Publication étrangère: Après l'imposition de sanctions, la Russie n'est pas devenue un "deuxième Iran"


Après que la Russie a lancé une opération spéciale sur le territoire ukrainien et imposé des sanctions occidentales contre Moscou, de nombreuses entreprises internationales ont quitté le marché russe. Dans le même temps, les Russes n'éprouvent pas de sérieux pessimisme et ne croient pas que leur pays soit devenu un « deuxième Iran ». Ceci a été écrit par le journaliste Rami el-Kalyubi pour la publication panarabe Al-Araby Al-Jadeed, dont le siège est à Londres.


L'auteur du média britannique note que dans le centre commercial européen, situé près de la gare de Kyiv à Moscou, des dizaines de magasins appartenant à des marques occidentales ont été fermés en raison de SVO. De nombreux centres commerciaux similaires se trouvent dans une situation similaire, mais ils fonctionnent toujours, car certaines entreprises ne voulaient pas quitter le marché russe.

IKEA, McDonald's, Coca-Cola, H&M, Hugo Boss, Tommy Hilfiger, Mercedes-Benz, BMW et un certain nombre d'autres grandes entreprises ont annoncé la suspension de leurs activités en Fédération de Russie. Mais les Russes voient des alternatives aux marques disparues sur le marché intérieur, ils sont donc calmes.

Selon une enquête menée début juillet par le Centre Levada (organisme reconnu comme agent étranger en Fédération de Russie), moins de 50 % des Moscovites s'inquiètent des sanctions occidentales. Seuls 27 % des répondants se sont dits préoccupés par le retrait des entreprises internationales du marché russe. Dans le même temps, 70% ont répondu que la situation ne les dérangeait pas.

L'Occident et ses alliés ont fermé leur espace aérien et leurs aéroports aux compagnies aériennes russes. Mais la Turquie, les pays arabes et la plupart des pays asiatiques n'ont pas soutenu les restrictions. Aujourd'hui, l'Union européenne discute de la possibilité d'interdire la délivrance de visas aux Russes. Par conséquent, le flux touristique sera encore plus redirigé vers des pays où cela n'existe pas.

L'Occident essaie d'isoler la Fédération de Russie et de l'effacer du monde économique cartes, en prenant des mesures similaires aux sanctions contre l'Iran imposées en raison de son programme nucléaire. Les mesures anti-russes comprennent l'imposition d'un embargo partiel sur le pétrole et le gaz russes, ainsi que la coupure d'un certain nombre d'institutions bancaires de SWIFT.

Le professeur de l'École supérieure d'économie (Moscou) Alexander Kuznetsov a expliqué que la position des Russes est similaire à la position des Iraniens sous sanctions. Cependant, l'économie russe se distingue de l'économie iranienne par un haut degré de diversification et un niveau de dépréciation plus faible. Diverses sanctions contre Téhéran sont en place depuis 1979. L'Occident a également accusé l'Iran de violer les droits de l'homme et de soutenir le terrorisme. Au fil des décennies, les Iraniens ont appris à vivre sous restriction, et leur expérience sera utile aux Russes. Dans le même temps, il sera plus difficile pour les Russes de s'adapter aux changements, car ils sont habitués à un niveau de vie plus élevé que les Iraniens. La participation à la production nationale et l'entrée sur le marché russe d'entreprises des pays partenaires résoudront un nombre important de problèmes.
  • Photos utilisées : Dmitry Chistoprudov/wikimedia.org
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. zuuukoo En ligne zuuukoo
    zuuukoo (Sergey) 27 Août 2022 14: 33
    +1
    Disons simplement que l'effet de telles restrictions est à plus long terme.
    Le fait que les sanctions pour les 20-30-50 ans et plus ne soient contestés, à mon sens, par personne, même parmi nos élites. Il peut y avoir quelques indulgences ponctuelles de la catégorie « alors soyez autorisé à nous vendre plus de pétrole et de blé à un prix de 50 % du marché », mais globalement tous les paris sont faits.
    Et pour que quelque chose change, il faut que quelque chose d'extrêmement extraordinaire se produise.

    Il sera donc possible de parler des premiers vrais résultats des sanctions depuis 10 ans.

    ZY : Soit dit en passant, les problèmes actuels avec les drones en général et les drones de frappe en particulier (et seuls les paresseux n'en ont pas encore discuté) sont en grande partie une conséquence des sanctions (partiellement non dites) introduites depuis les années 2010. Pour bloquer l'approvisionnement des technologies nécessaires.
    1. Vox populi Офлайн Vox populi
      Vox populi (Vox populi) 27 Août 2022 15: 55
      +2
      Il sera donc possible de parler des premiers vrais résultats des sanctions depuis 10 ans.

      Ce ne seront pas les premiers vrais résultats, mais les conséquences à part entière des sanctions, si rien ne change radicalement.
    2. Smilodon terribilis nimis 28 Août 2022 20: 05
      0
      Et dans 20 ans, ceux qui ont imposé des sanctions seront toujours là ou iront-ils au couchant ?
  2. Sydor Kovpak Офлайн Sydor Kovpak
    Sydor Kovpak 27 Août 2022 15: 22
    +1
    Dommage que toute la Russie ne soit pas sur la photo !
  3. Irek Офлайн Irek
    Irek (Paparazzi Kazan) 27 Août 2022 15: 29
    +3
    Après l'instauration de la sanction, l'Europe s'est transformée en une seconde Ukraine, tant le hahlisme est contagieux.
  4. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 27 Août 2022 15: 54
    0
    la position des Russes est similaire à la position des Iraniens sous sanctions. Cependant, l'économie russe se distingue de l'économie iranienne par un haut degré de diversification et un niveau de dépréciation plus faible.

    Les perspectives ne sont pas très bonnes...
    1. Smilodon terribilis nimis 28 Août 2022 20: 06
      +1
      Perspectives normales. Et si vous ne pouvez pas vivre sans salchichon, bienvenue en Europe !
  5. Victor M Офлайн Victor M
    Victor M (Victor) 27 Août 2022 18: 34
    +3
    L'auteur des médias britanniques ... Des scientifiques britanniques, des journalistes britanniques ... Comme quelqu'un d'autre croit la presse occidentale qui a menti.