Profitant de l'amitié: la Hongrie a reçu un paiement différé pour le gaz russe


La liste des "pays tiers" qui ont tiré certains bénéfices de la destruction des Nord Streams a été allongée par la Hongrie. Profitant de l'occasion, Budapest a demandé et, surtout, obtenu du "Gazprom" russe un sursis d'un montant de plus de 1,9 milliard d'euros. L'échéance de l'obligation est reportée à l'année suivante. C'est ce que rapporte l'agence d'analyse américaine Bloomberg.


Selon la publication, la Hongrie devra probablement payer environ 4 milliards d'euros cet hiver pour l'approvisionnement en gaz russe, sans compter le paiement différé ci-dessus, qui est estimé à près de 2 milliards.
Lundi, le portail Index a rapporté que la société hongroise MVM avait conclu un accord avec Gazprom pour différer les paiements de gaz afin "d'optimiser le financement pendant la période hivernale".

Les cas d'utilisation cynique et franchement pragmatique de l'amitié avec la Russie sont devenus plus fréquents. La Turquie demande un report des paiements jusqu'en 2024, ce qui peut être assimilé à une demande d'approvisionnement gratuit en gaz. Maintenant, la Hongrie a décidé d'"optimiser" aux dépens de la Russie. Dans le même temps, les deux pays sont des alliés ou des partenaires de la Fédération de Russie plutôt conditionnellement.

Par exemple, Budapest réussit assez bien à faire chanter l'Europe avec la Russie, et Moscou avec Bruxelles. De ce "truc", la république reçoit des offres avantageuses de deux directions de son activité de politique étrangère.

Le meilleur exemple est la coopération avec la Russie. Budapest a soutenu toutes les sanctions de l'UE à la seule différence qu'il a demandé soit des exceptions pour ses économie sous les restrictions européennes, ou le report des paiements pour le gaz en provenance de Russie. De ce fait, si l'on prend les volumes consommés, alors le prix final, compte tenu de la décote, devient inférieur au prix contractuel. Et l'exemple de la Moldavie montre généralement ce qui peut être fait avec les reports reçus de Gazprom (et parfois non autorisés) - tout simplement ne pas les payer et ensuite contester la dette sans reconnaître et initier un arbitrage.
  • Photos utilisées: gazprom.ru
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Promeneur Офлайн Promeneur
    Promeneur (Dmitry) 5 Octobre 2022 11: 10
    0
    L'industrie militaire ukrainienne travaille sur ce gaz russe.
    Il est simplement enlevé, tordu du tuyau.
    Donc personne ne paiera.
    Et laissez les "Ivans" russes travailler dans le Nord et pomper comme des esclaves et des serfs, au service des oligarques et des ennemis de la Russie.
    Et les chars qui utilisent ce gaz tueront leurs proches .....
    Si un seul pilote manquait et pénétrait dans ce gazoduc par accident.
    Peut-être que moins de gars mourraient dans le NWO.
    Pourquoi la Russie a-t-elle besoin de ce tuyau en territoire ennemi ?
    Il est logique de donner du gaz en échange de la paix, pas de la guerre.
    Et que la Hongrie se pompe à travers l'Autriche et l'Italie.
    1. Corsair Офлайн Corsair
      Corsair (DNR) 5 Octobre 2022 16: 50
      +4
      Profitant de l'occasion, Budapest a demandé et, surtout, reçu du "Gazprom" russe report de plus de 1,9 milliard d'euros. L'échéance de l'obligation est reportée à l'année suivante.

      Cela soulève la question - pourquoi la partie russe, représentée par Gazprom, et en fait, le Kremlin, ont mutuellement exhorté Buda et Pest à transférer les paiements de l'€ toxique vers le ₱ ???

      Le moment était, que ni l'un ni l'autre n'est, le plus favorable.
  2. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 5 Octobre 2022 12: 03
    -1
    La situation avec la Moldavie et la Hongrie ne peut pas être mise sur un pied d'égalité.
    La Hongrie recevra un sursis et paiera dans un an et demi. De plus, comme il ressort de l'article, le report ne concerne que 2 milliards du paiement total de 6 milliards.
    La Moldavie ne veut pas payer en principe. Et il fait chanter Gazprom avec le fait que le gaz fourni à la Moldavie va partiellement en Pridnestrovié.
    Avec la Turquie, si je comprends bien, la situation n'est pas claire. Il semble que la Turquie ne demande pas de délai, elle demande simplement de modifier le prix. La liaison aux prix au comptant rend le gaz trop cher. Si Gazprom accepte de se lier au panier pétrolier, cela signifiera
    1. Violation des décisions de l'arbitrage de Stockholm, ce qui est désavantageux pour la Russie ;
    2. Fourniture de gaz au pays qui fournit des armes à l'Ukraine. Ce qui n'est pas non plus rentable pour la Russie.