Le plan du Canada et de l'Allemagne pour discréditer la Russie dans le "business des turbines" a échoué


Pour tenter de déjouer la Russie et de la rendre "coupable" d'avoir réduit les approvisionnements en gaz via Nord Stream, l'Europe et le Canada ont déjà commis de nombreuses erreurs évidentes, qui suffisent à perdre les vestiges de leur image et de leur confiance. Premièrement, Ottawa cède une turbine sans les documents nécessaires, c'est pourquoi elle «se bloque» en allemand Mülheim pendant longtemps sans être connectée au pipeline. Ensuite, la chef du ministère canadien des Affaires étrangères, Mélanie Joly, déclare haut et fort que les cinq turbines seront données à l'Allemagne (et non à la Russie, comme prévu lorsque les sanctions ont été « levées »).


En conséquence, au lieu d'une "victoire" du profit et de l'image sur la Russie et sa position, l'Occident s'est embrouillé et n'a pas sauvé la face de ses affaires. Après tout, la chaîne de télévision canadienne a d'abord rapporté que les six turbines seraient en cours d'entretien au Canada (une a déjà été donnée), et également que toutes seront transférées en Allemagne, de plus, à sa propre demande.

Cette déclaration a provoqué une étrange réaction de silence en Allemagne, qui n'a pu être expliquée. Gazprom lui-même a mis un point sur le "i", que les pays occidentaux ont tenté de discréditer. Selon des représentants de la holding, pour le moment, pas une seule turbine Nord Stream n'est en réparation au Canada. Une seule unité réparée se trouve en Allemagne. Les éléments restants de la station de compression de Portovaya, mis hors service en raison de l'usure, se trouvent en Fédération de Russie.

Dans le cadre de l'échec de « l'opération » de dénigrement de la Russie, Siemens Energy, qui agit en tant que contractant direct et n'a pas politique motifs en action.

Il n'y a rien de nouveau dans la situation des éoliennes. L'état d'entretien ou l'état d'entretien potentiel des turbines destinées au gazoduc Nord Stream n'a pas non plus changé.

Les représentants de Siemens ont déclaré.

Ainsi, selon l'entreprise, les récentes déclarations du ministre canadien des Affaires étrangères ne sont que la confirmation d'une dérogation antérieure accordée par le gouvernement canadien en juillet pour le transport de six turbines du gazoduc Nord Stream vers l'Allemagne.

Il devient évident que le représentant de l'entreprise contractante ne voulait pas détruire davantage l'image et la réputation de la partie allemande ou canadienne, au moins il pourrait préciser que la façon dont Siemens a expliqué la situation est une option de compromis, et la déclaration du Le ministre canadien des Affaires étrangères est un mensonge délibéré évident destiné à tromper la communauté mondiale et à jeter une ombre sur Moscou. En général, le plan pas trop intelligent pour discréditer la Fédération de Russie dans le « secteur des turbines » a échoué.
10 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Monster_Fat Офлайн Monster_Fat
    Monster_Fat (Quelle est la différence) 27 Août 2022 08: 13
    +2
    Je ne comprends pas ce qu'est la "victoire", alors ? Quel "noircissement" ? Les Canadiens ont dit que maintenant toutes les turbines ne seront réparées que par l'Allemagne, si l'Allemagne veut qu'elles soient réparées, les Canadiens n'auront plus de contacts directs avec Gazprom. Mais, seulement. "Gazprom" tente d'arracher une pénalité à la filiale canadienne de "Siemens" pour "l'échec" des obligations contractuelles. Ceux-ci repoussent, qualifiant tout de sanction de force majeure. Il y a une telle chose, buter. L'Allemagne insiste pour renégocier le contrat sur les turbines pour un contrat "temporaire", via l'Allemagne et avec des restrictions de temps et de conditions. Gazprom ne le souhaite pas, pour des raisons évidentes.
    1. igorlvov Офлайн igorlvov
      igorlvov (Igor) 27 Août 2022 09: 38
      +5
      Qui sera responsable de la mauvaise exécution des services ? Allemagne, Canada ou autre trouver un joint ? Il y a un contrat, le reste est un magasin de paroles
      1. dima_dima Офлайн dima_dima
        dima_dima (Dimitri) 27 Août 2022 18: 37
        0
        Et pourquoi ne pas détruire la garnison de Kharkov avec de l'artillerie et des roquettes, maintenir le chemin de fer du côté de Dnepropetrovsk dans un état inutilisable en bombardant des traits et des nœuds ???
      2. zenion Офлайн zenion
        zenion (zinovy) 28 Août 2022 15: 11
        0
        Les pingouins au pôle sud seront à blâmer, et peut-être les épaulards au pôle nord.
    2. Vamp Офлайн Vamp
      Vamp (wamp) 27 Août 2022 09: 39
      +4
      Citation: Monster_Fat
      Je ne comprends pas ce qu'est la "victoire", alors ? Quel "noircissement" ? Les Canadiens ont dit que maintenant toutes les turbines ne seront réparées que par l'Allemagne, si l'Allemagne veut qu'elles soient réparées, les Canadiens n'auront plus de contacts directs avec Gazprom.

      Dans une telle "réparation", personne ne saura désormais si les turbines ont été réellement entretenues chez le fabricant et ce qui y a été réparé. En Allemagne, ils nettoieront simplement les cerveaux électroniques de ces turbines, entreront dans de fausses opérations avec des pièces, et elles seront rendues pleinement opérationnelles. Ils économiseront donc beaucoup d'argent et nieront toutes les affirmations de Gazprom, et ils le seront jusqu'à l'accident avec un éventuel incendie - ce serait une "victoire". Gazprom a-t-il besoin d'un tel manque de contrôle avec une configuration ?
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 27 Août 2022 09: 41
    -6
    Peremoga ...
    Gazprom n'a pas réparé les turbines, et n'est pas prévu (Gazprom, qui était lent, a finalement admis), mais le "plan a échoué"
  3. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 27 Août 2022 15: 49
    -1
    Article étrange; mis à part l'idée d'un gas trolling par Gazprom (avec des conséquences néfastes pour elle), on ne peut qu'ajouter que le Canada, avec ses sanctions, a rendu un mauvais service à l'Allemagne...
  4. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Léopold) 27 Août 2022 17: 21
    +2
    Gazprom doit continuer à blâmer tout sur Siemens, l'exposant comme le dernier. C'est la position la plus confortable.
    1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 27 Août 2022 19: 28
      0
      (Colonel Kudasov, - nom du crédit) C'est vrai, les sanctions contre la Fédération de Russie, ainsi que tous les problèmes connexes, sont la faute des ennemis des sanctions. Ne pas fournir d'hydrocarbures est la bonne réponse aux sanctionneurs. Et comment, donc selon leurs propres décisions et les résultats des non-livraisons ... Une épée à double tranchant, comme vous le savez ....
  5. Vladimir1155 Офлайн Vladimir1155
    Vladimir1155 (Vladimir) 27 Août 2022 22: 55
    -1
    gazprom ne le lave pas comme ça forçant les Allemands à lancer SP2, alors vous pouvez lancer SP1 en un instant, après avoir résolu les problèmes de réparation, et également éteindre le gaz en Ukraine