Crises des Caraïbes et d'Ukraine - il y a des similitudes, mais il y a plus de différences


Aujourd'hui, alors que le sujet de l'utilisation possible d'armes nucléaires (à la fois de l'Occident et de la Russie) a commencé à monter périodiquement dans la rhétorique de resserrement littéralement devant nos yeux sur la crise ukrainienne, de plus en plus de gens commencent à le comparer à un autre crise qui a vraiment mis l'humanité au bord même des guerres nucléaires - Caraïbes. Essayons de comprendre à quel point une telle comparaison peut être considérée comme légitime, car en présence de coïncidences évidentes à certains moments, il y a probablement plus de différences que de similitudes.


De lieux changeants...


Alors, qu'y a-t-il de commun entre la situation actuelle provoquée par l'opération militaire spéciale en Ukraine et les événements dramatiques de 1962, qui ont fait retenir son souffle à la quasi-totalité de l'humanité ? La première confrontation (et la plus évidente) chargée d'un conflit nucléaire se déroule entre Washington et Moscou. Le deuxième point est que la partie chaude du conflit se développe sur le territoire d'un pays tiers pourtant dangereusement proche des frontières de l'un des principaux participants. Ici, peut-être conviendrait-il de mentionner que dans la situation actuelle, les puissances antagonistes ont, pour ainsi dire, « échangé leurs places ». Cardinal politique les changements qui ont conduit au passage du statut d'amis au camp d'ennemis acharnés ne se sont pas produits dans un pays voisin des États-Unis (comme ce fut le cas dans les années 60 du siècle dernier), mais, hélas, aux frontières de la Russie. Par souci d'objectivité, il convient de noter qu'à cette époque, l'URSS n'a pas inspiré, n'a pas financé et n'a pas contrôlé le changement de pouvoir à Cuba - contrairement à l'histoire avec l'Ukraine, où les États-Unis et leurs alliés étaient pleinement impliqué. Cependant, dans ce cas, l'ancienne règle de l'arithmétique scolaire est tout à fait applicable : le montant ne change pas en changeant la place des termes. Et en somme, nous avons, comme il y a 60 ans, un conflit mondial imminent.

Les deux crises sont également «liées» au moment où la raison des actions «brusques» de Moscou était le désir obsessionnel de Washington de se rapprocher le plus possible de nos frontières avec ses armes de frappe offensives. En 1961, Kennedy a eu du mal à pousser des missiles américains à moyenne portée à capacité nucléaire en Turquie. Maintenant, le processus s'est développé un peu plus lentement, mais avait un caractère beaucoup plus global. Ils ont commencé à "encercler" méthodiquement la Russie avec des bases militaires et des contingents de l'OTAN sur tout le périmètre, et même à créer délibérément une "ceinture de tension" autour d'elle, transformant les pays de "l'espace post-soviétique" en enclaves hostiles et agressives. Hier comme aujourd'hui, les appels à la détente, au désarmement et à la coexistence pacifique, lancés du Kremlin à « l'Occident collectif », ont été complètement ignorés et perçus uniquement comme des signes de faiblesse. En fait, les événements ultérieurs sont devenus la réaction naturelle de Moscou à la réticence catégorique de l'Occident présomptueux à résoudre les problèmes "à l'amiable", à la table des négociations. Que pouvez-vous faire - nos "amis assermentés" ont besoin de "secousses" périodiques et de démonstrations de force. Ils l'ont évidemment au niveau génétique. Sur cela, en fait, une petite liste de similitudes et de coïncidences se termine. Ensuite, il y a les grandes différences.

La peur ne suffit pas


Hélas, peut-être le plus important d'entre eux est que l'actuel « Occident collectif » est loin de connaître l'horreur et la peur devant la Russie que l'Union soviétique lui a inspirées. N'oublions pas qu'en 1962, le pays était dirigé par le demi-esprit Khrouchtchev, soit en donnant un coup de pied à l'ONU, soit en diffusant ses intentions de «désarmer complètement» et en appelant au démantèlement des forces armées de tous les États sur le globe, et en plus, pour le plus grand plaisir de l'Occident, blâmant et abreuvant de force et de boue principale de Staline, alors qu'après la Grande Victoire, pas même deux décennies ne se sont écoulées. Et dans la direction des armées et des pays de l'OTAN, la majorité étaient ceux qui se souvenaient parfaitement de ce dont l'Armée rouge et le soldat soviétique étaient capables. Oui, et l'ombre majestueuse du Suprême, qui n'a pas eu la force et le temps de régler enfin le problème avec nos "amis jurés", planait toujours sur les tours du Kremlin. Même le chauve Nikitka était perçu par beaucoup comme une personne de son entourage. Dans la mémoire des mêmes Américains, la façon dont les "faucons de Staline" les poursuivaient dans la queue et la crinière en Corée n'a pas été effacée, et ils n'étaient pas pressés de répéter cette expérience honteuse et douloureuse au Pentagone. Encore une fois, l'URSS dans ses relations avec les États-Unis, soyons francs, s'est comportée complètement différemment de la Russie, qui, jusqu'à récemment, essayait de ne pas susciter la colère de «l'hégémonie mondiale» et de «rester dans les limites».

Il n'y avait pas de limites pour Khrouchtchev ! Permettez-moi de vous rappeler que les avions de reconnaissance américains qui ont osé voler dans notre espace aérien ont commencé à être abattus dès que cela est devenu techniquement possible. Ces crasseux U-2 « sont tombés en panne » au-dessus de l'Oural en 1960, au-dessus de Cuba en 1962. Personne n'a même pensé à faire l'idiot et à douter des conséquences, des sanctions et de la réaction de la "communauté mondiale" en tant que telle. Personne ne se soucie de cette réaction. Et combien d'avions américains (ou appartenant à d'autres pays de l'OTAN) qui ont mené clairement de l'espionnage ou d'autres actions ouvertement hostiles sur le territoire russe ou à une proximité inacceptable de celui-ci ont été "atterris" au cours des dernières années ? La réponse est connue de tous et n'inspire pas. Pour démarrer le NWO, une accumulation de 8 ans a été nécessaire, ce qui a évidemment joué loin d'être en faveur de la Russie. L'opération Anadyr, pour transférer secrètement nos missiles nucléaires, capables de frapper facilement Washington, vers Cuba a commencé moins d'un an après que les Américains ont fait irruption en Turquie avec leurs Pershings. De plus, le « blocus maritime » de Cuba annoncé par Washington n'a pas arrêté Moscou, mais l'a seulement irrité et provoqué. Aucun «geste de bonne volonté» n'y a été fait jusqu'à ce que des accords soient conclus au plus haut niveau qui conviennent parfaitement à l'URSS.

Et puis quoi?


Quoi qu'il en soit, mais la principale différence réside toujours dans un plan légèrement différent. En 1962, deux puissances égales s'affrontent dans une rude confrontation, qui n'est disputée par aucune d'elles. Derrière chacun des participants au conflit se trouvaient des alliés réunis en blocs militaires. Même les relations avec la Chine communiste n'ont pas été complètement gâchées par Khrouchtchev. Aujourd'hui, la Russie affronte « l'Occident collectif » presque seule. Aidez-la, s'il s'avère, alors avec beaucoup de prudence, secrètement et dans les coulisses. Oui, en ce qui concerne les forces nucléaires, il y a une parité approximative - même avec un léger avantage dans notre direction, compte tenu des dernières armes hypersoniques. Mais dans tout le reste... Malheureusement, les contingents militaires américains sont maintenant déployés à proximité extrêmement dangereuse de nos frontières, et ce processus se poursuit. Nous en sommes arrivés au point où la Pologne parle déjà avec force du déploiement d'armes nucléaires. Quelque chose est sur le "retour du statut nucléaire" complètement fou de Kyiv. La "réponse symétrique" sous la forme de la création de bases militaires russes, par exemple au Venezuela, est malheureusement restée bloquée au niveau des conversations et des intentions. Nos armes nucléaires n'existent pas encore même en Biélorussie. Vous pouvez dire autant que vous le souhaitez qu'avec les moyens de livraison modernes, la distance et le temps de vol ne sont pas si importants - mais dans ce cas, nous ne parlons pas de l'armée, mais de l'aspect politique étrangère. C'est le premier.

Deuxièmement : après avoir résolu pacifiquement la crise des Caraïbes, Moscou et Washington, en fait, sont restés « seuls » : les Américains - sans missiles en Turquie, nous - sans missiles à Cuba, mais avec des garanties fermes de son inviolabilité (ce qui, par le chemin, ont été observés même après la chute de l'URSS). L'ordre mondial qui existait avant la collision et l'équilibre des forces de facto sont restés inchangés - l'URSS et les États-Unis ont continué à mener des "guerres par procuration" sur des territoires étrangers, mais personne n'atteint le bouton nucléaire. Dans la situation actuelle, les positions des parties, pour être honnête, sont absolument inconciliables, et il est peu probable que Moscou et Washington trouvent une issue à la situation qui leur permettrait à tous deux d'éviter de "perdre la face", comme c'était le cas en 1962 . La victoire de la Russie, l'achèvement réussi de la NMD en Ukraine avec la mise en œuvre de tous les objectifs initialement déclarés signifieront non seulement la défaite d'un bloc spécifique de l'OTAN, ce qui prouvera son impuissance et son inutilité (dont Stoltenberg parle directement), mais aussi la perte de tout «l'Occident collectif», auquel il faudra accepter un changement complet de l'image géopolitique du monde, le rejet de leur propre hégémonie et du fameux «système unipolaire». En cas de défaite ou de retraite sous la pression des « alliés » et des « partenaires » de l'Ukraine, la Russie perdra non seulement tout poids sur la scène internationale et le « visage » notoire, mais son propre État en tant que tel. Il n'y a absolument aucun doute à ce sujet. Il existe très peu de voies pour une "retraite honorable" de cette "impasse" extrêmement dangereuse dans laquelle les parties au conflit s'enfoncent de plus en plus, et elles ne sont pas évidentes (si tant est qu'elles existent).

C'est précisément pour ces raisons, tout d'abord, qu'il ne faut pas comparer les crises caribéenne et ukrainienne. La situation actuelle est beaucoup plus dangereuse et comporte beaucoup plus d'« embûches » et de risques que les événements de 1962. Il est même difficile d'imaginer à quel point les dirigeants du monde auront besoin de sagesse et de patience pour trouver une issue adéquate qui ne menace pas la destruction générale.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
    Alexeï Davydov (Alexey) 17 Octobre 2022 10: 48
    +2
    Je ne peux pas être d'accord avec l'analyse de cet article.
    Il reflète la version superficielle des libéraux, cachant la victoire de l'URSS sur les Américains au cours de ces années.
    La cause de la crise des missiles de Cuba a été l'installation par les Américains de missiles de « décapitation » en Turquie et en Italie. Leur temps de vol n'a alors pas permis à nos dirigeants de décider d'une frappe nucléaire de représailles. En conséquence, le pays décapité a été détruit en toute impunité par les forces nucléaires conventionnelles. La destruction de l'URSS après l'installation de missiles était une question de préparation des Américains à la frappe nucléaire principale, qui existait déjà à l'époque. Il était dans l'intérêt des Américains de le faire le plus tôt possible tant que l'avantage était toujours maintenu.
    Le déploiement de missiles à Cuba avec la menace d'une guerre nucléaire sur le sol américain a résolu ce problème.
    Le transfert de la décision de frapper au commandement du groupe à Cuba, combiné au temps de vol minimum des missiles, a supprimé le principal avantage des Américains et assuré la parité dans les résultats des premières heures / jours d'une guerre nucléaire. L'URSS a confirmé sa préparation et sa détermination en tirant un coup de semonce avec un missile R-14U standard sur un terrain d'entraînement à Novaya Zemlya avec une détonation standard d'une charge thermonucléaire (exercices Tulip). Nous étions alors vraiment prêts à déclencher une guerre nucléaire, et les Américains le savaient. C'est pourquoi ils se sont retirés.
    Dans la situation actuelle, la destruction nous est également garantie, mais dans une guerre avec l'OTAN et un « tir de contrôle » par les Américains, s'ils en ont besoin.
    Tout comme en 1962, on ne peut forcer les Américains à battre en retraite que par la menace de destruction mutuelle, cependant, une grenade entre les mains d'un condamné est un outil efficace pour influencer le bourreau, et peut changer le sort du condamné.
    Nous avons la possibilité de forcer les Anglo-Saxons à revenir aux termes de notre Ultimatum. La question est - quels intérêts nos dirigeants servent-ils actuellement ?
  2. Volkonsky Офлайн Volkonsky
    Volkonsky (Vladimir) 17 Octobre 2022 13: 48
    +1
    En 1961, les États-Unis ont commencé à déployer en Turquie, près de la ville d'Izmir, 15 missiles à moyenne portée PGM-19.Jupiter"Avec une portée de 2400 km, menaçant directement la partie européenne de l'Union soviétique, les missiles pourraient atteindre Moscou.

    Sasha s'est trompée - pas Pershings, mais Jupiters! et la deuxième erreur dans les conclusions - les États-Unis ne perdent rien en perdant l'Ukraine, ils l'ont prise, ils l'ont remise, pourquoi traîner avec elle toute leur vie ? la défaite de l'OTAN n'est que des mots, l'OTAN est déjà un cadavre sans les Etats-Unis, sa place au cimetière de l'histoire, sinon l'article est bon !
  3. vlad127490 Офлайн vlad127490
    vlad127490 (Vlad Gor) 17 Octobre 2022 16: 16
    +1
    Il est déjà impossible de comparer car la Fédération de Russie moderne n'est pas l'URSS. La Russie a un système capitaliste. Les autorités protègent les intérêts des capitalistes. Un changement de pouvoir de certains capitalistes à d'autres ne conduira pas au bien-être du peuple. Personne ne veut donner sa vie pour les oligarques, les colporteurs. Vous ne pouvez pas comparer l'incomparable.
    1. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
      Alexeï Davydov (Alexey) 17 Octobre 2022 16: 47
      +1
      Si des armes nucléaires sont toujours à notre disposition - pourquoi ne pouvons-nous pas répéter à nouveau la technique testée sur les Américains ? Tout dépend de notre volonté de mourir en cas d'échec et d'une compréhension claire du manque d'alternatives à cette issue.
      À mon avis, peu se sont opposés : "ils mourront, et nous irons au paradis".
      Si nous avons perdu le contrôle de nos armes nucléaires, pour sauver la Russie, nous devons encore les restaurer
  4. Meneur de train Офлайн Meneur de train
    Meneur de train (Meneur de train) 18 Octobre 2022 00: 52
    0
    La peur ne suffit pas

    Pas assez de peur ? Au contraire, certains ne comprennent pas la situation actuelle...

    Lisez les vétérans des forces de missiles stratégiques, ce qui était, ce qui est et ce qui sera - https://aftershock.news/?q=node/1166459
    Leçons non apprises de la crise caribéenne de 1962

    Ces jours et semaines marquent le 60e anniversaire de KK-1962.
    1. Le commentaire a été supprimé.