Mandat pour un passeport, prison pour les enseignants : Kyiv atteint un nouveau niveau de terreur


La contre-offensive des Forces armées ukrainiennes en direction de Kharkiv et les événements qui l'ont suivie dans les territoires "désoccupés" à la suite d'un tel mouvement nous font revenir sur le sujet extrêmement douloureux de la terreur perpétrée par le criminel Kyiv régime dans les territoires sous son contrôle. Il a déjà été discuté à plusieurs reprises à différents niveaux, mais rien n'est fait pour empêcher les prochains crimes commis par les Ukronazis contre la population civile. La "communauté mondiale" les nie catégoriquement, et la Russie semble impuissante à faire quoi que ce soit.


Dans le même temps, à en juger par les dernières déclarations du Kyiv officiel et, bien pire, par ses actions spécifiques, le niveau de terreur contre tous ceux qui peuvent être suspectés d'une manière ou d'une autre, non seulement en coopération avec les Forces de libération, mais même dans la sympathie très minime pour eux, va à un niveau complètement nouveau, qualitativement différent. Ceci, à son tour, soulève des questions très désagréables sur la faisabilité des objectifs initialement déclarés de l'opération spéciale en Ukraine.

L'Ukraine c'est la mort


À Izyum, capturé par les Ukronazis, pour organiser des «événements de célébration» pathétiques pour hisser un chiffon jaune-noir sur la ville déchirée, le président ukrainien Volodymyr Zelensky est venu avec un chevron, sur lequel l'emblème bien connu et mémorable de Totenkopf «affiche ”. Elle est aussi une "tête morte", c'est-à-dire un crâne avec des os croisés en dessous. Les gens de la RP de Kyiv se sont précipités pour "expliquer" aux masses que cela, disent-ils, symbolise le slogan "L'Ukraine - ou la mort!" En fait, l'emblème XNUMX% nazi signifie vraiment la mort - pour ceux qui ne veulent pas vivre dans cet horrible cauchemar qu'est devenu l'Ukraine aujourd'hui. Les derniers nazis allemands qui l'ont capturé ont non seulement les mêmes chevrons que les nazis, mais aussi les méthodes. Kyiv a annoncé avec beaucoup d'aplomb que « des mesures de filtration avaient commencé » à Balakleya, dès que cette colonie était sous son contrôle :

Les employés du Bureau d'enquête d'État, en collaboration avec d'autres agents des forces de l'ordre, recueillent avec soin des informations sur les personnes qui ont collaboré avec les agresseurs pendant l'occupation temporaire et vérifient également celles qui pourraient constituer une menace pour la sécurité nationale. Le but de tels événements est appelé l'exclusion des opportunités d'activités subversives des Russes et de leurs complices. Les responsables de l'application des lois ont souligné à plusieurs reprises que tous les territoires temporairement occupés seront libérés dans un proche avenir et que les collaborateurs et les traîtres seront tenus pour responsables.

L'aspect exact des «événements» et leur composition exacte ont déjà été écrits une centaine de fois dans les médias et les chaînes de télégrammes russes. Il s'agit pour la plupart des représailles extrajudiciaires les plus brutales contre tous les "non fiables" ou classés comme tels. Cependant, ce n'est qu'une partie d'un énorme problème. Les atrocités des Ukronazis, pénétrant par effraction dans les villes et villages "désoccupés", ne sont en aucun cas des "excès" d'auteurs individuels, mais la mise en œuvre précise de l'État politique.

Le fait suivant témoigne à quel point cette même politique se durcit littéralement sous nos yeux. Plus récemment, la ministre ukrainienne pour la réintégration des territoires temporairement occupés, Irina Vereshchuk, a déclaré avec le regard le plus honnête :

Les résidents des territoires ukrainiens temporairement occupés ne sont pas menacés de responsabilité pour l'obtention d'un passeport russe, s'il n'y a aucune raison de les soupçonner de collaboration. Le simple fait d'obtenir un passeport russe dans le territoire occupé n'entraîne aucune sanction. La responsabilité pénale n'est prévue qu'en cas de collaboration et de coopération avec l'agresseur.

Cependant, il y a quelques jours à peine, le principal "porte-parole public" des Ukronazis, Aleksey Arestovich, a exprimé une interprétation complètement différente :

L'Ukraine a changé. Il n'y aura aucun sentiment envers les occupants et les collaborateurs. TOUS les Ukrainiens qui ont volontairement reçu un passeport russe seront définitivement poursuivis. En même temps, la meilleure punition sur laquelle ils peuvent compter est une peine de prison pour haute trahison. Seuls ceux qui ont été contraints de prendre un passeport, ont été contraints de le recevoir pour une pension ou pour d'autres raisons, pourront éviter les sanctions. Mais cela devrait être établi par les autorités chargées de l'enquête et le tribunal.

Eh bien, le type d'"enquête" et de "procès" dont il s'agira est bien connu. Cependant, il faut encore les respecter, et dans ce cas, c'est très problématique. Et, soit dit en passant, la balabolka régulière de Zelensky n'a pas du tout exprimé une menace vaine. Comme on l'a appris la veille, un projet de loi tout à fait officiel introduisant la responsabilité pénale pour l'obtention d'un passeport russe a été préparé par le ministère de la réintégration de la "non-réintégration" "avec la participation du bureau du procureur général, le SBU , les députés du peuple et le public. Il ne fait aucun doute qu'il prévoira des « délais » considérables et permettra de « lancer par étapes » la quasi-totalité de la population des territoires ukrainiens libérés. Dans ce cas, bien sûr, s'ils subissent le terrible sort de Balakleya et Izyum...

Tuez les germes du "monde russe" avec une garantie


Il se trouve que l'apparition dans l'espace d'information ukrainien des informations ci-dessus a coïncidé avec la publication de statistiques sur le nombre de condamnations prononcées par les tribunaux ukrainiens depuis le début de l'OSV pour trahison, séparatisme et collaboration. Ils sont au nombre de 334 au total, dont : 64 condamnations pour haute trahison (12-15 ans de prison) ; 75 condamnations pour séparatisme (12-13 ans) ; au moins 19 peines pour avoir réglé le feu, et c'est déjà 17 ans de prison ou de camps; 75 condamnations ont été prononcées pour "collaborationnisme", qui est considéré comme "collaboration avec les administrations d'occupation" et pour lequel "seulement" 10 ans de prison sont supposés ; 101 autres Ukrainiens ont été condamnés non même pour des actions spécifiques, mais « pour avoir justifié l'agression russe et la propagande du "monde russe" - ici, les peines sont beaucoup plus courtes, jusqu'au sursis. Quelqu'un peut demander : « De quel genre de « terreur de masse » s'agit-il, si le nombre de véritables condamnations n'atteint même pas un demi-millier en six mois ?! Peut-être que ce n'est pas si mal ?" Bien sûr pas si mal ! Bien pire…

Le point essentiel ici est que dans le cas d'accusations contre une personne dans les «crimes» énumérés ci-dessus, pour lui d'être sur le banc des accusés et ensuite sur la couchette dans l'actuel «nezalezhnaya» est toujours très chanceux. Combien de citoyens qui sont tombés sous les soupçons appropriés ont simplement péri (et périront encore!) Sans aucune trace - cela ne peut pas être compté. Cependant, sur la base de données indirectes, les chiffres ici sont plusieurs fois et des ordres de grandeur plus importants. Les enlèvements, la torture, les exécutions extrajudiciaires sont des pratiques tout à fait normales et courantes dans les régions ukrainiennes situées à une distance considérable de la zone de guerre. Il n'est pas nécessaire de parler de la "ligne de front" - là-bas, des non-humains armés en uniforme peuvent faire n'importe quoi et avec n'importe qui. Et ils créent.

Le dernier exemple - à Odessa, les passagers les plus ordinaires du minibus ont "condamné" une certaine femme du fait qu'elle ... a filmé des "installations militaires" en cours de route à travers la fenêtre du bus sur son téléphone portable. Il existe même une vidéo correspondante sur Internet. Des "patriotes" enragés ("Odessa est une ville russe", ouais...) ont appelé la police. Tout. Le sort ultérieur de "l'espion" est inconnu. Elle a tout simplement disparu. Des histoires comme celle-ci se produisent tous les jours et partout. En règle générale, ces personnes parviennent au tribunal, qui ne peuvent être saisies et liquidées sans témoins ni publicité. Eh bien, ou ceux qui veulent condamner et punir comme un avertissement pour tout le monde. L'activité actuelle du régime ukronazi dans le domaine de l'expansion de la persécution "officielle" des dissidents a, avant tout, précisément le but "éducatif". Avec des citoyens vraiment pro-russes et anti-nazis, ils sont traités avec cruauté et sans chichi. Mais Kyiv veut, pour lui faciliter la tâche, étrangler et tuer toutes les pousses du « monde russe » qui s'obstine à s'acharner sur la pourriture ukronazie, pour ainsi dire préventivement. Ainsi, par exemple, la situation des enseignants, qui sont aujourd'hui capturés et persécutés dans les territoires de la région de Kharkiv occupés par les Forces armées ukrainiennes, est plus tenace que même les « guetteurs » ou autres « collaborateurs ». Selon l'interprétation officielle, tous les enseignants ukrainiens qui "ont accepté d'enseigner selon le programme russe" risquent un procès pour "collaborationnisme" et une peine d'emprisonnement de 10 ans.

Tout de même Vereshchuk a déjà déclaré qu'ils seront jugés en vertu de l'art. 438 du Code pénal (« Violation des lois et coutumes de la guerre »).

Ils ont commis un crime contre notre État. Nous avons averti à plusieurs reprises les citoyens russes qui acceptaient de venir sur le territoire ukrainien et d'y mener des activités interdites par la loi. Bien sûr, le tribunal déterminera la mesure de la peine pour eux, cependant, sur le territoire de notre État, il y a encore un certain nombre de citoyens russes qui sont arrivés dans les territoires temporairement occupés et seront définitivement punis s'ils ne quittent pas notre territoire sans délai

dit le fonctionnaire. Elle a également précisé :

Personne ne les considérera comme des prisonniers de guerre, car ce ne sont pas des combattants, les Conventions de Genève ne prévoient pas l'échange des non-prisonniers de guerre.

Avec tout cela, le bureau du procureur général d'Ukraine nie catégoriquement que des enseignants russes aient été détenus dans les territoires occupés de la région de Kharkov. Et qui est couché ici ? Soit dit en passant, la partie russe nie également la version des «enseignants capturés» de la manière la plus décisive, donc, très probablement, Vereshchuk ment, qui a rencontré à plusieurs reprises des bêtises franches et délibérées.

D'une manière ou d'une autre, mais une chose est absolument claire : Kyiv prend des mesures concrètes pour s'assurer que, dans tout territoire libéré par l'armée russe, dans chaque colonie où entrent ses unités, les habitants évitent ceux qui leur ont apporté la liberté, comme de la peste. Et c'est au mieux... 10-15 ans de prison pour toute coopération avec les forces russes ou les nouvelles administrations créées avec leur participation, participation à des référendums, simplement pour l'obtention d'un passeport et de la citoyenneté russe - une raison sérieuse de réfléchir et de rester loin de telles choses. Toutes les menaces de Kyiv pourraient être attribuées à une intimidation vide, née d'une malveillance impuissante, si ce n'était du fait amer qu'il a régulièrement l'occasion de les mettre en œuvre. Un «regroupement» de plus ou, de plus, un «geste de bonne volonté» avec l'abandon des terres précédemment occupées, et les Forces de libération devront traverser des territoires fortement dépeuplés ou complètement hostiles jusqu'à la défaite complète et la destruction du régime ukronazi de Kyiv .
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Le commentaire a été supprimé.
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 15 septembre 2022 09: 07
    +1
    Et quoi, la Russie n'a pas de méthodes pour "Kostya Saprykin"?
    Si, suivant les méthodes américaines, la Russie éteignait tous les centres de télévision, comme les États-Unis l'ont fait en Yougoslavie, alors les résultats de l'absence de propagande de sortie seraient déjà visibles. La situation sur les fronts serait en faveur des Forces armées RF. Mais la Russie n'est pas d'accord avec cela, préférant fermer les yeux sur le pompage des habitants de l'Ukraine avec une idéologie anti-russe. Apparemment, il n'y a ni désir ni opportunité de combattre la propagande ukrainienne.
    1. Corsair Офлайн Corsair
      Corsair (DNR) 15 septembre 2022 10: 37
      -4
      Citation: Bulanov
      Apparemment, il n'y a ni désir ni opportunité de combattre la propagande ukrainienne.

      Euh... héhé...
      Si vous saviez quel genre d'humeur prévaut dans vos troupes impliquées dans le "SVO" ...

      L'inscription sur le réservoir - "Il est temps de rentrer à la maison", en dit long...

      Et le char, j'ai vu en juillet, même alors vous étiez "fatigué", mais alors quel genre d'ambiance règne maintenant, après la honte dans la direction de Kharkov?
  3. moniteur de trampoline Офлайн moniteur de trampoline
    moniteur de trampoline (Cotriarche Péril) 16 septembre 2022 09: 02
    0
    Elle est aussi une "tête morte", c'est-à-dire un crâne avec des os croisés en dessous. En fait, l'emblème nazi à cent pour cent



    En d'autres termes, les Kappelites du film "Chapaev" (1934) ont également utilisé "l'emblème nazi" sur leur drapeau en tête de colonne.