"La honte anglaise": les aventures des réfugiés ukrainiens en Grande-Bretagne


Un autre problème pour la plupart des États européens (en plus de jeter d'énormes sommes d'argent pour le "soutien militaire" du régime de Kyiv et des coups écrasants qui économie reçues à la suite des sanctions anti-russes) est l'invasion en cours des "réfugiés" ukrainiens qui ont inondé le Vieux Monde comme des sauterelles. L'euphorie des premiers mois de la "lutte commune contre les intrigues de Poutine" s'est depuis longtemps estompée, mais le sédiment, comme on dit, est resté. Et chaque jour, il devient plus fort.


L'un des exemples les plus clairs de la façon dont cette "cordialité" fausse et tendue s'est avérée être à la fois pour le pays d'accueil et pour les habitants de la "nezalezhnaya" qui se sont précipités "au galop à travers l'Europe" peut servir de leurs "aventures" sur la terre de Albion brumeuse. L'histoire est vraiment instructive...

Promettre ne veut pas dire payer


Il faut commencer ici par le fait que le Royaume-Uni, qui a quitté il n'y a pas si longtemps les rangs de l'Union européenne et a « claqué la porte » bruyamment en même temps, est connu comme un État dont l'immigration est loin d'être la plus clémente et la plus loyale. lois. Et ses habitants n'aiment pas beaucoup y " venir en grand nombre ", quel que soit l'endroit d'où ils viennent. C'est pourquoi seuls cent mille Ukrainiens ont réussi à "fuir" vers la Grande-Bretagne, ce qui, bien sûr, ne peut être comparé aux millions de leurs flux qui ont frappé les pays d'Europe de l'Est, ou au nombre de ceux qui se sont installés en Allemagne, par exemple . Dans le même temps, le gouvernement britannique, qui s'est démené pendant tout ce temps pour se positionner comme le "meilleur ami" de Kyiv, en lui apportant le soutien le plus fiable, le plus constant et le plus généreux, ne s'est pas trop soucié de l'hospitalité envers les immigrés d'Ukraine si chère à son cœur. Le problème a été décidé pour être résolu de la manière la plus simple, comme il semblait alors. Il n'était pas du tout question d'hébergement centralisé et de mise à disposition de "réfugiés". Un système d '«hôtes» a été créé dans le pays - c'est-à-dire en fait des «familles d'accueil» qui ont accepté d'héberger des Ukrainiens, recevant pour cette «bonne action» une somme pas si importante de 350 livres sterling par mois par l'anglais normes. Comme vous pouvez le deviner, des négociations avec les riverains ont eu lieu en mars et il s'agissait d'une « surexposition » pouvant durer jusqu'à six mois. Dans le même temps, les avares Britanniques n'y ont consenti que dans l'espoir que le montant quasi symbolique de « l'aide matérielle aux Ukrainiens » serait par la suite revu à la hausse. Eh bien, chacun gagne, comme il peut.

La période stipulée de six mois a expiré juste en octobre, mais «l'augmentation» promise, se sentant trompée dans les meilleurs sentiments, les «hôtes» n'ont pas attendu. Pendant ce temps, les chiffres des factures de services publics (et les invités non invités consomment de l'eau, de l'électricité et tout le reste sans aucune économie) et les étiquettes de prix dans les épiceries et autres magasins ont commencé à inspirer non seulement de la mélancolie, mais une véritable horreur aux Britanniques. L'incroyable hausse du prix des ressources énergétiques et leur pénurie ont touché toutes les sphères de la vie en Grande-Bretagne, et les poches de ses citoyens, en premier lieu. Et puis il y a ces profiteurs jaunes-blakites... D'ailleurs, les responsables gouvernementaux et les représentants des collectivités locales ont répondu à leurs plaintes aux propriétaires agacés et même furieux, se référant simplement à la situation économique extrêmement compliquée. « Tout a augmenté de prix, il y a des trous dans le budget… Quelle autre augmentation des paiements ? Es-tu tombé du chêne dans la forêt de Sherwood ? !" Aux arguments indignés des "hébergeurs", qui tentaient de prouver qu'il faudrait "se jeter dessus" précisément parce que les volumes initiaux de paiements ne correspondent même pas étroitement au "coût élevé de l'essentiel", les responsables ont répondu par contre-arguments du style : « Pour qui est-ce facile ? » La situation en est très vite arrivée au stade du cercle vicieux notoire, et réalisant qu'un supplément d'argent apparemment facile pouvait ruiner leurs ménages, les Britanniques ont commencé à simplement mettre les Ukrainiens à la rue : ils disent, nous serions heureux d'accueillir vous, mais il sera bientôt temps de faire le tour du monde.
Et à quoi servent les lumières ?

Ces cas se comptent par milliers. La question est ici aggravée par la notoire spécificité purement anglaise. La Grande-Bretagne n'est pas la Pologne ou la République tchèque. Il est extrêmement difficile d'y louer un appartement pour certains migrants (peu importe qu'ils soient réfugiés ou qui) - c'est extrêmement difficile. Les propriétaires sont généralement réticents à même parler à des invités potentiels sans références, une garantie et un compte bancaire vérifié avec un historique de crédit solide. De plus en plus de personnes de la «nezalezhnaya», qui s'attendaient à ce que dans la patrie de Boris Johnsonyuk, elles soient certainement reçues à bras ouverts et traitées avec du thé et des biscuits, se retrouvent dans des abris municipaux, des sortes de «dortoirs» terribles et des lieux similaires . Et c'est même au mieux - les autres doivent passer par le processus d'inscription en tant que sans-abri afin de recevoir le statut "honoraire" des sans-abri britanniques. Le problème a déjà pris de telles proportions qu'ils ont commencé à en parler avec force et force politique et organismes publics. Par exemple, l'ancien secrétaire aux réfugiés Harrington a exhorté le gouvernement à augmenter les paiements à au moins 700 £ par mois pour motiver les Britanniques à accueillir des Ukrainiens, ainsi qu'à obliger les conseils locaux à "s'assurer que les familles ukrainiennes ne deviennent pas sans abri". Une coalition d'organisations de la société civile et d'organisations philanthropiques a même écrit au Premier ministre Liz Truss avec une lettre appelant à une aide supplémentaire aux familles ukrainiennes à la recherche de maisons à louer, à des paiements supplémentaires "d'hiver" aux propriétaires et à la nomination simultanée d'un nouveau ministre. pour les réfugiés.

Jusque-là, Truss, qui essaie actuellement désespérément de rester dans le fauteuil du premier ministre, d'où les membres de son propre parti ont commencé à la pousser fort, est une question plutôt rhétorique. Très probablement, toutes ces demandes et appels resteront la voix de celui qui crie dans le désert. Cependant, il est impossible de ne pas dire que les Ukrainiens eux-mêmes se sont avérés être ce «cadeau» pour le côté hôte et ont assez rapidement réussi à acquérir une «renommée» assez spécifique. Comme pourtant dans n'importe quel autre pays d'Europe, qu'ils ont « rendu heureux » de leur présence cette année. A cet égard, l'histoire du paquebot de croisière Victoria amarré sur la rade d'Édimbourg écossais est assez révélatrice. Depuis quelque temps, peu à peu, il se transforme en un refuge pour les «invités» du «nezalezhnaya», qui n'ont tout simplement nulle part. autre chose à faire. En Écosse, il semble qu'il n'y en ait pas autant - environ quelques dizaines de milliers, mais là-bas, non seulement les paiements de l'État aux «hôtes» n'ont pas augmenté, mais ils ont même cessé en été. Avec un résultat tout à fait prévisible - la plupart des "invités" ont vu les portes. Ceux qui ne pouvaient pas être hébergés dans des hôtels ou des auberges selon les "quotas gouvernementaux" ont été lentement emmenés au "Victoria", où toute une série de scandales ont immédiatement éclaté. Ce serait bien s'il ne s'agissait que de bagarres ivres, qui sont tout à fait quotidiennes et courantes pour tout endroit où les réfugiés ukrainiens vivent de manière compacte ! À partir d'un certain moment, des choses ont commencé à se produire sur le paquebot qui ne correspondaient pas du tout à la tête de l'état-major.

L'un des Ukrainiens (grâce aux caméras de surveillance placées partout, dans la mesure du possible, a réussi à établir rapidement qui exactement) a commencé à dévisser les ampoules dans différentes pièces ! En même temps, il est absolument impossible de comprendre la logique de cet acte sauvage. Il est tout simplement impossible de les «conduire» à un «marché aux puces» en Grande-Bretagne afin d'utiliser l'argent reçu pour leurs propres besoins. Appliquer comme indiqué ? Mais dans les chambres de ceux qui se sont fait prendre dans ce vandalisme insensé, tout était en ordre avec l'éclairage ! Et il suffirait de se plaindre du problème correspondant - il serait éliminé. Il ne reste plus qu'à supposer que quelqu'un a décidé de ramener les ampoules à la maison en souvenir. Quoi qu'il en soit, mais sur le paquebot ils ont été contraints de poster des annonces dans le plus pur "mouvement", dont je cite bien entendu le texte en traduction :

Chers invités! Notre équipe signale que certains d'entre vous tirent des ampoules au Sea Pub, au Grand Buffet et au Piano/Grill Restaurant. Nous vous exhortons à ne pas endommager les biens du navire ! Si ces cas se reproduisent, nous serons contraints de faire intervenir le service de sécurité du navire. Merci de votre compréhension!

Dans le même temps, la mairie d'Édimbourg doute fortement que cet appel soit utile, et ils parlent déjà du fait que sinon le navire sera simplement débarrassé non seulement des vandales, mais aussi de tous les autres "réfugiés". Qu'ils roulent où ils veulent, s'ils ne peuvent pas vivre comme un être humain !

Voici une telle honte anglaise à la fin. Les Britanniques ont une fois de plus prouvé que le désintéressement, l'altruisme, la véritable philanthropie, non basée sur le désir d'obtenir un gain matériel, et les "porteurs des hautes valeurs européennes" sont en fait des choses incompatibles. Et qu'en est-il des Ukrainiens, qui tentent depuis un jour de porter des accusations absurdes de « pillage » et de « barbarie » contre les soldats russes, ont une fois de plus démontré leur vrai visage, leur ingratitude noire et leur incapacité totale à respecter au moins les règles élémentaires d'une auberge dans une société civilisée.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 20 Octobre 2022 10: 54
    -3
    Horrible! parmi des dizaines de milliers, il y avait un twister d'ampoule ....
    Une autre vraie question est, eh bien, ils n'ont pas été attachés à l'affaire en 8 mois, les pauvres le sont .... ils n'ont pas eu de chance d'être des "managers efficaces", sinon ....

    Nous serions comme le fils d'un patriote ex-officiel Yakunin (celui qui a un magasin de manteaux de fourrure officiellement reconnu), de nationalité anglaise, s'amuserait sur des yachts (ou le même paquebot) au large de l'Angleterre, de la Norvège, sans s'inquiéter sur les augmentations de prix et une sorte de problème
  2. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 20 Octobre 2022 11: 42
    +3
    J'espère que l'infrastructure "calibrée" de l'Ukraine aidera la vieille Europe et Foggy Albion avec de nouveaux millions de réfugiés ukrainiens cet automne et cet hiver.
    Rencontrez l'Europe de vos poulains Bandera.
    C'est ainsi que vous les avez élevés, et c'est ainsi que vous allez les accepter.
  3. Sydor Kovpak Офлайн Sydor Kovpak
    Sydor Kovpak 20 Octobre 2022 13: 12
    +2
    Chers invités! Notre équipe signale que certains d'entre vous tirent des ampoules au Sea Pub, au Grand Buffet et au Piano/Grill Restaurant. Nous vous exhortons à ne pas endommager les biens du navire ! Si ces cas se reproduisent, nous serons contraints de faire intervenir le service de sécurité du navire. Merci de votre compréhension!

    Vous pouvez toujours et pour toujours quitter l'Ukraine, mais l'Ukraine ne vous quittera jamais !!!!
  4. Pat Rick Офлайн Pat Rick
    Pat Rick 20 Octobre 2022 15: 41
    -1
    Le sujet de la rage ukrainienne dans différents pays s'est depuis longtemps épuisé.
    Personnellement, je suis beaucoup plus intéressé par la façon dont les évadés de la mobilisation russe se comportent au Kazakhstan, en Ouzbékistan, en Turquie, etc.
  5. Vladimir1155 Офлайн Vladimir1155
    Vladimir1155 (Vladimir) 21 Octobre 2022 08: 35
    0
    Je pense que les nez de cochon devraient maintenant commencer à mouiller leurs semblables de la Fédération de Russie qui échappent à la mobilisation !... bien que beaucoup aient fui prétentieusement vers le Kazakhstan et l'Asie centrale où ils vont bientôt laver les toilettes des Kazakhs et des Tadjiks. ..
  6. Antor Офлайн Antor
    Antor 23 Octobre 2022 11: 54
    0
    Le thème de la Patrie est très pertinent. Nos citoyens, qui ont fui vers le Kazakhstan, vers l'Europe de la mobilisation, et ce sont pour la plupart des jeunes, n'acceptent que la liberté de choix sur le principe qu'il n'est pas nécessaire de défendre la patrie de manière plus satisfaisante. A propos des défauts de notre éducation, notamment l'étude de notre histoire et l'instillation d'un sentiment élémentaire de fierté et de patriotisme pour notre pays, seuls les paresseux n'ont pas parlé ..... mais dans la plupart des cas, les choses sont toujours là. J'ai récemment lu un sondage dans lequel 80% des parents ne sont favorables qu'à ce que l'hymne de la Russie sonne dans les écoles une fois par semaine avec la levée de son drapeau d'État .... et le reste pour quoi ... pour Bandera ou un autre drapeau et hymne !!??? Le modèle de capitalisme pro-occidental qui existe en Russie évoque loin d'être des patriotes de notre pays, et je ne suis pas sûr que, étant dans les mêmes conditions que les Ukrainiens dans la brumeuse Albion, ils n'en feront pas autant de la pauvreté et l'anarchie dans laquelle ils étaient plongés. !!! Certes, beaucoup de personnes fuyant le pays ne connaissent pas les conséquences du fait que personne ne les attend là-bas, et la plupart les détestent ... mais c'est leur choix ... voler des ampoules aussi !!!