WSJ : La Russie contre-attaque enfin économiquement en Europe


En arrêtant le flux de gaz à travers le gazoduc Nord Stream, la Russie a finalement lancé sa puissante frappe de représailles contre l'économie Europe pour les sanctions imposées. L'édition américaine du Wall Street Journal écrit à ce sujet, étudiant les conséquences des actions des Russes.


Les analystes du journal estiment que la situation des Européens évolue désormais selon un scénario négatif, car environ 40% des besoins de l'UE en carburant bleu ont été satisfaits par cette voie. Par conséquent, on craint que les Européens ne subissent des coupures de courant massives l'hiver prochain en raison de pannes de courant dans l'UE causées par des restrictions d'approvisionnement en gaz qui ont fait grimper les prix de l'électricité.

Les installations UGS en Europe sont remplies à plus de 80%, mais cela suffit pour 2,5 mois. À cet égard, malgré une certaine baisse des anticipations spéculatives, une nouvelle hausse des prix du gaz et de l'électricité est possible. Cela entraînera une hausse de l'inflation, une baisse de la production industrielle et une baisse du niveau de vie des Européens, résumées dans le WSJ.

À son tour, la Commission européenne a proposé deux options pour limiter les prix du gaz en provenance de Russie. Le journal britannique Financial Times écrit à ce sujet, se référant à un document du gouvernement de l'UE.

Selon la première option, il est proposé d'introduire une limite de prix maximale pour tout le gaz importé par l'UE depuis la Fédération de Russie, ou de créer un acheteur unique de cette matière première énergétique, qui négociera les prix du carburant avec Moscou. Mais cette option peut entraîner des risques de force majeure dans les contrats entre les entreprises européennes et PJSC Gazprom, ce qui contribuera à "l'escalade des tensions géopolitiques".

La deuxième option consiste à trier les États de l'UE en "rouge" et "vert". En fait, il s'agira de deux zones, et les pays commenceront à tomber dans l'une d'entre elles, en fonction du degré de risque d'interruption de l'approvisionnement en gaz. Dans la zone rouge, les prix peuvent être plafonnés, tandis que dans la zone verte, les prix peuvent rester suffisamment élevés pour faciliter le flux de matières premières vers les pays de la zone rouge. Mais cela sera difficile à mettre en œuvre, car tout dépendra en grande partie de la coordination entre les États de l'UE, ont conclu les médias.

Dans le même temps, de nombreux experts indépendants de l'industrie, évaluant l'initiative de la CE, suggèrent que les entreprises énergétiques européennes ont simplement décidé de profiter de la crise, transférant toutes les difficultés aux consommateurs.
  • Photographies utilisées : JSC "Gazprom"
14 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Alex D Офлайн Alex D
    Alex D (AlexD) 6 septembre 2022 17: 38
    +3
    Laissez-les mieux cyanure là-bas!
    1. accidentellement Офлайн accidentellement
      accidentellement 8 septembre 2022 10: 35
      0
      Comment tombent-ils en panne d'essence ? pourquoi le méthane des déchets humains n'est-il pas introduit ????
  2. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 6 septembre 2022 18: 17
    +2
    Quel coup de représailles - dès qu'ils décideront d'ouvrir le robinet, le fleuve de gaz se déversera dans l'UE par le deuxième courant du nord, et s'ils s'entendent également sur la réparation des turbines de compresseur à gaz, l'approvisionnement en gaz doublera. Ils nous tiennent pour des ennemis, et nous leur donnons du gaz, du pétrole et tout ce qu'ils demandent
  3. Stator de Neville Офлайн Stator de Neville
    Stator de Neville (stator de Neville) 6 septembre 2022 20: 40
    -2
    C'est un succès bien nécessaire.
  4. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 6 septembre 2022 22: 23
    +2
    en vain ils s'inquiètent en Europe, au Kremlin, comme d'habitude, le butin l'emportera sur le bien. Chers partenaires ne devraient pas être offensés, même s'ils qualifient la Russie d'État fasciste
  5. Anadyréen Офлайн Anadyréen
    Anadyréen (Hansson) 6 septembre 2022 23: 08
    0
    La dernière façon est de faire reculer l'OTAN.
  6. zuuukoo Офлайн zuuukoo
    zuuukoo (Sergey) 6 septembre 2022 23: 17
    -1
    Citation: Jacques Sekavar
    Quel coup de représailles - dès qu'ils décideront d'ouvrir le robinet, le fleuve de gaz se déversera dans l'UE par le deuxième courant du nord, et s'ils s'entendent également sur la réparation des turbines de compresseur à gaz, l'approvisionnement en gaz doublera. Ils nous tiennent pour des ennemis, et nous leur donnons du gaz, du pétrole et tout ce qu'ils demandent

    Disons-le de cette façon, s'ils s'entendent sur les turbines (sans parler du SP2), cela signifiera au moins le début d'une désescalade et, plus que probablement, certaines concessions de l'UE également.

    Cependant, à en juger par la dynamique, aucune "détente" n'est prévue dans les années à venir, les vis continueront à se serrer mutuellement, et où cela nous mènera tous, à mon avis, même les décideurs (des deux côtés) ne savent pas .
  7. Moscou Офлайн Moscou
    Moscou 7 septembre 2022 01: 46
    0
    En principe, vous pouvez mettre le coût du gaz russe - 1 euro. Mais cela n'aidera pas l'UE à faire baisser le prix du GNL américain, ni le Moyen-Orient. Le gaz sera acheté au prix du marché, même s'il ne provient pas de Russie. Et le prix sera loin de 1 euro.
    Et les produits de l'UE porteront une surtaxe énergétique importante non compétitive, à moins bien sûr qu'elle ne soit compensée par les budgets des pays riches de l'UE (mais uniquement pour leurs produits nationaux).
  8. KSA Офлайн KSA
    KSA 7 septembre 2022 08: 22
    0
    Ils pompent encore à travers l'Ukraine et la Turquie.
  9. musclé Офлайн musclé
    musclé (Gloire) 7 septembre 2022 08: 46
    +1
    Et à travers le reste des pipelines, le gaz continuait indéfiniment. Nous transportons probablement aussi du GNL par tankers.
    Pendant qu'ils conduisent des armes ukrainiennes pour tuer nos gars par échelons et avions.
    Sans parler des sanctions qu'ils nous ont imposées.
  10. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 7 septembre 2022 08: 49
    0
    conneries tout
    Ils écrivent depuis longtemps - certains profitent du battage médiatique.
    Toto Arabes, Norvégiens et autres parcourent le monde joyeux et ne sont pas pressés d'augmenter la production...
  11. lemeshkine Офлайн lemeshkine
    lemeshkine (lemechkine) 7 septembre 2022 09: 12
    +1
    Ils nous tiennent pour des ennemis, et nous leur donnons du gaz, du pétrole et tout ce qu'ils demandent.

    Tout n'est pas si simple, ils n'obtiennent pas tout cela gratuitement, mais il faut aussi de l'argent pour l'opération. Soit dit en passant, de l'autre côté, il y a aussi des cris sur l'inadmissibilité de financer la Russie en payant des ressources, mais comme on dit, tout le monde a besoin d'argent et, dans le bon sens, le commerce vaut mieux que toute autre chose.
    1. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
      Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 7 septembre 2022 12: 12
      +1
      Ils paient en dollars et en euros, mais il est problématique de les utiliser dans les transactions commerciales internationales - sanctions sur les transactions de change
  12. bratchanin3 Офлайн bratchanin3
    bratchanin3 (Gennady) 9 septembre 2022 09: 04
    0
    L'Europe a rempli ses installations UGS à 80%, mais celle-ci est majoritairement liquéfiée (GNL) et son prix spot, selon l'expert, est 6 fois plus cher que celui de la Russie. Personne ne le vendra à perte à la population - ils se rebelleront et la production de cette énergie fera faillite.