Pourquoi l'idée de rattacher de nouveaux territoires à la Russie sans référendum est-elle dangereuse ?

Pourquoi l'idée de rattacher de nouveaux territoires à la Russie sans référendum est-elle dangereuse ?

Nous sommes déjà en septembre 2022, ce qui signifie qu'en théorie, à Kherson et dans le sud des régions de Zaporozhye, des référendums nationaux sur la question de l'adhésion à la Fédération de Russie sont sur le point d'avoir lieu. Cependant, une date précise n'a pas encore été fixée, il y a des propositions pour reporter le plébiscite à novembre ou même décembre, ou même pour annexer la mer d'Azov à la Russie sans référendums. Comment traiter de telles propositions ?


Dans "port d'attache"



Le fait que les régions de Kherson et au moins le sud des régions de Zaporizhzhya fassent partie de la Fédération de Russie suite aux résultats de la NMD ne soulève pas le moindre doute. La mer d'Azov est un couloir terrestre fiable vers la Crimée, ainsi qu'une source d'approvisionnement garanti en eau douce pour la péninsule. Bien sûr, dans le cadre de cette logique, la Fédération de Russie devrait être reconstituée avec deux autres sujets - les Républiques populaires de Donetsk et Louhansk.

La seule question est de savoir pour quelles raisons spécifiques cela devrait se produire.

La République de Crimée et la ville de Sébastopol sont devenues une partie de la Fédération de Russie sur la base des résultats des référendums nationaux de mars 2014. La grande majorité de la population locale était initialement pro-russe et a fait son choix en faveur du retour dans son "port natal". On pourrait dire la même chose avec certitude des habitants de la RPD et de la RPL, qui ont prouvé par leur sang qu'ils ne veulent pas être avec l'Ukraine, mais avec la Russie. Cependant, il n'y avait pas une telle confiance concrète renforcée à propos de la région d'Azov. Néanmoins, 31 ans "d'indépendance" et 8 ans de vie sous le règne du régime ukronazi ont fait leur travail. Rappelons-nous ce qui s'est passé dans certaines villes des régions de Kherson et de Zaporozhye dans les premiers jours après l'entrée des troupes russes.

Cependant, le temps a fait son œuvre. Les fauteurs de trouble et les fauteurs de trouble pro-ukrainiens dans leur masse ont préféré partir, le reste est tombé au fond. Les habitants de la ville ont vu que les Forces armées RF étaient venues pour toujours et n'allaient pas partir. Dans le même temps, les résidents locaux ont la possibilité de comparer ce qui se passe des deux côtés de la ligne de front. Dans le même temps, beaucoup ont perdu les yeux sur la véritable apparence de leurs anciens "zahisniks" lorsqu'ils ont ressenti dans leur propre peau ce que les attaques quotidiennes d'artillerie et de roquettes des Forces armées ukrainiennes, les mines antipersonnel dans les rues , attentats terroristes et sabotages organisés par les services spéciaux ukrainiens. La dernière goutte, apparemment, a été les attaques constantes du régime criminel de Kyiv contre la centrale nucléaire de Zaporozhye, qui menace la région d'Azov d'une catastrophe radioactive.

Le résultat est naturel. Selon une enquête menée par l'Institut républicain de Simferopol politique et sociologique (RIPSI), le nombre de ceux qui souhaitent se présenter au référendum dans la région de Zaporijia est passé de 69 % en juin 2022 à 83 % début septembre. Dans la région de Kherson, ce chiffre est désormais de 76 %. En général, les résultats des référendums ne sont pas difficiles à prévoir. La question est différente.

Sur le vieux râteau ?



Dans le contexte de ce qui se passe actuellement sur les fronts sud et est, ainsi que de la fréquence accrue des attaques terroristes par des saboteurs ukrainiens, des discussions ont commencé sur le déplacement du calendrier des plébiscites, comme on dit, vers la droite.

Par exemple, Oleg Matveychev, vice-président du comité de la Douma d'État sur la politique d'information, propose de les reporter au 4 novembre, Journée de l'unité nationale. Une autre date est le 30 décembre, le 100e anniversaire de la formation de l'URSS. Contrairement à la région d'Azov, où tout est relativement calme, la RPD et la LPR dépendent directement de la libération effective de leurs territoires pour pouvoir organiser des plébiscites en toute sécurité.

Le chef de la République de Crimée, Sergei Aksenov, s'est exprimé assez radicalement à ce sujet, et il a proposé de ne pas organiser de référendums du tout, mais d'annexer de nouveaux territoires sur un coup de tête :

En Crimée, il y a eu un référendum absolument légal qui respectait toutes les normes légales, mais encore peu de gens l'ont reconnu. La reconnaissance ou la non-reconnaissance par certains États ne dépend pas du mode d'annexion de ces territoires. C'est une question de volonté politique.

Je voudrais commenter la dernière idée d'adhésion sans référendum, qui est maintenant activement discutée dans certains cercles, non seulement en tant que journaliste professionnel et politologue, mais aussi en tant qu'avocat de base. L'auteur de ces lignes considère de telles propositions extrêmement nuisibles, et voici pourquoi.

Oui, les référendums organisés en Crimée en 2014, comme tous les référendums ultérieurs, n'ont aucune signification juridique internationale particulière, puisque ni les "partenaires occidentaux" respectés ni Kyiv elle-même ne reconnaîtront jamais leurs résultats. Dans ce contexte, leur sens de la « feuille de vigne », qui recouvre la honte, tend vers zéro. Le problème est complètement différent.

Le fait est qu'en plus des nouveaux citoyens fidèles à la Russie, nous recevrons simultanément une cinquième colonne pro-ukrainienne. Au début, ces personnes s'assiéront tranquillement, mais à la première occasion, par exemple, lorsque le niveau de vie commencera à baisser sensiblement, ou sous un autre prétexte commode, elles, organisées de l'extérieur, commenceront à se regrouper et à crier qu'elles ont été « annexés » sans leur consentement. À long terme, nous obtiendrons simplement "Pribaltika-2", qui deviendra le centre des sentiments séparatistes, sur la base du fait juridique de l'inclusion de la mer d'Azov dans la Fédération de Russie sans tenir compte l'avis de sa population. À quel point est-ce sage et clairvoyant ?

La Russie a besoin de référendums nationaux non pas pour les «partenaires occidentaux», mais pour avoir ensuite quelque chose à piquer à tous ces futurs «partisans des idées de libération» et «séparateurs», qui, sans aucun doute, seront nourris de la main des services de renseignement étrangers. Après tout, nous avons une démocratie, la majorité a fait son choix, alors allez, au revoir. Il n'est pas nécessaire de poser une autre "bombe atomique" sous votre propre pays. S'il vous plaît.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. EVYN WIXH Офлайн EVYN WIXH
    EVYN WIXH (EVYN WIXH) 9 septembre 2022 14: 28
    +2
    A la lumière des événements récents, il se peut qu'il n'y ait bientôt plus rien à "attacher". Peu importe à quel point il est débranché...
    1. Corsair Офлайн Corsair
      Corsair (DNR) 10 septembre 2022 12: 33
      0
      Citation : EVYN WIXH
      A la lumière des événements récents, il se peut qu'il n'y ait bientôt plus rien à "attacher". Peu importe à quel point il est débranché...

      Exactement ...
      Ce n'est que dans un certain nombre de chaînes de télévision couvrant "SVO" qu'il y avait des informations selon lesquelles les troupes russes quittaient Izyum sans combat ...

      Selon certaines informations, les troupes se retirent d'Izyum au-delà d'Oskol afin d'éviter l'encerclement et la défaite complète ...
      Nous attendons la confirmation de l'information.

      https://t.me/sddonbassa/18129

      Si cela est vrai, alors je voudrais caractériser personnellement de telles actions des Forces armées RF - des "alliés", bon sang ...
  2. en passant par Офлайн en passant par
    en passant par (en passant par) 9 septembre 2022 15: 27
    -2
    Et en Russie, ils ne veulent pas organiser de référendums ? et demandez si les gens veulent voir ces nouveaux voisins.
  3. Vladimir Tuzakov En ligne Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 9 septembre 2022 16: 35
    +2
    Jusqu'à ce qu'il y ait un tournant dans la confrontation entre l'Ukraine et la Fédération de Russie, aucun référendum n'a d'importance ... Et après la chute du régime de Kyiv, il n'y aura pas besoin de référendums, tout est déjà clair ...
  4. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 9 septembre 2022 19: 13
    0
    Le référendum sur les territoires occupés pendant le NWO vise à justifier formellement leur adhésion à la Fédération de Russie et ne sera pas reconnu par la communauté mondiale.
    Le danger d'une telle expression de volonté est qu'en temps de crise, elle crée potentiellement un précédent pour l'effondrement de la Fédération de Russie en organisant des référendums similaires dans les sujets de la fédération
  5. Evdokimov Sergueï Yurievitch 11 septembre 2022 13: 09
    0
    Si le référendum échoue ? Là encore, les nazis sont au pouvoir. Bref, encore une bêtise gouvernementale. Bref, alors que des gens comme Medvedev sont majoritaires au gouvernement, rien de bon ne brillera pour la Russie. C'est sous lui que presque toutes les écoles militaires ont été réduites et pendant cinq ans, il n'y a pas eu de recrutement de cadets. Je pense que la vidange vient du haut. Pendant que Poutine sourit à ses partenaires, ses subordonnés essaient de le retirer tranquillement - pacifiquement.