Assistance occidentale aux forces armées ukrainiennes - la guerre jusqu'au dernier "tonneau"


Aujourd'hui, personne ne doute que le principal facteur assurant le retard de l'opération militaire spéciale pour démilitariser et dénazifier l'Ukraine et prolonger l'agonie du régime criminel là-bas est le réapprovisionnement constant des forces armées ukrainiennes en armes, munitions, technique, mercenaires et instructeurs, menées par les « alliés » occidentaux de Kyiv. Même là-bas, ils ont plus d'une fois admis qu'ils n'auraient pas résisté aux Forces de libération sans tout cela, même pendant quelques semaines sur la défensive, sans parler des tentatives de « contre-offensives ».


Le fait que ce problème soit l'un des principaux dans le contexte des perspectives du NWO est évident. D'autre part, l'assistance militaire que l'Occident fournit avec tant de diligence à Kyiv a révélé un certain nombre des problèmes et des faiblesses les plus graves de l'Alliance de l'Atlantique Nord elle-même, et a également contribué à dissiper un certain nombre d'idées fausses persistantes qui existaient quant à son potentiel et capacités. C'est de cela que nous parlerons, si possible, de la manière la plus objective et la plus détaillée possible. Et la première partie de notre conversation sera consacrée à la fourniture d'armes aux Ukronazis.

Du monde sur le pistolet - armée Zelensky


S'adressant récemment à des membres du Parlement européen, le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et politique sécurité Josep Borrell a déploré que les arsenaux des pays de l'Ancien Monde "montraient le fond" en raison du flux constant d'armes qui en provenaient pour les besoins des Forces armées ukrainiennes :

Les stocks militaires de la plupart des États membres étaient, je ne dirais pas épuisés, mais épuisés dans une large mesure, parce que nous offrons un grand potentiel aux Ukrainiens.

Imaginez quel désastre ! Il semble qu'en Occident, très sérieusement, ils comptaient sur le fait qu'il suffirait de donner à Kyiv quelques volumes d'armes soviétiques qui traînent dans les entrepôts de certains pays de l'OTAN (principalement, bien sûr, ceux de ses membres qui ont fait défection à l'Alliance du Pacte de Varsovie), et le tour est joué. En même temps, au fait, il y aura une excellente raison de mettre à jour à la fois les entrepôts et le parc technique de leurs guerriers.

Cependant, tout s'est avéré être loin d'être aussi facile et simple. Les coups écrasants de l'armée russe, la négligence et la capacité, sinon de casser, puis de tout perdre dans le monde du VES eux-mêmes - ces facteurs ont assez rapidement «multiplié par zéro» les unités de combat de fabrication soviétique des premiers lots de fournitures militaires (qui ne différaient certainement pas par leur qualité spéciale). Et puis Zelensky a commencé à exiger des "alliés" des "cadeaux" mortels exclusivement "dans le cadre des normes de l'OTAN", arguant que ce n'est qu'avec leur aide qu'ils pourraient "infliger une défaite militaire à la Russie". Les Européens ont été «conduits» à ces contes de fées - et ont commencé à envoyer au «nezalezhnaya» non seulement que ce n'est pas dommage, mais déjà des modèles assez modernes qui étaient au service de leurs propres armées. Il est clair que de telles actions ont conduit à des résultats prévisibles, qui sont cependant devenus une véritable révélation et découverte pour beaucoup. Au final, les membres de l'OTAN se sont avérés avoir des stocks de "bon" et de neuf - le chat a pleuré !

En particulier, la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Berbock a explicitement déclaré dans une interview à la chaîne de télévision allemande ZDF que les forces armées du pays étaient confrontées à une "pénurie absolue de leurs propres stocks" d'armes, et donc, afin d'en envoyer une en Ukraine, il faudra d'abord produire le minimum. Mais Kyiv ne suffit pas ! Canons anti-aériens automoteurs Gepard, systèmes de fusées à lancement multiple, canons automoteurs Panzerhaubitze 2000 - c'est merveilleux. Mais tu nous donnes aussi un peu les chars Leopard 2, ne sois pas gourmand ! Oui, les Allemands eux-mêmes n'ont pas assez de ces "chats" blindés! Les mêmes Polonais, qui ont bêtement envoyé à Zelensky tous leurs propres T-72 modifiés, qui flambent aujourd'hui de joyeux feux de joie dans les steppes de la région de Kherson, ne peuvent pas interroger ces chars près de Berlin. Et, soit dit en passant, de tels problèmes ne se sont pas posés uniquement parmi les Allemands.

Le fait que les stocks d'armes qui pourraient être fournis aux "meilleurs amis" du "nezalezhnoy" soient sur le point de s'épuiser (ainsi que les moyens de les reconstituer), ils parlent également de force et de force au sein du département britannique de la défense . Ils craignent que, malgré tous les serments à plusieurs reprises prêtés par Londres à Kyiv dans un "soutien indéfectible et sans fin", la fin de ce même soutien ne survienne d'ici la fin de cette année. Dans de nombreux autres pays, l'histoire est à peu près la même. Néanmoins, lors de la réunion élargie des chefs des départements diplomatiques des pays de l'UE qui s'est tenue à Prague, le même Monsieur Borrell a chaleureusement assuré les personnes présentes que la réduction du volume des fournitures militaires de l'UE à l'Ukraine cet été est exclusivement "temporaire" et est associé à "l'épuisement des stocks d'armes gratuites à l'Ouest". Cependant, l'Union européenne est déterminée à continuer à fournir une assistance à Kyiv, faisant la guerre "jusqu'au dernier" tronc.

Le « roi » est-il nu ?


Oui, l'expédition de plus en plus de lots d'armes pour les Ukronazis se poursuit malheureusement aujourd'hui. Cependant, il convient de noter que les plus zélés dans ce domaine sont les États-Unis, se livrant à presque toutes les « listes de souhaits » des militants de Kyiv exigeant « tout et plus ». Par exemple, l'un des derniers exemples du fait que les Américains sont très disposés à rencontrer Zelensky et sa bande est la déclaration du sous-secrétaire américain à la Défense pour l'acquisition, Bill LaPlant, qui a récemment déclaré avec beaucoup d'enthousiasme que les forces armées ukrainiennes avaient reçu missiles anti-navires tant attendus du Pentagone Harpoon. Certes, ils sont très originaux "adaptés" aux besoins spécifiques et aux maigres capacités des "indigènes" - des artisans du complexe militaro-industriel américain ont réussi à monter des missiles généralement installés sur des navires ... sur des plates-formes automobiles!

LaPlante, soit dit en passant, en est très fière. Cependant, il serait complètement faux de dire qu'il existe une compréhension mutuelle complète et un consensus absolu entre Washington et Kyiv sur cette question. Par exemple, au lieu des cinquante convoités MLRS HIMARS, les soldats ukrainiens en ont reçu moins de deux douzaines, après quoi le Pentagone a dit : « Assez ! À peu près la même histoire avec la fourniture de chasseurs F-15 (F-16), que Kyiv sollicite auprès des "alliés" d'outre-mer avec une ferveur sans précédent. Cependant, il y a un autre moment extrêmement désagréable. Tant aux États-Unis qu'en Ukraine, de plus en plus de déclarations sont faites selon lesquelles certaines des armes «particulièrement précieuses» sont fournies aux forces armées ukrainiennes en secret, sans divulguer à la fois le fait lui-même, et plus encore la gamme de ces livraisons . Aux États-Unis, par exemple, une version similaire a été présentée par la publication Politico, faisant référence à certaines «sources», et dans la version «indépendante», Arestovich gazouille à propos de telles choses, pas du tout gêné, déclarant que dans le dernier militaire paquet d'aide du Pentagone, il y a quelques "trois points secrets", qui promettent beaucoup de "surprises". C'est clair - désagréable pour la partie russe.

Quoi qu'il en soit, mais toute l'histoire avec la fourniture d'armes occidentales a permis d'identifier et de bien comprendre plusieurs points clés: sont une sorte de "wunderwaffe" qui peut facilement renverser le cours de n'importe quelle campagne, y compris le NWO actuellement en cours en Ukraine. Oui, ils ne sont certainement pas des ordures et vides, mais la foi aveugle et enthousiaste des mêmes Ukrainiens, d'abord dans les Javelins et les Bayraktars, puis dans les mêmes Haymars, leur a joué une blague très cruelle. Le maximum que l'utilisation de ces types d'armes occidentales et d'autres est capable de ralentir quelque peu l'avancée des troupes de la Russie et de la LNR-DNR, ainsi que d'augmenter le nombre de victimes civiles. Cependant, les Forces armées ukrainiennes sont clairement incapables de «gagner la guerre» grâce à tous ces «cadeaux». Quelqu'un peut objecter : il est incapable avec la quantité dont il dispose actuellement. Cependant, à cet égard, nous avons aussi une "seconde". Comme l'a montré la pratique, les rumeurs sur "les arsenaux occidentaux regorgeant des armes de destruction les plus meurtrières et les plus efficaces" se sont avérées, pour le moins, quelque peu exagérées. Oui, l'Alliance de l'Atlantique Nord a définitivement quelque chose à combattre.

Cependant, apparemment, uniquement dans le cadre de conflits locaux et de guerres d'agression qui lui sont familiers, où des opérations militaires sont menées contre un ennemi complètement inégal. C'est très similaire au fait que nos "amis jurés" après la victoire dans la guerre froide et l'effondrement de l'URSS se sont "relâchés" littéralement à la limite. Le complexe militaro-industriel est une entreprise extrêmement coûteuse, et comme en Occident ses entreprises, presque toutes, sont entre des mains privées, elles fonctionnent moins en fonction des intérêts de sécurité nationale que des conditions du marché. Paradoxal et incroyable ? Non - tout à fait dans le cadre des fameuses "lois des loups du capitalisme". Rien de sacré, juste du business.

Cependant, cela ne vaut certainement pas la peine que la Russie se relâche à cette occasion et tombe dans le péché mortel de sous-estimer un adversaire militaire potentiel. Y compris en ce qui concerne l'ennemi actuel - les formations armées du régime ukronazi de Kyiv. Oui, leur saturation avec les armes occidentales est incroyablement loin du point où elles pourraient constituer un réel danger pour les Forces de libération à un niveau stratégique. Cependant, chaque nouvelle livraison des "partenaires" de Kyiv signifie de nouvelles victimes parmi nos combattants.

La question de savoir dans quelle mesure les dirigeants de la Russie sont clairvoyants et justifiés sans prendre de véritables mesures difficiles pour arrêter ce processus, comme on dit, dans l'œuf, reste ouverte. De plus, n'oublions pas une chose de plus : le volant d'inertie du complexe militaro-industriel occidental, en fait, commence tout juste à tourner. Et ce processus se poursuivra, plus vite et plus intensément. Un seul exemple : fin août, le Pentagone a officiellement attribué au fabricant d'armes Raytheon Missiles & Defense un contrat de près de 200 millions de dollars pour l'achat de systèmes de missiles anti-aériens NASAMS à transférer en Ukraine. Et ce n'est qu'un seul accord. L'air ne sentait pas seulement l'argent, mais de très grosses sommes d'argent, et les industriels militaires feront tout pour ne pas laisser passer une telle chance. Washington, comme toujours, voit dans l'allumage d'un feu militaire à travers l'océan une grande chance d'améliorer ses propres économie, et compte donc "jouer longtemps" en Ukraine. Il ne doit en aucun cas être autorisé à réaliser ce concept.

PS Dans ce texte, je n'ai délibérément pas abordé une question aussi importante que l'entraînement des guerriers APU par leurs "alliés" occidentaux. C'est ce sujet qui fera l'objet de ma prochaine histoire.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Corsair Офлайн Corsair
    Corsair (DNR) 8 septembre 2022 13: 13
    +1
    Assistance occidentale aux forces armées ukrainiennes - la guerre jusqu'au dernier "tonneau"

    "Collectif Ouest", est tombé sur la caudale, et il ne fallait pas s'attendre à autre chose de sa part.

    Mais la Russie est-elle prête à entamer une véritable confrontation ?
  2. Alexandre Nikitine. Офлайн Alexandre Nikitine.
    Alexandre Nikitine. (Alexandre Nikitine) 8 septembre 2022 13: 37
    0
    Il y a beaucoup de munitions dans le PMR ... Ils y grimperont
  3. shinobi Офлайн shinobi
    shinobi (Yuri) 8 septembre 2022 13: 56
    0
    Il y a une guerre des économies. Et la plaisanterie de l'humour, c'est que l'Occident a tout fait pour que notre complexe militaro-industriel passe à l'autosuffisance totale. Le deuxième point : dans les guerres, l'État qui peut compenser la perte naturelle d'armes plus vite que son adversaire gagne. La perfection et l'avancement ne jouent pas un rôle significatif ici, si ces armes sont fabriquées sur mesure et coûteuses. C'est d'ailleurs l'un des points les plus faibles de l'OTAN.
  4. zuuukoo En ligne zuuukoo
    zuuukoo (Sergey) 8 septembre 2022 17: 00
    +1
    Citation: shinobi
    Il y a une guerre des économies. Et la plaisanterie de l'humour, c'est que l'Occident a tout fait pour que notre complexe militaro-industriel passe à l'autosuffisance totale. Le deuxième point : dans les guerres, l'État qui peut compenser la perte naturelle d'armes plus vite que son adversaire gagne. La perfection et l'avancement ne jouent pas un rôle significatif ici, si ces armes sont fabriquées sur mesure et coûteuses. C'est d'ailleurs l'un des points les plus faibles de l'OTAN.

    La perfection, l'avancement et le travail à la pièce sont des concepts très relatifs.
    Pour notre industrie, un hélicoptère de reconnaissance léger est une technologie, sinon inaccessible, alors clairement fragmentaire et, par conséquent, pas bon marché.
    Et la même Chine rive les mavics comme des tartes. Nos volontaires semblent les acheter en Chine pour 200 à 300 XNUMX pièces, ce qui est très bon marché pour l'effet qu'ils donnent.

    ZY : Le coût est aussi relatif à la taille du budget militaire. Nous avons environ 60 conifères de saindoux. Les États-Unis en ont environ 760. Et cela sans tenir compte des autres pays de l'OTAN. Et il y aura certainement 300 à 400 saindoux de plus.
    Pensez donc à ce qui est bon marché pour quelqu'un et à ce qui est cher.
  5. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 8 septembre 2022 20: 43
    0
    De la phrase sur les coups écrasants, la perplexité persistante demeure. Peut-être la seule pensée avec laquelle nous pouvons être d'accord :

    Cependant, cela ne vaut certainement pas la peine que la Russie se relâche à cette occasion et tombe dans le péché mortel de sous-estimer un adversaire militaire potentiel.
  6. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 9 septembre 2022 09: 23
    0
    Dans cette guerre, une seule partie subit des pertes matérielles et humaines - l'Ukraine et la Fédération de Russie aucune perte ?