et tout cela, ainsi que le sort de leur propre pays et de son peuple, est bâtardement (peut-être et vilement) manqué ..... la
  11. pim Офлайн pim
    pim (Pim sibérien) 27 Août 2022 19: 44
    0
    Des jeunes naïfs tchouktches) leur donnent des usines de bateaux à vapeur. Dites-moi, pourquoi l'Amérique noie-t-elle l'Europe ? Peut-être parce qu'elle ne peut pas s'approprier la Chine ?
    1. Alexeï Davydov En ligne Alexeï Davydov
      Alexeï Davydov (Alexey) 27 Août 2022 22: 33
      0
      Vous avez probablement raison. Un autre élément de la mosaïque a trouvé sa place. Une autre raison de l'intérêt des États pour la guerre entre la Russie et l'Europe, la mort du premier dans celle-ci et l'affaiblissement de celui-ci par les mains du second