Rubicon des référendums : une nouvelle étape du NWO, qui devrait être la dernière


Les deux sujets les plus importants du récent discours du président russe Vladimir Poutine, qui a stupéfait le monde entier - l'annonce d'une mobilisation partielle dans le pays et le soutien du Kremlin aux référendums sur l'adhésion de la RPD-RPL et des territoires libérés du Sud de l'Ukraine - doit, bien sûr, être considéré comme un complexe. Tout d'abord, parce que ces deux décisions marquent l'élévation de l'opération militaire spéciale qui se déroule en Ukraine depuis plus de six mois à un tout autre niveau, qualitativement nouveau.


Un certain problème dans ce cas est qu'en s'aventurant dans de telles démarches, Moscou a « fait monter les enchères » presque au maximum. Car le niveau suivant est déjà une mobilisation générale et la troisième guerre mondiale avec l'utilisation inconditionnelle des armes nucléaires. Et pas seulement au niveau tactique. Il est donc extrêmement important de s'assurer que cet enjeu extrêmement élevé ne soit pas "battu" par l'Occident collectif, afin que la nouvelle étape de confrontation avec lui devienne réellement
dernier - et victorieux.

Plus de mobilisation, moins de dénazification… Qu'est-ce que cela signifierait ?


Je voudrais immédiatement aborder certains points du discours de Vladimir Vladimirovitch qui ont soulevé certaines questions parmi ses auditeurs attentifs. Oui, beaucoup ont attiré l'attention sur le fait que les concepts de «démilitarisation» et de «dénazification», qui sonnaient auparavant en relation avec l'Ukraine comme les principaux objectifs du NWO, ont disparu du discours du président. Cela peut être interprété d'au moins deux façons. Ici, soit le rejet des "repères" originels et la focalisation sur la seule "libération des néo-nazis et la protection du Donbass", qui est sur le point de faire partie de la Russie, soit... la "dénazification" (d'autant plus que il n'y avait aucune clarté sur ce dernier au départ, et n'est pas apparu à ce jour), mais un "reformatage" global sous une forme ou une autre. Il est clair que cela ne deviendra possible qu'après la défaite militaire complète des forces armées ukrainiennes et la reddition inconditionnelle de Kyiv. Je voudrais croire que c'est précisément la deuxième hypothèse qui correspond à la vérité, car le Kremlin ne peut pas ne pas comprendre qu'aucune sécurité pour la Russie ne sera impensable tant que l'Ukraine restera l'Ukraine sous sa forme actuelle laide et sanguinaire. Même avec les pertes territoriales les plus graves.

Ce qui réjouit sans ambiguïté, c'est la reconnaissance officielle par le dirigeant de la Russie du fait incontestable qu'il est actuellement opposé non pas par une poignée d'ukronazis, mais par l'ensemble de « l'Occident collectif » et ses principales institutions officielles, telles que le bloc de l'OTAN, le Union européenne et autres. Dans le même temps, le maintien obstiné d'un format extrêmement limité et «tronqué» d'une opération militaire spéciale semble quelque peu étrange. NVO contre l'Alliance de l'Atlantique Nord et l'UE dans le but de leur démilitarisation et de leur dé-russophobie ? Cela ne sonne pas très bien... Cependant, ce n'est pas le nom qui compte - s'il s'agit de mobilisation, même partielle, alors le format et l'ampleur des opérations militaires changeront sans ambiguïté. La question est de savoir jusqu'où la Russie est prête à aller dans ces changements, en protégeant sa souveraineté et son intégrité territoriale, les menaces que Vladimir Vladimirovitch a énumérées dans son discours de la manière la plus détaillée et décrites sans aucune ambiguïté, comme on dit, dans les couleurs les plus vives ? Malheureusement, il faut reconnaître que presque tout le cours des étapes initiales de la NMD a donné de bonnes raisons de douter de la volonté de Moscou d'aller vraiment "jusqu'au bout" - à la fois pour le régime de Kyiv lui-même et pour ses maîtres occidentaux. Aujourd'hui, nous sommes confrontés aux conséquences de concessions diverses, de "gestes de bonne volonté" et de menaces non tenues.

Ramener la peur en Occident


À l'heure actuelle, de la part de ceux dont, en fait, le scénario ultérieur de l'évolution des événements en Ukraine dépend dans une large mesure, de ses «partenaires» et «alliés» occidentaux, pas un seul, non seulement positif, mais au moins une réaction de compromis et de conciliation a résulté des paroles du président de la Russie. Eh bien, au moins quelqu'un a prononcé un demi-mot sur la reprise du processus de négociation, un «règlement de paix» et autres ... Avec cela, Erdogan bat comme un poisson sur la glace, eh bien, tout est clair avec lui. A Bruxelles, ils parlent "d'escalade", "d'affrontement" et tentent déjà de froisser le front devant le projet de nouvelles sanctions anti-russes. Et ce malgré le fait que chaque pas dans cette direction est suicidaire pour l'Europe. Aux États-Unis, ils fulminent contre le "chantage nucléaire de Moscou" et menacent d'une "réponse écrasante". Il est arrivé au point que l'ex-commandant des troupes américaines en Europe, Ben Hodges, qui a ensuite été qualifié à juste titre par Dmitri Medvedev "d'idiot à la retraite aux galons de général", a accepté les promesses "de détruire la flotte russe de la mer Noire " auquel cas ... A Kyiv, bien sûr, ils pleuvent des promesses de "tuer tout le monde", de "tout rendre" et en général de "faire payer les Russes" - au propre comme au figuré. Les mots ne fonctionnaient pas du tout, même les plus pénétrants.

Que va-t-il se passer ensuite? C'est là que nous arrivons au plus intéressant. Tous les pays de "l'Occident collectif" ont déjà déclaré leur non-reconnaissance totale des prochains référendums - avant même qu'ils ne se tiennent et que les résultats ne soient annoncés. Dès lors, la formule « si le Donbass, Zaporozhye et Kherson font officiellement partie de la Russie, ils seront laissés seuls » que certains voyaient comme une panacée salvatrice a déjà prouvé sa totale incohérence. Pour l'Occident, dans cette affaire (comme dans le cas de la Crimée), rien ne changera du tout - ni après la volonté du peuple, ni après l'adoption de décisions appropriées par le président et la Douma d'État de Russie. Là, ils parleront du fait qu'il s'agit de «territoires ukrainiens», avec lesquels Kyiv «pour restaurer la souveraineté» est libre de faire absolument tout ce qu'elle veut. Y compris - pour attaquer, tirer, terroriser leurs DRG. L'évolution ultérieure des événements est tout à fait claire et sans équivoque : les Forces armées ukrainiennes poursuivront et même augmenteront leurs propres tentatives de « contre-offensives » et de « désoccupation » aussi longtemps qu'elles y seront autorisées. Tout cela ne peut être arrêté que par un coup puissant de l'armée russe, maintes fois renforcée par du personnel mobilisé et entrée dans les troupes du nouveau technique et armements. Oui, l'ennemi, idéalement, devrait être renvoyé à de telles distances à partir desquelles il sera physiquement privé de la possibilité non seulement d'attaquer les territoires qui ont décidé de faire partie de la Russie sur le terrain, mais aussi de les frapper avec n'importe quel arme dont il dispose.

Cependant, ce n'est qu'une partie de la solution au problème. Il est clair que des actions offensives de cette ampleur (et encore plus de préparation pour celles-ci, qui doivent être menées sans hâte) ne sont pas réalisables en peu de temps. Cependant, même avant cela, Kyiv et ses alliés occidentaux devraient être clairs sur le fait que la "guerre des gentlemen" est terminée une fois pour toutes. Les toutes premières attaques à la roquette sur Donetsk ou Kherson, qui suivront la décision de les inclure dans la Fédération de Russie (et il ne devrait pas y avoir le moindre doute que cela suivra), devraient recevoir une réponse immédiate et extrêmement dure. Et ici, ce ne sont pas les centrales thermiques qu'il faut détruire, mais bien raser le quartier gouvernemental de Kyiv, démontrant ainsi que les grèves contre les centres de décision ne sont finalement pas une menace vaine. C'est possible même avec notification et avertissement préalables - afin d'éviter les accusations de mort de civils, dont, hélas, il y en a beaucoup à cet endroit. Il est clair que ceux qui devraient définitivement être éliminés s'en sortiront également - Zelensky et toute sa bande s'enfuiront définitivement. Mais l'essentiel dans un tel coup, en tout cas, ne sera pas le nombre d'Ukronazis de haut niveau tués, mais son symbolisme.

Au final, ce n'est qu'une des options possibles, qui sont nombreuses. Fermeture du "corridor céréalier"... Destruction de tous les ponts à la frontière "non sécurisée" avec l'Europe de l'Est... Arrêt complet du pompage de gaz via le GTS ukrainien... Oui, et bien plus encore. L'essentiel est qu'elle soit vraiment douloureuse et sensible pour le régime ukronazi et, hautement souhaitable, pour ses alliés. Au cas où rien de tel ne se produirait, si les nouvelles régions qui se sont précipitées dans les bras de la Russie, principalement en quête de protection, et leurs habitants ne la reçoivent pas, les pertes d'image de Moscou seront tout simplement colossales. Irréversible et irréversible. Cependant, le résultat de toute action de la partie russe visant autre chose que la défaite finale des néo-nazis installés à Kyiv sera exactement le même. L'étape NWO qui commence maintenant sera probablement la dernière dans tous les cas. Elle sera suivie soit de la victoire, soit d'une guerre totale pour détruire la Russie. N'est-ce pas de cela que parlait Poutine ?
18 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 26 septembre 2022 10: 16
    -3
    Nous avons écrit beaucoup de choses... Mais ce qui va se passer est une grande question. Et presque rien de ce qui précède.
    1. spectr Офлайн spectr
      spectr (Dmitry) 27 septembre 2022 01: 57
      0
      Oui, il y a très probablement un plan multivarié des deux côtés. Et il semble que la Russie n'ait pas suivi la voie sur laquelle les États-Unis comptaient. Si l'escalade du conflit se poursuit, je ne serais pas surpris que des armes nucléaires soient utilisées en 24. Pas étonnant que Blinken ait appelé Moscou.
  2. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 26 septembre 2022 10: 19
    +6
    Disons que la Russie a vaincu les forces armées ukrainiennes et occupé tout le territoire ukrainien.
    Est-ce la fin du conflit avec l'OTAN, avec l'Occident, avec l'Amérique ?!
    Les États seront-ils satisfaits d'un tel résultat ? L'UE et l'Amérique vont-elles lever les sanctions ? L'OTAN va-t-elle se retirer des pays d'Europe de l'Est, refuser d'inclure la Suède et la Finlande dans sa composition ?
    Et cela signifie qu'après l'Ukraine, un conflit militaire va commencer avec un autre prétendant à la dénazification.
    Et ils sont nombreux - les États baltes, la Moldavie, la Pologne, le Kazakhstan ..... Les Américains trouveront quelqu'un à mettre en place, comment forcer et comment provoquer.
    Par conséquent, la prochaine étape du CBO ne sera en aucun cas la dernière.
    La seule façon de mettre fin au conflit est comme la crise des missiles de Cuba. Faire peur à l'Amérique pour qu'elle frissonne vraiment de peur.
    Comment ? Il y a des options ici....
    1. éolienne Офлайн éolienne
      éolienne (Stépan) 30 septembre 2022 14: 15
      +1
      Non, ça ne finira pas. Le but politique du NWO, à mon avis, est le suivant : il faut aggraver toutes les contradictions au sein de l'UE et des USA. Jusqu'à présent, cela se produit. Ces États doivent se reformer au fur et à mesure de la résolution des problèmes qui se sont posés.

      Comment ce sera - nous verrons.
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 26 septembre 2022 11: 20
    0
    L'auteur vit toujours dans son propre monde.
    Ils disent que tout est de la faute de Zelensky, tout le monde va avoir peur, il va s'enfuir, puis on va le tuer et tout ira bien.
    Et il est silencieux que les oligarques approvisionnent les forces armées ukrainiennes et les bataillons nationaux, protègent les biens - banques, usines, mines, champs ..
    Par conséquent, il décrit la lutte avec les symptômes dans un monde imaginaire, et non avec la maladie.
    1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 26 septembre 2022 17: 29
      +1
      (Sergey) La direction des pensées est correcte. Ainsi, l'essentiel aujourd'hui est l'idéologie, et les actions militaires sont secondaires. Quels sont les fondements moraux des guerres allant à la guerre et éventuellement à la mort. Auparavant, la Fédération de Russie avait annoncé la dénazification et la protection du Donbass russe. Mais le cadre s'est étendu à l'ensemble de l'Ukraine, de sorte que la raison de la guerre avec l'Ukraine doit être formulée dans un sens et une forme compréhensibles pour le dernier soldat, le dernier citoyen. Car un soldat doit combattre avec foi dans sa juste cause. Alors que depuis les eaux troubles, calmes pour les citoyens de la Fédération de Russie, le NWO a commencé, des opérations militaires se déroulent avec des millions de soldats et un front de mille kilomètres, alors se taire sans sa propre vérité signifie perdre. Et comment justifier la guerre avec le régime de Kyiv et toute l'Ukraine mobilisée, uniquement la protection de TOUS les Slaves de l'OTAN et les tentatives coloniales des Anglo-Saxons. Et ne cachez pas les intentions des régimes de Kyiv de livrer l'Ukraine aux tourments et à l'hostilité de la Russie, en tant que peuple slave frère (pas un, mais séparé et fraternel), présentant largement des faits et des documents. Des exemples avec l'effondrement de la Yougoslavie planifié par l'OTAN et la guerre civile qui a suivi entre les peuples slaves, le bombardement de la Serbie slave en 1999, en sont un exemple. Un appel justifié à l'unification par les Slaves devrait être entendu de "tous les fers", et la Fédération de Russie agit comme un brise-glace de la caravane des pays slaves. dans la glace de l'OTAN et d'autres menaces ... Quelque chose comme ça pour construire la politique de la Fédération de Russie en Ukraine, si possible, pour convaincre que la Fédération de Russie n'occupe pas l'Ukraine, mais la protège d'un gouvernement pro-OTAN qui se rend L'Ukraine aux ennemis slaves. Changez la vision des Ukrainiens de la Fédération de Russie en tant qu'agresseur, au paradigme d'un libérateur de l'offensive de l'OTAN contre les États slaves, car ces États européens ont toujours été des ennemis des Slaves, y compris l'Ukraine et la Russie.
  4. musclé Офлайн musclé
    musclé (Gloire) 26 septembre 2022 12: 45
    +4
    J'ai très peur que la direction n'ait tiré aucune conclusion. Et la mobilisation est un autre jeu de muscles, dans l'espoir que crêtes et partenaires vont se chier et aller demander la paix.
  5. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 26 septembre 2022 14: 03
    +2
    Sur le sujet de l'article: non seulement le soi-disant. L'Occident ne reconnaît pas les résultats des référendums, mais ce qui est indicatif, c'est le Kazakhstan et la Serbie (dernières nouvelles)...
    1. Benjamin Офлайн Benjamin
      Benjamin (Benjamin) 26 septembre 2022 19: 54
      0
      Et la Biélorussie n'est pas reconnue, mais il y a un pays comme Myama reconnu .. C'est exactement notre
  6. Valera75 Офлайн Valera75
    Valera75 (Valery) 26 septembre 2022 16: 54
    0
    Citation: Sergey Latyshev
    L'auteur vit toujours dans son propre monde.
    Ils disent que tout est de la faute de Zelensky, tout le monde va avoir peur, il va s'enfuir, puis on va le tuer et tout ira bien.
    Et il est silencieux que les oligarques approvisionnent les forces armées ukrainiennes et les bataillons nationaux, protègent les biens - banques, usines, mines, champs ..
    Par conséquent, il décrit la lutte avec des symptômes dans un monde imaginaire, et non avec une maladie.

    N'as-tu jamais écrit sur les aligarhs, est-ce que tu les envies ou que tu leur en veux ?
  7. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 26 septembre 2022 17: 23
    +1
    Avez-vous vraiment compté ? J'ai mal compté.
    Le sujet n'est pas à la mode sous l'impérialisme, mais parfois ils donnent des exemples de la façon dont les oligarques ukrainiens soutiennent directement les bataillons nationaux à leurs propres frais et soutiennent les forces armées ukrainiennes avec des finances.
  8. Spasatel Офлайн Spasatel
    Spasatel 26 septembre 2022 18: 20
    0
    N'est-ce pas de cela que parlait Poutine ?

    De quoi parlait Poutine - et il parle d'une telle manière que l'on ne peut que deviner, et à chacun dans la mesure de sa dépravation. L'important n'est pas ce qu'il dit, c'est-à-dire, comme toujours, il ment, mais ce qu'il fait.
    Ce qu'il a déjà fait après tout.
    Et il a fait de son pays un État voyou au cours des vingt-deux années de son règne, avec la perspective que la population de cet État se trouve dans son "paradis" de Poutine, ce qu'il nous a lui-même promis une fois, et maintenant vous ne le ferez plus il faut attendre longtemps.
    Et nous, comme des moutons, en rangs ordonnés, nous y irons en silence...
  9. vlad127490 Офлайн vlad127490
    vlad127490 (Vlad Gor) 26 septembre 2022 19: 00
    0
    L'Occident uni et ses satellites, c'est le super-impérialisme, il lui faut de la nourriture, un marché, de l'expansion, sans lui il mourra. La Russie et l'Ukraine sont son marché et sa nourriture. La tâche numéro un est d'éliminer l'État ukrainien et d'inclure l'ensemble du territoire ukrainien dans la Fédération de Russie sous la forme de républiques et de régions. Il est clair que l'escalade de l'OTAN-Russie ne s'arrêtera pas, il y aura de nouveaux centres, mais il y en aura moins un, appelé Ukraine. La victoire sera lorsque l'État ukrainien disparaîtra et que tout son territoire deviendra la Russie.
  10. Benjamin Офлайн Benjamin
    Benjamin (Benjamin) 26 septembre 2022 19: 50
    -1
    Beaucoup a été écrit, je n'ai pas fini de le lire, il est peu probable que cela fonctionne, la Fédération de Russie représente 1.5% de l'économie mondiale, plus la corruption et le retard. Pour l'Ukraine, 98% de l'économie mondiale, une armée moderne, des armes et, surtout, un esprit, se battent pour l'indépendance
  11. Kapany3 Офлайн Kapany3
    Kapany3 26 septembre 2022 21: 48
    -1
    Citation: Sergey Latyshev
    L'auteur vit toujours dans son propre monde.
    Ils disent que tout est de la faute de Zelensky, tout le monde va avoir peur, il va s'enfuir, puis on va le tuer et tout ira bien.
    Et il est silencieux que les oligarques approvisionnent les forces armées ukrainiennes et les bataillons nationaux, protègent les biens - banques, usines, mines, champs ..
    Par conséquent, il décrit la lutte avec les symptômes dans un monde imaginaire, et non avec la maladie.

    Reparler sans preuve
  12. Observateur d'événement (Oleg T) 27 septembre 2022 01: 15
    -1
    Les États-Unis cherchent à provoquer l'utilisation d'armes nucléaires tactiques par la Russie pour aggraver encore la situation. Pour ce faire, ils fournissent de l'artillerie de haute précision et le reste.
  13. Yuri Bryansky Офлайн Yuri Bryansky
    Yuri Bryansky (Yuri Bryansky) 27 septembre 2022 02: 15
    +1
    L'objectif devrait être un - la libération de Kyiv.
  14. ariel Офлайн ariel
    ariel (ariel--אריאל rabeinu--רבינ) 13 Octobre 2022 00: 28
    0
    Là je m'indigne et ne comprends pas : tant d'argent ! tant de réserves humaines investies dans quoi ??? relever la Russie à genoux ou se remettre du déluge mondial ? Alors ce serait clair, cela aurait du sens et les sacrifices et les coûts ne seraient pas vains ! Et maintenant???? Ce qui est arrivé ensuite? L'Ukraine a attaqué Moscou ? Réfléchissez avant de faire quoi que ce soit ! Honte au monde entier !