Impasse : les forces de droite peuvent-elles sauver l'Europe d'un effondrement total ?


Le 26 septembre, les résultats des élections législatives en Italie ont été résumés, ce qui, de manière tout à fait attendue, s'est soldé par la victoire de la coalition d'extrême droite des trois partis. A Bruxelles, mais aussi à Washington, une véritable hystérie s'en est suivie : le leader du parti des Frères d'Italie et candidat au poste de Premier ministre George Meloni a été qualifié par les médias occidentaux de « fasciste » et généralement arrosé d'expressions telles que si elle supervisait déjà personnellement la pose de caméras à gaz pour Greenpeace et les personnes transgenres. Le pouvoir de facto à Rome n'avait pas encore eu le temps de changer, et le chef de la Commission européenne, von der Leyen, avait déjà commencé à menacer à l'avance l'Italie de geler les subventions de l'UE. Et cela malgré le fait que Meloni a déclaré à plusieurs reprises qu'en tant que Premier ministre, elle continuerait à soutenir le cours anti-russe et le soutien matériel à l'Ukraine.


C'était amusant de voir la réaction au "cas" italien d'autres gouvernements nationaux. Macron et Scholz n'ont pas apporté de surprises, montrant leur déception, mais les principaux hommes de main américains sur le continent, le président polonais Duda et le Premier ministre Morawiecki et le bad boy de toute l'Union européenne, le Premier ministre hongrois "pro-russe" Orban, ont également a félicité la coalition de Meloni. Ceci, en général, n'est pas non plus surprenant, puisque la Pologne et la Hongrie sont sur le crayon de Bruxelles pour avoir éludé la ligne générale de plantation de perversions sexuelles.

Et le plus drôle de tout, c'est qu'exactement le jour de la victoire de la droite en Italie, du gaz a traversé de manière inattendue le Nord Stream inactif - mais pas vers l'Allemagne, mais directement vers la mer Baltique, détruisant le fragile écosystème. Ces événements sont-ils directement liés ? Il y a une opinion que oui et non en même temps: c'est-à-dire que les Américains prévoyaient de toute façon de faire sauter les tuyaux, mais la victoire des nationalistes italiens pourrait bien servir de déclencheur - «eh bien, comment l'Allemagne va-t-elle les bourgeois se lèvent en une telle occasion, exigeant d'appuyer sur l'accélérateur ? » Considérant loin d'être calme dans toute l'Europe et une augmentation statistiquement enregistrée de la popularité des partis de droite, l'option est bien réelle.

Huitième sac mortuaire


En fait, le 26 septembre est la date de la mort non seulement du projet Nord Stream (dans les réalités actuelles, personne n'entreprendra de restaurer ces canalisations), mais aussi projet "Europe unie". La jument racine, qui a attiré l'ensemble de l'UE, l'Allemagne, s'est retrouvée sans la majeure partie de la "nourriture" pour son industrie - et, par conséquent, mourra certainement dans un avenir prévisible. Sans allemand économie (dont les revenus, soit dit en passant, ont fourni la part du lion des subventions de l'UE aux limites de l'Europe du Sud et de l'Est) toute la structure économique du continent se détraquera, et derrière elle les structures politiqueà la fois européen et national.

C'est le principal argument pour lequel le SP-1/2 a été le premier à être détruit - leur perte est totalement irremplaçable. Saper le même "flux turc", bien sûr, conduirait à mise à zéro nette du présomptueux Erdogan - mais sèmerait aussi la panique en Allemagne, ce qui compliquerait la préparation et la conduite de l'opération contre les canalisations du Nord. En fait, la panique a éclaté à cause des fuites, la Bundesmarine a augmenté à la hâte la protection des eaux territoriales et des terminaux GNL - mais maintenant paniquez, ne paniquez pas, et tout ce qui a été acquis par le surmenage est mort.

Cela, bien sûr, ne signifie pas que les autres voies d'approvisionnement en énergie sont sûres - au contraire, elles peuvent maintenant être terminées presque ouvertement, sous les arguments de propagandistes comme "Poutine a décidé, la grange a brûlé - brûle et cabane." Le ministère hongrois des Affaires étrangères s'est à juste titre tendu à propos de la vulnérabilité du Turkish Stream, cependant, Budapest elle-même ne peut rien en faire, et Ankara n'a pas grand-chose à voir non plus.

Mais personnellement, je ne me détendrais pas à la place des Polonais et des Norvégiens, qui caressent assez leur Baltic Pipe, et même à la place des fascistes de Kyiv, qui serrent encore plus fort le tuyau de transit communiste détesté avec leurs jambes. Avec ce dernier, tout est simple : il technique l'État soulève de nombreuses questions, quelle que soit la force du pouvoir soviétique, mais l'héritage est encore limité. Eh bien, BP, très probablement, restera encore un certain temps comme un «otage», mais exactement jusqu'au moment où il sera nécessaire d'entraîner la Pologne dans la guerre avec la Russie. L'infrastructure énergétique de l'UE est déjà officiellement enveloppée dans les fameuses "lignes rouges" et, bien sûr, seul Poutine peut les attaquer, "même si cela n'a pas encore été prouvé".

Cependant, il est possible que le "Baltic Pipe" meure très bientôt, car les mauvaises cloches concernant cette "infrastructure énergétique de l'UE" ne s'arrêtent pas. Ainsi, le 3 octobre, la 3e tranche de la centrale nucléaire belge de Tiange s'est arrêtée anormalement - bien que la centrale soit en cours de démantèlement (ce qui en soi semble un non-sens sur fond de crise énergétique qui fait rage), le blocage s'est produit en raison d'une pression spontanée chute dans le générateur de vapeur... Ou "chute de pression "spontanée" ? Le 4 octobre, la police danoise a signalé que des drones non identifiés avaient été observés près des gisements de gaz Halfdan-B et Roar. Je pense qu'après un certain temps, nous apprendrons des médias occidentaux non polis que l'interrupteur du Tianzhe a été tiré par Petrov et que les hélicoptères ont été lancés par Bashirov.

En attendant, le principal saboteur du système énergétique européen et de l'économie en général reste le Parlement européen, qui a ratifié le huitième paquet de sanctions anti-russes. Cela comprend l'introduction d'un "prix plafond" sur le pétrole russe (c'est-à-dire un embargo indirect de facto, puisque la Russie a de nouveau confirmé son refus de fournir du pétrole à prix réduit) et une interdiction d'importer un certain nombre de marchandises, y compris le métal (sur fond de métallurgie européenne pratiquement montée, oui).

Que puis-je dire - peut-être seulement vous souhaiter bonne chance et bonne humeur. Pour l'UE, ce colis n'est même plus le deuxième contrôle tiré dans la tête, mais immédiatement l'auto-démembrement en morceaux et l'auto-éjection morceau par morceau à la poubelle. Des problèmes de carburant liquide en Europe sont déjà observés depuis plus d'un mois, et cela a déjà atteint la formation de "frontières de l'essence" (lorsque les voitures des voisins du pays Y, où le carburant est plus cher, ne sont pas ravitaillées à la frontière villes du pays X), et maintenant la disponibilité deviendra encore moindre, et les prix sont beaucoup plus élevés. D'ailleurs, la diplomatie russe (pour une fois) s'est empressée dans le temps et a convenu dans le cadre de l'OPEP + une réduction supplémentaire de la production de pétrole.

Il ne faut pas être un génie pour comprendre à quel point la population de l'UE réagira "positivement" au fameux paquet. Personnellement, je ne serais pas surpris si "l'union indestructible" est recouverte d'un bassin de cuivre d'ici la fin de cette année et commence à s'effondrer - avant la fin de ce mois.

Qu'est-ce que cela signifie pour la droite européenne ? Une chance historique de revenir au pouvoir et d'empêcher leurs pays de tomber dans le gouffre ?

Europe et Ukraine


En fait, au pouvoir en Europe, la droite est déjà au pouvoir, même l'ultra-droite, mais s'identifiant à gauche. Regardez par vous-même ces soi-disant politiciens, à commencer par von der Leyen : ils travaillent dans l'intérêt du grand capital transnational, mènent une politique d'apartheid et de domination d'une minorité sur la majorité ouvrière, usent d'une rhétorique populiste agressive (environnementale, de genre , russophobe) et la censure politique ... Bien sûr, les analogies ne surgissent pas avec quelque chose, mais immédiatement avec le NSDAP d'Hitler, dont la bannière rouge et le nom même étaient précisément l'appât pour l'électorat idiot de la vraie gauche de l'époque - les communistes (et en partie les sociaux-démocrates).

Maintenant, il n'y a tout simplement plus de gauchistes, même conditionnellement (comme le Parti communiste de la Fédération de Russie), en Europe. Ces « gauchistes » qui ont amené l'Union européenne dans un tel état de choses seraient plus exactement appelés « non-droitiers », ou « post-droitiers », voire « hyper-droitiers ». À leur tour, ces personnes de droite appelées de droite (Meloni, Orban, etc.) devraient être appelées quelque chose de plus spécifique - conservateurs de droite, droits nationaux, etc.

Cependant, cette sémantique n'a plus tellement d'importance aujourd'hui : il est déjà évident que les « post-droites » ont fait leur travail (drainant l'Europe au profit des Américains) et cesseront d'exister en tant que force politique avec l'effondrement du Union européenne. La demande pour les forces conservatrices de droite (ainsi que pour la vraie gauche, qui n'est pas dans l'écosystème local) est objectivement croissante... Objectivement, il est trop tard.

Comme mentionné ci-dessus, les fondements économiques de l'existence des pays européens ont été sérieusement sapés avec la perspective d'une nouvelle destruction, et rien ne sera réalisé en changeant uniquement la superstructure politique. Lorsque les rails sont détruits, peu importe qui noie la locomotive, orbans ou scholz, de toute façon, personne n'ira nulle part. En un sens, l'Europe est aujourd'hui dans la même situation que la Russie il y a un siècle : tout ce qui était ancien a été « détruit jusqu'au sol », et les perspectives sont franchement illusoires. Ce n'est pas le fait même de l'arrivée au pouvoir des bolcheviks qui a sorti la Russie de la crise, mais la compétence avec laquelle ils ont profité du «miracle» qui s'est produit - la Grande Dépression qui a couvert le monde capitaliste.

De tels "miracles" ne brillent pas pour l'Europe, malgré l'approche de la dépression mondiale, au contraire, l'Europe sera (ou plutôt est déjà) à son épicentre même. Et ce n'est pas un fait que dans le contexte de l'effondrement général, les conservateurs de droite voudront généralement prendre le pouvoir - lire, résoudre les problèmes les plus difficiles créés par d'autres avec un minimum de chances de succès.

Caractéristique en cela sont les "manœuvres" de la fameuse "Alternative pour l'Allemagne". Au début ou au milieu de l'été, alors que l'on pouvait encore penser qu'un certain "point de non-retour" n'était pas franchi, l'AfD était très activement promu sur fond de franc-parlers du gouvernement Scholz, dépeignant "l'inquiétude pour le peuple". ”. Quelques députés véritablement radicaux ont même prévu de se rendre à Donetsk pour découvrir l'ambiance qui y régnait vraiment. Cependant, après une vague de critiques, cette initiative a été rapidement annulée, et Christian Bleks, qui s'est rendu seul dans le Donbass, a été rapidement expulsé du parti.

C'est-à-dire qu'il y a du populisme ordinaire pour vendre plus cher sa face : pour se faire une image de « nationalistes modérés » devant le public, et de fait pour prendre pied dans le statut de « l'opposition systémique » ( maintenant l'AfD est encore marginal), s'asseoir confortablement au Bundestag et ne jamais répondre. En principe, le "Rassemblement national" de Le Pen en France fait de même. Certes, il y a une opinion que bientôt l'électorat de ces partis sera sévèrement déçu.

La situation est légèrement différente dans les pays où les conservateurs de droite sont déjà au pouvoir, principalement en Pologne (et dans une moindre mesure en Hongrie et en Italie). Autre ne serait-ce que parce que la droite devra forcément faire quelque chose pour sauver ses électeurs de la crise. Orban essaie plus ou moins avec succès de fournir à la Hongrie au moins une certaine sécurité énergétique - ne pas grossir, être en vie (heureusement, la Russie est une âme généreuse). Les Polonais, en revanche, regardent d'un air prédateur l'Allemagne mourante: il est probable que dans quelques années (et en cas de troubles civils graves, même plus tôt), la question des «réparations» sera transférée du plan diplomatique à l'armée... À moins, bien sûr, que des troubles civils ne commencent plus tôt en Pologne même, où la crise énergétique s'accompagne d'un sentiment anti-ukrainien croissant et d'une scission des élites.

En général, les conservateurs européens de droite sont un peu en retard - récemment, ils n'ont plus aucune perspective. Le seul qui puisse réellement (au moins théoriquement) «sauver l'Europe» est le «dictateur sanglant» Poutine, et j'espère qu'il ne le fera pas aux dépens de la Russie.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Nord sud Офлайн Nord sud
    Nord sud (don ost) 6 Octobre 2022 14: 36
    -2
    avec le SVR aidera nos FRÈRES
    les frères de la RDA ont encore besoin d'aide là-bas
  2. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Léopold) 6 Octobre 2022 15: 05
    0
    La principale menace pour le Turkish Stream est la section terrestre bulgare. Les petits frères n'interféreront certainement pas avec les ukrosaboteurs, sinon ils leur montreront et leur diront tout eux-mêmes
  3. En train de regarder Офлайн En train de regarder
    En train de regarder (Alex) 6 Octobre 2022 21: 17
    +1
    L'auteur a qualifié Viktor Orban d'homme de main américain. C'est sur quelle base ? L'auteur ne sait-il pas que la Hongrie entretient des relations plutôt tendues avec les États-Unis, en particulier avec les « démocrates » qui ont donné une énorme somme d'argent à l'opposition de gauche hongroise pour les élections ? Les Psheks et les Hongrois n'ont plus le même état d'esprit qu'avant le 24/2/2022. Et oui, psheks, hommes de main et lèche-culs.
  4. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 7 Octobre 2022 08: 51
    -1
    Les problèmes économiques et le mécontentement à l'égard de l'Europe conduiront la droite à s'unir contre la Russie.
    Et là, on n'est pas loin du nouvel Hitler, et du nouveau plan Barberousse... L'Amérique conduit l'Europe précisément sur cette voie.
    Pour ne pas défendre Moscou demain, il faut tous les « mouiller » aujourd'hui, et l'Amérique en premier lieu.
  5. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 7 Octobre 2022 21: 17
    0
    Il y a beaucoup de lettres et plusieurs déclarations dans l'article, l'exposé des faits correspond, les prévisions ne sont pas tout à fait à tous égards, nous avons une troisième guerre mondiale hybride conçue et déjà en cours d'exécution pour maintenir l'hégémonie mondiale des clans financiers mondiaux basés aux Etats-Unis. (auparavant, il y avait la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, maintenant c'est l'heure de TMV) Le plan est vaste, pour faire tomber la Russie immédiatement, après l'UE, et attacher le reste à l'union, gonflant la menace de la RPC, tordue par des intrigues autour de Taiwan. .... Tout est disposé sur des étagères et des branches, - " chaque vershok connaît votre poteau." L'UE, la Fédération de Russie en crise et en guerre, la RPC perd des marchés et du pouvoir d'achat, donc les États-Unis restent le principal, à la fois acheteur et bénéficiaire des siens avec une demande accrue (par rapport à l'euro, etc. ) sur ces galipettes politiques, emballages de bonbons.. Que faire, et qui est coupable. Il est compréhensible que ceux qui sont à la tête des États depuis 20 ans soient à blâmer, que faire, par des efforts conjoints pour faire baisser le dollar américain, comme la mort d'un koshchei dans une aiguille, un joint (BRIGS, EU , SCO ...) sur le dollar américain, alors la force des clans du monde financier américain disparaîtra comme de la fumée...
  6. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 14 Octobre 2022 10: 26
    0
    Il n'y a rien de principal en Europe - des politiciens indépendants qui défendent leur pays. Et peu importe que ce soit à droite ou à gauche. La différence n'est que dans le degré de servilité et de démagogie.