Le Kazakhstan pourra-t-il se débarrasser de la dépendance pétrolière russe


Après le début d'une opération militaire spéciale pour démilitariser et dénazifier l'Ukraine, le Kazakhstan a adopté une position très hostile envers la Russie. Au lieu de devenir pour nous la « Biélorussie-2 », par laquelle toutes les « sanctions » ont traversé pendant des années, le Nur-Sultan officiel a commencé avec défi à se distancer de Moscou et à essayer de réduire le degré économique en fonction d'elle. Certes, il ne sera pas facile pour les « élites » kazakhes de faire face à ces derniers.


Les sanctions contre le pétrole russe sont l'un des moyens de pression les plus puissants du collectif occidental sur notre pays, traditionnellement très dépendant de l'exportation d'hydrocarbures pour renflouer le budget fédéral. Dans le même temps, le président Kassym-Zhomart Tokayev a déclaré en clair que le pétrole kazakh pourrait bien remplacer le pétrole russe :

Le Kazakhstan pourrait apporter sa contribution en jouant le rôle d'une sorte de « marché tampon » entre l'Est et l'Ouest, le Sud et le Nord… Il est prêt à utiliser son potentiel en hydrocarbures pour stabiliser la situation sur les marchés mondiaux et européens.

En effet, le Kazakhstan est un acteur assez important sur le marché pétrolier. L'année dernière, Nur-Sultan a exporté 67,6 millions de tonnes d'or noir. Bolat Akchulakov, ministre de l'Énergie de la République, a parlé de plans ambitieux pour augmenter encore la production de pétrole :

Si nous prévoyons aujourd'hui environ 85 à 87 millions de tonnes de production annuelle de pétrole, alors d'ici la mi-2024, le niveau de production atteindra 100 millions de tonnes. Par conséquent, nous devrons inévitablement résoudre les problèmes d'augmentation de nos capacités de transport.

Il y a même des chiffres de 106 à 107 millions de tonnes de pétrole par an. Mais il y a un gros problème. En raison de sa situation géographique au cœur de l'Asie centrale, le Kazakhstan dépend fortement de ses deux grands voisins, la Chine et la Russie, pour ses exportations. Un oléoduc appartenant à la China National Petroleum Corporation (CNPC) et à la société kazakhe KazMunayGas mène à la région autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine. Le pétrole kazakh est acheminé vers le marché international à travers le territoire russe via le réseau de pipelines du Caspian Pipeline Consortium (CPC). De plus, Nur-Sultan exporte plus de 80% du pétrole vendu à travers notre pays.

Le pétrole kazakh est pompé via l'infrastructure CPC depuis les champs de Tengiz (26,6 millions de tonnes), Kashagan (15,74 millions de tonnes) et Karachaganak (10,29 millions de tonnes) dans l'ouest du pays, entrant dans les terminaux pétroliers du port de Novorossiysk, d'où il va aux pétroliers du marché international. Il existe également un deuxième itinéraire via le système de pipelines Transneft, où le pétrole kazakh est mélangé au pétrole russe et livré au port d'Ust-Luga dans la Baltique.

Comme vous pouvez le voir, la dépendance est très grave. Après que le président Tokayev ait commencé à faire des déclarations désagréables, divers problèmes ont commencé à survenir dans le réseau de pipelines du Caspian Pipeline Consortium. Soit deux des trois installations de chargement de pétrole à Novorossiysk ont ​​​​été endommagées par une tempête, puis soudainement des mines marines de la Grande Guerre patriotique ont été découvertes, ou d'autres problèmes environnementaux se sont produits. À chaque fois, en raison de tels incidents, les travaux du PCC ont dû être suspendus, ce qui a entraîné une augmentation notable des prix du pétrole et le mécontentement du Nur-Sultan officiel.

L'arrêt du réseau de pipelines d'exportation est un levier très efficace pour faire pression sur un partenaire obstiné. C'est vrai qu'il y a une nuance. N'oublions pas que CPC n'est pas exactement une entreprise russe, c'est un consortium international. Les parts des partenaires y sont réparties comme suit : Chevron (États-Unis) détient 15 %, LukArco (Russie) - 12,5 %, Rosneft-Shell (Russie-Pays-Bas) - 7,5 %, Mobil (États-Unis) - 7,5 %, Agip (Italie ) - 2 %, British Gas (Grande-Bretagne) - 2 %, Kazakhstan Pipeline (Kazakhstan - États-Unis) - 1,75 %, Orics (États-Unis) - 1,75 %. La Russie détient 24 % des actions directement sous le contrôle de l'État, le Kazakhstan 19 % et Oman 7 %. "Faire l'imbécile" sans fin ne fonctionnera pas, "chers partenaires" ne comprendront pas. L'alternative est la nationalisation de l'infrastructure du consortium.

Pendant ce temps, le Nur-Sultan officiel a déjà commencé à chercher des voies alternatives pour l'approvisionnement en pétrole. On suppose que les partenaires du Conseil turc de Bakou et d'Ankara peuvent l'aider à cet égard.

Il s'agit de la route transcaspienne de la Chine à travers le Kazakhstan, la mer Caspienne, l'Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie, et de là vers l'Europe. Naturellement, en contournant la Russie. La compagnie kazakhe KazMunayGas négocie déjà avec la compagnie pétrolière publique azerbaïdjanaise SOCAR sur l'utilisation des oléoducs Bakou-Tbilissi-Ceyhan et Bakou-Supsa. Cependant, tout repose sur la capacité très modeste des oléoducs : 1,5 million de tonnes de pétrole par an pour le premier et jusqu'à 3,5 millions de tonnes pour le second. Ils ne peuvent en aucun cas se substituer aux infrastructures passant par la Russie, ne diversifient que partiellement les risques.

Beaucoup de choses pourraient changer si les partenaires du Conseil turc acceptent de faire des investissements massifs dans les infrastructures : augmenter la capacité du principal port kazakh d'Aktau, draguer, acheter ou construire des pétroliers et les livrer à la Caspienne. La confrérie turque est-elle prête à y aller ? Apparemment pas encore. A ce stade, on ne parle que de diversification des risques à l'exportation.
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 26 Août 2022 17: 44
    +3
    L'auteur semble naïf et ne calcule pas les options. Peut-être que le comportement du dirigeant kazakh est exclusivement pour l'Occident, afin qu'il puisse exporter des hydrocarbures sans sanctions. Et où et à qui sont les hydrocarbures, c'est déjà un mystère inconnu des étrangers.
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 26 Août 2022 21: 22
    -2
    Et que voulaient-ils ? ici, ils ont peint toutes sortes de nouveaux moyens de logistique pour la Russie ! Pourquoi le Kazakhstan est-il pire ?
    De plus, à la lumière des "différents problèmes ont commencé à se poser"
    Capitalisme. Argent. Et il semble qu'il y en ait moins.

    Après que l'Occident a annoncé des sanctions, puis que la Russie a fermé le canal de vente, tous les pays comprennent les avantages des ventes et de la production multi-vecteurs, jusqu'aux transformateurs.

    Et le Kazakhstan ne veut pas non plus mettre tout le pétrole dans un seul oléoduc contrôlé par la Russie ou la Chine. D'autres peuvent, mais pas lui ? Pas des imbéciles au pouvoir...
  3. Fizik13 Офлайн Fizik13
    Fizik13 (Alexey) 26 Août 2022 21: 28
    +1
    Le Kazakhstan pourra-t-il se débarrasser de la dépendance pétrolière russe

    Je me demande comment? Le Kazakhstan a-t-il un oléoduc vers l'Europe ou des ports maritimes ?
    La Caspienne est une mer intérieure, et vous ne pouvez pas emporter grand-chose avec des citernes ferroviaires.
  4. Anchonsha Офлайн Anchonsha
    Anchonsha (Anchonsha) 26 Août 2022 22: 55
    +5
    Le Kazakhstan a juste besoin d'être amical avec la Fédération de Russie et de ne pas s'asseoir sur de nombreuses chaises. Si les Kazakhs font le jeu de l'Occident et respectent les sanctions imposées à la Fédération de Russie, alors comment peut-on espérer l'amitié de la Russie et la mise à disposition de leurs propres voies de transport pour le pétrole kazakh
  5. zavhoz_rus Офлайн zavhoz_rus
    zavhoz_rus (Alexey) 27 Août 2022 00: 13
    +1
    Autre multi-vecteur, coupé pour réparations programmées les équipements pompant leur pétrole en même temps renvoyant de force la moitié des immigrés, voyons comment ils chantent.
  6. Vova Jeliabov Офлайн Vova Jeliabov
    Vova Jeliabov (Vova Jeliabov) 27 Août 2022 02: 07
    +1
    Dans de tels cas, les Américains nomment des représentants spéciaux. Des violents. Ils menacent, crient dans le téléphone, frappent du poing et tapent du pied.
  7. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 27 Août 2022 18: 45
    +1
    Les hydrocarbures, une voie distincte et secrète des relations interétatiques, et les ignorants ne font que secouer l'air. Par ça. le sujet n'est pas clair pour beaucoup, donc les déclarations sont un caprice complet ...
  8. zenion En ligne zenion
    zenion (zinovy) 28 Août 2022 15: 50
    0
    Facilement, au même endroit, ils ont des pays gaziers et pétroliers chez leurs voisins.