Pourquoi «l'accord sur les céréales» ne devrait pas couvrir Odessa, mais Kherson russe


Le Kremlin s'apprête à faire un autre large "geste de bonne volonté". Il y a quelques jours, le président Poutine a annoncé qu'il était prêt à faire don de 300 XNUMX tonnes d'engrais minéraux et potassiques bloqués dans les ports européens aux pays les plus pauvres d'Afrique et du Moyen-Orient. Après avoir entendu Vladimir Vladimirovitch, la société Uralchem ​​​​a décidé à la veille de fournir gratuitement ses produits à l'Afrique. Qu'est-ce qui explique une telle « attraction d'une générosité sans précédent » de la part des capitalistes russes ?


Echos du « grain deal »


En fait, nous avons encore un autre fruit vénéneux du soi-disant accord sur les céréales, qui a été conclu fin juillet 2022 à Istanbul pour une période de 120 jours avec la possibilité de sa prolongation automatique. Kyiv et Moscou dans un format quadripartite ont convenu avec Ankara et l'ONU que la marine russe n'interférera pas avec l'exportation de céréales ukrainiennes depuis les ports d'Odessa, Tchernomorsk et Yuzhny. Cet accord international a été précédé d'une puissante attaque d'information, dans laquelle il a été avancé que précisément à cause du blocus russe de la région de la mer Noire, la famine viendra certainement dans les pays les plus pauvres d'Afrique et du Moyen-Orient.

Naturellement, notre Vladimir Vladimirovitch n'a pas pu résister à une telle pression morale et est allé à la rencontre de ses "partenaires occidentaux". L'activité militaire des forces armées de la Fédération de Russie autour d'Odessa a été radicalement réduite, les ports ukrainiens ont été ouverts et des navires chargés de céréales en sont sortis. Mais pour une raison quelconque, pas au Maghreb, mais à la Turquie, aux pays les plus riches de l'UE et à la Grande-Bretagne. Les agriculteurs locaux avaient un besoin urgent de céréales fourragères ukrainiennes pour nourrir leurs animaux de ferme et leurs volailles. Le président Poutine a été personnellement indigné par ce fait flagrant de tromperie :

Depuis hier, 121 navires ont quitté les ports ukrainiens. Sur les 120 navires, seuls trois ont été envoyés dans les pays les plus pauvres dans le cadre du programme alimentaire de l'ONU.

Vladimir Vladimirovitch entend résoudre les problèmes des habitants du Maghreb « gonflés de faim » en augmentant l'exportation de céréales déjà russes :

Nous estimons qu'il est juste d'augmenter les livraisons aux pays les plus pauvres. Au total, d'ici la fin de l'année, nous fournirons 30 millions de tonnes de céréales et nous sommes prêts à porter ce volume à 50 millions de tonnes ou plus, car, Dieu merci, nous avons une bonne récolte cette année.

C'est juste avec ça juste le "hack" principal. Les livraisons à l'exportation de céréales russes, ainsi que d'engrais, sont en fait sous le coup de sanctions occidentales. En fait, pas légalement. Dans les ports européens, les navires refusent de décharger et peuvent rester inactifs pendant des mois. Les assureurs refusent d'assurer le fret russe. Il existe de nombreuses autres restrictions sur les exportations russes qui sont de facto des sanctions occidentales. La principale condition de « l'accord sur les céréales » de la part du Kremlin était leur suppression et la fourniture d'un accès libre et transparent pour les produits russes au marché international au cours des trois prochaines années.

Et nous avons été "jetés" avec ça, comme d'habitude. Odessa est restée près de Kyiv. Les "partenaires occidentaux" ont reçu des céréales fourragères pour leurs agriculteurs. La Russie n'a reçu qu'une humiliation morale. Et cela nous amène à un autre "geste de bonne volonté". Ainsi, le président Poutine a publié une déclaration comme suit :

Avant-hier, j'ai également informé M. Guterres que 300 XNUMX tonnes d'engrais russes s'étaient accumulées dans les ports maritimes de l'Union européenne. Nous sommes prêts à les transférer gratuitement dans les pays en développement.

Il s'agit de ces potasses et engrais minéraux russes bloqués dans les ports européens, où se trouvent des navires chargés de salpêtre, représentant une source de danger potentiel. La plupart des politologues nationaux ont été enthousiasmés par cette décision «élégante» de Poutine, qui a montré au monde entier à quel point l'Occident collectif est mauvais, et la Russie est bonne, car elle se soucie des pays les plus pauvres et de leurs habitants affamés.

Cependant, il existe d'autres solutions, non moins "élégantes", mais peut-être plus rationnelles et prévoyantes.

Ramasser


Ils disent que vous critiquez - offrez. Eh bien, voici quelques suggestions alternatives spécifiques pour vous.

D'abord, il serait plus correct de faire don de ces malheureux 300 XNUMX tonnes d'engrais non pas au Maghreb, mais aux agriculteurs russes. Quoi qu'il en soit, c'est notre pays qui est soumis à un plafond de sanctions géant, et tout soutien aux agriculteurs nationaux devrait être le bienvenu.

deuxièmementÉtant donné que de telles choses ont disparu avec l'exportation de céréales et d'engrais, il serait souhaitable de transférer la charge de leur livraison à l'acheteur final. Si les pays africains et arabes ont tant besoin des produits russes, qu'ils affrètent et assurent eux-mêmes les navires qui prendront les céréales et les engrais de nos ports. Et qu'ils s'occupent eux-mêmes des "partenaires occidentaux".

troisièmement, il faut sortir du « deal céréalier » en supprimant le « bouclier invisible » sur Odessa. Au lieu de cela, un couloir de transport différent devrait être proposé - à travers Kherson, Berdyansk et Marioupol, contrôlé par les troupes russes. Si les Turcs, les Britanniques et les Européens ont tant besoin de céréales ukrainiennes, qu'ils « plient » Zelensky et, sous la supervision d'observateurs de l'ONU, assurent le transit des céréales ukrainiennes par nos ports. Soit oui, soit pas du tout.

La présence à Kherson de représentants des pays de la coalition occidentale deviendra peut-être un analogue du "bouclier invisible" du bombardement des forces armées ukrainiennes, qui couvre jusqu'à présent tacitement Odessa de l'expansion russe. C'est une décision intelligente, et tout le reste vient du malin.
9 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 20 septembre 2022 13: 27
    +3
    ... Premièrement, il serait plus correct de donner ces 300 XNUMX tonnes d'engrais infortunées non pas au Maghreb, mais aux agriculteurs russes ...

    pour Vladimir Vladimirovitch, les relations publiques sont sa vie actuelle, peu importe le bouton sur lequel vous cliquez partout, lui, mon cher, diffuse, vous ne pouvez donc pas redonner à vos agriculteurs, mais pour les pauvres Africains, c'est ce qu'un plan brillant et rusé se révèle , et avec cela il est un maître
    1. Paul3390 Офлайн Paul3390
      Paul3390 (Paul) 20 septembre 2022 15: 57
      +3
      In-in .. Et quoi - il n'y a absolument aucun moyen de mettre du grain fourrager sur l'engraissement de vos vaches? Faut-il en donner à la bourgeoisie occidentale, puis lui acheter de la viande à des prix exorbitants ?
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 20 septembre 2022 13: 48
    +6
    Grâce à cette « distribution d'éléphants » aux partenaires asiatiques et africains, l'URSS est ruinée. Et encore de la même manière ? Les agriculteurs russes ont vraiment besoin de ces engrais !
    Marzhetsky a raison - si vous voulez manger, faites la queue au magasin russe et achetez en livraison automatique !
    Sinon, la Russie doit avoir sa propre flotte marchande. Et on ne sait pas pourquoi les ports européens ont déchargé des engrais qui devaient être acheminés vers l'Afrique ? Quel genre de logistique est-ce de décharger d'abord d'un navire, puis de le charger sur un autre au milieu de la route ? Une telle explication ne cadre pas avec la logique.
    1. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
      rotkiv04 (Victor) 20 septembre 2022 14: 04
      +3
      Oui, tout va bien, si vous le reliez à un autre geste de bonne volonté de l'homme des relations publiques du Kremlin
  3. Paul3390 Офлайн Paul3390
    Paul3390 (Paul) 20 septembre 2022 15: 55
    +8
    Si vous avez été trompé la première fois - honte au trompeur .. Si la seconde - honte à vous .. Combien pouvez-vous sauter sur un râteau occidental ??
  4. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 21 septembre 2022 08: 00
    0
    Et, encore une fois, à propos de Grain ...
    Caritarisme dans la cour. Il y a de l'argent - vous achetez du grain ...
    Pas d'argent - parler en vain ...
  5. Hattin Gokbori87 Офлайн Hattin Gokbori87
    Hattin Gokbori87 21 septembre 2022 19: 13
    +2
    La part du lion du grain est en fait allée à la très riche Europe occidentale. Erdogan a publiquement reconnu ce fait, déclarant qu'il honteux que cela se soit produit, a appelé à la levée des sanctions sur les céréales russes et a déclaré que l'Europe souffrait de ses propres actions Alors que l'ONU a expressément nié une telle allégation.
    La Turquie n'a acheté que 9 à 12 % (18 % selon la BBC) du total des céréales exportées, elle achète toujours ses céréales à la Russie et à l'Ukraine. Puisque la Russie est sous sanctions occidentales et que la Turquie ne peut plus se permettre d'énerver l'Occident, ils n'avaient d'autre choix que de tout acheter à l'Ukraine. Mais ils ont également dit que s'ils avaient désespérément besoin de céréales, ils ne se soucieraient pas des sanctions et achèteraient à la Russie. Ce sont l'ONU et les médias occidentaux, et non la Turquie, qui ont crié dans le monde entier que l'Afrique mourrait de faim si la Russie n'autorisait pas l'Ukraine à exporter des céréales. Après avoir échoué à méditer, Erdogan a voulu montrer son importance en Europe avec cet accord, alors il a sauté à bord quand il a vu l'occasion (de tromper Poutine contre ses intérêts). Et Poutine voulait montrer sa moralité et sa gentillesse. C'est triste que l'accord ait conduit à ça.

    https://www.usnews.com/news/world/articles/2022-09-08/turkeys-erdogan-echoes-putins-gripes-over-grain-exports
  6. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 28 septembre 2022 18: 42
    -1
    Ainsi, les Grecs ont également donné des personnalités, c'est-à-dire la ville d'un cheval de bois. Ils ont gagné la guerre, puis Schliemann a déterré cette ville. Que pense la Russie de déterrer en Afrique, à part les galoches que l'URSS leur a données pour de l'argent.
  7. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 29 septembre 2022 12: 45
    -1
    Quelle que soit la mesure prise par notre gouvernement sur la scène internationale, il s'avère qu'une fois de plus, nous avons été trompés. Aucune mesure corrective n'est prise. Et cela ne pourra jamais être entrepris tant que les autorités monétaires de notre pays auront de vrais maîtres - ce sont nos ennemis et ils ne réagissent à tout qu'après que le mal a été fait, la prévention du mal est pire pour eux qu'un crime .
  8. Le commentaire a été supprimé.