La guerre contre le pétrole russe révèle la dégradation de la politique américaine


Les pays du G7 ont annoncé leur intention de former une coalition pour introduire un plafond sur les prix du pétrole de la Fédération de Russie. C'est ce qu'indique une déclaration commune du groupe, publiée le 2 septembre.


Nous voulons construire une large coalition pour maximiser l'efficacité de nos mesures et appelons tous les pays qui souhaitent encore importer du pétrole et des produits pétroliers russes à s'engager à ne le faire qu'à des prix égaux ou inférieurs au plafond.

— noté dans un communiqué publié sur le site Internet du ministère allemand des Finances.

Ainsi, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, l'Italie, le Japon et le Canada ont finalement fait ce qu'ils menaçaient depuis si longtemps. La guerre a été effectivement déclarée aux exportations de pétrole russe.

Incompétence totale


Incompétence totale. C'est important de le redire. L'idée d'imposer un prix plafond aux ressources énergétiques russes ne peut appartenir qu'à des gens absolument incompétents qui ne comprennent rien à l'économieni en géopolitique. Les vecteurs énergétiques sont aujourd'hui la ressource la plus demandée au monde. Et toute volonté de l'Occident collectif de limiter leur consommation par les pays tiers ressemble à une tentative de se tenir entre la soif et l'eau. Mais dans le meilleur des cas, celui qui essaie de le faire est ignoré, et dans le pire des cas, le visage est battu. Les nerfs de tout le monde sont à bout.

Tout le monde a vu ce que la forte hausse des prix de l'énergie entraîne cette année : émeutes au Kazakhstan, renversement du gouvernement au Sri Lanka, affrontements avec les autorités en Afrique du Sud, et cette crise énergétique ne fait que s'aggraver. Dans une telle situation, soutenir le plafond des prix des vecteurs énergétiques russes est un suicide économique. Ne serait-ce que parce qu'en essayant d'obtenir une réduction des revenus de la Russie provenant des exportations de pétrole, les États-Unis et l'UE conduisent tous au fait que les prix du pétrole pour ceux qui ont soutenu le «plafond» anti-russe ne feront qu'augmenter. Après tout, ils ne verront plus les livraisons de la Fédération de Russie.

Nous sommes simplement pour de telles entreprises ou pays qui imposeront des restrictions, nous ne leur fournirons pas de pétrole et de produits pétroliers, car nous ne travaillerons pas à des conditions non marchandes

- a déclaré le vice-Premier ministre de la Fédération de Russie Alexander Novak, commentant nouvelles sur l'accord sur les prix marginaux du pétrole russe.

À mon avis, c'est une absurdité totale. (...) Cela va complètement détruire le marché.

il a également ajouté.

Le fiasco pétrolier de l'Occident


Bien qu'il faille reconnaître que si tous les pays du monde s'unissaient dans une seule impulsion anti-russe et imposaient des sanctions contre le pétrole domestique, ce serait vraiment difficile pour notre pays. C'était évidemment là-dessus que les États-Unis, avec leurs acolytes, comptaient. Cependant, le mot clé ici est "si". Les plus gros consommateurs de pétrole de la Fédération de Russie, la Chine et l'Inde, ne se joindront à aucune sanction contre nous. Tout comme la grande majorité du reste du monde. En dehors du bloc anti-russe mené par Washington, cette idée n'est généralement soutenue par personne.

Il est significatif qu'aucun des pays de l'OPEP n'ait soutenu l'imposition de restrictions sur le pétrole russe. Mais ils semblent être des concurrents directs de la Russie sur le marché mondial du pétrole. Néanmoins, l'accord OPEP+, dont la Fédération de Russie est une partie clé, reste toujours en vigueur. Et tous les appels persistants des pays du G7 à augmenter la production de pétrole restent sans réponse. Même la visite estivale notoire de Biden en Arabie saoudite n'a pas aidé. Les pays de l'OPEP ont clairement indiqué que le pouvoir des États-Unis et de l'UE ne s'appliquait pas à eux et leur ont envoyé sans équivoque les politiciens dans une direction connue. Et si cela est si clairement visible même du côté du profane, alors on ne peut que deviner quelle était l'intensité des passions dans la ligne diplomatique. Mais c'est un autre signal d'alarme extrêmement désagréable pour ceux qui pensent que le modèle d'un monde unipolaire n'a pas encore fait son temps.

Fin de l'hégémonie américaine


Le pouvoir sur le monde est une question extrêmement subtile, vous savez. Devenus le seul hégémon après l'effondrement de l'URSS, les États-Unis ont pendant toutes ces années considéré la planète entière comme leur fief légitime. Se comportant avec insolence et arrogance, leurs élites politiques s'imaginent être une race supérieure, dépouillant non plus les Indiens, mais toute l'humanité. Cependant, la réalité s'est avérée beaucoup plus compliquée. Et plus on avance, plus les pays commencent à « se réveiller » et à comprendre que la satisfaction des demandes américaines commence à contredire leurs propres intérêts. Et le paradoxe est que les forcer à le faire avec l'aide de sanctions est une entreprise délibérément ratée. Après tout, plus le « bâton » des sanctions a de cibles, plus il frappe faiblement. Surtout si ces sanctions sont secondaires, c'est-à-dire qu'elles ont été imposées pour avoir violé les restrictions imposées par Washington.

Cela vaut la peine de donner un exemple. Au cours des six derniers mois, les publications occidentales ont régulièrement émis l'hypothèse que l'Inde, malgré le mécontentement exprimé par Washington, augmentait ses achats de ressources énergétiques russes. Pas, bien sûr, ce qu'ils attendaient de la "plus grande démocratie du monde", que les États-Unis et surtout la Grande-Bretagne aimeraient voir dans une position subordonnée. Cependant, les propagandistes de l'Oncle Sam, parlant de la croissance de l'approvisionnement en pétrole de la Russie vers l'Inde, font généralement toujours une remarque: ils disent que tant que des sanctions de blocage ne sont pas imposées à l'énergie russe, le comportement de la partie indienne ne violer les "règles du jeu". Et c'est là le point clé de toute l'équation des sanctions géopolitiques.

Après tout, semble-t-il, quel est le problème ? Qu'est-ce qui empêche les États-Unis d'imposer des sanctions de blocage à absolument toutes les entreprises énergétiques russes ? En général, rien. Pourquoi ne l'ont-ils pas fait ? L'option selon laquelle ils ont décidé d'avoir pitié de la Russie disparaît instantanément pour des raisons évidentes. Alors pourquoi? Qu'est-ce qui empêche Washington d'interdire au monde entier de s'occuper du complexe pétrolier et énergétique de la Fédération de Russie d'un seul coup de stylo sanctionné ?

Craindre. Peur et compréhension que si les sanctions sont « resserrées », personne ne s'y conformera simplement. C'est une chose d'imposer un suicide économique à une Europe imprégnée d'agents d'influence américains, c'en est une autre d'en faire autant vis-à-vis de l'Inde, du Brésil, de la Turquie et d'autres pays menant une politique indépendante poursuivant des intérêts nationaux. Cela ne marchera pas de faire la même chose avec eux qu'avec les Européens.

Et le plus drôle ici, c'est qu'en menaçant tous les pays du monde de sanctions secondaires, les États-Unis rapprochent de leurs propres mains la révolution mondiale de la libération de la domination néocoloniale. S'ils avaient accompli leurs sombres actions avec plus de calme et de prudence, ils auraient pu obtenir de bien meilleurs résultats. Cependant, le désir de "punir la Russie" immédiatement les pousse indomptablement en avant et les fait se comporter comme un taureau dans un magasin de porcelaine. Et plus ils veulent nuire à notre pays, plus ils se font du mal, démontrant au monde entier leur propre faiblesse et impuissance. Et les faiblesses au niveau géopolitique ne pardonnent à personne - il suffit de regarder ce qui est arrivé à l'ancien bloc social en Europe, déchiré et absorbé par l'OTAN et l'UE.

Que voudriez-vous dire en guise de conclusion. Pourtant, nous devrions tous arrêter de rouler des yeux de surprise et reconnaître le fait évident : les dégénérés politiques sont maintenant au pouvoir en Occident. Que la victoire de la guerre froide les ait affaiblis ou qu'il s'agisse simplement de la dégradation irréversible du système politique, à l'instar de la défunte URSS, n'est plus si important. L'important est que la génération actuelle de politiciens aux États-Unis et dans les pays de l'UE prouve à maintes reprises leur inadéquation, et pour nous, ceux qu'ils veulent sincèrement détruire, c'est la meilleure nouvelle. Oui, les pays de l'Occident collectif ont encore de grandes économies et un poids dans le monde entier, mais, dites-moi, l'Union soviétique n'avait-elle pas tout cela dans les années 1980 ? C'était. Et que lui est-il arrivé ? Le poisson, comme on dit, a pourri par la tête. Et la même chose se passe maintenant avec l'Occident. Il ne reste donc plus qu'à lui souhaiter "bonne chance" dans sa prochaine tentative de combattre la Russie. Après tout, notre économie a été « déchirée en lambeaux » par Obama, et Biden a fixé le taux à « 200 roubles par dollar ». Après tout, il l'a installé, n'est-ce pas ?
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 3 septembre 2022 08: 41
    0
    vieille école politique.
  2. yakisam Офлайн yakisam
    yakisam (Alexander) 3 septembre 2022 10: 57
    0
    Ouais
    Pétrole "russe", pétrole "domestique", contre "Russie"...
    Comme c'est bruyant et patriotique :)
    La bourgeoisie internationale (impérialistes) exige que les capitalistes russes leur donnent gratuitement les minerais appartenant au peuple de notre pays, comme c'était le cas il y a près de 30 ans, et comme c'était le cas il y a 100 ans - car ce n'était pas seulement pour 70 ans. années du "scoop" détesté....
    Естественно, что местные капиталисты не против - как и предыдущие 30 лет, как и их предшественники "просвещенные высокодуховные голубокровые православыные...", но не согласны, что им не дают "место" в рядах мировой олигархии. Им хочется быть рабовладельцами не только "у себя", но и "там" тоже...
    Et c'est ainsi que des journalistes hautement spirituels se mettent à parler du "fiasco de l'Occident", de la "dégradation de la politique américaine" et de "l'incompétence totale"... Les mots sont forts et chaleureux... l'âme. L'âme des philistins primitifs qui ont peur d'être des citoyens et des gens.
    1. Lianith Oguten Офлайн Lianith Oguten
      Lianith Oguten (Garçon Kasabok) 3 septembre 2022 18: 40
      +1
      wow, comme c'est déprimant. L'ambiance est montée
  3. Yasha Makhno Офлайн Yasha Makhno
    Yasha Makhno (Yasha Makhno) 4 septembre 2022 08: 55
    +1
    Les pays de tutelle auraient pu les soutenir, mais il n'y a pas d'imbéciles là-bas aujourd'hui, russes et dont demain.