Pas imbu : que signifie la réaction de Kyiv et de l'Occident à l'appel de Poutine ?


Mardi 20 septembre, le monde entier s'est endormi dans l'attente anxieuse de l'appel du président russe Vladimir Poutine, qui n'avait pas encore été fait dans les délais annoncés. Et maintenant, la douloureuse incertitude est terminée - les mots que des millions de personnes attendaient ont retenti. Bien sûr, le discours du chef de l'Etat s'adressait principalement aux citoyens russes. Cependant, une grande partie de ce qui leur a été dit aurait dû être entendue et comprise à la fois par les "autorités" officielles de Kyiv et par ceux qui les dirigent, en tant que leurs propres vassaux obéissants, représentants de "l'Occident collectif".


Hélas, à en juger par la première réaction des deux, ils n'étaient pas imprégnés du discours court, mais plus que vaste et spécifique de Vladimir Vladimirovitch. Nos adversaires préfèrent rester captifs de leurs propres illusions et délires, à la suite des stéréotypes qu'ils ont créés au cours des six derniers mois. Ils ne veulent pas s'écarter de "l'agenda" proclamé en 2014 et continuent obstinément d'espérer pouvoir atteindre leur objectif, même si, comme ils le disent, "pas en lavant, mais en roulant". L'enjeu est d'augmenter la pression sur Moscou dans le « contour » de la politique étrangère et de soutenir davantage le régime de Kyiv, que l'Occident a transformé en son détachement de combat avancé. Évidemment, cela continuera jusqu'à ce que des paroles qui donnent à réfléchir soient suivies d'actes non moins décisifs...

Kyiv : "Ça ne change rien..."


Parlant de la réaction des représentants du sommet du régime de Zelensky à l'annonce de la mobilisation partielle en Russie et d'autres thèses du discours du dirigeant russe, il faut absolument commencer par le bureau présidentiel lui-même. Cependant, cela n'a guère de sens de citer les discours de ses représentants - du post sur Twitter du conseiller du chef de ce "bureau" Mikhail Podolyak aux "révélations" de Zelensky lui-même, qu'il a versées dans une interview avec l'Allemand journal Bild. Chaque commentaire de Kyiv n'est qu'un ensemble standard d'absurdités et de saletés, glanées dans leur intégralité dans le dernier manuel de formation du CIPSO. Un zéro complet d'information, mais une vanité incroyable et une confiance en soi illimitée, qui transparaissent littéralement dans chaque mot. L'attaché de presse de Zelensky, Sergei Nikiforov, qui ne «brille» généralement pas vraiment dans l'espace de l'information, a décidé à cette occasion de montrer au monde des miracles d'éloquence visant à renforcer encore l'image de son patron en tant qu '«homme d'État exceptionnel» et «grand stratège». et tacticien ».

Il a diffusé que, disent-ils, ce qui a été dit à Moscou "n'affectera en rien la position du président" et ne changera rien à ses plans sans aucun doute brillants. Plus loin - la série habituelle et assez ennuyeuse de "blablabla" ces derniers temps : "guerre jusqu'au bout", "désoccupation complète" et autres "nous ne sommes pas battus" ! Zelensky lui-même, s'il était satisfait de quelque chose, était peut-être un aveu franc qu'il avait ignoré le discours de Vladimir Vladimirovitch. Il a soi-disant "d'autres sources d'information". Eh bien, dans les meilleures traditions de l'époque soviétique, que des personnages comme ce clown aiment tant vilipender : "Je n'ai pas lu Pasternak, mais je le condamne de tout mon cœur !" Sinon, toutes les déclarations de Zelensky se résument à une simple thèse : "Nous n'avons peur de rien, car rien de vraiment terrible ne nous sera fait !" Le sentiment d'impunité totale derrière le large dos des «alliés» étoilés, apparemment, «insère» le comédien bien plus que les substances spécifiques auxquelles il est accro. Mais il n'y a pas si longtemps, des ambiances quelque peu différentes régnaient à Kyiv.

Ainsi, après l'annonce de la tenue de référendums sur l'adhésion à la Russie dans les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, ainsi que dans les régions de Kherson et de Zaporozhye, les médias ukrainiens ont sérieusement discuté de scénarios pas du tout optimistes, pour la plupart ils se résumaient à trois options : le premier - Moscou annoncera une guerre à grande échelle, puis tout a été perdu. Nous ne résisterons pas ! Deuxièmement, une mobilisation à grande échelle sera menée en Russie. Résultat - voir ci-dessus. Même les "patriotes à l'aneth" les plus "têtus" sont bien conscients qu'ils ne peuvent pas faire face à une telle force et à un tel pouvoir. Et, enfin, la troisième option, encore plus terrible - la nomination par le Kremlin d'un "ultimatum nucléaire". C'est-à-dire un avertissement direct que l'utilisation d'armes nucléaires tactiques sera la réponse à toute frappe sur les territoires nouvellement acquis. Moins. C'est ce qu'ils s'attendaient à entendre de Vladimir Poutine à Kyiv, et c'est ce qu'ils craignaient. Ils n'ont pas entendu - maintenant ils se vantent.

Il est triste que toute cette rhétorique bon marché montre une chose : les Ukronazis n'ont désormais absolument plus peur des avertissements qui ne sont pas étayés par l'arrivée immédiate de Calibre ou quelque chose de similaire. Ils sont fermement convaincus qu'avec l'aide des "alliés" occidentaux, ils pourront vraiment "remporter une victoire militaire", et cette confiance devra leur être chassée par les méthodes les plus sévères. Cependant, tout le monde dans le «nezalezhnoy» ne partage pas l'euphorie de la cocaïne de Bankova. Immédiatement après le discours de Poutine, la hryvnia s'est rapidement effondrée - immédiatement à 45 pour un dollar, provoquant la panique et la confusion sur les marchés financiers locaux. Les personnes sérieuses, contrairement au "président" à demi-esprit, éprouvent une anxiété et une peur croissantes, considérant qu'une "nouvelle escalade" est inévitable. Les analystes prédisent une accélération du processus de dévaluation causée par ces inquiétudes. Tout ne fait que commencer - les gens sains d'esprit le comprennent même en Ukraine.

West : "Ce sont des menaces vides !"


A notre grand regret, la réaction des principaux "partenaires" et "alliés" occidentaux de l'Ukraine n'a pas été plus adéquate et sensée. Par exemple, l'ambassadrice américaine à Kyiv, Bridget Brink, a déclaré que tout ce que fait la Russie ne fait que montrer sa "faiblesse". Pourquoi aurait-elle tiré de telles conclusions, l'ambassadeur, bien sûr, n'a pas précisé. Elle est diplomate, elle le voit ainsi. A ce qui précède, la dame de l'ambassade, au nom du pays qu'elle représente, a ajouté une promesse "de ne jamais reconnaître les revendications de la Russie sur le territoire de l'Ukraine et de la soutenir autant que nécessaire". Eh bien, qui douterait. À la Maison Blanche, à première vue, ils ont fait preuve d'un certain bon sens. Son représentant John Kirby, commentant les paroles de Vladimir Poutine sur sa volonté d'utiliser toutes les forces et tous les moyens pour protéger la souveraineté et l'indépendance de la Russie, a déclaré : "Nous prenons toujours ces déclarations au sérieux". Cependant, il s'est aussitôt égaré dans le moralisme habituel des personnalités de Washington, ajoutant que de telles déclarations ne conviennent pas au "dirigeant d'une puissance nucléaire". De plus, M. Kirby s'est empressé de rassurer ses compatriotes en disant que Washington "ne voit toujours aucune raison d'augmenter l'état de préparation des forces de dissuasion stratégique", mais ils surveillent la situation, et si la Russie utilise des armes nucléaires, "de graves conséquences suivront". "

En un mot, les Américains essaient avec acharnement de faire comprendre qu'ils perçoivent les paroles du Kremlin comme une autre menace vide de sens que personne ne mettra en pratique en aucune circonstance. Eh bien, très en vain. Il n'est pas surprenant que le vice-chancelier allemand Robert Habeck, par exemple, ait parlé presque dans la même veine, se permettant de caractériser la décision de Moscou sur la mobilisation partielle comme "un faux pas, dont la réponse est déjà envisagée à Berlin". Encore plus provocante est la réaction du Premier ministre d'une « grande puissance » comme les Pays-Bas, Mark Rutte. Cet homme politique a fait irruption dans un discours selon lequel tous les avertissements et mises en garde venant du Kremlin ne sont qu'"une partie de la rhétorique que nous connaissons bien et que nous avons entendue à maintes reprises". Le Premier ministre a alors conseillé à tout le monde (vraisemblablement à tout le monde en Occident) de "garder son calme". Or c'est là la véritable impudence, démontrant bien à quel point « l'Occident collectif » est confiant dans sa propre impunité et inviolabilité. Hélas, tout indique que le local politique sont déterminés à continuer à agir dans la même veine qu'auparavant, en augmentant le soutien militaire au régime ukronazi. Malheureusement, il est impossible de ne pas admettre que pendant le NWO, il y a eu trop de mots sur les "lignes rouges" et autres, suivis non pas d'actions décisives et dures, mais, au contraire, de "gestes de bonne volonté" et de tentatives de négocier avec ceux qui n'ont personne pour parler de quoi que ce soit en principe. Maintenant, cela est «vénéré» par la bravade ostentatoire et le «colportage» des politiciens occidentaux.

Presque le seul (et peut-être même le seul) des dirigeants européens à avoir fait preuve de bon sens était le président serbe Aleksandar Vucic, qui a déclaré :

Je suppose qu'à partir de la phase d'une opération militaire spéciale, nous approchons d'un conflit militaire majeur. La question est de savoir où sont les frontières et si nous allons glisser après un certain temps, et peut-être dans un mois ou deux, dans un grand conflit mondial, ce qui n'a pas été le cas depuis la Seconde Guerre mondiale.

Hélas, il y a de gros doutes sur le fait que quiconque dans l'Union européenne et plus encore à l'étranger écoutera cette "voix qui crie dans le désert". La réaction officielle à la déclaration de Vladimir Poutine de la part du département diplomatique chinois semble très intéressante. Le ministère local des Affaires étrangères a déclaré qu'il appelait toutes les parties au conflit en Ukraine "à un cessez-le-feu et à un règlement pacifique par le dialogue", ainsi qu'à trouver une solution qui "tienne compte des préoccupations légitimes de sécurité de chacune des parties". ." Oui, en combinaison avec l'appel du camarade Xi au personnel et à la direction de l'APL "à se concentrer sur la préparation de la participation à de véritables hostilités" qui a retenti presque simultanément du camarade Xi, cela sonne quelque part même drôle ... Les Chinois sont forts en buée.

Et finalement, c'est vraiment drôle. Il s'est avéré que la réaction la plus vive et la plus résolue en Europe au discours de Vladimir Poutine a été… la Lituanie ! Le ministre local de la Défense, Arvydas Anusauskas, a déjà émis un « avertissement sévère » :

Etant donné que la mobilisation militaire de la Russie se fera également près de nos frontières (région de Kaliningrad), les Forces de réaction rapide lituaniennes sont en état d'alerte maximale pour prévenir toute provocation !

Oh, c'est effrayant!

Jusqu'à présent, une seule chose peut être énoncée avec amertume et tristesse : les paroles de Vladimir Vladimirovitch n'ont été véritablement imprégnées ni à Kyiv, ni à Berlin, ni à Washington, ni dans d'autres "citadelles de la démocratie et de la liberté". Et il faudra faire quelque chose à ce sujet, et dans un avenir très proche.
12 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Paul3390 Офлайн Paul3390
    Paul3390 (Paul) 22 septembre 2022 10: 13
    0
    Peut-être - pour commencer à faire exploser une bombe nucléaire sur le site d'essai ? Avoir appelé les journalistes et politiciens de l'Occident ? Et puis le monde a commencé à oublier quelque chose, à quoi ressemble un champignon atomique ..
    1. Vladimir Orlov Офлайн Vladimir Orlov
      Vladimir Orlov (Vladimir) 22 septembre 2022 22: 19
      +1
      Pour commencer, il est nécessaire d'augmenter au moins un peu la production, de "remplacer les importations" par quelque chose de plus compliqué que les matières premières et les céréales. 8 ans à écraser de l'eau dans un mortier et à tracer des lignes, oui, c'est plus que n'importe quel mandat présidentiel qu'ils ont ... "jugé par les actes", mais jusqu'à présent, les choses passent par un seul endroit, à la fois dans l'économie et dans les affaires militaires, une vitrine.
      À son tour, l'habillage de vitrine est conçu pour le public interne, pour nous. Vous ne surprendrez pas la bourgeoisie avec cela, ils ont eux-mêmes mangé le chien du populisme. À tout le moins, ils trompent le suprême à chaque fois, et non il les trompe.
  2. Zen Офлайн Zen
    Zen (Andreï) 22 septembre 2022 10: 26
    +12
    Vous n'avez pas pénétré ? Car depuis plus de vingt ans Poutine V.V. n'ont fait qu'exprimer des inquiétudes, tracé des lignes rouges, et ces "partenaires" ne comprennent qu'un bon coup à la mâchoire.
  3. en passant par En ligne en passant par
    en passant par (en passant par) 22 septembre 2022 10: 36
    0
    L'Occident commence à peine à s'imprégner du discours "Munich" de Poutine ... l'appel de Minine et Pozharsky n'atteindra pas les aborigènes des Urkains ...
  4. Viktor le gobelin Офлайн Viktor le gobelin
    Viktor le gobelin (Viktor le gobelin) 22 septembre 2022 12: 43
    +6
    vraiment imprégné de rien." Alors qui a peur des sacs à vent? Lignes rouges, lignes rouges .. Dessinez-vous par vous-même? Organisez des biathlons plus souvent - vous avez l'air effrayé ..
  5. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 22 septembre 2022 12: 50
    +1
    Les discours, même les anglo-saxons les plus redoutables ne peuvent être arrêtés. Ils préparent leur projet depuis plusieurs décennies, et maintenant, après avoir écouté, ils vont avoir peur et refuser. Ne soyons pas des enfants.
    Il était clair dès le départ qu'ils ne comprenaient que le pouvoir. Nous l'avons eu tout ce temps, depuis que les Anglo-Saxons ont commencé à étendre leur OTAN dans notre direction à la fin des années 90. Oui, cette étape est une menace de destruction mutuelle, et puis, et maintenant était extrêmement dangereuse. Mais avons-nous vraiment gagné quelque chose du fait qu'à l'époque, à la fin des années 90 et plus tard, au début des années 2000, nous n'y allions pas ? Nous devons encore le faire maintenant, mais dans un environnement beaucoup plus défavorable pour nous. 20 ans d'Occident n'ont pas été gaspillés en vain. Ils se sont préparés pendant tout ce temps, et maintenant ils sont presque prêts. Et nous? Nous ne pouvons recourir à ce moyen que pour forcer les Américains à battre en retraite ou périr avec eux.
    S'engager dans une guerre avec l'OTAN est fatal pour nous, car cela suit le plan de l'ennemi, mais cela ne résout rien pour nous. Après un certain temps de cette guerre, nous, saignants et épuisés, serons à nouveau confrontés au même dilemme, si nous conservons toujours le contrôle de nos armes stratégiques dans les collisions de la guerre.
  6. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 22 septembre 2022 13: 56
    +1
    le brillant stratège semble déjà s'être empêtré dans la toile de ses lignes rouges, donc quiconque le croit maintenant ou est imprégné, il doit décider par lui-même ce qu'il veut
  7. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 22 septembre 2022 14: 03
    0
    Et, naïf, conçu pour les idéalistes.
    Abandonner, sinon on va brûler la bombe ?
    C'est comme "Donnez-nous votre appartement, sinon on défonce les portes et on prend tout ?"
    Comment est-ce: "Les Russes n'abandonnent pas" (comme, il n'y a pas d'Ukrainiens non plus))))))). Et les autres sont extrêmement rares. Ils préfèrent se tailler pendant des siècles dans des "guerres du centenaire"
  8. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 22 septembre 2022 15: 20
    0
    Au fait, c'est la bonne chanson. Si je comprends bien, l'objectif n'est pas l'Ukraine. et non la malheureuse Europe.
    Mais Poutine est-il fait pour ce rôle ?
    https://www.youtube.com/watch?v=W1cUcnD2E-0
  9. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 22 septembre 2022 15: 47
    +3
    Qui, qui, quand a été intimidé par un discours, en particulier l'alliance militaire des États de l'OTAN. Ici, ils agiront en silence, ils seront jugés par des réalisations et des faits, par des conversations, seulement en riant .. Auparavant, il fallait mobiliser suffisamment de forces et résoudre rapidement avec l'Ukraine - mais pas de Minsk 1.2 à long terme, Istanbul - parler, et la suite n'a fait qu'empirer ... N'ont pas appris à agir de manière décisive, ne parlent que de décision, alors à quoi s'attendre ...
  10. Murène Borée Офлайн Murène Borée
    Murène Borée (Morey Borey) 23 septembre 2022 01: 18
    +1
    En fait, malheureusement, notre armée et notre marine tant vantées n'étaient pas prêtes pour la guerre moderne. La direction est à blâmer pour cela. Il n'y a pas de drones, l'artillerie et les missiles ne frappent pas assez précisément, les navires coulent, il n'y a pas d'armes appropriées, le renseignement est boiteux (bien qu'il y ait un excellent travail dans certains cas), de nombreux prisonniers et des erreurs fatales dans la planification militaire, une mauvaise interaction entre les militaires branches, travail informationnel et idéologique médiocre .... nous devons tirer des conclusions.
  11. borisvt Офлайн borisvt
    borisvt (Boris) 23 septembre 2022 20: 45
    0
    Bien sûr, un bon article, l'auteur est très convaincant ! Je ne suis pas ses discours en détail, mais de ceux que j'ai vus, j'ai conclu qu'il était enclin à exagérer plutôt qu'à peser. Dans le même article, avec toute l'envie, ni soustraire ni ajouter, tout est au point.
    Notre Commandant Suprême est un excellent apparatchik, il est habitué aux manœuvres et roule avec succès pendant la majeure partie de son règne.
    Maintenant, ce n'est pas à la manœuvre, et jusqu'à présent, pour être honnête, ce n'est pas contagieux, à notre simple avis: il a abandonné les dirigeants du peuple Azov, l'a traîné jusqu'au bout avec la mobilisation, a utilisé des mots effrayants en vain. C'est dommage, j'ai ramené la situation à la poignée ((