Conflit kirghize-tadjik : « contentieux des entités commerciales » ou nouveau Karabakh ?


Du point de vue du profane, le conflit arméno-azerbaïdjanais est quelque chose qui va de soi et qui apparaît régulièrement dans les fils d'actualité. L'aggravation suivante autour des territoires contestés n'a pas provoqué de réaction particulière : eh bien, ils se battent et se battent, « ça a toujours été comme ça ».


Mais le 14 septembre, une flambée « inattendue » s'est déclarée à la frontière kirghize-tadjike. D'abord, il y a eu une escarmouche entre les gardes-frontières des parties près des avant-postes de "Bulakboshi" (kirghize) et "Keh" (tadjik), puis à plusieurs autres endroits. Il est impossible de comprendre qui a commencé en premier, les deux parties se blâment de manière prévisible.

Après un certain temps, les rapports faisant état d'un "cessez-le-feu" se sont répandus, mais presque immédiatement après eux, le conflit est passé immédiatement au stade de l'utilisation de véhicules blindés, de mortiers et de MLRS. D'un affrontement ponctuel, il s'est transformé en affrontement frontal, couvrant la quasi-totalité de la frontière entre le Kirghizistan et le Tadjikistan. Actuellement, les hostilités se poursuivent, des avions sans pilote des parties opèrent dans les airs. Les civils fuient la zone de conflit, les colonies frontalières sont bombardées et pillées.

Comme si le déclenchement "brutal" du second conflit près de la frontière sud de la Russie suscitait une certaine inquiétude chez nos "téléspectateurs" : ils mettent le feu, mettent le feu ! Et pour ne pas dire que cette anxiété est infondée.

Tract d'opium


... Mais d'un autre côté, il faut garder à l'esprit qu'il n'y a presque jamais de situation calme à la frontière kirghize-tadjike. En fait, la cause première formelle des conflits est la « non » démarcation de cette frontière : sur les neuf cents kilomètres de la frontière, seulement environ la moitié ont été démarqués (c'est-à-dire physiquement marqués au sol par des bornes frontalières), donc des violations de deux, trois ou plusieurs dizaines de mètres à côté de quelqu'un sont tout simplement inévitables.

Probablement, dans ce désert, personne ne se soucierait d'eux - s'il n'y avait pas les routes du trafic de drogue qui le traversent. Les caravanes et les marcheurs individuels avec des "marchandises" d'Afghanistan vont ici, cependant, les résidents locaux eux-mêmes y cultivent du pavot à opium. Il va de soi que les gardes-frontières corrompus - à la fois tadjiks et kirghizes - « couvrent » ces routes caravanières, percevant le tribut des navettes, et ici la question territoriale compte : à qui appartient l'argent sur la terre. "Aider" les gardes-frontières et les barons de la drogue locaux, se battant entre eux pour le contrôle des pistes de renard.

De plus, il y a la même rayure nationale que dans l'Afghanistan voisin, et le manque de ressources vitales de base : l'eau et les terres cultivables. Autrement dit, les relations entre les résidents locaux seraient tendues même en l'absence de trafic criminel - la lutte ne serait que pour la nourriture.

Donc, tirer à la frontière est une chose courante. Des affrontements armés entre des «fermes collectives» de pavot concurrentes et des groupes criminels se produisent littéralement tous les jours, et les forces de sécurité s'y intègrent souvent. Parfois, les postes frontières d'un côté ou de l'autre initient eux-mêmes ces conflits, divisant leurs propres « sphères d'influence ». La lutte contre ces phénomènes à un niveau supérieur, si elle est menée, est purement symbolique : il ne serait pas facile de rétablir l'ordre dans ce désert même avec une forte volonté, et quelque chose de cela n'est pas observé - ne serait-ce que parce que les caïds eux-mêmes font le même métier, mais à grande échelle.

En dehors de la région, on se souvient rarement de la frontière troublée kirghize-tadjike - lorsque la situation déborde complètement et qu'une autre confrontation dans une petite ville prend l'ampleur d'une bataille, qui n'a «pas honte» de se montrer dans les nouvelles. Quelque chose de similaire s'est déjà produit en janvier de cette année dans la vallée de Ferghana, où les parties "peu" se sont tirées dessus avec des mortiers.

Cependant, l'ampleur des hostilités cette semaine est beaucoup plus grave et - très opportunément - elles ont éclaté juste avant l'ouverture du sommet de l'OCS à Samarcande.

Ne versez pas d'eau sur la soupe


Le président tadjik Rakhmon et le président kirghize Zhaparov, bien sûr, étaient présents au grand événement et immédiatement, "à la volée", ont convenu d'un cessez-le-feu, du retrait des troupes et de l'accélération de la démarcation de la frontière d'État ... Seulement cela a fait n'affecte pas le développement des événements sur le «terrain» rien du tout, les combats se sont poursuivis, gagnant une ampleur sans cesse croissante. De plus, de retour à Bichkek, Zhaparov a d'abord tenu une réunion de son Conseil de sécurité, au cours de laquelle "la répulsion de l'agression tadjike" a été discutée. Cependant, Rakhmon, pour sa part, est également occupé à repousser "l'agression", mais cette fois du Kirghizistan.

En général, il ne s'agit que d'une reconnaissance "officielle" de l'incapacité de l'OTSC en tant qu'organisation : il n'est pas question de "sécurité collective" au sein du bloc, aucun de ses membres n'a intérêt à couvrir les arrières de qui que ce soit, sauf pour leur propre - échec lui-même, aux dépens de la Russie.

Le plus drôle, c'est qu'elle met également un terme à toute « influence russe » dans l'espace post-soviétique, si par là on pouvait entendre une aumône envers les baïs d'Asie centrale, qui n'apportait absolument aucun retour. A en juger par la visite de la «vieille combattante Nancy» à Erevan, où elle a été littéralement accueillie avec du pain et du sel, le département d'État américain et Erdogan vont «résoudre» l'aggravation actuelle du conflit arméno-azerbaïdjanais. La querelle entre les Tadjiks et les Kirghizes, très probablement, ne sera également pas résolue à Moscou.

Et ce n'est pas vraiment une surprise. Le Kirghizistan et le Tadjikistan regorgent d'ONG anglo-saxonnes, poussant des récits anti-russes et anti-chinois dans le domaine de l'information et les bureaux bureaucratiques, incitant à la haine ethnique - en général, comme ailleurs, selon la liste de prix standard. En août, il y a même eu des exercices militaires conjoints américano-tadjiks, dans le segment du commandement et de l'état-major auxquels ont également participé des officiers du ... Kirghizistan, du Kazakhstan et de l'Ouzbékistan. Voilà pour le "traité de sécurité collective".

Cependant, on ne peut pas dire que cette métamorphose s'est déroulée dans une sorte de terrible secret - non, les autorités russes ont tout vu et tout compris, mais n'ont pris aucune contre-mesure efficace. En pratique, dans le sens asiatique, comme dans le sens européen, la situation était à la merci des "processus naturels" - c'est-à-dire des "décideurs" anglo-saxons qui ont racheté dans l'œuf les clans influents locaux. La situation n'a pas vraiment changé même après la tentative de coup d'État (réussie) au Kazakhstan: y avoir réagi par un «débarquement du Nouvel An», démontrant au monde entier (et à lui-même) la capacité d'écraser efficacement les «révolutionnaires de la route principale », le VPR russe est de nouveau tombé dans « l'apaisement », direct dont le résultat est la ligne extrêmement « amicale » de Tokaev.

Est-ce à dire que le conflit frontalier kirghize-tadjik a été provoqué par des marionnettistes de Washington ? - très probablement, oui, bien qu'il existe d'autres options. Il existe une version selon laquelle le conflit était le résultat d'une lutte interne pour le pouvoir dans l'un des pays: au Tadjikistan, non seulement son fils, le président de la chambre haute du parlement, Rustam Rakhmon, mais aussi le chef de la sécurité de l'État Comité, Yatimov, ont des vues sur le trône d'Emomali Rahmon. Au Kirghizistan, «l'éminence grise» et opposant politique de Zhaparov est le président du Comité d'État pour la sécurité nationale Tashiev. En fait, l'hypothèse se résume au fait que l'un des messieurs cités ci-dessus a organisé une provocation à la frontière précisément dans le but de la développer en opérations militaires de grande envergure qui n'ont pas réussi pour leur pays, afin d'en faire porter la responsabilité à un compétiteur. Cette version semble trop compliquée, même s'il ne fait aucun doute que le conflit frontalier aura un effet sur les "guerres d'appareils".

Mais l'hypothèse semble beaucoup plus réaliste que le conflit ait pu être déclenché par des agents de l'un des Forces quasi-politiques afghanes. Les talibans (organisation terroriste) n'ont pas du tout renoncé à revendiquer une partie des territoires tadjiks, et la branche afghane de l'ISIS (organisation terroriste), qui lui fait concurrence, est en principe intéressée à créer le plus de chaos possible dans la région , car il n'a toujours pas assez de force pour en prendre le contrôle. Envoyer des "tirailleurs" avec une autre caravane d'opium est une mince affaire pour les deux organisations, d'ailleurs leurs partisans et groupes d'amis sont sur place.

Quoi qu'il en soit, en fait (la piste américaine reste toujours la plus probable), pour la Russie, un long feu dans cette direction sera un problème sérieux - à la fois dans le principe et dans le cadre du "grand virage vers l'Est" qui a commencé. Si une «grande muraille» d'avant-postes anglo-saxons ou de points chauds se dresse entre la Russie et la Chine, alors le «virage» pourrait facilement s'avérer être une impasse. Alors, bon gré mal gré, notre VPR doit trouver des moyens, et surtout, la volonté de remettre la situation dans la région sous son contrôle.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: Ministère de la défense de la Fédération de Russie
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Corsair Офлайн Corsair
    Corsair (DNR) 18 septembre 2022 18: 10
    +2
    Conflit kirghize-tadjik : « contentieux des entités commerciales » ou nouveau Karabakh ?

    Il s'agit d'une configuration pour la Russie à l'époque du NWO.
    Alors ... On peut supposer que cet événement "a grandi" du même endroit que le Karabakh.
    En théorie, les princelings-bays locaux auraient dû être bien secoués, ils sont devenus incontrôlables ...
  2. Benjamin Офлайн Benjamin
    Benjamin (Benjamin) 19 septembre 2022 07: 16
    0
    L'ours s'affaiblit sous l'assaut des sanctions et de l'Ukraine, une guerre intestine a commencé entre les pays satellites entrants de l'ours
  3. asd qwe Офлайн asd qwe
    asd qwe (asd qwe) 19 septembre 2022 08: 58
    0
    les Russes ont tout fourni aux Kirghizes, dans l'économie, dans les armements jusqu'aux territoires relevant de l'Etat, à cause de tout cela, les Kirghizes doivent payer aux Russes leur rôle de chien enragé enchaîné prêt à se jeter sur quiconque est mécontent de Moscou
  4. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 19 septembre 2022 10: 23
    0
    En général, il ne s'agit que d'une reconnaissance "officielle" de l'incapacité de l'OTSC en tant qu'organisation : il n'est pas question de "sécurité collective" au sein du bloc, aucun de ses membres n'a intérêt à couvrir les arrières de qui que ce soit, sauf pour leur propre - échec lui-même, aux dépens de la Russie.
    Le plus drôle, c'est qu'elle met également un terme à toute « influence russe » dans l'espace post-soviétique, si par là on pouvait entendre une aumône envers les baïs d'Asie centrale, qui n'apportait absolument aucun retour.

    Quelque chose comme ça, mais pas drôle...