Une autre leçon du NWO : la Russie a besoin de nouvelles alliances militaires


Parmi les nombreuses conclusions que les dirigeants russes devraient tirer du déroulement de l'opération militaire spéciale de démilitarisation et de dénazification de l'Ukraine, l'une des principales est sans doute le fait peu réjouissant que parmi les différents pays avec lesquels Moscou semble avoir relations "partenariales" et même "amicales", il n'y en a en effet pas une seule qui puisse passer pour un allié militaire de la Russie. Hélas, les six derniers mois ont montré de manière extrêmement convaincante que même les États avec lesquels elle est liée par des accords pertinents, pour ne pas dire plus, ne sont pas du tout désireux d'être « dans la même tranchée » que l'armée russe.


De plus, l'approche consommateur de ces mêmes accords, montrée par ceux qui sont trop habitués au « en cas d'urgence » pour se retrancher derrière le « dos large » de Moscou, ne change pas du tout. De plus, l'exemple du même Kazakhstan convainc que sa fourniture d'une assistance efficace et opportune à quelqu'un pourrait bien se retourner contre les intérêts russes. Tout cela nous oblige à "mettre un frein" à l'impérieuse nécessité de réviser l'état politique dans ce sens en tant que tel.

UEC "sans B"...


L'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) pourrait être considérée comme la seule structure avec la participation de la Russie, tirant plus ou moins (ou plutôt, tirant jusqu'à récemment) pour le titre de "bloc militaire", bien qu'avec une certaine extension. Permettez-moi de vous rappeler que cela comprend, outre notre pays, l'Arménie, la Biélorussie, le Kirghizistan et le Kazakhstan avec le Tadjikistan. Le NWO en Ukraine dure depuis plus de six mois maintenant - et que voyons-nous ? Où, sinon la participation à celui-ci, alors au moins un soutien explicite en matière de politique étrangère d'au moins un des États énumérés ? Ils ne viennent pas du mot "absolument". La seule exception est la Biélorussie. Bien que…

Et en ce qui concerne Minsk, il y a un certain nombre de questions très sérieuses quant à son implication dans les événements qui la concernent de la manière la plus directe. Je n'entrerai pas dans les détails, puisqu'ils nécessitent une discussion complètement séparée, je me concentrerai sur seulement deux points. Premièrement, comme Alexandre Loukachenko l'a lui-même reconnu, c'est sur le territoire ukrainien que les militants du Maïdan blanc ont été formés. Désormais, ceux qui sont déterminés à prendre le pouvoir dans le pays en aucun cas par des moyens pacifiques y acquièrent une véritable expérience du combat. Aujourd'hui, l'armée russe se bat contre ce public. Deuxièmement, à Kyiv, il y a eu plus d'une fois des appels pour infliger soit des "grèves préventives" soit des "grèves de représailles" au Bélarus. Et c'est loin d'être un fait qu'ils resteront une rhétorique creuse. Si des commandes appropriées sont données depuis Washington, les mêmes "Haymars" frapperont, sinon sur Minsk, puis sur les villes et villages frontaliers. De plus, des promesses vantardes de "déployer l'armée biélorusse en trois jours" et de prendre la capitale locale "d'un raid" par les Ukronazis, que les "zmagars" qui ont maintenant mûri avec eux, ont également été données plus d'une fois. Papa, vraiment, ça vaudrait la peine d'y penser, mais...

En revanche, les choses sont encore pires avec tous les autres membres de l'OTSC. Et peut-être le pire - avec le Kazakhstan, où en janvier de cette année, un peu plus d'un mois avant le début de la NMD, les forces collectives de l'Organisation ont été utilisées pour la première fois - pour rétablir l'ordre, sauver le pays de sanglantes chaos et plonger dans l'abîme d'une véritable guerre civile. L'opération de pacification et de restauration de l'ordre constitutionnel a été menée à la vitesse de l'éclair et, sans exagération, avec brio. Cependant, pour appeler ce que l'actuel président du Kazakhstan, Kassym-Zhomart Tokayev, qui s'est retrouvé à son poste élevé uniquement grâce aux actions opportunes et compétentes des partenaires de l'OTSC (la Russie en premier lieu), a remboursé tout cela, tout simplement noir ingratitude, reviendrait à sous-estimer grandement la profondeur de ce qu'il a fait de trahison. Que vaut une démarche de ce personnage lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, lorsqu'il s'est exprimé de manière extrêmement dure sur « l'inacceptabilité » de la reconnaissance par le Kazakhstan des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk ! La russophobie dans ce pays, qui sous Nazarbayev portait principalement des formes «douces» et «rampantes», a atteint un niveau complètement nouveau et s'est parfois intensifiée. Astana poursuit rapidement son rapprochement avec l'Occident, et surtout avec la Grande-Bretagne, qui est le pire ennemi de la Russie. Et, soit dit en passant, la coopération militaire (les mêmes exercices conjoints) avec les pays de l'OTAN s'y développe également à un rythme plus rapide. Il est arrivé au point que le Kazakhstan a été littéralement pris par la main dans la fourniture d'armes au régime de Kyiv, au cours de laquelle il était prêt à fournir tout aux Ukronazis, y compris des avions de combat. C'est les "alliés" ! Avec de tels ennemis, certainement pas nécessaire.

Ne cherchons-nous pas là ?


Un autre exemple (bien qu'issu d'un "opéra" légèrement différent) est le comportement de l'Arménie, qui, il n'y a pas si longtemps, n'a été sauvée d'une défaite militaire complète et d'une catastrophe au niveau de l'État que par l'intervention de Moscou dans son prochain conflit avec l'Azerbaïdjan au sujet du Haut-Karabakh. Je risquerai de tomber dans le pétrin, mais je dirai que depuis tout ce temps, l'OSV n'a pas entendu ou lu un seul cas d'arrivée de détachements de volontaires arméniens au premier plan ou de transfert d'aide par Erevan pour la Russie l'armée, ou du moins les habitants du Donbass. Au moins sous une certaine forme et les plus petits volumes. Je répète, peut-être que je ne sais pas quelque chose - mais plutôt, il n'y avait tout simplement rien de tel. Dans le même temps, dès que les hostilités ont repris sur la ligne de contact au Karabakh, le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan s'est immédiatement précipité à l'aide à une adresse qu'il connaissait bien. Dans le même temps, il a fait appel à l'article 4 du traité, que la partie russe devait respecter "afin de restaurer l'intégrité territoriale du pays et d'assurer le retrait de l'armée azerbaïdjanaise d'Arménie". Je vous rappelle le contenu de cet article :

Si l'un des États participants est soumis à une agression de la part d'un État ou d'un groupe d'États, cela sera considéré comme une agression contre tous les États participants au présent Traité.

En fait, la provocation de l'armée azerbaïdjanaise, évidemment lancée et menée à la suggestion directe de nos "amis assermentés" de l'Occident, visait à entraîner Moscou dans un nouveau conflit militaire - à détourner des forces et des ressources du théâtre NVO. Selon certaines estimations, le calcul a également été fait sur la perturbation du sommet de Samarcande de l'OCS, qui provoque une crise aiguë d'extrême irritation dans «l'Ouest collectif».

D'une manière ou d'une autre, il n'a pas été possible de mettre en œuvre ce plan (du moins jusqu'à présent) - seuls des observateurs militaires de l'OTSC ont été envoyés dans la zone de conflit et les hostilités ont été arrêtées. Cependant, ce n'est probablement pas la fin de l'histoire. Quelqu'un essaie très fort de déclencher un conflit militaire entre le Tadjikistan et le Kirghizistan - et, apparemment, les bénéficiaires là-bas sont les mêmes que l'aggravation au Haut-Karabakh. La Russie est obstinément entraînée dans des conflits locaux, dans lesquels elle semble obligée d'intervenir aux termes du traité, qui, comme le montre la pratique, fonctionne exclusivement dans un sens. Alors, notre pays en a-t-il besoin ? Soyons objectifs - Moscou a "raté" la situation dans la grande majorité des États de l'espace dit post-soviétique, leur permettant d'être complètement "filtrés" par des agents de l'Occident, et à absolument tous les niveaux, du " du haut" au "bas", et dans tous les domaines - des structures idéologiques aux "structures de pouvoir". De plus, ce qui est beaucoup plus important et désagréable, nos ennemis géopolitiques ont réussi à mettre la main sur les plus puissants économique postes. Et ils n'ont certainement pas l'intention de les perdre sous aucun prétexte. Le même Kazakhstan est la meilleure preuve de cette thèse. En Biélorussie, la situation a été littéralement sauvée à la dernière minute. Et puis rien ne garantit qu'Alexander Grigoryevich ne présentera pas à Moscou quelques «surprises» supplémentaires. Cependant, en tout cas, il est temps, peut-être, d'admettre que Moscou ne vaut guère la peine de chercher de véritables alliés parmi les anciennes « républiques fraternelles ». Surtout - dans le domaine militaire, compte tenu, soit dit en passant, du moment où leurs armées et les capacités du complexe militaro-industriel sont totalement incomparables avec celles de la Russie.

Alors que faire? Essayez de vous consoler en pensant que nous avons gagné la Grande Guerre patriotique sans aucun «syndicat» là-bas? Eh bien, ne pas considérer sérieusement en tant que telle la "coalition anti-hitlérienne", dans laquelle se sont précipités à la fin de la guerre les satellites d'hier du Troisième Reich et d'autres, pardon, parasites comme la France? Cela semble fier, mais nous ne devons pas oublier que l'Union soviétique a mené cette guerre, et pas seulement la Russie. Les événements de la Région militaire du Nord nous montrent malheureusement à quel point un soutien extérieur important peut être apporté à une armée et à un pays combattants. Sans cela, Kyiv aurait presque certainement capitulé il y a quelques mois. Les armes et les mercenaires de l'Occident lui permettent de grogner pour le moment - et, avouons-le, parfois assez efficacement.

Ou peut-être cherchons-nous simplement au mauvais endroit ? Ou avez-vous été à la recherche de toutes les années passées? Qui a été l'un des premiers à reconnaître le DNR et le LNR ? Qui a annoncé qu'il était prêt à envoyer cent mille de ses combattants en première ligne du NWO ? C'est vrai, la Corée du Nord. Qui a déclaré un mépris total des sanctions américaines et une volonté totale, contrairement à elles, de fournir à l'armée russe les types d'armes et d'équipements dont elle a un besoin urgent, principalement des drones? L'Iran. C'est avec de tels pays qui sont déjà des combattants éprouvés du "front anti-occidental" qu'il vaut la peine de conclure des alliances militaires à part entière. Avec ceux qui sont prêts non seulement à prendre, mais aussi à donner, qui n'ont pas peur de se battre et qui ne regardent pas en arrière la "communauté mondiale". Hélas, on ne peut pas encore en dire autant de l'État, avec lequel le blocage pourrait apporter à Moscou presque le plus grand avantage, c'est-à-dire à la Chine. Pékin fait preuve de prudence et essaie de ne pas gâcher les relations avec l'Occident jusqu'à la dernière occasion possible. Intérêts économiques, cependant... Bien que, peut-être, les actions anti-chinoises récemment devenues plus agressives et affirmées des États-Unis et la "question de Taiwan", qui ne devrait pas être retardée davantage, obligeront le camarade Xi à changer de cap. En tout état de cause, la Russie a besoin comme alliés d'États qui sont clairement conscients qu'ils devront très probablement affronter l'ensemble de « l'Occident collectif », y compris par la force des armes, et qui sont vraiment prêts à cela. D'autres n'auront aucun sens et aucune utilité.
19 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. zzdimk Офлайн zzdimk
    zzdimk 19 septembre 2022 09: 34
    +3
    Iran, Corée du Nord, Venezuela, Serbie... Cuba ?
    Chine?! Ils seront d'étranges alliés.
    La Russie a hérité du Daghestan de l'Iran, plus d'une guerre a commencé à cause de la Serbie, de Cuba... une impression ambiguë. Corée du Nord - donc ceux-ci sont eux-mêmes bouillis dans leur propre casserole. Chine ... oh, combien d'incohérences non standard sur la carte et en politique.
    Aria d'un coq frit qui se picore dans le cul pour au moins faire quelque chose avant le tonnerre, ce qui vous fera le faire plus tard, expirez et faites le signe de croix.
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 19 septembre 2022 10: 17
    +3
    Comme d'habitude.
    Alors "on jettera nos chapeaux, parce que là c'est fini la graisse"
    Que d'interminables explications et de poignantes recherches d'"alliés"

    Et même le Vieil Homme, qui "sur le territoire ukrainien a préparé des militants pour le" Belomaidan "", etc. afin de se tenir correctement sur les bancs en chaussettes blanches, n'est pas pressé de s'intégrer à un voisin délibérément énervé par la non-reconnaissance de la LDNR depuis 8 ans ...

    Et des volontaires précédemment promus - noirs / syriens / partisans, et rien n'est entendu du tout ...
    Besoin de nouveaux alliés ? Après ces noirs disparus avec des mitrailleuses ?

    La réponse a été trouvée récemment. Au lieu d'enfants de l'élite "dans le rôle d'officiers politiques", ZEKA va en première ligne (directement sur le célèbre "brise-glace" de Suvorov)
    Et comme dans les affiches de l'URSS sur l'impérialisme ....
  3. Benjamin Офлайн Benjamin
    Benjamin (Benjamin) 19 septembre 2022 10: 21
    0
    ils n'ont pas d'amis, d'où viennent-ils ?
  4. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Léopold) 19 septembre 2022 10: 36
    +2
    La Russie n'a que deux alliés, son armée et sa marine.

    (Alexandre III)

    Vérité durable
  5. Seamaster Офлайн Seamaster
    Seamaster (Yuri Kiselev) 19 septembre 2022 10: 42
    +1
    L'OTAN n'accepte pas les pays qui ont des différends territoriaux avec leurs voisins. L'OTSC a embauché de la petite racaille, QUI va TOUS souder avec les voisins à cause des pâturages en montagne ou des parcelles de chanvre aux abords du village. À quoi pensais-tu? Et pourquoi ne pas accepter aussi les Hutus et les Tutsis ?
    Et en général - pourquoi diable y a-t-il des alliés si faibles, paresseux et scandaleux? Que peut-on en tirer, à part des analyses ? Oui, et ces tests seront mauvais.
    Py.Sy. Là, dans les montagnes, nos alliés se sont de nouveau attaqués. Enverrons-nous des contingents russes combattre pour les deux camps ? Comme en temps voulu pour la Somalie et l'Ethiopie ?
    1. boriz Офлайн boriz
      boriz (boriz) 19 septembre 2022 15: 09
      -1
      L'OTAN n'accepte pas les pays qui ont des différends territoriaux avec leurs voisins.

      L'Estonie n'a pas encore ratifié la loi sur la frontière avec la Russie. Même si j'ai signé. Mais l'OTAN l'a accepté. La Pologne et la Roumanie ont des revendications sur l'Ukraine. La Roumanie essaie d'avaler la Moldavie.
      Les revendications de la Turquie sur la Grèce sur les îles et les zones de plateau atteignent la confrontation des flottes militaires avec le soutien des pays tiers de l'OTAN. La Turquie a depuis longtemps coupé la moitié de Chypre et mène une agression illégale contre la Syrie.
      Assez pour le moment. Il est important de créer une structure, d'écrire des règles et, dans le cadre de ces règles, de construire progressivement... pas des alliés, non, de futurs subordonnés. Cela se fera progressivement, au fur et à mesure que l'influence de l'Occident s'affaiblira. Si nécessaire, changez le leadership des subordonnés.
      Et les Hutus et les Tutsis seront également acceptés. rire Les relations avec le Rwanda se resserrent, le pays est utile et la France est en voie de disparition.
      Py.Sy. Le conflit dans les montagnes que vous avez mentionné est clairement provoqué et soutenu par la Turquie et implicitement par le Royaume-Uni. membres de l'OTAN.
  6. Stigh Офлайн Stigh
    Stigh (Yuri) 19 septembre 2022 11: 13
    -1
    Personne n'a d'alliés volontaires. Toutes les alliances peuvent être tenues non pas sur une carotte, mais uniquement sur un bâton. Le pain d'épice est toujours mangé sur un œil bleu - sans aucune gratitude. Et le fouet doit être pris en compte. L'Amérique fait exactement cela. Selon le principe hégémon-vassal. Nous pourrions le faire aussi, il y a beaucoup de levier. Par exemple, dites simplement à nos rois asiatiques : soit ils sont en accord avec la politique russe à tous égards, soit tous leurs travailleurs invités rentrent immédiatement chez eux. Incl. et ceux qui ont déjà réussi à obtenir un passeport russe. Et tous ces dirigeants deviendront immédiatement des goodies. Après cela, le Kazakhstan sera encerclé par nos alliés et il n'aura pas le choix. Lukushenka, si vous le souhaitez, est encore plus facile à appuyer sur l'ongle - purement économique. Mais rien n'est fait. Le problème n'est pas la négligence des "alliés", mais la réticence du Kremlin à faire pression sur eux. Pourquoi est une question distincte.
    1. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
      Colonel Koudasov (Léopold) 19 septembre 2022 11: 40
      -1
      Sans gasters, l'industrie russe deviendra tout simplement. Jetez un coup d'œil à N'IMPORTE QUEL chantier de construction en Russie
      1. Stigh Офлайн Stigh
        Stigh (Yuri) 19 septembre 2022 14: 17
        +2
        Nous n'avons pas besoin de ces constructions folles. Et donc les embouteillages et la foule. Un parc immobilier libre et pas de projets de construction en vrac. A Vorkouta, par exemple, tout le quartier est vide. Mais ce n'est pas important. Bien sûr, les gasters resteront, car leurs rois deviendront certainement accommodants envers la Fédération de Russie. Sinon, ces mêmes gasters, expulsés d'ici, en feront des barbecues
  7. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 19 septembre 2022 11: 22
    +3
    Une autre leçon du NWO : la Russie a besoin de nouvelles alliances militaires

    Les syndicats dans quoi ? Dans une confrontation tatrale (de notre part) avec nos "partenaires" économiques permanents ? Dans une guerre fratricide avec l'ancien peuple frère ? De quoi la Russie a-t-elle besoin en général d'alliés imaginaires, si elle ne veut pas réellement prendre une position géopolitique indépendante, mais la présente uniquement "à usage interne" ? Qui jouera avec la Russie dans cette performance ?
    Les livraisons aux "partenaires" battent leur plein, à l'exception de celles qui devraient être écourtées selon le scénario des Américains, jouant contre l'Union européenne et la Russie. La Russie leur sert d'allumette et de combustible pour allumer un grand feu en Europe. Un incendie qui, selon leurs plans, devrait détruire la Russie, et leur donner bien d'autres "bonus"
    1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
      Alexeï Davydov (Alexey) 19 septembre 2022 21: 07
      +1
      Voici un extrait d'un article intéressant :

      ... l'autre jour, les correspondants suédois de Nya Dagbladen ont publié un mémorandum secret de stratèges associés à la Pentagon RAND Corporation, daté de janvier 2022. Ce document de trois pages décrit noir sur blanc le plan américain visant à détruire complètement l'économie de l'Europe avec l'aide de l'Ukraine et l'"attaque russe", dans laquelle l'Allemagne et le gouvernement d'Olaf Scholz ont joué un rôle important.

      https://rg.ru/2022/09/17/shvedskaia-gazeta-nya-dagbladet-kak-ssha-planirovali-konflikt-i-energeticheskij-krizis-v-evrope.html
      L'article parle des plans de destruction économique de l'Europe par les Américains, cependant, les événements qui se déroulent autour de la Russie indiquent que ce n'est qu'une partie de l'image, ouverte à la vue des spécialistes étroits concernés. La base de Ramstein a été transformée par les Américains en un instrument d'assujettissement militaire (jusqu'ici passif) de l'Europe à leurs plans, et l'approfondissement de ce processus bat son plein : article dans Politico : https://www.politico. eu/article/training-ukrainians-takes-priority-as-wests-stockpiles-dwindle//
      Voici le volet militaire du plan d'asservissement de l'Europe, dans lequel les Américains ne pourront plus se passer d'une vraie grande guerre. Il ne s'en sortira probablement pas
  8. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 19 septembre 2022 12: 03
    +1
    Les syndicats égalitaires n'existent pas. Ce qui semble être une alliance égale est généralement une collusion temporaire basée sur une communauté d'intérêts situationnelle. Lorsque l'une des parties s'en désintéresse, cette « alliance » est détruite sans aucun doute sous aucun prétexte.
    Les "alliances" à long terme sont avec les superpuissances. Mais c'est la subordination d'un groupe de vassaux à une superpuissance. C'est "l'alliance" de l'OTAN.
    Maintenant, les États-Unis perdent du terrain. Qu'en est-il des autres ? Chine, où sont les alliés ? Et en Inde ?
    La réunion de l'OCS est la prochaine étape dans la formation de nouvelles zones militaro-économiques. La photographie bien connue de la triple poignée de main Poutine/Xi/Modi signifie que la réunion s'est accordée sur les règles de base de l'interaction dans le nouveau monde multipolaire et sur les limites des zones. Ce n'est pas non plus un syndicat. Ce sont de futurs concurrents. Mais nous nous sommes mis d'accord sur les règles des relations, et non sur l'anarchie, comme c'était le cas dans les relations avec les États-Unis.
    Soit dit en passant, en Russie, la formation de la zone est plus réussie qu'en Chine et en Inde. La Chine et l'Inde sont en elles-mêmes des zones presque autosuffisantes, mais leurs futurs alliés / subordonnés ne sont en quelque sorte pas visibles. Sauf les îles Salomon au large de la Chine.
    En Russie, la situation est nettement meilleure. Un exemple frappant est KSA. À la fin des années 1980, les Saoudiens ont contribué à l'effondrement de l'URSS, mais le passé leur a beaucoup appris. Maintenant, ils trollent avec défi et jettent les États-Unis.
    Et chaque futur dirigeant doit prouver lui-même sa capacité à rétablir l'ordre dans sa future zone. La Chine ne va pas très bien. Et un scénario énergique pour capturer Taïwan semble de moins en moins probable en raison de certains des nouveaux facteurs que le NWO a exposés.
    La Russie n'aura pas d'alliés égaux. Ils ne sont pas nécessaires. Progressivement, un cercle de proches subordonnés se formera. Jusqu'à présent, ils (futurs subordonnés) ne comprennent pas très bien. Mais plus on s'éloignera, plus on se rendra compte que ceux qui n'ont pas eu le temps de se décider à temps seront exagérés.
    Orban s'en est vite rendu compte, Vučić aussi. Même les Tchèques ont commencé à obtenir quelque chose. Mais les Tribals, les Polonais, les Roumains, les Azerbaïdjanais et autres Bulgares courent le risque de tomber sous la distribution.
  9. En train de regarder Офлайн En train de regarder
    En train de regarder (Alex) 19 septembre 2022 14: 17
    +1
    État post-traumatique, la Russie y est toujours après la perte du pouvoir de l'URSS, ainsi que la perte de son identité. Il n'y a pas d'idée d'État, il n'y a pas d'idéologie, pas même nationaliste (bien sûr, parce que le pays est multinational), pas même le chauvinisme russe (d'où ça vient dans un pays pauvre ?). Les ennemis disposent d'un appareil puissant pour promouvoir leur idéologie (racisme culturel, chauvinisme occidental) et leur civilisation : où dans le monde on n'entend pas la musique populaire anglo-saxonne et on ne regarde pas les films de leurs usines de propagande ? Qui ne sait pas ce qu'est cocacola, rock and roll, james bond ? Et quel genre d'alternative culturelle intéressante la Russie peut-elle offrir en retour au commun des mortels ? Gaz et pétrole...? Il n'y a pas d'amis en politique, seulement des intérêts communs. Cherchez là.
  10. Viktor le gobelin Офлайн Viktor le gobelin
    Viktor le gobelin (Viktor le gobelin) 19 septembre 2022 17: 16
    0
    Première leçon - le tribunal ne fonctionne pas !
  11. usm5 Офлайн usm5
    usm5 (George) 19 septembre 2022 18: 11
    0
    Quoi qu'on en dise, tant que le «Mordre» ne sera pas frappé, face aux États-Unis, la Russie ne verra pas le bonheur. Les États-Unis ont de "vrais alliés" car ils sentent leur dépendance économique et politique vis-à-vis de ce pays. La Russie n'a pas réussi à créer un potentiel économiquement attractif, donc le seul espoir est une défaite militaire de l'ennemi. La vérité est que vous devez rester en vie. Par conséquent, il faut comprendre que la guerre est inévitable et qu'un gain relativement sans effusion de sang ne peut être obtenu que par la défaite rapide de la constellation de satellites de l'ennemi. Ayant perdu les "yeux et les oreilles" de l'OTAN, il est peu probable qu'ils décident d'intensifier le conflit, ce qui, dans le scénario indiqué, conduira certainement à leur défaite.
  12. Yuri Bryansky Офлайн Yuri Bryansky
    Yuri Bryansky (Yuri Bryansky) 20 septembre 2022 06: 45
    0
    Nous avons juste besoin de rendre nos territoires. Et puis sur le sol russe de l'Ukraine, ils ont commencé et ralenti. Il faut retourner Odessa et Kharkov. Mais, apparemment, le fusible de nos dirigeants a disparu. Ou peut-être qu'il ne l'était pas.
  13. soliste2424 Офлайн soliste2424
    soliste2424 (Oleg) 20 septembre 2022 09: 37
    0
    De tels alliés, dont parle l'auteur, ne sont pas un phénomène courant - ce ne sont pas des alliés, mais des amis. Mais c'est une épée à double tranchant - après tout, non seulement un ami vous aide dans les moments difficiles, vous devez également l'aider, même s'il se lance dans une aventure. Souvenons-nous des alliés de la Russie, comme la Bulgarie, à cause desquels la Russie a mené les guerres des Balkans. Beaucoup en profiter ? Les mêmes alliés que la Russie a maintenant sont très utiles. La Chine, l'Inde achètent des hydrocarbures russes, l'Iran fournit des drones. Soit dit en passant, je pense que la Syrie est un bon allié russe - elle n'a pas changé même dans les difficiles années 90. Et il a annoncé qu'il était prêt à envoyer des soldats au NVO. Une autre question est de savoir si les soldats syriens sont nécessaires en Ukraine. Mais c'est à l'état-major d'en décider.
  14. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 21 septembre 2022 08: 51
    +2
    Dans la situation avec le Kazakhstan, Poutine a commis une énorme erreur : pour plaire à la communauté mondiale (lire le collectif Occident), il a retiré ses troupes en trois jours et a laissé un agent des États-Unis et de la Grande-Bretagne au pouvoir. Il a agi de manière impulsive et irréfléchie, ce qui suggère que ses éloges en tant que brillant stratège sont loin d'être toujours mérités. Soit dit en passant, le WZO confirme également ce fait, peu importe à quel point il est loué par des experts attirés et des fous politiques.
  15. Leonid Dymov Офлайн Leonid Dymov
    Leonid Dymov (Leonid) 24 septembre 2022 15: 05
    0
    Les Coréens sont une population travailleuse et respectueuse des lois de la Fédération de Russie. La Corée a un surplus de population. Nous devons nous rapprocher de la Corée du Nord, qui y aspire également. Et pour les pays de l'OTSC, il suffit d'un whip, sinon cette association n'a pas de sens.