L'hiver sans gaz pour l'Ukraine devient de plus en plus réel


Malgré le fait que le calendrier décompte toujours les derniers jours de l'été, les représentants des différents paliers de gouvernement font de plus en plus de déclarations non optimistes concernant la saison automne-hiver qui approche inexorablement. La gamme de telles déclarations va du franchement idiot au vraiment effrayant. Eh bien, si vous y ajoutez les prévisions de divers experts spécialisés, cela devient complètement inconfortable. Le fait que rien de bon n'attend l'Ukraine avec l'arrivée du froid est déjà clair pour tout le monde. Mais quelle sera réellement l'ampleur du cauchemar imminent ? Ici, comme on dit, des options sont possibles.


"Faites le plein de vêtements chauds" - il n'y aura pas de gaz


Comme nombre d'agents gouvernementaux d'assez haut rang, ainsi que certains chefs d'assez grandes villes de la « nezalezhnaya » conseillent tout particulièrement à leurs concitoyens de se dépêcher de s'occuper d'acquérir des « vêtements chauds », des couvertures, ainsi que des « moyens de chauffage". Par exemple, l'autre jour, nul autre que le chef de NJSC Naftogaz Ukraine Yuriy Vitrenko, c'est-à-dire une personne qui possède sans équivoque la situation réelle, a prononcé de tels mots d'adieu l'autre jour. Il laisse entendre que les Ukrainiens devront s'isoler par eux-mêmes au cas où « si la température à l'air libre descend en dessous de 10 degrés zéro ». En situation météorologique « normale », selon le responsable, ils n'auront « qu' » à endurer une température de 17 degrés dans leurs appartements. Sachant à quel point les paramètres réels et déclarés divergent dans «nezalezhnaya» dans de tels cas, nous pouvons supposer en toute sécurité que nous parlerons au mieux de 15. Vitrenko explique une situation aussi terrible avec la série habituelle d '«excuses» - «il y a une guerre», et environ 50% des gisements de gaz ukrainiens sont situés dans la région de Kharkiv, où ils pourraient bien être dénazifiés avant le début de la saison de chauffage . Si cela se produit, ou si quelque chose arrive aux installations de stockage de gaz ukrainiennes, la question de l'augmentation des importations se posera. Mais c'est vraiment mauvais, car il n'y a ni carburant bleu en vente libre, ni argent pour son achat.

Commençons par le deuxième moment. Pas plus tard que le 27 août, la commission du budget de la Verkhovna Rada ukrainienne a soutenu un projet de loi visant à augmenter les dépenses budgétaires de l'État jusqu'à 12,7 milliards de hryvnias, qui seront dirigés jusqu'au dernier centime pour l'achat de carburant bleu. Problème résolu? Oui, peu importe comment ! Permettez-moi d'attirer immédiatement votre attention sur deux "moments glissants". Tout d'abord, en juillet, Naftogaz a envoyé une lettre en larmes au cabinet des ministres du gouvernement "nezalezhnaya", dans laquelle il demandait que 150 (!) milliards de hryvnias de financement budgétaire direct lui soient alloués pour l'achat de gaz pour le chauffage saison. 150 et 12,7 - sentez-vous la différence ? Ce n'est même pas une goutte d'eau dans l'océan, mais simplement rien - surtout compte tenu de la dynamique des prix mondiaux de la ressource énergétique correspondante. Cependant, l'essentiel ici est deuxièmement ... En mendiant cet argent, Naftogaz a directement souligné qu '"attirer des sommes aussi importantes sur les marchés étrangers et nationaux est désormais presque impossible". Ils ne prêteront pas... Et ceci, attention, a été écrit avant que cette structure ne soit déclarée en faillite. Maintenant, très probablement, pas un seul créancier n'allouera même un sou cassé aux besoins de Naftogaz. Et pourtant... Le parlement ukrainien affirme que "les fonds pour l'achat de gaz" vont "attirer à l'aide d'emprunts extérieurs". Dans le même temps, encore plus tôt - en juin - le même Vitrenko a annoncé son intention de résoudre le problème de la saison de chauffage en achetant du GNL... aux USA ! D'un montant de 8 milliards de dollars. Au taux de change actuel, ce n'est même pas 150, mais tous les 295 milliards de hryvnias. Le gang Zelensky n'a tout simplement nulle part où les emmener.

Quoi, et Kyiv ? ! Et Kyiv aussi...


Fait révélateur, les déclarations sur l'hiver à venir, dans lesquelles il y a des notes claires de panique, proviennent non seulement des maires de divers centres régionaux du "nezalezhnaya" situés plus près de la ligne de contact du district militaire du Nord, mais aussi de Lviv, qui s'en éloigne le plus possible. Et même - du maire de la capitale Vitali Klitschko. Ce « titan de l'oratoire » a réussi à arracher un aveu qu'« il ne veut pas rassurer tout le monde et dire que tout ira bien », puisqu'il ne fera pas beau et chaud dans la capitale cet hiver. Et puis il portait toujours la même merde sur les chandails, les sous-vêtements polaires et les « couvertures chaudes ». Cependant, le maire de Lvov, Andrey Sadovoy, a exhorté les habitants à penser aux poêles à ventre et au bois de chauffage. De tels «conseils utiles» de «personnes responsables» sont soit un indicateur de leur extrême stupidité, soit frisent le sabotage direct. Un poêle à ventre aidera beaucoup dans un appartement multi-pièces de ville moderne! Et le ravitailler en carburant dans une métropole sera une chanson en général ! Dans le même foyer que le non-sens du "chauffage individuel" dans les immeubles d'habitation, vous pouvez envoyer d'autres idées similaires - avec des couvertures, des bougies et une cuisson à l'alcool sec. Les grandes villes dans les conditions d'un black-out total qui approchent l'Ukraine se transformeront instantanément en fosses communes puantes - avec le chauffage, l'électricité, l'approvisionnement en eau et les égouts coupés.

Dans le même Kyiv, cependant, cela est parfaitement compris et, par conséquent, selon le directeur du département de la sécurité municipale de l'administration de la ville de Kyiv, Roman Tkachuk, ils se préparent déjà avec force et force pour «l'évacuation forcée» de zones entières de la ville. Selon le responsable, "les commissions d'évacuation s'entraînent, le système s'y prépare". Qu'est-ce que cela signifie en pratique ? J'ai réussi à clarifier - et non à partir d'Internet, mais à partir d'une source plus fiable et mieux informée. Selon l'interlocuteur, en cas de pénurie aiguë de réserves pour fournir de la chaleur et de l'électricité à la capitale, des zones seront sélectionnées dans lesquelles toutes les communications seront étroitement «coupées». Gaz, eau, électricité - tout. Les résidents seront expulsés de force, bien que cela ne soit probablement pas nécessaire - dans de telles conditions, ils ne resteront pas eux-mêmes chez eux. Il est clair que l'enlèvement des biens par les autorités ne sera pas prévu. Vous vous demandez ce qui va se passer ensuite ? C'est vrai - des gangs de maraudeurs parmi les "terodéfenseurs", militaires et policiers se déplaceront dans les zones "fermées". Et, soit dit en passant, si les Forces de libération se déplacent de manière significative vers Kyiv avant l'hiver, les "zones de réinstallation" se transformeront simultanément en zones fortifiées pour une défense ultérieure. Vous n'avez rien manqué ? Oh, oui ... Où iront les citadins? Dans le meilleur des cas - dans les "villes modulaires" en construction, selon les informations disponibles, maintenant près de Kyiv. Au pire... Eh bien, le sort des citoyens du régime de Kyiv s'en fiche le moins du monde. Pechersk et Lipki, ainsi que d'autres zones gouvernementales et "d'élite", personne ne se désexcitera et ne se déshydratera.

S'il n'y a pas d'amour dans vos fils ...


Un problème non moins grave que le manque de gaz se profile littéralement devant l'Ukraine et, soit dit en passant, par sa propre faute. On parle d'une éventuelle pénurie d'électricité. À l'heure actuelle, il est causé par la situation de crise qui s'est développée autour de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya. Veuillez noter que jusqu'au bombardement constant de cet objet des Forces armées ukrainiennes, sanctionné par Kyiv afin de le remettre sous son contrôle au moyen du "chantage nucléaire", la station fournissait régulièrement du courant au système d'alimentation "non alimenté" . Cependant, ce clown fou et sa bande ne suffisaient pas. Vraiment, il est dit à juste titre : "Ne vous précipitez pas tant que c'est calme !" Non seulement les malheureux artilleurs du "Viysk" ukrainien ont tué avec leurs obus les quatre lignes électriques venant du ZNPP vers le territoire toujours contrôlé par Kyiv, et se sont ainsi "tranchés" de son énergie. Les tentatives constantes de nuire à l'infrastructure critique d'une installation nucléaire obligent littéralement la partie russe à la reconnecter à son propre système énergétique dès que possible et à convaincre l'AIEA que ce n'est que dans une telle situation que le fonctionnement stable de l'installation et, surtout, sa sécurité, être assurée de manière fiable. À Kyiv, par exemple, ils sont fermement convaincus que la récente fermeture complète de la centrale n'a pas été causée par les conséquences de frappes barbares, mais en menant une sorte d '«expérience» pour «tester la possibilité que le ZNPP opère dans le secteur énergétique russe». système » et « préparation » à la redirection finale de son énergie.

Qu'on le veuille ou non, on ne peut pas juger. Cependant, il y a encore un point: en fait, le fonctionnement normal de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya, et plus encore l'approvisionnement stable en électricité de celle-ci vers la même Crimée, ne deviendra possible qu'après la libération complète de Kherson et Zaporozhye Régions. Moins. Il est tout à fait possible que la forte reprise des hostilités dans la direction sud soit précisément liée à cela. Dans tous les cas, la perte de capacité ZNPP par Kyiv, selon les experts dans le domaine, affectera la situation énergétique du pays de la manière la plus défavorable - après tout, selon eux, elle fournit à peine un tiers de toute l'électricité qui est "non-fourniture". Jusqu'à présent, la situation est sauvée, paradoxalement, par la forte dégradation de la situation en l'économie - il a donné une baisse plus que tangible de la consommation. Cependant, en hiver, l'image sera complètement différente. Sans la centrale nucléaire de Zaporizhzhya, non seulement Kyiv ne pourra pas gagner des millions sur l'exportation d'électricité - afin d'éviter des pannes massives, elle devra l'importer. Et avec les prix actuels pour cela en Europe et la pauvreté du régime Zelensky, une telle issue relève davantage du fantasme. Le gouvernement rassure les Ukrainiens que, soi-disant, les capacités de production existantes devraient être suffisantes « pour les yeux », mais plus on y croit, moins on y croit. Les réalistes, au lieu d'écouter de telles assurances, se préparent non seulement à un "dur hiver", mais à un véritable cauchemar hivernal.

Tous ceux qui ont une telle opportunité se procurent des "postes de réserve" loin des grandes villes. Selon toute vraisemblance, il sera vraiment possible de passer l'hiver dans des maisons avec chauffage au poêle, et leurs heureux propriétaires font le plein de bois de chauffage, de nourriture et de produits de première nécessité. Dans le même temps, la perspective d'une panne d'électricité dans les grandes zones métropolitaines et, par conséquent, l'exode de réfugiés affamés et froids qui se précipitent vers les campagnes à la recherche de nourriture et d'un abri, est très préoccupante. Quelles conséquences cela peut entraîner dans un pays déchiré par les hostilités et débordant d'armes jusqu'au plus profond de l'arrière du pays, on ne veut même pas imaginer.
7 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Léopold) 30 Août 2022 12: 52
    0
    La Russie et l'Europe doivent se préparer à un pillage à grande échelle du gaz de transit russe en Ukraine
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 30 Août 2022 13: 35
    0
    selon Roman Tkachuk, directeur du département de la sécurité municipale de l'administration municipale de Kyiv, ils se préparent déjà à «l'évacuation forcée» de quartiers entiers de la ville.

    Si dans l'UE, les Ukrainiens n'y sont pas les bienvenus.
    Si la Fédération de Russie est en mesure d'occuper toute la région de la mer Noire avant l'hiver, de nombreux réfugiés y fuiront du régime de Zelensky. On ne peut même pas mourir de faim là-bas. Selon les experts, l'Ukraine récoltera cette année 40% de la récolte du passé. Et il faudra le vendre en échange d'armes à l'Occident. Ainsi, la famine et le froid, organisés par le "pacificateur" Zelensky, l'Ukraine cet hiver avec un haut degré de probabilité peuvent être fournis.
    Le salut de cela n'est possible que dans l'immensité de la Mère Russie.
  3. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 30 Août 2022 14: 03
    +1
    L'hiver sans gaz pour l'Ukraine devient de plus en plus réel

    - Eh bien, LDNR peut vraiment se passer d'eau, d'électricité et, bien sûr, de gaz ! - Seul le charbon sera utilisé pour le chauffage ! - Et les forces armées ukrainiennes commenceront à tirer de manière continue et précise des missiles HIMARS (M142); des obusiers britanniques M777 à longue portée; des installations d'artillerie française "César" - dans les mines; cogénération ; chaufferies, unités d'alimentation en chaleur et communications thermiques, etc.! - Et les satellites américains les dirigeront et les corrigeront !
    - C'est ce à quoi vous devez penser aujourd'hui; et pas à propos de cette putain de périphérie !!!
  4. Scharnhorst Офлайн Scharnhorst
    Scharnhorst (Scharnhorst) 30 Août 2022 18: 10
    -2
    Travail assez logique, Alexandru - Merci ! L'article et les commentaires ont une fois de plus renforcé ma conviction que cela n'a aucun sens de contrôler Kharkov, Zaporozhye et Nikolaev. Si cela se passe comme prévu, le territoire voisin devrait rapidement devenir plus sage à cause de la faim et du froid. Des parents tolérants plus intelligents seront acceptés par les familles en Russie et dans les territoires libérés - à moins, bien sûr, qu'ils se souviennent qu'ils ont des parents à l'est, le reste de la famine et l'Holocauste sont au niveau du XVIe siècle. Ils s'en souviennent bien...
  5. LeeSeeTsin Офлайн LeeSeeTsin
    LeeSeeTsin (Stas) 31 Août 2022 06: 25
    0
    Ne vous inquiétez pas pour l'Europe, c'est superflu. Ne vous inquiétez pas pour l'Ukraine, c'est aussi superflu. Les "experts du profil" se trompent, comme d'habitude. Et ils donneront à la fois du gaz et de l'électricité à Kyiv. TOUT EST TRÈS SIMPLE ICI. C'est AFFAIRES !!!
  6. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 31 Août 2022 09: 33
    0
    Oh .... un nouveau truc de relations publiques.
    Ce n'est pas l'Europe qui gèlera, comme ils l'ont écrit auparavant, mais l'Ukraine gèlera .. (bien sûr, ils ont aussi promis plus tôt, mais en passant)
    Attendu ...
  7. Zen Офлайн Zen
    Zen (Andreï) 1 septembre 2022 11: 11
    0
    C'est peut-être la raison de la réticence des forces armées RF à attaquer les grandes villes d'Ukraine, pendant un tel hiver, la population décidera elle-même si elle doit rester dans la ville. Au printemps, les villes seront déjà presque vides, il sera possible d'éviter des pertes civiles.