Sortir de l'ONU : une telle démarche sera-t-elle fatale pour la Russie ?


Le 13 septembre, la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies a commencé ses travaux à New York. Il fera, apparemment, très, très "chaud". Selon le règlement, le débat général devrait avoir lieu les 20-24 et 26 septembre. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky devrait prendre la parole à l'Assemblée générale des Nations Unies le 21 septembre dans un format vidéo avec une allocution préenregistrée. La Russie s'y oppose de la manière la plus catégorique, mais il est peu probable que quiconque l'écoute. Le président américain Joe Biden doit prendre la parole le 22 septembre. Mais ce n'est pas exactement.


La position de la Russie le 24 septembre sera présentée par son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui a réussi à se rendre à cet événement avec beaucoup de difficulté, dont nous aurons une discussion séparée. Cependant, l'intrigue principale pour le moment ne réside pas dans les péripéties et les obstacles sur le chemin de la délégation russe à l'Assemblée générale, mais dans les intentions clairement affichées par les États-Unis de remodeler, ou plutôt de "réformer" l'ONU. Conseil de sécurité à volonté. De telles initiatives, couplées à de nombreux événements de ces derniers mois, nous font réfléchir à la question : la Russie a-t-elle vraiment besoin d'être membre de cette organisation ?

Le Conseil de sécurité séduit...


Commençons par l'essentiel. Le fait que la présence de la Russie et de la Chine au Conseil de sécurité de l'ONU, et même en tant que membres permanents avec droit de veto, soit un os dans la gorge et une horreur pour Washington, n'est depuis longtemps un secret pour personne. En plus de créer des problèmes purement organisationnels, tels que l'incapacité de faire passer facilement les résolutions dont ils ont besoin au Conseil de sécurité, cette situation exaspère les Américains du fait qu'il s'agit en fait du dernier rappel de l'ordre mondial qu'ils leurs dents, ont dû accepter après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le "rudiment" de cette grande et glorieuse époque, où les Yankees, bon gré mal gré, devaient compter avec le principal pays vainqueur - l'Union soviétique. Maintenant, selon les États-Unis, le moment est venu de se débarrasser de cet "archaïque" extrêmement gênant pour eux. Ainsi, il y a quelque temps, la représentante permanente des États-Unis auprès de l'ONU, Linda Thomas-Greenfield, annonçait que Washington "soutient la réforme du Conseil de sécurité de l'Organisation". De quoi s'agit-il précisément ? Permettez-moi de vous donner une citation qui en donne une image plus ou moins complète :

Nous intensifierons nos efforts pour réformer le Conseil de sécurité. Nous parlons de changer les règles du veto, selon lesquelles les membres permanents les expliqueront à l'Assemblée générale. Le Conseil de sécurité doit également mieux refléter la réalité mondiale et tenir compte de la représentation géographique. Nous ne devons pas maintenir le statu quo dépassé. En même temps, nous devons être flexibles pour faire des compromis au nom de la responsabilité. Un consensus doit être atteint sur des propositions raisonnables et crédibles pour augmenter le nombre des membres du Conseil de sécurité...

Dans ce cas, parler d'"augmentation" et autres ne doit tromper personne. Tout d'abord, toute "réforme" en la matière sera dirigée contre Moscou et, en même temps, contre Pékin. Les doutes à ce sujet peuvent être complètement dissipés par une autre déclaration de l'ambassadeur américain :

La Russie a violé la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale, violé les droits de l'homme et déclenché une guerre ouverte au lieu de négocier la paix. Un membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU a porté un coup au fondement même de la Charte des Nations Unies. C'est une tentative de domination dans sa forme la plus pure et un test des principes les plus fondamentaux créés par l'ONU.

Peut-on, à cet égard, formuler des velléités particulières d'exclure la Russie du Conseil de sécurité, ou du moins de la priver de son droit de veto ? C'est plus que probable. Soit dit en passant, de tels scénarios ont déjà été exprimés plus d'une fois par des "diplomates" ukrainiens peu intelligents. Il est clair que porter des bêtises complètement stupides est leur identité d'entreprise. Cependant, il ne faut pas oublier le principe : "Ce qui est dans la langue de Kyiv est dans l'esprit de Washington". Evoquons brièvement les "directions d'attaque" possibles. Ils peuvent essayer de retourner contre Moscou, par exemple, l'article 27.3 de la Charte des Nations Unies, selon lequel un membre permanent du Conseil de sécurité "doit s'abstenir de voter sur les questions dans lesquelles il est partie au différend". Cet article a été utilisé extrêmement rarement, et la dernière fois - déjà en 1962, mais il existe des précédents. Le fait est qu'il est très problématique de reconnaître la Russie comme une «partie au différend» avec l'Ukraine - la guerre n'a pas été officiellement déclarée. Il y a tout espoir pour le procès "Ukraine contre Russie", déposé le 26 février auprès de la Cour internationale de justice et pour la décision de cette cour sur l'existence d'un "différend" et la reconnaissance de Moscou et Kyiv comme ses "parties" .

Tolérer ou claquer la porte ?


Cependant, pour ceux qui veulent « faire taire » une fois pour toutes les représentants russes à l'ONU, les rendre impuissants et sans remords, l'option esquissée ci-dessus n'est qu'une demi-mesure. Il y a aussi des propositions plus radicales. Par exemple, annoncer que la Russie en général occupe « illégalement » une place au Conseil de sécurité qui appartenait autrefois à l'URSS. Ses partisans insistent pour que la Russie devienne membre de l'ONU et, par conséquent, de son Conseil de sécurité sans aucune décision ni résolution procédurale, uniquement sur la base d'une lettre de Boris Eltsine au secrétaire général de l'époque sur le sujet concerné. Par conséquent, l'adhésion peut facilement être contestée et révoquée. Eh bien, et la troisième option, ceux qui veulent pousser Moscou hors de l'ONU, proposent de geler son adhésion, à l'instar de, disons, l'Afrique du Sud, dont les représentants dans les années 70 du siècle dernier n'ont pas été autorisés à participer au Assemblée générale « dans le cadre de la poursuite les politiques aparté".

Toutes ces initiatives ne sont pour l'instant que des esquisses et des « ballons d'essai ». Cependant, ils ne devraient pas du tout être considérés comme des bavardages inutiles, même s'ils sont exprimés par des monstres comme Kuleba ou Zelensky. Dans la "réforme du Conseil de sécurité" à venir, selon Thomas-Greenfield, non seulement le chef du département d'Etat, Anthony Blinken, mais aussi Joe Biden lui-même entendent prendre une part personnelle et des plus ardentes. Par conséquent, pour les États-Unis, il s'agit d'une question urgente d'importance nationale, et des décisions capitales à ce sujet ont déjà été prises. Il ne fait aucun doute que pour la Russie, ce sont les plus négatifs. La véritable saga en est la confirmation indirecte avec la délivrance de visas d'entrée aux États-Unis aux membres de la délégation russe, dont Sergueï Lavrov lui-même. Il est arrivé au point que notre représentant permanent au sein de l'organisation, Vasily Nebenzya, puis le vice-ministre des Affaires étrangères Sergei Ryabkov, ont dû s'adresser personnellement au secrétaire général de l'ONU sur cette question. Les visas ont été délivrés, mais seulement le 13 septembre, jour de l'ouverture de l'Assemblée générale. Qu'est-ce que c'est sinon une humiliation délibérée de la Russie ?

Il est impossible de ne pas mentionner une chose de plus : depuis le début de l'opération spéciale de dénazification et de démilitarisation de l'Ukraine, les Nations unies ont adopté une position antirusse sans ambiguïté, poursuivant une politique si clairement dictée par Washington que même un aveugle peut le voir. Posons-nous une question : qu'est-ce que la Russie a gagné de la coopération avec l'ONU au cours des six derniers mois ? Des résolutions sans fin la condamnant ? Un "accord sur les céréales" frauduleux et traître, promu par les fonctionnaires de l'ONU, désespérément menti au monde entier sur les "pays affamés" ? Une "médiation de paix" merdique et sans valeur ? L'organisation de la mission de l'AIEA à la centrale nucléaire de Zaporizhzhya, à la suite de laquelle les fonctionnaires de cette "organisation internationale faisant autorité" ont finalement griffonné une fausse "conclusion" pour plaire aux États-Unis et à l'Ukraine. Dans ce document, ils (contrairement à leurs propres déclarations et évaluations faites précédemment) ont imputé la "menace" et les "dommages" à la centrale nucléaire exclusivement au côté russe et ont exigé sans condition qu'il "arrête toutes les activités à la centrale nucléaire". Je souligne - pas l'armée, mais TOUT. C'est-à-dire de transférer une installation nucléaire entre les griffes des Ukronazis qui la tirent. En principe, on peut continuer encore et encore ici, mais l'essentiel est clair : l'ONU a finalement cessé d'être un outil de « l'Occident collectif » dans ses activités anti-russes et sa propagande russophobe. Tous ses fonctionnaires, sans exception, sont des marionnettes de l'administration des États-Unis et sans un pincement de conscience sont prêts à exécuter tous les ordres venant de là-bas. Ainsi, l'initiation de l'exclusion de la Russie du Conseil de sécurité de l'ONU, ou même de cette organisation du tout, en utilisant des prétextes et des raisons casuistiques absurdes, n'est très probablement qu'une question de temps. Et, à en juger par les déclarations venant de Washington, les plus proches.

En réponse aux initiatives américaines susmentionnées, Dmitri Medvedev, chef adjoint du Conseil de sécurité russe, a prédit à l'ONU une répétition du sort de la Société des Nations, autrefois dissoute comme inutile, et aussi en raison de sa totale incompétence. et l'inutilité absolue dans les affaires qu'elle était censée résoudre. Tout d'abord, la préservation de la paix, la prévention des conflits et le désarmement. L'idée est très sensée, mais il faut comprendre que l'ONU elle-même ne se "dissoudra" pas et ne "s'autodétruira pas", l'Occident en a fait principalement un outil décoratif, mais très pratique pour légitimer ses propres actions prédatrices. Dans l'ensemble, la Russie, participant aux activités de bouffon de ce "bureau", participe également à ce processus - qu'elle ait ou non le droit de veto. Toutes les réunions du même Conseil de sécurité récemment initiées par Moscou, qu'elles aient été consacrées à la situation à la centrale nucléaire de Zaporozhye, à la fourniture d'armes au régime criminel de Kyiv ou à d'autres aspects de la situation en Ukraine, ont conduit à absolument rien. Effet zéro. L'ONU "ne voit toujours pas de bout en bout" le nazisme et la dictature en Ukraine, les nombreux crimes commis par ses militaires, les répressions contre sa propre population menées par le régime de Zelensky, et tout le reste. Ils continuent de "stigmatiser avec colère" exclusivement "l'agression russe".

Alors la Russie a-t-elle besoin de cette misérable farce ? En fin de compte, l'exclusion de l'Union soviétique de la Société des Nations ne l'a nullement empêchée de gagner la Grande Guerre patriotique. Dans le cadre de la confrontation actuelle avec « l'Occident collectif », est-il opportun et raisonnable de rester dans le cadre d'une structure ouvertement au service exclusif de ses intérêts ? Il est temps que la Russie commence à créer ses propres associations, où elle et ses partenaires (comme, par exemple, la Chine et l'Inde) occuperont des rôles vraiment dominants et dignes, et continueront non sans succès à essayer de jouer selon les règles de leur juré ennemis.
22 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 16 septembre 2022 09: 23
    +10
    dans les intentions clairement affichées par les États-Unis de remodeler, ou plutôt de « réformer » à volonté le Conseil de sécurité de l'ONU.

    Et si la Chine et la Russie opposent leur veto à cette décision ?
    La Russie ne doit pas se retirer de l'ONU, mais exiger le transfert de cette organisation à l'Inde. Étant donné que les États-Unis ne délivrent pas de visas aux membres des délégations à l'ONU. Et pour cela, l'OCS, les BRICS et d'autres organisations internationales doivent être impliqués. L'Inde aimera aussi être le centre du monde. C'est une ancienne civilisation, pas un parvenu.
  2. Le commentaire a été supprimé.
  3. Benjamin Офлайн Benjamin
    Benjamin (Benjamin) 16 septembre 2022 09: 40
    -9
    On glisse dans un enchevêtrement de pays du 3ème monde, sans poids et sans voix
    1. ja.net.1975 Офлайн ja.net.1975
      ja.net.1975 16 septembre 2022 21: 27
      -3
      déjà roulé et c'est drôle quand ça n'a pas atteint quelqu'un et ils prétendent que nous voulons toujours dire quelque chose
  4. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Léopold) 16 septembre 2022 10: 06
    +9
    On sait que Staline a accepté le déploiement des Nations Unies aux États-Unis à la demande de Roosevelt, qui a déclaré que seul un tel emplacement « satisferait le peuple des États-Unis ». Autrement dit, l'Amérique ignorerait l'ONU si elle se trouvait dans un pays neutre. Eh bien, pourquoi la Russie est-elle pire ? Il est nécessaire de demander un transfert vers un pays neutre ou un congé. Rien de catastrophique ne se produira définitivement et l'ONU deviendra une organisation inférieure
    1. Vladimir Tuzakov En ligne Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 16 septembre 2022 12: 11
      +1
      Il est catégoriquement impossible de quitter l'ONU, mais il est nécessaire de déplacer le siège de l'ONU de New York vers l'Europe. Il y a de nombreuses raisons - l'éloignement des continents d'Asie, d'Afrique, d'Europe avec la majorité des membres de l'ONU, jusqu'à l'obstruction des autorités américaines pour arriver à l'ONU (Russie, etc.). Les pays européens seront d'accord avec un tel transfert de la base de l'ONU en raison de la concurrence et des relations tendues avec les États-Unis .. Transformer l'ONU d'une organisation obéissante aux États-Unis en son adversaire, et c'est une direction stratégique ..
      1. Meneur de train Офлайн Meneur de train
        Meneur de train (Meneur de train) 17 septembre 2022 14: 32
        +1
        Il est strictement interdit de quitter l'ONU

        ... La sortie de la Russie de l'ONU ne signifiera que l'autodissolution et le manque de légitimité de l'organisation en raison de la sortie de l'un des principaux fondateurs. Ceux. signifie abolition. Même si le reste des membres veulent le conserver, l'organisation deviendra unilatéralement défectueuse et ne reflétera pas les opinions des autres pays leaders du monde. Une sortie jumelée du Conseil de sécurité de l'ONU avec la Chine - d'autant plus...
        1. Vladimir Tuzakov En ligne Vladimir Tuzakov
          Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 17 septembre 2022 20: 12
          +1
          (Pacer) Vous êtes soit un imbécile, soit un provocateur. Dans le monde, la sortie d'un pays ne veut rien dire. Les États-Unis veulent être retirés du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, et vous êtes d'accord. La RPC ne sortira pas, ne commettra pas de telles choses stupides - alors vous comprenez votre stupidité de ce qui a été dit ...
          1. Meneur de train Офлайн Meneur de train
            Meneur de train (Meneur de train) 17 septembre 2022 20: 48
            0
            Dans le monde, la sortie d'un pays ne veut rien dire.

            ... vous essayez vous-même d'induire les gens en erreur ! Par tous les moyens, même avec une carcasse, même avec un animal en peluche, même à genoux, appelant à être membre de cette organisation.

            La Russie, en tant que successeur de l'URSS, est l'un des principaux fondateurs de l'ONU ! En quittant cette organisation, il peut ainsi rendre l'organisation elle-même incompétente et désavouer et délégitimer toutes les décisions que peuvent prendre ceux qui y restent ! L'ONU est le produit de compromis et non une structure démocratique. Il a été gouverné par les pays victorieux sur les vaincus de la Seconde Guerre mondiale. Après 91 ans, les principales structures y ont été capturées par l'Ami. La Fédération de Russie n'a que le droit de veto au Conseil de sécurité.

            Si, par des actions illégales, les États-Unis peuvent bloquer le droit de veto de la Fédération de Russie au Conseil de sécurité, ou autrement introduire des réformes à l'ONU, par exemple, introduire un droit de vote préemptif de ses vassaux à l'ONU prendre telle ou telle décision injuste, alors la Russie n'a pas sa place dans une telle organisation ! Tout comme la RPC.
        2. Tam DV 25 Офлайн Tam DV 25
          Tam DV 25 (DV Tam 25) 22 septembre 2022 09: 38
          0
          C'est ça! En prenant une telle mesure, la Russie montrera simplement au monde entier la futilité de l'ONU actuelle en fait ! Il conviendrait également d'exprimer ce pas dans la bonne direction et, surtout, d'essayer de proposer une alternative. Difficile? Pas du tout. Le monde voit et comprend ce qui se passe.
  5. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 16 septembre 2022 13: 59
    +2
    Le retrait de l'ONU privera la Fédération de Russie de la principale plate-forme mondiale à partir de laquelle parler avec le monde entier et du droit de "veto" pour arrêter les empiètements hostiles des collègues occidentaux
    1. ja.net.1975 Офлайн ja.net.1975
      ja.net.1975 16 septembre 2022 21: 30
      +2
      et que nous avons pu arrêter la défaite de la Yougoslavie, de l'Irak, de la Libye ???
  6. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 16 septembre 2022 15: 02
    +3
    Alors la Russie a-t-elle besoin de cette misérable farce ? En fin de compte, l'exclusion de l'Union soviétique de la Société des Nations ne l'a nullement empêchée de gagner la Grande Guerre patriotique.

    Un point de vue très étrange. Faire exactement ce que les Américains attendent de nous, c'est une autre reddition de positions. Bien sûr, cela peut être attribué aux émotions. Mais seules les émotions en politique sont complètement inappropriées.
    Fort claquement de la porte - bien sûr ce n'est pas mal. Cependant, pour qu'il ait un effet bénéfique sur nos relations avec les Américains, il faut qu'il soit assez fort. Par exemple, la menace pour les États d'une guerre nucléaire sur leur territoire. Cependant, pourquoi est-il nécessaire de quitter l'ONU pour cela ? Avons-nous maintenant une chance de créer une plateforme alternative ?
  7. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 16 septembre 2022 15: 20
    +1
    ... Il est temps que la Russie commence à créer ses propres associations, où elle et ses partenaires (comme la Chine et l'Inde, par exemple) occuperont des rôles vraiment dominants et dignes, et continueront non sans succès à essayer de respecter les règles de leurs ennemis jurés.

    une question à l'auteur, et qui devrait commencer, ne voyez-vous pas qu'il n'y a personne qui puisse assumer cette responsabilité, tous ces Lavrov et Poutine ne sont pas les bonnes personnes, ils ont été élevés dans un esprit de soumission et d'admiration pour l'occident
  8. patxilek Офлайн patxilek
    patxilek (patxilek) 16 septembre 2022 18: 30
    +4
    Pas seulement l'ONU. Toutes les organisations internationales sont une farce anglo-sioniste avec une apparence d'impartialité, comme la NASA, bien qu'elle semble n'avoir rien à voir avec cela.
  9. ont65 Офлайн ont65
    ont65 (Oleg) 16 septembre 2022 21: 20
    +1
    S'il ne s'agissait que de l'ONU ! Hélas, il existe un tas d'autres organisations pseudo-internationales dans lesquelles la coalition américaine et ses partenaires dominent le jeu en plaçant leurs représentants à des postes de direction. Ces organisations sont financées et créées par eux pour résoudre leurs problèmes, et les différends sont toujours résolus par la force. Ils ont quitté le Conseil de l'Europe, l'OMC est remise en cause... Le dialogue avec les pays qui y sont représentés était impossible. Par conséquent, des forums parallèles sont créés pour résoudre les problèmes régionaux par des groupes de pays en dehors de ces organisations, mais en tant que forme, bien que vide de contenu, de dialogue avec un large éventail d'autres pays en dehors du bloc occidental, ces canaux doivent être préservés. Sinon, le ministère des Affaires étrangères sera étouffé par la correspondance sur toutes les questions qui y sont discutées avec tous les pays à la fois, si cela fonctionne du tout, parce que. les informations des ministères des Affaires étrangères sont réparties entre ceux qui existent déjà et personne n'en créera de nouveaux séparément pour la Fédération de Russie. Ce n'est pas la peine, comme on le fait dans les médias, d'attacher plus d'importance qu'elle ne l'est réellement à l'ONU, au CIO ou à toute autre plateforme de communication internationale, c'est tout. Ils ont combattu en Corée avec les "troupes de l'ONU" et rien. L'essentiel est de ne pas être gêné de frapper le visage arrogant à temps, puis vous pouvez échanger des courtoisies en queue de pie.
  10. Chhat c'est LEO, personne ne l'écoute, et on économisera de l'argent !
  11. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 16 septembre 2022 23: 46
    +3
    Vous ne pouvez pas quitter l'ONU par vous-même.
    Mais si l'Occident impose une telle décision, il est alors nécessaire de se retirer de tous les accords et traités interétatiques. Pas de missions de l'ONU, de l'AIEA et d'autres OMS. Tous les accords et obligations de la Russie (par exemple, sur l'accord sur les céréales) sont annulés.
    Bien sûr, c'est une option indésirable, mais il est nécessaire d'agir aussi dur que possible.
  12. Alex D Офлайн Alex D
    Alex D (AlexD) 16 septembre 2022 23: 58
    +2
    Déplacer le siège de l'ONU en Inde, c'est mieux. Le pays le plus neutre. La domination de l'américanisme suffit déjà.
  13. Vladimir Orlov Офлайн Vladimir Orlov
    Vladimir Orlov (Vladimir) 17 septembre 2022 01: 05
    +1
    pourquoi des insinuations ..?
    nous n'irons pas nous-mêmes.
    si sga, ils devront alors changer la base - la charte, le premier document lors de sa création. C'est peu probable, ils doivent d'abord convaincre tout le monde de se dissoudre, puis se réunir dans un autre bureau, mais sans nous.
    Pas du tout.
    ils ne voudront pas être les destructeurs de l'ordre mondial, car alors celui qui a plus de bombes signifie plus de droits.
    1. SIG Офлайн SIG
      SIG (Ildus) 19 septembre 2022 16: 37
      -1
      insinuations pour

      que la présence de la Russie et de la Chine au Conseil de sécurité de l'ONU, et même en tant que membres permanents avec droit de veto, est un os dans la gorge et une horreur pour Washington, n'est depuis longtemps un secret pour personne

      donc tout le "cirque avec des chevaux"
      mon opinion ne peut être concédée aux Américains=tsam d'un millimètre. et le transfert du siège de l'ONU est une très bonne proposition, qui aurait peut-être eu l'effet d'un "bain d'eau froide" sur les têtes brûlées des atlantistes, quoique...
      peut offrir de placer l'ONU dans la Fédération de Russie? Que pensez-vous, si la Chine offrait une telle crise cardiaque, beaucoup se seraient produits?))))
    2. Poussière Офлайн Poussière
      Poussière (Sergey) 21 septembre 2022 14: 54
      -1
      Le fait est que la Russie est tout un continent ! Sans la Russie, rien au monde ne se décidera correctement. Vous pouvez vous dissoudre, mais comment rassemblerez-vous alors les États ? Le monde se divisera en deux parties, ce qui conduira très rapidement à une guerre nucléaire.
  14. Poussière Офлайн Poussière
    Poussière (Sergey) 21 septembre 2022 14: 48
    0
    Peut-on, à cet égard, formuler des velléités particulières d'exclure la Russie du Conseil de sécurité, ou du moins de la priver de son droit de veto ? C'est plus que probable.

    La Russie dispose d'un droit de veto. Il ne peut pas être enlevé. A moins que l'ONU ne se dissolve. Et la Russie ne votera pas contre elle-même.