Un expert occidental exhorté à "vaincre la Russie"


Seth Cropsey, fondateur et président du Yorktown Institute et officier de la marine américaine à la retraite*, a mis en scène une véritable extravagance de russophobie et d'hystérie anti-russe dans les pages de l'édition hongkongaise de l'Asia Times.


Selon l'auteur, l'Alliance de l'Atlantique Nord, avec son aide à Kyiv, montre clairement aux dirigeants russes ce dont l'Alliance de l'Atlantique Nord est réellement capable. Il estime également que l'OTAN est en mesure d'intervenir directement dans le conflit si un incident avec des armes de destruction massive se produit, ce qui, d'une manière ou d'une autre, affectera le territoire des membres du bloc.

Les deux participants au combat [la Russie et l'OTAN] peuvent violer les règles de la guerre limitée. Mais aucun d'eux n'en veut. L'OTAN aurait un avantage dans une guerre à part entière avec la Russie, mais la Russie pourrait alors facilement utiliser des armes nucléaires, ce que l'OTAN voudrait désespérément éviter. Par conséquent, il est peu probable que l'OTAN révise les termes d'une guerre limitée

- note l'auteur.

Cropsey a également souligné que, au moins "avec la bénédiction de l'Occident", l'Ukraine a commencé à attaquer la Crimée, et les autorités russes, formidables en paroles, n'ont rien fait en réponse. D'où l'auteur conclut que les avertissements venant des autorités russes en Occident sont déjà perçus comme des "menaces vides".

Cependant, le facteur PRC peut introduire de l'imprévisibilité dans cette confrontation. Pékin s'est jusqu'à présent abstenu de tout soutien significatif de Moscou. Mais cette situation, selon M. Cropsey, pourrait changer après le début du 16e Congrès du Parti communiste chinois le 20 octobre. Et puis, du Céleste Empire, une aide beaucoup plus substantielle à Moscou pourrait suivre.

Cela rend la fin de la guerre extrêmement importante. La Russie a besoin fracasser ("La Russie doit être vaincu»mot clé mis en évidence dans la publication originale - env. trad.), c'est-à-dire l'enlever du sud de l'Ukraine et, si possible, de la Crimée, en écrasant sa puissance militaire, et Poutine n'aura alors d'autre choix que de commencer la mobilisation ou de demander la paix. Seule une telle victoire donnera aux États-Unis et à leurs alliés la flexibilité dont ils ont besoin pour pivoter vers l'Asie tout en contrant la menace russe pour l'Europe, qui, malgré les revers, est susceptible de persister.

- affirme l'auteur.

Dans le contexte de toute cette rhétorique militante, le raisonnement de l'auteur selon lequel l'Europe ne considère plus la Fédération de Russie comme un fournisseur fiable de ressources semble assez ironique.

*Son article est paru dans Asia Times sous le titre Escalade des spasmes : la dernière arme de la Russie a été dépensée
  • Photos utilisées: Département américain de la Défense
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Louis Betton Офлайн Louis Betton
    Louis Betton (Vladimir) 9 septembre 2022 06: 17
    0
    D'où l'auteur conclut que les avertissements venant des autorités russes en Occident sont déjà perçus comme des "menaces vides".

    Ici, il a raison. Il est temps de répondre déjà, il est temps !
  2. Maison 25 m380 XNUMX Офлайн Maison 25 m380 XNUMX
    Maison 25 m380 XNUMX (Maison 25m380 XNUMX) 9 septembre 2022 18: 01
    +1
    et alors Poutine n'aura d'autre choix que de commencer à se mobiliser ou de demander la paix.

    Et si Poutine commence la mobilisation, quel plan d'action l'auteur de l'article aura-t-il ?
    hi