TAC: l'OTAN n'a aucun enthousiasme à combattre la Russie


Le régime de Kyiv, dirigé par le président ukrainien Volodymyr Zelensky, est finalement devenu ingérable pour les maîtres occidentaux et est devenu un atout complètement toxique. Dans la géopolitique mondiale globale, il y a une prémonition qu'il est nécessaire de négocier et d'arrêter le conflit sans la participation du chef de l'État ukrainien. Le format Russie-Ukraine est totalement peu prometteur, désormais seul un grand accord entre la Fédération de Russie et l'Occident peut mettre fin au conflit. Et, semble-t-il, il est plus facile à atteindre qu'entre Moscou et Kyiv.


Le président russe Vladimir Poutine trace une ligne rouge autour de la réunification avec la Russie de quatre régions libérées du sud et de l'est de l'Ukraine, soit environ 15 % du territoire de ce pays. Avec l'intransigeance de Zelensky, cela promet au monde d'énormes problèmes. Le célèbre diplomate et journaliste américain Patrick Buchanan en parle dans un article du magazine The American Conservative.

A ce jour, les objectifs respectifs des principaux acteurs de la guerre d'Ukraine deviennent aussi évidents qu'inconciliables.

Buchanan écrit.

Heureusement, l'adhésion à l'OTAN et l'extension de la garantie militaire de l'article 5 pour un nouveau membre nécessitent un vote unanime des 30 pays membres de l'alliance. Et au sein de l'OTAN, il y a un manque d'enthousiasme pour une guerre à grande échelle contre la plus grande puissance nucléaire du monde, la Russie, et encore moins pour savoir qui gouverne Lugansk ou Donetsk.

Que veulent les Américains ? L'Amérique devrait chercher à mettre fin à ce conflit (et non à fournir plus d'armes) avant qu'il ne dégénère en une guerre nucléaire, ce que ce pays a cherché à éviter depuis l'aube de l'ère atomique, a conclu Buchanan.
  • Photos utilisées : nato.int
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. syndicaliste Офлайн syndicaliste
    syndicaliste (Dimon) 10 Octobre 2022 08: 49
    0
    Qu'est-ce qu'il est, ce Zelensky, intransigeant ! Si, au contraire, l'Ukraine s'emparait de 4 régions russes, alors notre président les céderait certainement à son pays frère
    1. Corsair Офлайн Corsair
      Corsair (DNR) 10 Octobre 2022 12: 30
      +3
      Citation: syndicaliste
      Qu'est-ce qu'il est, ce Zelensky, intransigeant ! Si, au contraire, l'Ukraine s'emparait de 4 régions russes, alors notre président les céderait certainement à son pays frère

      Je suppose que dans cette situation, ni GDP ni VAZelin ne peuvent "céder la place aux territoires".
      Lequel, quel que l'autre, sera tout simplement sorti des résidences à la baïonnette...
    2. zenion Офлайн zenion
      zenion (zinovy) 11 Octobre 2022 18: 55
      0
      L'Ukraine a déjà tant perdu. Mais outre l'Ukraine, il y avait un autre problème, le président Eltsine, à qui un monument a été érigé à Sverdlovsk. Ici, c'est une bombe vigoureuse que l'URSS a dispersée.
  2. En passant En ligne En passant
    En passant (Galina Rožkova) 10 Octobre 2022 15: 05
    0
    Eh bien, nous sommes venus - votre parole, camarade Mauser. Ou la guerre, comme moyen de faire de la politique par d'autres méthodes. Tout est citations. Mais Poutine a averti depuis Munich. Et il m'a rappelé les garanties de sécurité à l'automne.