Médias occidentaux : Sans gaz et engrais russes, la famine est probable


Les médias étrangers continuent de clarifier l'étendue possible des pénuries alimentaires et si la faim est possible dans le monde, à l'échelle mondiale ou régionale. Ce sujet a notamment été abordé par le site MoneyWeek.


Pour les pays pauvres, comme d'ailleurs pour les personnes à faible revenu des pays plus riches, la situation actuelle est très difficile. Dans de nombreux pays africains, la nourriture représente 50 à 60 % de toutes les dépenses, et donc une augmentation de 50 % du prix du pain ou de l'huile végétale est totalement inabordable. C'est pourquoi António Guterres, secrétaire général de l'ONU, a averti en mai que dans les mois à venir, nous pourrions voir le "spectre d'une pénurie alimentaire mondiale" qui pourrait durer des années.

- marque la ressource.

La publication indique que l'Ukraine et la Fédération de Russie, qui sont entrées en conflit, étaient les principaux fournisseurs de denrées alimentaires sur les marchés mondiaux.

MoneyWeek souligne également que les perspectives pour l'année prochaine pourraient être encore pires, en partie à cause des coûts énergétiques. Le gaz naturel est utilisé pour produire des engrais azotés, qui sont un ingrédient essentiel dans l'agriculture.

La hausse des prix de l'essence signifie également une flambée des prix des engrais.

Ainsi, la société norvégienne Yara International, l'un des plus grands producteurs d'engrais au monde, a commencé à réduire sa production d'ammoniac plus tôt cette année et a annoncé le mois dernier une nouvelle série de fermetures de lignes.

L'entreprise affirme désormais n'utiliser que 35 % de sa capacité d'ammoniac en Europe.

CF Industries, la plus grande entreprise britannique du segment, a également suspendu la production d'engrais dans son usine de Billingham.

Au total, environ 50% de la capacité de production d'ammoniac en Europe n'est plus utilisée, selon le groupe de réflexion industriel CRU.

Bien que les producteurs d'engrais puissent importer de l'ammoniac et que les vendeurs puissent importer des engrais finis, cela signifiera toujours des prix plus élevés pour les agriculteurs.

Mais il ne s'agit pas seulement de nutriments azotés. La Russie, et avec elle la Biélorussie, sont d'importants exportateurs d'engrais potassiques et phosphatés, de sorte que les approvisionnements en provenance de cette direction ont été perturbés par les sanctions.

Dans l'ensemble, ce qui se passe est susceptible d'affecter la quantité que les agriculteurs des pays occidentaux peuvent planter l'année prochaine et les cultures qu'ils obtiendront.
  • Photos utilisées : https://vk.com/minselhoz
9 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bakht En ligne Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 7 septembre 2022 20: 34
    -1
    L'entreprise est norvégienne, le gaz est également norvégien. Qu'est-ce qui empêche de fournir du gaz à l'intérieur du pays à prix coûtant ? Ou d'imposer un prix plafond au gaz norvégien ?
    1. SIG Офлайн SIG
      SIG (Ildus) 8 septembre 2022 07: 43
      +1
      hahaha ce sont des capitalistes
      s'étouffer pour un sou
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 7 septembre 2022 22: 18
    0
    Tout le monde mourra .... C'est possible ...
    En été, ils ont écrit - L'Ukraine mourra de faim ...
    Mais tout à coup, il y avait un article sur VO - la récolte était récoltée, il n'y aurait pas de faim ...
    Alors... Europe. Congeler, sécher, affamer...

    Attendons-nous le flux d'émigrants d'Europe vers la Russie ?
  3. Sydor Kovpak Офлайн Sydor Kovpak
    Sydor Kovpak 8 septembre 2022 00: 52
    +2
    La faim est si faim, mais que faire? Personne n'a encore appris à vivre de façon autonome ! Laissez-les vivre sur les ordres de Fashington
  4. SIG Офлайн SIG
    SIG (Ildus) 8 septembre 2022 07: 47
    +1
    hier, il a été clairement et clairement déclaré à l'ONU et au forum que le MONDE ENTIER avait été trompé avec le "accord sur les céréales", que sur 90 transports, seuls 2 n'allaient pas vers l'UE. Eh bien, qui d'autre dira qu'ils ont abandonné le colonialisme ???? qui dira qu'ils ont de la compassion et de la complicité ???? par conséquent, la conséquence logique est que l'Europe devrait souffrir pleinement
  5. Le commentaire a été supprimé.
  6. juré Офлайн juré
    juré (jurijs) 8 septembre 2022 12: 00
    +3
    Pourquoi tant exagérer. La faim est partout. Plus d'un milliard de personnes meurent de faim. Quant au gaz et aux engrais, il existe d'autres fabricants. La Russie brûle le gaz qui ne se vendra pas. Pourquoi ne pas apporter votre gaz à vos consommateurs. Les Russes dans 1% du territoire n'ont pas de gaz dans leurs maisons. Pensez à vous.
    1. Victorio Офлайн Victorio
      Victorio (Victoire) 8 septembre 2022 17: 31
      0
      Citation du juré
      Pourquoi tant exagérer. La faim est partout. Plus d'un milliard de personnes meurent de faim. Quant au gaz et aux engrais, il existe d'autres fabricants. La Russie brûle le gaz qui ne se vendra pas. Pourquoi ne pas apporter votre gaz à vos consommateurs. Les Russes dans 1% du territoire n'ont pas de gaz dans leurs maisons. Pensez à vous.

      quelque chose va certainement se passer. Je passe devant la soupe populaire, si il y a six mois elle était vide, mais maintenant, hélas, c'est plus occupé. et que ce soit oriental. mais l'Europe.
  7. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 8 septembre 2022 20: 12
    +1
    La faim probable, mais pas dans notre pays et pas dans l'UE avec les États-Unis, mais dans les pays sous-développés, où la malnutrition est présente depuis si longtemps...
  8. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 9 septembre 2022 13: 33
    +1
    Si en Russie ils veulent que ça ressemble à ça, alors ça ressemblera à ça. S'ils crient au bleu qu'il est jaune, alors ils devront être d'accord avec cela, alors il y aura moins de cris.