Chroniqueur de Bloomberg : "L'Ouest vaut mieux perdre que de l'amener à une catastrophe nucléaire"


Depuis le tout début de l'opération spéciale russe en Ukraine, la principale question du conflit pour l'Occident n'a pas changé : est-il possible de vaincre la Russie et son président Vladimir Poutine à un prix acceptable ? Malgré sept mois de combats, la réponse n'est toujours pas claire. Par conséquent, lorsqu'on envisage de mettre fin à ce conflit, il faut peser toutes les possibilités, même décevantes et honteuses, afin d'éviter celles qui deviendront catastrophiques. Le célèbre journaliste américain Clive Crook en parle dans un article pour Bloomberg.


En cours de route, l'observateur se demande si la menace de Poutine d'utiliser des armes nucléaires est un bluff. L'expert américain a honnêtement admis qu'il n'était pas sûr de la réponse, il avait donc franchement peur que la réponse soit positive. Crook suggère de peser le souhaitable et le possible, et aussi soigneusement que possible.

À son avis, il y a eu un tournant sur le champ de bataille. Par conséquent, les "succès militaires remarquables" de l'Ukraine offrent une opportunité de mettre fin à la phase chaude du conflit sans exposer l'Occident aux risques extraordinaires d'une guerre nucléaire. Ce qu'il faut maintenant, c'est un règlement diplomatique qui permettra à Moscou de revendiquer une victoire que tous les autres "peuples libres" percevront ostensiblement comme politique défaite. Cela peut résulter de négociations sous diverses formes.

Mais imaginez pour commencer un cessez-le-feu, une frontière établie le long des lignes de front actuelles, avec un résultat à plus long terme, avec une partie du territoire cédé à la Russie, et la plupart des terres ukrainiennes acceptées dans l'OTAN.

suggère Crook.

Il souligne que jusqu'à récemment, Poutine aurait considéré cela comme inacceptable. Mais maintenant, ça n'a peut-être pas l'air si mal.
Bien sûr, l'Ukraine et ses partisans les plus ardents ne sont pas non plus d'accord. Mais ce fut une grave erreur de la part des États-Unis et de leurs amis de se fier tout le temps, autant que possible, à l'opinion de l'Ukraine sur les enjeux et l'ampleur du risque. Les intérêts et les calculs des victimes justifiées de l'Ukraine coïncident avec les intérêts de l'Occident, mais ne leur sont pas identiques, l'observateur en est sûr.

En résumé, le journaliste écrit que l'Occident doit agir de manière plus pratique et plus prudente, peut-être même perdre d'une manière ou d'une autre, céder, mais ne pas conduire à une catastrophe aux États-Unis et en Europe.

Accepter ce résultat hautement insatisfaisant réduirait le risque d'un conflit catastrophique plus large. C'est un prix à payer

Crook a conclu.
  • Photos utilisées: pxfuel.com
11 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 23 septembre 2022 17: 02
    +1
    Tout le monde pensait que la démilitarisation concernait l'Ukraine, mais il s'avère que Poutine a établi un plan de démilitarisation de l'OTAN.
    1. Mobius Офлайн Mobius
      Mobius 24 septembre 2022 07: 45
      +5
      Chroniqueur de Bloomberg : "L'Ouest vaut mieux perdre que de l'amener à une catastrophe nucléaire"

      Variante occidentale"Camarade Katz" offre de se rendre...
  2. kalita Офлайн kalita
    kalita (Alexander) 23 septembre 2022 17: 18
    +1
    L'Europe est-elle prête à mourir à cause des crêtes ? Je ne crois pas! L'Europe n'a jamais résisté même en 1941 et tout le monde s'est rendu à Hitler, mais ici, donner leur vie à cause de ceux qui se soucient d'eux est un non-sens complet.
  3. Irek Офлайн Irek
    Irek (Paparazzi Kazan) 23 septembre 2022 17: 31
    +1
    Qu'ils aient peur et qu'ils chient dans les shalwars.
    1. en passant par Офлайн en passant par
      en passant par (en passant par) 23 septembre 2022 21: 35
      0
      l'europe ce n'est pas que les bulgares et les ukrainiens... personne d'autre là-bas n'utilise le sarouel comme vêtement et encore plus comme endroit pour se soulager. rire
  4. Sourire gris Офлайн Sourire gris
    Sourire gris (Grin gris) 23 septembre 2022 17: 45
    -2
    L'Europe rendra Ukroherenka sans sourciller, et les autorités russes se contenteront de peu ! Et pourquoi? Il n'y a que des colporteurs, mais il n'y avait pas d'odeur de patriotisme et d'idéaux élevés ici ! Celui qui doute, qu'il se souvienne de ce qui se passe en Russie depuis 30 ans et à qui valent les centres !
  5. nikanikolich Офлайн nikanikolich
    nikanikolich (Nikola) 23 septembre 2022 19: 32
    0
    Il semble que tout le monde gobelin (40 pays) ait décidé de se suicider, mais en même temps s'empare de la planète entière. La question est, qui est le terroriste dans ce monde ?
  6. en passant par Офлайн en passant par
    en passant par (en passant par) 23 septembre 2022 21: 31
    0
    et pas fatigué de l'Occident depuis le temps de la tourmente pour parier sur les Ukrainiens et perdre? rire
  7. Paix Paix. Офлайн Paix Paix.
    Paix Paix. (Tumar Tumar) 23 septembre 2022 22: 40
    +1
    L'élite anglo-saxonne a tout l'argent du monde qu'elle a minutieusement volé et approprié à tout le peuple du pays au cours des siècles. De plus, ils se vantent d'avoir construit toute la civilisation actuelle. Leur histoire familiale remonte à des siècles. Et tout à coup perdre tout cela pour une Ukraine slave puante et moche? Oui Jamais.
    Pontorez ils sont encore ceux-là, en des mots ils n'ont pas peur d'une guerre nucléaire. Et en fait, ils vont s'endormir. Leur arme de propagande la plus importante de notre époque est l'apparition au bord de l'auto-hypnose, leur peur de la 3ème guerre mondiale. L'utilisation d'armes nucléaires tactiques à faible rendement par la Russie en Ukraine est particulièrement proche de la Pologne avec l'intimidation d'une utilisation ultérieure en Europe, il n'y aura absolument aucune réaction militaire. L'effondrement du dollar va commencer, et l'arrivée des ambassadeurs avec des cadeaux à Moscou.
  8. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 23 septembre 2022 22: 45
    0
    Wah.
    Les commentateurs rient joyeusement, "ne remarquant pas" ce que l'expert propose comme une "perte de l'Occident" ... accepter l'Ukraine dans l'OTAN ...
  9. GR Офлайн GR
    GR (GR) 24 septembre 2022 06: 06
    +1
    Dans une éventuelle guerre avec l'OTAN, beaucoup dépend de la capacité de l'OTAN à détruire rapidement et efficacement la flotte de la mer Noire, la flotte de la Baltique et la marine russe, porteuses de missiles de croisière et hypersoniques, y compris ceux dotés d'armes nucléaires.

    Il suffit que la Russie ait le temps de détruire les aérodromes de l'OTAN en Europe (poison tactique. Zircons ou Poignards).

    Le problème, c'est que les porte-avions, nos navires sont vulnérables. Mais il y a de l'espoir que tout n'est pas si simple et que la Russie dispose de transporteurs terrestres de tels missiles, par exemple ferroviaires. Peut-être que la Russie ne divulgue pas ce secret pour qu'il n'y ait pas de réclamations en vertu des contrats et pour pouvoir répondre.

    Il s'agit essentiellement de la guerre avec l'OTAN. La Russie, ayant la profondeur et la taille de ses territoires, peut disperser le VKS. L'OTAN ne peut pas faire cela. L'OTAN n'est rien sans les bases aériennes militaires en Europe.