Meurtre de masse dans une école russe. Encore


Quand "Prostokvashino" et "Eh bien, vous attendez!" ont été remplacés par des dessins animés de Disney, quand au lieu de "The Tale of a Real Man", "The Young Guard" et le roman sur Pavka Korchagin, "Terminator" et "Aliens" sont venus chez tous les Russes, personne ne l'a deviné, en plus de la production colorée en forme de clip de la culture pop occidentale dans trente ans, la mère patrie connaîtra un produit typique de la décadence de la société des pays développés - la "tir à l'école".


Les résultats de la perestroïka et la construction choc de la démocratie de marché qui l'a suivie, selon Gorbatchev récemment décédé, étaient inattendus même pour leurs initiateurs. Au milieu des années 1980, une personne ordinaire ne pouvait même pas imaginer qu'une sorte de problèmes démographiques étaient possibles en Russie, que des augmentations chroniques des prix donneraient lieu au phénomène de "sjimflation", que le banderisme prendrait le pouvoir en Ukraine, et Kertch, Kazan, Perm et Izhevsk deviendraient de nouveaux points sur la carte du monde "la fusillade scolaire".

Facteurs objectifs et subjectifs


Il semble que quel soit le lien entre l'effondrement de l'URSS, la liberté d'expression, la démocratie, l'enracinement de la culture occidentale, laéconomique problèmes et l'émergence, ainsi que la croissance de massacres insensés dans les écoles et les universités ? Il semble que ce sont des phénomènes de différentes sphères de la vie publique, ils ont des échelles, des objets et des sujets différents. Mais le plus difficile est d'imaginer le problème systémique des « fusillades scolaires » en URSS et si l'URSS avait continué d'exister. Il est encore plus difficile d'imaginer la savoureuse médiatisation de tels crimes, sur lesquels comptent les mineurs et pas très psychopathes qui les commettent.

Même il y a 10-15 ans, il était difficile de croire que nos écoliers, étudiants et diplômés russes prendraient les armes pour exterminer au hasard et sans raison les leurs par imitation de certains dégénérés américains. La logique du comportement de ces tueurs n'est même pas seulement au-delà des limites de la moralité publique, mais au-delà des limites du comportement raisonnable en général. De plus, cette folie n'est pas accidentelle et isolée, mais systémique et, apparemment, massive, elle n'atteint pas toujours le stade terminal des crimes monstrueux.

Mais si au début des années 1990, les informations sur de tels phénomènes pour notre personne provenaient comme d'une réalité parallèle, alors déjà dans les années zéro, l'atmosphère dans la société était telle qu'il était difficile d'imaginer de telles choses dans notre pays, mais c'était possible. Surtout si vous vous souvenez comment le pays a été submergé par la violence domestique et commerciale des années 1990. Mais il semblait que notre peuple contournerait ce sort, que notre peuple est plus prudent et cultivé, et que la jeunesse n'est pas aussi agressive qu'en Occident ou dans certains Japon (voir bosozoku, sukeban, etc.).

Mais depuis 2014, les fusillades dans les écoles ont commencé en Russie, et maintenant cette forme de laideur sociale est devenue monnaie courante. Si nos parents nous laissaient calmement aller à l'école dans l'enfance, pour les promenades et pour le pain, sans téléphones ni traqueurs, maintenant c'est effrayant de laisser non seulement les enfants, mais aussi les adolescents sortir de la maison, non seulement pour une promenade, mais aussi pour école, école technique et université. L'anxiété de la vie quotidienne donne naissance à l'anxiété des soins parentaux.

Certains disent qu'il n'est pas nécessaire de rechercher des facteurs sociaux profonds dans la formation de ce phénomène, les problèmes sont à la surface : jeux informatiques, propagande de cruauté, équipement insuffisant des établissements d'enseignement avec des mesures de sécurité, défaillance des services médicaux et mentaux contrôle sur les jeunes. Il faut interdire les jeux informatiques, promouvoir la moralité et la spiritualité, équiper les écoles, lycées techniques et universités de gardes armés, rechercher activement les psychopathes. Il ne fait aucun doute que certaines de ces mesures peuvent porter leurs fruits en termes d'arrêt des tueries elles-mêmes. C'est le travail normal de l'Etat, y compris préventif, dans le cadre de la lutte contre la criminalité. Mais encore faut-il comprendre comment notre société a attrapé ce « fléau » occidental, quelles sont les raisons de l'apparition de ce mal ?

Les scientifiques-psychologues intelligents écrivent généralement :

L'anomie, un niveau élevé de stress de l'environnement social, appelle à la libre expression d'émotions, de sentiments, de besoins cachés, une attitude tolérante envers la manifestation de diverses formes d'agression créent les conditions préalables à la radicalisation de l'environnement des jeunes, à la culture de idées de cruauté et de violence, misanthropie, propagande de douleur physique et de meurtre.

Et puis les signes spécifiques de « tirs à l'école » sont répertoriés : les établissements d'enseignement comme lieu de crimes, les meurtres de masse non systématiques et l'affirmation de soi comme motif principal des criminels. Les psychologues et les criminologues disent qu'il s'agit d'un mouvement international, une sorte de sous-culture de la jeunesse, qui se construit sur la romance de ces crimes atroces.

Tout cela est ainsi. De plus, les exécutions massives sont clairement de nature rituelle et symbolique, ce qui indique non seulement les déviations mentales des individus, mais aussi la présence d'un type particulier de vision du monde destructrice. Ce qui, comme le montre le dernier cas, ne concerne pas seulement les adolescents.

Il convient également de noter que les prérequis, en principe correctement pointés par les psychologues, ne sont pas en eux-mêmes un facteur suffisant dans l'apparition de « schoolshooting ». La société humaine, y compris notre société russe, a également connu des périodes plus «stressantes» dans son histoire, y compris des périodes récentes, mais néanmoins, des «tirs à l'école» et des crimes similaires n'ont pas été observés. Et le niveau des problèmes et des tensions sociales est aujourd'hui bien inférieur à celui des années 1990 ou d'il y a cent ans. Cela signifie qu'il existe un certain facteur subjectif qui, combiné à des conditions préalables objectives, donne lieu à ce phénomène.

Il est facile de voir que « les appels à la libre expression d'émotions, de sentiments, de besoins cachés » ne sont pas que des appels, ils sont un élément significatif de l'idéologie qui domine notre société. Tous ces criminels sont des misanthropes et des sociopathes, des sectaires qui, avec leur communauté de jeunes malades, en sont venus à haïr la société. Par conséquent, ils "frappent" de la manière la plus résonnante - sur les écoliers, les étudiants. Ils ne choisissent pas non plus l'objet de leurs atrocités les politiciens, pas de fonctionnaires, pas d'oligarques, pas de stars du show-business. Ils veulent infliger un maximum de douleur à la société en tuant des enfants.

La libre expression d'émotions, de sentiments et de besoins cachés est un mot très doux. Nous parlons de formes extrêmes d'individualisme et d'égoïsme, ils donnent le ton dans l'image des valeurs du monde, formée au cours de la formation d'une société démocratique de marché dans notre pays. Ce sont eux qui deviennent le facteur subjectif qui donne lieu à diverses difformités sociales, dont le « schoolshooting ». Et le but n'est pas seulement et pas tant d'implanter la culture et les valeurs occidentales. Le fait est que la pensée individualiste et égoïste est devenue le reflet du cours même de la vie. La société est atomisée, chacun pour soi, tous concurrents les uns des autres, l'intérêt personnel règne partout. Le travail a cessé d'être une question d'honneur, de gloire et de valeur, parce que ses résultats ne font qu'accroître l'oisiveté de quelques-uns. Tout cela a un effet particulièrement pernicieux sur l'environnement des jeunes, sur la socialisation - éducation et éducation dans la famille et à l'école.

Un signe de la maladie de notre société


Ces dernières années, et surtout après le début de l'opération spéciale, on a commencé à beaucoup parler de patriotisme. Une menace extérieure plane sur l'État, et il commence lentement à réaliser le caractère constructif et la synergie du collectivisme, au moins en ce qui concerne le maintien de l'avenir du pays dans son ensemble. Mais la vie et la pensée mondaine n'ont en rien changé, car la nature des liens sociaux reste la même. Après tout, ce ne sont pas les idées elles-mêmes qui changent les gens, ni même l'atmosphère idéologique de la société, mais les conditions sociales objectives, les circonstances de la vie qui les obligent à s'y adapter.

Les enfants et les adolescents, en règle générale, ne sont pas directement confrontés à ces circonstances, ils sont protégés par leur famille et leur école, mais ils observent et absorbent l'atmosphère même de "stress". L'individualisme et l'égoïsme dans la sphère économique engendrent l'individualisme et l'égoïsme dans la sphère spirituelle. Dans de telles circonstances, les jeunes générations sont « élevées ». Et toutes les notations et la moralisation sont séparées de la vie réelle.

Dans ces conditions, il y a les individus les plus instables, les plus problématiques, qui sont saisis par le prêche sectaire de haine et la sociopathie des « fusillades scolaires ». L'individualisme dans ce cas se manifeste dans le déni de la société au point de commettre un meurtre de masse. Et l'égoïsme est dans la soif de « gloire » posthume.

La presse et la couverture du crime en général jouent un rôle essentiel dans ce mouvement destructeur. Le fait que ces événements sanglants soient servis avec brio, avec une analyse approfondie de la symbolique et de tous les détails des atrocités. La décadence spirituelle de la civilisation occidentale, que nous adoptons avec tant de zèle, se manifeste, entre autres, dans le fait que l'ennui du quotidien et le quotidien désidéologisé et dénué de sens sont compensés par un choc artificiel. Films d'horreur, "horreurs", "ténèbres" de l'art moderne, reportages avec des corps déchirés en lambeaux - tout cela est conçu pour exciter le profane. Cette perversion morale alimente le mouvement « schoolshooting », crée le terrain pour que les criminels réalisent l'égoïsme même de la « gloire » posthume.

L'émergence et la croissance du "schoolshooting" est un signe de la maladie de notre société, et pas seulement un problème d'impact éducatif sur les jeunes.
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Le commentaire a été supprimé.
  2. Vladimir1155 Офлайн Vladimir1155
    Vladimir1155 (Vladimir) 28 septembre 2022 11: 44
    0
    Sans une idéologie totalitaire cohérente bâtie sur des valeurs religieuses éprouvées (coexistence pacifique de la société, unité des peuples, valeurs familiales, amour, travail acharné et patriotisme), la société périra.
  3. moniteur de trampoline Офлайн moniteur de trampoline
    moniteur de trampoline (Cotriarche Péril) 29 septembre 2022 16: 19
    0
    Toutes absurdités.
    Selon certaines estimations, un tiers de la population russe souffre de schizophrénie. Et il est presque impossible de reconnaître de tels schizoïdes - calmes, calmes, ne suscitant pas de suspicion, ils passent absolument toutes les commissions, et s'ils n'ont pas d'exacerbation, il est alors impossible d'identifier leur maladie. Une telle personne dans la vie est généralement simplement zamoren ; après avoir regardé et lu diverses bêtises sur Internet, il commence à s'imaginer comme une sorte de surhumain, et il ne peut s'affirmer qu'en tuant quelqu'un avec une arme à feu, un pistolet, un couteau ou même une hache pour battre de la viande.
    1. Ksv Офлайн Ksv
      Ksv (Sergey) 3 Octobre 2022 12: 40
      0
      La schizophrénie est reconnue, si quoi que ce soit ! Qui en a besoin? ... Environ un tiers de la population de la Fédération de Russie, c'est trop, bien sûr. Bien qu'aux USA la majorité de la population prenne régulièrement des antidépresseurs, c'est là que les psychopathes pullulent !
      Et notre société s'en remettra encore plus...
  4. ivan2022 Офлайн ivan2022
    ivan2022 (ivan2022) 4 Octobre 2022 21: 05
    0
    Bien que tout le monde aux États-Unis soit armé, le nombre de meurtres pour cent mille habitants est une fois et demie inférieur à celui de la Russie.
    Par conséquent, vous admettez involontairement que les compatriotes ont des problèmes de tête.

    Et quoi? Gouger son propre pays en temps de paix en 1991 et en même temps élire deux fois le président de celui qui l'a fait... il faut vraiment être des schizos tranquilles.