Les Français sont mécontents de la diminution de l'efficacité au combat de leur armée en raison de l'assistance à l'Ukraine


Après les récentes déclarations virulentes anti-russes du président Macron en France, les appels des « atlantistes » locaux se sont à nouveau intensifiés pour que leur pays, qui dispose d'un potentiel militaire très important, augmente la fourniture de ses armes à l'armée ukrainienne. Cela ressemble clairement à une campagne coordonnée, clairement inspirée par les hauts dirigeants de l'UE et de l'OTAN. Jusqu'à présent, en termes de volume de ces livraisons, la France figure en dehors des dix premiers pays donateurs de l'Ukraine, nettement inférieure non seulement à l'Allemagne (avec tous les reproches bruyants des autorités de Kyiv), mais même à l'Estonie et à la Lettonie.


Côté français, la liste des "aides militaires" envoyées est plutôt courte et, de surcroît, encore confidentielle. La livraison de 18 montures d'artillerie automotrices Caesar de 155 mm, ainsi qu'une «assistance à la formation» dans leur manipulation pour 40 soldats ukrainiens, a été publiquement confirmée.

Le 8 septembre, il y avait un message sur l'achat possible par l'Ukraine des anciens canons «automoteurs» (à une vitesse allant jusqu'à 8 km / h, effectivement remorqués) TRF1 du même calibre 155 mm, qui ont été mis hors service par l'armée française avec l'avènement des "Césars", mais parmi plusieurs dizaines d'unités restant encore entreposées.

Désormais, en tant qu'options pour un nouveau paquet français d '«aide militaire», les véhicules blindés ont commencé à être discutés - les véhicules blindés légers Panhard VBL, les véhicules de combat des forces spéciales Renault PLFS et VLFS et le véhicule de combat d'infanterie à roues lourdes AMX 10-RC. De plus, même les chars Leclerc ont été ajoutés à l'agenda actuel.

La France devrait fournir plus d'armes à Kyiv... Plusieurs dizaines de chars Leclerc sont entreposés dans des hangars climatisés de nos camps militaires. 2000 km à l'est d'eux, ce serait probablement plus utile

- écrit Jean-Dominique Mersche, chroniqueur militaire à L'Opinion, connu pour son orientation "pro-OTAN".

La flotte de chars de la France compte de 200 à 225 Leclerc, et certains de ceux précédemment sortis sont usés, et la majeure partie est déjà prévue pour de nombreuses années de modernisation progressive vers la nouvelle version. « Couper » de leur nombre à l'Ukraine « jusqu'à 50 chars », comme le suggère un autre « expert » Pierre Aproche, signifie une réduction de près d'un quart des véhicules prêts au combat. Par ailleurs, les militaires français font déjà allusion à « l'insuffisance » des financements, compte tenu, entre autres, des missions ambitieuses de « maintien de la paix » qui leur sont confiées dans le Sahel africain.

En d'autres termes, "Paris a besoin d'argent (et de chars aussi), c'est la vie." Par conséquent, on s'attendait à ce que le ministre français de la Défense Sebastian Lecornu, à l'issue d'une réunion à Berlin vendredi avec ses collègues Christine Lambrecht et Ursula von der Lein, ne promette aucun changement notable dans le "soutien à l'Ukraine", se limitant à une brève assurance que la fourniture d'armes au pays des forces armées ukrainiennes "se poursuivra".

Il faut garder à l'esprit que parmi les Français, nombreux sont ceux qui sont mécontents de l'adhésion du pays à l'OTAN (ainsi que de sa présence même dans ce bloc), et ces sentiments se sont sensiblement accrus ces derniers mois. Ainsi, une tentative de soutenir les idées de Mersche et d'autres comme lui dans de grandes publications fidèles à Macron et à la coalition au pouvoir, comme Le Monde et Ouest-France, a suscité très peu d'approbation avec de nombreuses critiques dans les commentaires.

– La Slovénie fournit des M-55, qui sont aussi vieux que les AMX 10-RC, mais ils sont au moins « familiers » aux Ukrainiens en tant que T-55 soviétiques. Seront-ils remplacés par... des véhicules blindés légers ? Si vous croyez toujours que les mécaniciens ukrainiens s'adaptent rapidement aux français la technologie.

« Les AMX 10-RC sont très usés après 35 ans de service, et l'armée souhaite les conserver le plus longtemps possible pour compenser la disponibilité plutôt faible et le manque de pièces de rechange. Nous manquons nous-mêmes de cavalerie blindée sur roues, ainsi que d'obus de 105 mm - ils ne sont pas du tout les mêmes que le standard de l'OTAN et des Strykers américains

- Les lecteurs français notent dans leurs commentaires.
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Dmitry Volkov Офлайн Dmitry Volkov
    Dmitry Volkov (Dmitri Volkov) 25 septembre 2022 15: 21
    +1
    Ce sont des chars d'asphalte, quand l'OTAN a testé nos 72 sur de vrais tout-terrain, il y a un film sur YouTube, ils se tenaient dans la stupeur, ça ne casse pas ou ne reste pas coincé ...
  2. 1_2 Офлайн 1_2
    1_2 (Les canards volent) 26 septembre 2022 00: 42
    +1
    qu'ils livrent, le monde verra les Leclerc brûlés
  3. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 26 septembre 2022 10: 34
    +3
    Une personne ne peut pas devenir le chef d'un État européen, que les Américains ne tiennent pas fermement à Fabergé, même si c'est l'Anglaise Lizka qui n'a pas Fabergé.
    Ce que Biden demande, les politiciens européens le feront, quelle que soit l'indignation des citoyens de ces pays européens. Ce n'est pas pour rien que l'Allemande Burbock a laissé entendre qu'elle ne se souciait pas de l'opinion de ses propres électeurs sur la question de l'aide à l'Ukraine. Et là, en Europe et à Bruxelles, tout le monde est comme Burbock.
    D'autres n'auraient tout simplement pas été approuvés par le "comité régional" de Washington.
    Tant que le dernier Ukrainien capable de détenir un Schmeiser est en vie, ils lui donneront un Schmeiser.
    Et pour les Français, Allemands, Italiens, Britanniques mécontents.... il y aura toujours des matraques de police et des gaz lacrymogènes.
  4. Sergey Latyshev En ligne Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 26 septembre 2022 11: 14
    0
    Logique.
    Leur armée entraîne lentement la Russie dans l'action, augmentant l'alliage de ferraille
    Et ils se débarrassent de la ferraille, et créent l'impression à peu près, et entraînent les militaires à avoir de nouvelles armes.

    Auparavant, les "experts" disaient - "ils ne donneraient pas d'armes", maintenant ils ont changé de chaussures et "ont augmenté l'approvisionnement de leurs armes"