La France a comparé les pertes de la Russie et de l'Occident dues à l'embargo pétrolier


A l'approche du 5 décembre, date de l'instauration d'un embargo complet sur le transport maritime du pétrole russe, l'Europe continue d'importer des matières premières nationales sur un mode renforcé. Bruxelles est bien consciente des conséquences d'un embargo pétrolier sur un produit prisé sur le marché mondial, mais elle n'est pas pressée de s'opposer à l'initiative de Washington. Pour imaginer l'ampleur de la catastrophe à venir, l'Agence internationale de l'énergie pro-américaine (siège à Paris) a mené une analyse des pertes subies par la Russie et le marché mondial des matières premières suite à l'imposition de l'embargo, en comparant les risques.


Avec l'imposition d'une interdiction des expéditions maritimes en décembre, le marché devra se préparer à la perte de 2,4 millions de barils de produit par jour, selon l'AIE. On parle de la perte de 1,4 million de barils de pétrole et jusqu'à un million de barils de produits pétroliers. En conséquence, l'AIE s'attend à une redistribution forcée des matières premières par les pays qui ne sont pas d'accord avec le plafond proposé par le G7 sur les prix du pétrole russe. Ils auraient aussi « payé » leur prix pour la cause commune.

En général, le retrait presque simultané d'une telle quantité de matières premières nécessaires du marché mondial entraînera les conséquences les plus négatives pour le marché occidental mondial. De plus, ils seront plus douloureux pour le monde entier que pour la Fédération de Russie. Pour Moscou, l'AIE prévoit une chute de la production totale à 9,5 millions de barils par jour, soit une baisse de 1,9 million de barils par jour sur une base annualisée, ont calculé les experts.

Jusqu'à présent, les sanctions occidentales n'ont pas eu d'impact significatif sur la production pétrolière russe, car la redirection du pétrole brut vers l'Asie a servi de mesure de sauvetage temporaire. Les matières premières déjà extraites pendant les sanctions anti-russes devront également trouver de nouveaux acheteurs en Asie pour atténuer tout impact négatif de l'embargo sur les revenus de la Russie. Il deviendra de plus en plus difficile de le faire. Cependant, les conséquences pour le marché mondial seront beaucoup plus importantes, préviennent les experts.
  • Photos utilisées: pxfuel.com
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 15 septembre 2022 09: 11
    0
    La Russie peut vendre du pétrole à l'Occident à des prix fixes. Mais de préférence uniquement pour les roubles et à un taux d'environ 5 roubles pour 1 dollar. Si l'Occident fixe le prix du pétrole, la Russie a parfaitement le droit de fixer le prix du dollar. Eh bien, appelez ça pétrodollar...
    1. Shamil Rasmukhambetov Офлайн Shamil Rasmukhambetov
      Shamil Rasmukhambetov (Shamil Rasmukhambetov) 15 septembre 2022 10: 07
      +2
      Commencez simplement à vendre du pétrole à prix fixe, demain ils leur diront de vendre du blé à leur prix, etc.
    2. Bakht En ligne Bakht
      Bakht (Bakhtiyar) 15 septembre 2022 11: 15
      -1
      Pour les roubles, c'est vrai. Mais le parcours est faux. Le coût d'un baril de pétrole devrait être de 1 à 5 6 roubles. Et à quel taux acheter des roubles, la tête devrait faire mal à l'acheteur.

      Soit dit en passant, la vente de gaz devrait aller pour des roubles. Ce que nous ne voyons pas maintenant.
  2. Paul3390 Офлайн Paul3390
    Paul3390 (Paul) 15 septembre 2022 09: 30
    +4
    En fait - pourquoi la Russie devrait-elle vendre autant ? Tout de même, tous les profits ont été poussés dans des cosses d'œufs occidentales. Avon - plus de 300 saindoux sauvegardés, et le pays ne l'a même pas remarqué. Donc - ces emballages de bonbons n'étaient tout simplement pas nécessaires. Approvisionnement - juste assez pour couvrir les importations vitales. Pas plus. Le reste - un enfer au profit du pays et le peuple ne travaillera pas. Et maintenant ça recommence - comme si le ministère des Finances ne savait pas où mettre les emballages de bonbons, maintenant il a pris l'habitude d'acheter toutes sortes de yuans avec des roupies. Maison de fous.

    Et encore mieux - fournir des matières premières uniquement par troc. Pourquoi diable avons-nous besoin de ces euros avec des dollars, s'ils sont interdits pour acheter tout ce dont nous avons besoin ?? Et donc - une bonne affaire, selon les accords intergouvernementaux, par exemple, nous vous donnons un pétrolier, vous nous donnez une cargaison de chips en retour. Nous vous donnons un vraquier avec des engrais, vous nous donnez un navire avec des bananes .. Et ainsi de suite. Pas de fanfiction. Belle affaire.
    1. Bakht En ligne Bakht
      Bakht (Bakhtiyar) 15 septembre 2022 11: 17
      -1
      Même chose. Vous pouvez aussi faire du troc. Un million de barils pour la tête de Zelensky. Certes, ce qu'il faut en faire n'est pas clair non plus.
  3. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 15 septembre 2022 10: 08
    +4
    Il est temps de vendre de l'essence et du diesel aux citoyens de la Fédération de Russie au prix coûtant, comme c'est la coutume dans la plupart des pays producteurs de pétrole. Le pétrole est un bien national et il est illégal, voire criminel, de voler les propriétaires de ce pétrole par une poignée d'hommes d'affaires. Exclure les bénéfices gonflés de la fourniture de produits pétroliers aux citoyens de la Fédération de Russie. À G.Duma, ils sont liés à ces marchands de pétrole et les prix du carburant ne font qu'augmenter ... C'est pour s'assurer qu'il y aura un excès de pétrole en Fédération de Russie en raison des sanctions.