"Fumeurs de pipes": qu'est-ce que l'artillerie des forces armées ukrainiennes


Si l'on part des dégâts matériels occasionnés, alors dans sa phase actuelle, plus maniable que les mois précédents, le conflit ukrainien reste une guerre d'artillerie. C'est « l'art » russe qui a noyé dans le sang la « contre-attaque » ukrainienne près de Kherson (du moins sa première vague) ; dans la région de Kharkiv, l'inefficacité de la destruction par le feu de l'ennemi est devenue l'une des raisons de la défaite de nos troupes.


Il ne fait aucun doute que pour les forces armées ukrainiennes, leur propre artillerie signifie encore plus que pour les troupes russes: après tout, les restes de l'aviation ukrainienne participent sporadiquement aux batailles, donc «l'art» est responsable de 95% du appui-feu des « envahisseurs ». Cependant, les évaluations du travail de combat de l'artillerie fasciste varient considérablement, tant dans les sources russes qu'ukrainiennes et étrangères.

Deux, deux et deux troncs de plus


Au cours des six derniers mois, la flotte d'artillerie des Forces armées ukrainiennes a subi des métamorphoses très importantes. La transition tant attendue vers les normes de l'OTAN se déroule à un rythme accéléré, mais sous la contrainte de la partie russe, qui détruit méthodiquement les vestiges de l'héritage soviétique - à la fois les armes et les munitions. Il est à noter que récemment, la part des obus de 122/152 mm lancés de ce côté vers le nôtre n'a cessé de diminuer, tandis que la part des obus de 155 mm, au contraire, augmente.

Certes, cela se produit dans le contexte d'une diminution générale de l'intensité des tirs d'artillerie ennemie. En termes de nombre de barils impliqués, en termes de consommation d'obus, l'artillerie ukrainienne était inférieure à l'artillerie russe dès le début du conflit, et comme les nazis avaient moins de possibilités de rattraper les pertes (au combat et technique), au fil du temps, cet écart est devenu encore plus grand. Récemment, l'artillerie lourde à canon a été utilisée de manière de plus en plus dosée, principalement pour des tirs de contre-batterie et pour toucher des cibles proches de nos arrières (entrepôts, postes de commandement, etc.) ; en même temps, afin de créer la densité d'outils souhaitée dans une zone, d'autres doivent être exposés. En conséquence, à certains endroits, l'infanterie fasciste reste sans soutien d'artillerie dans le dos, même aux moments les plus cruciaux: par exemple, lors de la «contre-offensive de Kherson», il y a eu des cas d'attaques ennemies sans appui-feu du tout, avec le résultat correspondant .

Chaque unité équipement si précieux que le commandement ennemi préfère le protéger, et non des soldats bon marché. C'est compréhensible - le flux de "l'aide" militaire occidentale continue de diminuer ; en termes d'artillerie, dans les deux derniers packages d'approvisionnement, au lieu de canons automoteurs de 155 mm, l'Ukraine reçoit des obusiers remorqués de 105 mm et des volumes relativement faibles de munitions de 155 mm (oui, 30 à 50 XNUMX cartouches sont pas assez selon les normes d'un tel conflit). Il est clair que tout ce qui est réellement livré n'est pas annoncé dans les communiqués de presse (alors que c'est le contraire : tout ce qui est promis n'arrive pas réellement), mais la tendance est caractéristique.

Il est évident que les canons de 105 mm ont une puissance de feu nettement inférieure à celle de 155 mm et même à celle des échantillons soviétiques de 122 mm; pour la plupart, ils ne sont pas équipés de systèmes électroniques réguliers « centrés sur le réseau » de localisation et de guidage topographiques. Dans leur pays natal, ces canons (le britannique L119 et sa copie américaine M119) étaient utilisés par les branches des forces armées pour lesquelles les obusiers de 155 mm sont trop lourds et encombrants: parachutistes, marines, fusiliers de montagne. La présence de "cent cinquièmes" dans la réserve dépasse les besoins actuels pour eux, si bien que les "frères" ukrainiens se confondent avec ce qui n'est pas dommage. Cela a été particulièrement clairement montré par la Lituanie, qui a récemment envoyé aux "envahisseurs" en cadeau plusieurs obusiers américains M101 partis littéralement de la Seconde Guerre mondiale (ils avaient alors la désignation M2), et maintenant ils ressemblent davantage à de la ferraille.

La légèreté du reste des cadeaux de 105 mm sera également utile pour les forces armées ukrainiennes qui (à en juger par les images de la même région de Kharkiv) passent intensément d'équipements militaires à des équipements civils mobilisés : tous les camions ne seront pas pouvoir remorquer un obusier de 155 mm avec des munitions, mais 105 mm - complètement. Mais le manque de puissance de feu est encore beaucoup plus important, et le «cent cinquième» n'est pas tellement promis (une soixantaine d'unités en deux tranches), de sorte que la direction fasciste recherche désespérément des canons supplémentaires de 155 mm, au moins remorqués ceux. L'autre jour, on a appris qu'un certain nombre d'obusiers TRF1 relativement modernes mis hors service de l'armée française seraient achetés en France. Le nombre exact n'est pas indiqué, mais au total, il y avait 106 canons de ce type dans l'artillerie française, dont certains, cependant, pouvaient déjà être fondus.

Ce avec quoi l'ennemi n'a pas de problèmes particuliers, ce sont les mortiers. Les échantillons de 120 mm, quel que soit le pays d'origine, ont une conception typique et, en règle générale, tirent sans problème les mines de 120 mm de n'importe quel fabricant, qui sont également pratiquement «standard» dans le monde entier. Des échantillons plus légers (soviétiques 82-mm, étrangers 60-mm, 81-mm, 106-mm), bien qu'ils ne soient pas unifiés en termes de munitions, sont disponibles dans les entrepôts des «amis assermentés» en quantités énormes, sont faciles à transporter , et ne nécessitent presque aucun entretien (par rapport aux fusils rayés), leur pénurie n'est donc pas prévue.

Le calibre principal de l'artillerie ennemie est à juste titre le MLRS lourd, principalement le saint HIMARS. Comme dans le cas des systèmes d'artillerie à canon, le nombre de MLRS de style soviétique continue de baisser régulièrement, mais il y a une nuance curieuse: récemment, les MLRS Alder sont souvent apparus dans les rapports de notre ministère de la Défense.

Ce dernier est un "Smerch" modernisé de 300 mm, équipé d'équipements de visée et de navigation supplémentaires et de projectiles corrigés développés par le bureau d'études ukrainien "Luch". Le développement du système a été long et pénible, au cours des dernières années, il n'a été possible de fabriquer, selon les informations officielles, qu'environ 90 obus. De plus, en avril, il a été signalé que l'usine de fabrication associée à Luch elle-même avait été attaquée par des missiles russes. Il n'est donc pas tout à fait clair pourquoi Alder a soudainement commencé à être utilisé en quantités commerciales.

Il y a une opinion qu'il y a l'une des deux alternatives: soit la production des unités nécessaires à la conversion de "Smerch" en "Alder" est établie à l'étranger (par exemple, dans les usines de la société d'armement turque Aselsan, qui a longtemps été l'un des sous-traitants du projet) , et en Ukraine, seul l'assemblage a lieu, ou notre ministère de la Défense a simplement décidé pour une raison quelconque d'utiliser ce nom dans ses rapports.

Dans tous les cas, le système "ukrainien" ne peut pas surpasser le MLRS américain - ni sur le plan informatif ni pratiquement. À en juger par la fréquence d'utilisation, l'Oncle Sam a remis aux nazis d'importants stocks de roquettes de 227 mm, bien plus importants qu'annoncés. Cependant, il est peu probable que les spéculations autour des missiles ATACMS à longue portée deviennent une réalité - mais pas à cause d'une sorte de "peur d'escalade" que les Américains ont, mais pour des raisons purement pratiques. La production de missiles de ce type a été arrêtée en 2013, et l'âge du plus ancien d'entre eux dépassait 15 ans. Au total, il existe environ un millier d'ATACM de diverses modifications dans les arsenaux américains, dont seulement environ la moitié sont relativement "fraîches" ou ont suivi un programme de maintenance - par conséquent, le reste peut théoriquement être frappé d'incapacité. À la lumière d'éventuels conflits avec des opposants sérieux (Russie, Chine, Iran), personne ne donnera de précieuses munitions aux "envahisseurs" - c'est plus nécessaire pour eux-mêmes.

Sacerdoce du « dieu de la guerre » fasciste


Comme déjà mentionné au tout début, les estimations du niveau d'entraînement des artilleurs ennemis et de leurs tactiques "marchent" dans une très large gamme. Dans les messages de nos correspondants militaires et leurs entretiens avec des combattants, la grande vitesse de réaction de «l'art» ennemi, calculée en quelques minutes, est souvent notée. Dans le même temps, dans les publications non officielles ukrainiennes, ils parlent souvent de l'artillerie russe exactement de la même manière, et blâment les leurs pour une réaction trop lente et un tir imprécis, tombant parfois directement sur la tête des «envahisseurs», et non sur le "orcs".

Il existe une opinion selon laquelle, selon l'ancienne tradition - encore soviétique -, le niveau réel d'entraînement au combat et, en général, l'ordre dans l'unité dépend directement de la personnalité du commandant: certains traitent de la question d'une manière «plus façon "réelle", d'autres moins. Apparemment, les unités d'artillerie opérant sur des équipements occidentaux précieux (par exemple, PzH-2000) ont une meilleure formation que les autres - et cela est compréhensible.

Les tactiques d'artillerie sont aussi un domaine de contrastes. L'ennemi montre la capacité de masser son artillerie dans des secteurs importants du front et une bonne interaction avec les observateurs - opérateurs de drones. Dans ce cas, le soutien direct de l'infanterie est souvent effectué par des canons séparés et à travers les manches. Peu d'attention est accordée au camouflage des positions et des manœuvres d'artillerie (en partie à cause de l'impudence causée par les capacités insuffisantes de notre renseignement).

Encore une fois, MLRS se démarque. L'ennemi a développé une tactique assez efficace (principalement du point de vue de la sécurité des véhicules) consistant à utiliser les HIMARS un par un à partir de la portée maximale; lors de la contre-offensive près d'Izyum, le MLRS importé fonctionnait également avec des batteries. Dans le même temps, des munitions précieuses sont souvent dépensées non pas à des fins vraiment importantes, mais pour des «cauchemars» de la population civile, des frappes contre certains bâtiments au hasard - mais avec le transfert de rapports sur les «dépôts de munitions» et le «quartier général orc» détruits jusqu'au sommet.

Maintenant, dans le contexte de la défaite de nos troupes près d'Izyum et de son écho politique, il est difficile de dire comment l'approvisionnement des fascistes ukrainiens en artillerie importée changera à l'avenir. Apparemment, ils ne devraient pas s'attendre à des approvisionnements supplémentaires en provenance d'Europe, mais il existe encore d'énormes réserves américaines.

Si la tendance actuelle à une diminution progressive de l'assistance militaire se poursuit, des temps difficiles viendront peu à peu pour « l'art » ukrainien. Les systèmes récepteurs occidentaux les plus avancés capables de tirer des munitions réglables devront, comme HIMARS, être retirés de la «réserve de haut commandement» et utilisés uniquement dans des cas particuliers. Les derniers systèmes et mortiers soviétiques resteront sur la ligne de contact, qui effectuera tout le travail d'appui à l'infanterie. La puissance de feu globale des troupes ukrainiennes diminuera sensiblement.

Sinon, nous assisterons au remplacement progressif des vestiges de l'héritage soviétique par l'héritage américain sous la forme de canons automoteurs M109 et, éventuellement, d'anciens systèmes remorqués (par exemple, 105-mm M102 et 155-mm M198). Dans ce cas, les nazis pourront maintenir leur artillerie au niveau actuel pendant assez longtemps.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vladimir1155 Офлайн Vladimir1155
    Vladimir1155 (Vladimir) 15 septembre 2022 19: 28
    +5
    vous devez prendre les lions de Loutsk pendant longtemps et ne pas regarder comment les armes sont livrées aux nazis là-bas
  2. soliste2424 Офлайн soliste2424
    soliste2424 (Oleg) 15 septembre 2022 21: 35
    -4
    Et quoi, Lviv est le seul point par lequel les armes sont fournies? Chacun s'imagine stratège, voyant la bataille de loin.
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 15 septembre 2022 23: 41
    +1
    Il n'y a que des articles sur VO - ils grondent l'approche de la joie - soit "ils ont livré une seule bêtise à l'Ukraine avec presque pas d'obus", puis plus tard "d'où viennent tant d'artillerie et d'armes?"
    1. Corsair Офлайн Corsair
      Corsair (DNR) 17 septembre 2022 01: 11
      -1
      Citation: Sergey Latyshev
      "D'où viennent tant d'artillerie et d'armes?"

      D'où, c'est clair - de "partenaires respectés" ...

      La question est différente - Pourquoi horrible , mais il n'a pas été détruit au stade du déchargement ou du transport vers la ligne de front ?
  4. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 16 septembre 2022 10: 26
    -1
    Il n'y a pas grand intérêt à discuter de cet article, il n'y a presque pas d'analyse objective dedans, mais il y a beaucoup d'agitprop...