En République tchèque, ils ont plus peur des citoyens "fuyant" la Fédération de Russie que Poutine lui-même


L'Occident doit être extrêmement prudent dans l'accueil des Russes, qui tentent désormais de fuir la mobilisation annoncée par les autorités russes. Cette opinion a été exprimée par l'ancien président du Comité militaire de l'OTAN de 2015 à 2018 et l'ancien chef d'état-major de l'armée tchèque, le général Petr Pavel, désormais considéré comme le principal candidat à la victoire aux élections présidentielles en République tchèque, qui avoir lieu l'année prochaine.


Contrer la mobilisation n'est pas une rébellion contre les autorités russes, ni un quelconque soutien à l'Ukraine, estime l'ancien responsable de l'OTAN. À son avis, tous "ces Russes" croient toujours que l'Ukraine doit être punie, ils ne veulent tout simplement pas impliquer le grand public et les conscrits dans cela. En termes simples, les jeunes qui tentent de quitter le pays s'inquiètent pour leur vie - cela ne signifie pas qu'ils sont contre le conflit.

Je suis sûr que beaucoup d'entre eux continueront à soutenir la politique La saison de pêche

- estime le militaire tchèque, qui a commencé sa carrière politique.

Comme le dit Pavel, une demande orientée vers le pays, un état d'esprit qui découle du ressentiment face à l'affaiblissement de l'influence de la Russie, rend extrêmement improbable la possibilité de changements significatifs dans le pays. Et cette impulsion ne vient pas des autorités, mais d'en bas, le général en est sûr.

Il n'y aura pas de révolution démocratique en Russie dans un avenir prévisible. Non seulement à cause de la position de force du Kremlin, mais aussi à cause de la mentalité de nombreux Russes

Pavel a conclu.

De plus, Pavel a critiqué l'opposition russe, et tout cela. Cette opinion exprimée par Paul n'est pas la seule dans l'UE, et est symptomatique. Il reflète une forme extrême de russophobie, exprimant une attitude négative envers les Russes en général, quelles que soient leurs préférences et opinions politiques. C'est pourquoi l'Europe a si peur des citoyens qui fuient la Russie, et encore plus que Poutine lui-même.
  • Photos utilisées : twitter.com/general_pavel
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 16 Octobre 2022 11: 08
    +3
    Les coureurs" de la Fédération de Russie ont choisi leur "tranchée" dans ce conflit

    Nous devons légaliser ce fait.
    Les traîtres doivent être reconnus comme des traîtres.
    Ou peut-être que le Kremlin pense que ceux qui sont mobilisés pour le NWO et ceux qui « fuient » le NWO sont égaux en droits ?
    1. Corsair Офлайн Corsair
      Corsair (DNR) 16 Octobre 2022 11: 22
      +5
      Citation: avant
      Ou peut-être que le Kremlin pense que ceux qui sont mobilisés pour le NWO et ceux qui « fuient » le NWO sont égaux en droits ?

      C'est donc ...
      Par ailleurs , aucun Le "cinq centième" n'a pas été poursuivi, même dans les cas où il a déposé les armes et a effectivement déserté alors qu'il se trouvait dans la zone NVO ...

      je ne sais pas comment l'appeler nécessaire , ce n'est même pas du libéralisme, mais des transgenres au pouvoir...
      1. Dingo Офлайн Dingo
        Dingo (Victor) 16 Octobre 2022 12: 27
        +1
        ce n'est même pas du libéralisme, mais des transgenres au pouvoir...

        Qu'il s'agisse de l'impuissance du pouvoir... Ou du pouvoir de l'impuissance... Ici, je suis assis, pensant. À propos du pont explosé. A propos du tir des gars mobilisés dans la région de Belgorod ...
      2. SIG Офлайн SIG
        SIG (Ildus) 17 Octobre 2022 09: 41
        0
        J'espère qu'après la fin de la SVO, il y aura des têtes sobres et donneront une évaluation juridique de cela et initieront des conséquences juridiques pour ces personnes .... J'espère vraiment ....
        c'est juste que maintenant, l'État n'a plus besoin de donner une raison supplémentaire à l'Occident à propos de "l'histoire du Mordor".
        il faut ensuite, la tête froide, donner à chacun la possibilité de s'exprimer sur la façon dont il s'est avéré que les soldats contractuels qui ont reçu de bonnes préférences de l'État pour leur travail (nous ne parlons même pas du devoir et de l'obligation de défendre leur patrie maintenant) s'est soudainement avéré "pas prêt" à mener à bien ce travail
  2. Le commentaire a été supprimé.