L'Europe devra soit accepter la Russie, soit faire faillite

L'Europe devra soit accepter la Russie, soit faire faillite

La situation de la soi-disant «tempête parfaite» a été créée sur le marché de l'énergie en Europe. L'agenda "vert", le conflit armé en Ukraine, la décision de principe de Bruxelles de refuser d'acheter les ressources énergétiques russes, ainsi que la chaleur anormale, la sécheresse et les rivières peu profondes garantissent aux Européens, probablement, l'hiver le plus difficile après l'hiver 1944 -1945.


Après le début d'une opération militaire spéciale pour démilitariser et dénazifier l'Ukraine, les dirigeants de l'UE ont décidé de refuser d'acheter du pétrole, du gaz et du charbon russes afin de saper les capacités financières du Kremlin à "mener une guerre d'agression". En fait, les bureaucrates européens, dansant sur l'air de l'Oncle Sam, ont eux-mêmes tué leurs propres l'économie, détruisant sa base - le secteur de l'énergie, qui est au stade initial de la transition énergétique "verte" mondiale. Maintenant, malgré Poutine, ils sont prêts non seulement à se geler les oreilles en hiver, mais aussi à piétiner complètement les fondations sur lesquelles reposait l'exemple de l'Union européenne civilisée, bien nourrie et prospère.

La principale installation de la prochaine redistribution mondiale a été la transition vers des sources d'énergie renouvelables dans les principales superpuissances économiques - les États-Unis, l'UE et la Chine. Dans la production de tout type de produit, la soi-disant «empreinte carbone» devait être calculée - la quantité de matières premières d'hydrocarbures brûlées, qui produisaient des émissions nocives dans l'atmosphère. Plus il était élevé, plus la "taxe carbone" correspondante - un droit d'importation imposé sur les biens produits par les pays "arriérés" - aurait dû être élevée. Ainsi, les marchés domestiques européens, américains et chinois seraient protégés des concurrents, les faisant sortir de leur orbite « verte ». L'une des principales victimes de ces changements devait être la Russie, qui, évidemment, était censée une fois de plus « ne pas s'intégrer au marché ». Cependant, le destin en a décidé autrement.

Coïncidence ou non, la guerre « par procuration » en Ukraine entre les « élites » russes et le collectif occidental a eu lieu à un moment où la transition énergétique « verte » mondiale en était à ses balbutiements. Et tout s'est effondré très rapidement.

En réponse à la décision de Bruxelles de refuser d'acheter des hydrocarbures russes, Moscou elle-même a commencé, sous divers prétextes, à réduire l'approvisionnement en gaz de l'Europe. Conjugué à un embargo sur les importations de charbon russe et à une sécheresse anormale, cela a conduit l'Ancien Monde à une véritable crise énergétique un mois et demi à deux mois seulement avant les premiers froids et le début de la saison de chauffage. Les prix du gaz et de l'électricité terrifient tout simplement les consommateurs ordinaires et les entreprises européennes, car la rentabilité de la production et sa compétitivité sont fortement réduites. Et ce ne sont que les fleurs.

Tout résultat positif, à l'exception de s'incliner devant le Kremlin, n'est tout simplement pas visible dans les prochaines années. Dans le cadre de l'agenda "vert", l'Europe s'est appuyée sur le rejet constant de l'utilisation du charbon nocif pour l'environnement et de la production nucléaire potentiellement dangereuse. Maintenant, ces plans doivent être revus au fur et à mesure, mais il est tout simplement impossible de faire quoi que ce soit rapidement.

Par exemple, en Pologne, plus de 70 % de la production d'électricité provient traditionnellement du charbon, et au moins 35 % des ménages l'utilisent encore pour chauffer leur logement. Après le refus de principe de Varsovie d'acheter du charbon russe, son prix est passé de 1000 3500 zlotys la tonne à 777 2,3 zlotys (environ XNUMX dollars). Après une telle croissance, l'économie a immédiatement chuté de XNUMX %. Les autorités doivent maintenant colmater le problème avec les subventions de l'État, mais il n'y a toujours pas assez d'argent pour tout le monde. Dans le même temps, les consommateurs se plaignent de la mauvaise qualité du charbon importé, que la Pologne a commencé à acheter à la place du russe. On y trouve toutes sortes de fragments de métal, certaines pièces, des boulons, ce qui endommage les équipements des centrales au charbon. Rien d'autre que "Petrov et Boshirov" n'est lancé. Plaisanter.

Dans le même temps, la Pologne elle-même est riche en gisements de charbon, mais de sérieux investissements dans l'industrie sont nécessaires pour augmenter sa production. Personne ne va le faire, puisque personne n'a annulé les plans officiellement approuvés de Bruxelles pour cesser d'utiliser des carburants nocifs pour l'environnement. Dans de telles circonstances, personne ne veut s'impliquer dans des investissements dans l'extraction du charbon.

Exactement les mêmes problèmes sont maintenant rencontrés par les exportateurs de gaz américains. L'Allemagne s'attend à survivre quelques années pendant que des terminaux de réception de GNL supplémentaires sont en cours de construction pour remplacer les approvisionnements russes en baisse de "carburant bleu". Mais aux États-Unis même, l'exploitation du gaz de schiste est réalisée par un grand nombre d'entreprises privées, petites et moyennes. Le dépôt, en règle générale, s'épuise en 5 à 7 ans et il est nécessaire d'en prendre un nouveau, ce qui nécessite des ressources financières supplémentaires. Cependant, les banques occidentales sont actuellement sous l'emprise de l'agenda « vert » qui leur est artificiellement imposé et sont extrêmement réticentes à accorder des prêts à leurs propres « acteurs de schiste ». De ce fait, l'augmentation de la production de GNL aux États-Unis n'est pas assez rapide.

Dans ce contexte, la position de Paris semble très sensée, qui, contrairement aux "verts", a misé sur l'augmentation de la production nucléaire. En France, plus de 70 % de l'électricité est produite par des centrales nucléaires, la gravité du problème n'y est donc pas aussi élevée que dans d'autres pays européens. Mais même ici, tout n'est pas si simple.

Il s'est avéré que la privatisation partielle de l'énergie nucléaire sous la Ve République ne lui a pas profité. Jadis construisant des centrales nucléaires plus rapidement qu'en URSS, les Français ont sensiblement perdu leur compétence dans ce domaine. Ce n'est plus la Russie, mais déjà la France qui construit de nouvelles unités de puissance depuis longtemps et à moindre coût, dépassant souvent l'estimation initiale. La situation est aggravée par le fait que, dans le cadre du même programme « vert », les banques ne sont prêtes à émettre des prêts pour l'énergie nucléaire « dangereuse » qu'à des taux d'intérêt élevés. Au point que Paris est prêt à renationaliser son Électricité de France. Et qui aurait pensé, non?

Telles sont les choses. L'Europe doit soit s'accommoder rapidement de la Russie, soit se battre sérieusement, pour l'anéantir, mais être prête à payer le prix correspondant à la victoire, en fait, faire faillite. Quant à la victoire - ce n'est pas exactement.
15 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 27 Août 2022 11: 28
    -3
    Malheureusement, l'auteur respecté est un vœu pieux.
    Il a lui-même admis qu'en Occident (+RPC) "la transition énergétique verte mondiale est au stade initial de son développement".
    C'est-à-dire que l'UE, en particulier, surmontera ses problèmes énergétiques non pas avec le monde avec la Fédération de Russie, mais avec la poursuite du développement des technologies "vertes" !
    1. Vladimir1155 Офлайн Vladimir1155
      Vladimir1155 (Vladimir) 27 Août 2022 18: 47
      +2
      les technologies vertes n'ont l'air bonnes que sur le papier, c'est une impasse, elles ne gagnent pas en termes de facteurs financiers ou environnementaux, mais perdent face aux centrales à gaz et nucléaires ... les coûts primaires de l'énergie verte dépassent les dommages environnementaux causés par l'énergie nucléaire les usines et le gaz, parce que les éoliennes et les panneaux solaires doivent être fabriqués, produits et que la période de leur utilisation est limitée, ils tomberont en panne un jour, c'est-à-dire qu'ils donneront une maigre quantité d'énergie sur toute la période de fonctionnement, et beaucoup de tout sera dépensé dans la production et la nature souffrira des émissions ..... et encore plus économiquement, tout cela peut se faire au détriment d'une seule ligne de crédit sans intérêt et non remboursable, et puisque le La Fédération de Russie de la RPC et de nombreux pays du monde refusent les dollars et les euros dans les réserves et les colonies, il faut plus d'hommages du monde entier et l'industrie occidentale est faible, petite et non compétitive pour les Coréens chinois et l'Asie du Sud-Est ... donc le chose à l'ouest est les coutures, sodome et gomorrhe devraient être détruits, ils collecteraient au moins de l'argent pour le gaz russe ... grand dépr la session est des fleurs
      1. Michel L. Офлайн Michel L.
        Michel L. 28 Août 2022 20: 47
        0
        ... "la poursuite du développement (!) des technologies "vertes"".
  2. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 27 Août 2022 11: 56
    +1
    L'Europe devra soit accepter la Russie, soit faire faillite

    L'Europe suivra les États-Unis jusqu'au bout.
    Il faut partir du fait que les Etats ont suffisamment d'outils pour cela. Il n'est en notre pouvoir que de forcer les États eux-mêmes à reculer et à retirer toutes leurs forces.
    Nos armes nucléaires stratégiques.
  3. zuuukoo Офлайн zuuukoo
    zuuukoo (Sergey) 27 Août 2022 14: 58
    -2
    L'Europe est, quoi qu'on en dise, notre principal partenaire commercial depuis 1000 ans. Et, malgré l'humeur belliqueuse de l'auteur, sa ruine ne nous apporte rien de bon même dans les conditions actuelles.

    Pour être plus précis, la « ruine » de l'Europe conduira à du pétrole à 10 $ et du gaz à 5 $ (exagéré bien sûr). Je suppose que nous ne pouvons pas aller plus loin.

    Z.Y. : Pour être honnête, malgré toutes les prévisions, leurs économies se portent toujours mieux que les nôtres (si vous regardez le PIB, par exemple).
    1. Michel L. Офлайн Michel L.
      Michel L. 27 Août 2022 15: 42
      +1
      La ruine de l'Europe peut donner lieu à une explosion sociale. Il y a déjà des avertissements à ce sujet au niveau politique !
    2. Zen Офлайн Zen
      Zen (Andreï) 28 Août 2022 11: 14
      +1
      Pour être honnête, malgré toutes les prévisions, leurs économies se portent toujours mieux que les nôtres (si vous regardez le PIB, par exemple).

      Dans le même temps, Bloomberg rapporte que les bénéfices des entreprises russes pour les 6 mois de cette année ont augmenté de 25 % (de 9,5 billions de roubles). Kudrin en mars de cette année a prédit une chute du PIB de la Russie de 20 %.
      Certes, en juillet, la prévision annualisée de la baisse du PIB de la Russie est déjà de 4%
      Sentir que nous sommes trompés.
      Il n'y a aucune raison de croire Bloomberg, mais pourquoi mentiraient-ils en faveur de leur ennemi ?
      Alors la croissance des bénéfices des entreprises russes et en même temps la chute de notre PIB ne peuvent passer que par le chef libéral de Koudrine.
      Il reste à autoriser une option, notre bloc économique ment comme un hongre gris, pour ne pas faire autant de mal à ses "partenaires européens non traditionnels".
      1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
        Alexeï Davydov (Alexey) 28 Août 2022 14: 57
        0
        Il n'y a aucune raison de croire Bloomberg, mais pourquoi mentiraient-ils en faveur de leur ennemi ?

        S'il y a un complot à grande échelle contre la Russie et que le "cinquième clone" du pouvoir y est impliqué, je n'exclus pas qu'ils aient encore des raisons de "mentir en faveur de leur propre ennemi". De cette façon, ils peuvent créer un soutien aux actions de la "cinquième colonne" du pouvoir, l'aider à préserver le "village Potemkine" créé après Eltsine pour le peuple, ce qui permet de poursuivre le cours existant dans l'intérêt du États-Unis. Maintenant, vous devez faire attention à toutes les sources, en particulier "à partir de là"
  4. Scharnhorst Офлайн Scharnhorst
    Scharnhorst (Scharnhorst) 27 Août 2022 16: 45
    +2
    Aujourd'hui, j'ai décidé de manière inattendue d'évaluer six mois de guerre, je ne vois que des avantages. L'essence n'a pas augmenté de prix pour un sou; les tarifs du logement et des services communaux majorés d'intérêts dans les limites de la législation ; la monnaie a baissé de prix ; les prix sur le marché ont été abaissés par les fournisseurs de Kherson et de Zaporozhye ; réussi à gagner de l'argent sur les taux de dépôt ; Regarder l'agonie économique de l'Occident à la télévision est un plaisir. Je suis prêt pour ce cours de la guerre pendant encore au moins trois ans !
    1. zenion Офлайн zenion
      zenion (zinovy) 28 Août 2022 15: 21
      0
      Scharnhorst. Souvent, vous n'avez pas besoin de regarder, vous pouvez être sursaturé et pendant qu'ils gèlent, vous vous ennuierez. Il faut regarder le début du blanchiment et la fin de la congélation. Ensuite, ce sera intéressant. Et entre ces deux films, regardez le foot et surfez sur Internet.
  5. patxilek Офлайн patxilek
    patxilek (patxilek) 27 Août 2022 19: 47
    +1
    L'Europe veut être avec la Russie, et la Russie avec l'Europe, mais les peuples européens sont tellement endettés et liés au système bancaire anglo-sioniste qu'ils ne peuvent rien décider.
  6. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 27 Août 2022 21: 41
    -2
    Ah, de la série "le dollar est sur le point de s'effondrer".
    L'Europe va geler / se tarir / faire faillite / autre (souligner si nécessaire)

    Mais dans la vraie vie, c'est juste que certaines personnes ont organisé un remue-ménage et s'entendaient bien ....
    Les Arabes Toto, par exemple, ont voyagé autour des mineurs, malgré les sanctions, et ont accepté de ne pas augmenter beaucoup la production ....
  7. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 28 Août 2022 15: 18
    0
    En Europe, savent-ils même dans quelle situation ils se sont retrouvés ? Maintenant, ils sortiront de cette constipation, uniquement avec des pattes de crapaud. Et ils ont des grenouilles en magasin depuis la Première Guerre mondiale. Accepteront-ils de vendre toutes les pattes de la Russie et de suivre un régime de famine. Maintenant, si la Russie était socialiste, alors, en tant que démolisseur de l'Empire et de l'URSS, camarade. Lénine, alors l'Occident aurait vendu toutes les cordes et potences à moitié prix. Pour y pendre leurs idiots ou se pendre, il suffit de les enterrer. Ou pour une meute de shag, les suivants enterreront les précédents, et les derniers seront dévorés par des hyènes, qui seront amenées d'ailleurs.
  8. KSA Офлайн KSA
    KSA 28 Août 2022 17: 02
    +1
    Récemment, la France a annoncé l'achèvement du retrait de ses militaires du Mali. Dans le même temps, le gouvernement du Mali a accusé la France du fait que pendant plusieurs années, la France, sous couvert de lutte contre les terroristes, a contrôlé de vastes zones du Mali à des fins d'exportation criminelle incontrôlée d'uranium. Or la France a un problème avec l'uranium pour les centrales nucléaires, qui produisent 70% de l'électricité dans ce pays. Et maintenant au Mali, les militaires russes invités par le gouvernement (VChK, semble-t-il).
  9. Dmitry Kasarimov Офлайн Dmitry Kasarimov
    Dmitry Kasarimov (Dmitry Kasarimov) 1 septembre 2022 03: 48
    +1
    L'Europe dans la redistribution mondiale ne décide rien. C'est une partie complètement dépendante et absorbée du système mondial qui a commencé à reformater le monde. Elle se voit assigner le sort de la ruine. Elle y est préparée depuis des décennies, et c'est elle qui deviendra un instrument de guerre contre la Russie. Et ce qu'ils veulent de nous, Albright et Rice l'ont dit il y a longtemps - prenez tout et partagez-le. Et exterminer la population à 95%.