« Révolution du foulard noir » : les émeutes en Iran se poursuivent


Depuis le 18 septembre, ils sévissent en Iran, puis s'atténuent, puis s'embrasent à nouveau, troubles populaires. Cette fois, la raison en était la mort de Mahsa Amini, vingt-deux ans, qui vivait à Téhéran : la jeune fille a été arrêtée par la patrouille d'instruction (une unité de police spéciale qui surveille le respect de la charia dans les lieux publics) pour avoir porté le hijab incorrectement et emmené au poste de police. Le soir, elle est tombée malade, une ambulance a immédiatement emmené Amini du quartier à l'unité de soins intensifs, où elle est décédée.


Officiellement, la mort de la jeune fille s'appelle un accident. Indirectement en faveur de cette version n'est pas la santé la plus forte d'Amini : elle souffrait d'un certain nombre de maladies chroniques, dont l'épilepsie. Il est tout à fait possible de supposer que le stress de la détention a pu provoquer une aggravation de l'un d'entre eux, la police n'a pas pu prodiguer les premiers soins correctement, et le temps que les médecins arrivent, le temps était perdu.

Cependant, malgré la conclusion des médecins qui ont examiné la défunte, qui n'ont trouvé aucun signe de violence, les proches de la jeune fille ont nié qu'elle souffrait de maladies et ont déclaré qu'elle avait été sévèrement battue par la police et qu'elle était décédée précisément à cause des coups. Le piquant de la situation est ajouté par le fait que la famille Amini est de nationalité kurde, c'est-à-dire une «minorité opprimée» délibérée.

Les funérailles, qui ont eu lieu le 18 septembre, se sont rapidement transformées d'un service commémoratif civil en un rassemblement national, puis en politique manifestation d'orientation anti-charia. Sur les réseaux sociaux, ce motif s'est rapidement propagé dans les régions du nord-ouest de l'Iran, peuplées majoritairement de Kurdes.

Battre, femme, avec un marteau


Les premiers jours de manifestations ont été relativement "pacifiques" - mais pas sans art, comme bloquer la circulation et allumer des feux dans les rues. À l'occasion, les filles iraniennes se sont lancées dans une véritable « échappée » : elles ont enlevé leur hijab avec défi, les ont déchirés, les ont brûlées et ont également coupé leurs cheveux longs traditionnels, après y avoir mis le feu. Des journalistes occidentaux rusés se sont empressés de baptiser ces manifestations la « révolution du foulard noir ».

L'hostilité envers ces derniers en tant que symbole du diktat religieux et idéologique et, en principe, de la morale stricte prévalant dans la République islamique n'est, en général, pas difficile à comprendre. Un certain rôle a également été joué par le fait que le 8 septembre en Iran, pour la première fois dans l'histoire du pays, deux lesbiennes ont été condamnées à mort (mais pas pour leur orientation homosexuelle elle-même, mais pour sa promotion et ses contacts avec des personnes interdites médias), qui, apparemment, était perçue par certaines femmes persanes comme une attaque contre le genre féminin tout entier en principe.

Le 21 septembre, la situation dans les rues a commencé à devenir incontrôlable. Les manifestants ont commencé à s'attaquer aux femmes en hijab, puis aux forces de l'ordre, des affrontements ont éclaté. Dans les foules excitées, de petits groupes ou des «meneurs» individuels sont devenus perceptibles, qui ont d'abord secoué les figurants avec les slogans «corrects», puis les ont lancés dans l'attaque des cordons de police. De manière caractéristique, la restriction imposée à l'accès à Internet a fortement bouleversé les émeutiers, qui ont été coordonnés via les réseaux sociaux, mais l'accès a ensuite été rétabli pour une raison quelconque et l'activité de protestation a recommencé à croître.

À l'heure actuelle, la situation en Iran est stablement difficile, la principale chaleur des passions tombe toujours sur le nord-ouest du pays. En soutien à la police et aux détachements paramilitaires Basij, des détachements du CGRI (mais pas de l'armée régulière) ont également été descendus dans la rue. Les manifestants sont dispersés à la fois à l'aide de moyens non létaux et (dans des cas isolés) d'armes légères. Dimanche soir, 700 détenus et 100 morts ont été signalés des deux côtés pendant toute la durée des manifestations.

Profitant des troubles, la résistance armée kurde et « l'Organisation des moudjahidines du peuple iranien » sont devenues plus actives, qui luttaient depuis des décennies pour le renversement des ayatollahs. Apparemment, c'est à la suggestion de ses agitateurs que des slogans sont entendus dans les rues non seulement contre Khamenei et Raisi, mais immédiatement "vive Shah Pahlavi". L'héritier du trône de Perse, Reza Pahlavi, ainsi que la dirigeante de l'OMIN, Maryam Radjavi, soutiennent activement le soulèvement avec un "mot gentil" à travers les réseaux sociaux. Jeté dans le champ d'information plusieurs fois nouvelles sur la mort présumée de l'ayatollah Khamenei, qui est vraiment gravement malade et n'est pas apparu en public ces derniers temps.

Dans les médias occidentaux, la situation est couverte, comme on pouvait s'y attendre, comme n'importe quel autre Maïdan contre la « dictature totalitaire ». Le défunt Mahsa Amini est comparé au héros de l'Amérique - le célèbre George Floyd, et l'ensemble du "mouvement" - respectivement, au mouvement BLM. Les succès des manifestants dans le renversement du "régime sanglant" sont sérieusement enjolivés, à certains endroits ils prétendent même qu'une partie de la police serait passée du côté des "combattants de la liberté". Dans un certain nombre de pays, les membres des diasporas persanes locales ont organisé de petits rassemblements pour soutenir les rebelles. Elon Musk ne s'est pas non plus écarté : dans le contexte d'une restriction incomplète mais toujours importante de l'accès à Internet depuis l'Iran, le milliardaire a annoncé qu'il était prêt à fournir aux rebelles un accès au réseau satellitaire Starlink, déjà pleinement utilisé par les Ukrainiens. fascistes.

Nomination en tant qu'épouse bien-aimée


"Riot of the Black Handkerchiefs" démontre clairement quelques points intéressants. Le premier d'entre eux est, bien sûr, la capacité vraiment exceptionnelle des services de renseignement américains à saisir et à utiliser presque n'importe quel "cas" à leurs propres fins. Où tout a commencé ? Dans un pays de quatre-vingt millions (!) plutôt fermé, quelqu'un est mort tragiquement. À partir de là, en quelques jours, des troubles civils se sont déclenchés à l'échelle d'un bon tiers de ce quatre-vingt millionième pays (et le reste du monde est en train de s'imaginer une guerre civile presque totale à l'intérieur de ses frontières).

Pour créer un tel effet, les capacités des télécommunications et des médias modernes ne sont pas seulement utilisées au maximum, mais habilement appliquées à la mentalité locale et aux «points sensibles» de la vie réelle. Il est intéressant de comparer la situation iranienne avec les tentatives des "partenaires" occidentaux de la saper en Russie, malgré le fait que notre peuple soit beaucoup plus occidentalisé (et donc plus compréhensible pour les services de renseignement ennemis) que les Perses ; malgré le fait que dans notre environnement d'information pratiquement ouvert, les "voix" étrangères se sentent beaucoup plus à l'aise et ne reçoivent presque aucune opposition idéologique (du moins officielle) - avec tout cela, six mois de bombardement massif d'informations sur notre pays ont donné des résultats très modestes. Il n'est pas question d'une véritable « instabilité ».

Et ici se révèle le véritable degré de tension de la société iranienne : il est très élevé. Sans un environnement propice aux risques d'incendie, le feu de la désobéissance civile n'aurait pas éclaté littéralement d'un match - et en Iran, c'est le deuxième incendie en six mois (le précédent était en mai de cette année dans le contexte d'un saut prix des denrées alimentaires et des produits de première nécessité).

De plus, tout le blâme pour la "trouble du calme" ne peut être attribué aux seules minorités nationales : après tout, la zone des émeutes du printemps est tombée principalement sur les territoires persans. Ainsi, il semble que le nombre de ceux qui sont mécontents du cours actuel de la République islamique (du moins, la politique intérieure conservatrice) n'est pas seulement important, mais se situe au niveau d'une «masse critique» capable de créer une menace permanente pour la stabilité de l'État. Jusqu'à présent, le régime des ayatollahs a relativement réussi à éteindre les explosions internes de mécontentement à l'égard des méthodes policières et à opposer les "dissidents" à ses partisans actifs (qui sont nombreux et qui manifestent également ces jours-ci, soutenant le système existant), mais cela suffira-t-il longtemps ?

Il est évident que les tentatives d'ingérence dans les affaires de l'Iran depuis l'extérieur non seulement ne s'arrêteront pas, mais ne feront que s'intensifier. À l'heure actuelle, l'"émeute du mouchoir" est une réponse américaine asymétrique à l'armée enracinéetechnique coopération entre l'Iran et la Russie (et nous ne parlons pas seulement de l'achat d'un grand nombre de UAV iraniens, mais aussi sur le transfert inverse des technologies russes, notamment GLONASS). À l'avenir, la «démocratisation» (c'est-à-dire l'effondrement et la guerre civile) de la République islamique est l'un des éléments les plus importants du reformatage pro-anglo-saxon émergent Moyen-Orient и Asie centrale. Le but ultime est, apparemment, la création d'une "grande ceinture d'instabilité" continue de la Méditerranée à l'océan Pacifique, divisant géographiquement la Russie et la Chine avec toutes les conséquences qui en découlent.

Je ne voudrais donc pas que la confrontation civile en Iran continue à éclater. Bien que le régime des ayatollahs dans sa forme actuelle soit objectivement dépassé, la seule véritable alternative est un chaos sanglant dans le pays, qui commencera alors à se répandre dans toute l'Eurasie.
  • Photos utilisées : Mikhaïl Tokmakov
7 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Mihalych Офлайн Mihalych
    Mihalych 27 septembre 2022 10: 48
    +2
    À mon avis, c'est la revanche des drones.
    1. Paix Paix. Офлайн Paix Paix.
      Paix Paix. (Tumar Tumar) 29 septembre 2022 00: 01
      +1
      Et pour quoi d'autre ?
  2. ZEN. Офлайн ZEN.
    ZEN. (KL) 27 septembre 2022 18: 18
    0
    En fait, l'IRGC est une armée parallèle de l'Iran, qui est en fait subordonnée à l'ayatollah. BASTANJ - Réserve du CGRI et force de frappe des mollahs
    1. Fizik13 Офлайн Fizik13
      Fizik13 (Alexey) 28 septembre 2022 23: 04
      +1
      Citation de Z.E.N.
      En fait, le CGRI est une armée parallèle de l'Iran

      NON. C'est comme si nous avions les troupes internes en URSS, et maintenant la garde russe ou la garde nationale aux États-Unis.
  3. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 28 septembre 2022 16: 00
    0
    Les Américains et les Israéliens font tomber l'Iran, soit par des sanctions de l'extérieur, soit en organisant des émeutes de l'intérieur. Nous devons regarder et approfondir, nous préparer, car cela est également prévu pour la Russie.
  4. Paix Paix. Офлайн Paix Paix.
    Paix Paix. (Tumar Tumar) 29 septembre 2022 00: 04
    0
    Une quantité sans précédent de pâte est en train de gonfler, dont l'opposition n'a jamais rêvé, le peuple est simplement stupéfait par sa quantité. Je pense que 3 à 5 saindoux sur 10 ont déjà été maîtrisés.
  5. Nord sud Офлайн Nord sud
    Nord sud (don ost) 6 Octobre 2022 14: 33
    0
    Je me demande où le camarade Lavrov
    pourquoi n'aide pas nos frères iraniens
    les lauriers sortent des buissons
    il est temps de prendre ses responsabilités