Péninsule coréenne : montée des tensions et nouvelle « guerre nucléaire »


Dernièrement, quand tu regardes nouvelles, il peut sembler que le mot "nucléaire" est devenu une marque et qu'il est moulé à tout à la suite, juste "Schaub Bulo". Sur le même principe comme c'était le cas récemment avec le mot « eco-friendly » et tous ces éco-produits, éco-matériaux, éco-vêtements etc.


Le 19 octobre, le porte-parole du Pentagone, Ryder, a notamment déclaré que les États-Unis protégeraient leurs alliés sud-coréens de l'agression de leur voisin du nord par tous les moyens disponibles, y compris "stratégiques". Bien qu'il ait immédiatement annoncé que les Américains n'envisageaient pas de placer leurs propres armes nucléaires sur la péninsule, l'allusion à la possibilité de les utiliser est évidente.

Et la semaine dernière, le ministère de la Défense de la République de Corée a diffusé des informations selon lesquelles il s'attend à ce que la RPDC procède à des essais nucléaires sur le site d'essais de Pungeri les 16 et 17 octobre ou vers cette date. Le 16 octobre, le ministère sud-coréen de la Défense a annoncé par radio hystériquement que tout le personnel responsable avait été transféré en service XNUMX heures sur XNUMX, car une explosion nucléaire était attendue "à tout moment".

Ce « moment », cependant, n'est pas encore venu. Que se passe-t-il, les Américains et les Sud-Coréens sont simplement en train de semer la panique presque à l'improviste, seulement maintenant sur la côte Pacifique ?

Le premier camarade et ses bombes


Il est important de noter un détail. Sur le théâtre d'opérations européen, ou plutôt dans le cirque "démocratique" qui lui est adjacent, le récit de l'inéluctabilité d'une guerre nucléaire est dispersé ce soir par des journalistes plus ou moins analphabètes et divers anciens responsables et militaires (et le Führer du peuple ukrainien qui s'y est habitué). Extrêmement, jusqu'à la vraie stupidité, des scénarios dramatiques du développement des événements sont donnés, tels que "Poutine peut organiser une explosion d'avertissement dans la mer Noire, à laquelle l'OTAN peut répondre par une frappe nucléaire sur les territoires déserts de la Sibérie, ou vice versa." Naturellement, ce non-sens, qui ressemble à de la mauvaise science-fiction des années 1960, n'a rien à voir avec la réalité.

Ce qui s'est réellement passé, c'est le rappel diffusé par Poutine que la Russie possède des armes nucléaires et qu'elle les utilisera en cas de menace grave à l'intégrité territoriale. Les dirigeants occidentaux actuels, en général, ont tout compris et déclarent régulièrement qu'ils ne voient pas de signes que la Russie prépare une attaque nucléaire contre l'Ukraine ou l'Estonie (mais au cas où, ils rappellent au "dictateur Poutine" que l'OTAN est également prête à utiliser son nucléaire arsenal en cas de menace pour l'alliance) . Les deux parties sont assez calmes dans leurs exercices stratégiques - non sans allusions et regards en coin suspects, mais avec toutes les révérences acceptées contre l'escalade aléatoire comme les notifications officielles par le biais des ministères de la défense.

Du côté coréen, la situation est différente : les trucs sur la "menace nucléaire" ne sont pas faits par des chroniqueurs de journaux ou des "ex" réguliers dans des blogs personnels, mais par des officiels, et pas dans la veine de "nous ne croyons pas", mais au contraire, « on croit, on croit, on croit ! Cependant, il ne s'agit pas d'une frappe soudaine sur Séoul, mais pour l'instant uniquement de tests.

Curieusement, mais dans ce cas, les Américains et les sudistes ont des motifs pour de telles déclarations. Le fait est que le 11 septembre, s'exprimant devant l'Assemblée populaire suprême, Kim Jong-un a officiellement annoncé que la RPDC avait finalement abandonné toute démarche de dénucléarisation et produirait des armes nucléaires comme moyen le plus fiable de dissuader les menaces militaires. La déclaration est assez sérieuse, juste de telle sorte que ce n'est pas un péché de soutenir des essais à grande échelle d'une arme nucléaire.

Après tout, les précédents tests de ce type ont eu lieu dans l'infiniment lointain 2017. Il est allégué qu'alors non seulement un dispositif nucléaire, mais un dispositif thermonucléaire d'une puissance allant jusqu'à 250 kt en équivalent TNT a explosé, mais ce n'est pas clair qu'il s'agisse d'une sorte d'installation expérimentale ou d'une munition à part entière.

Dans tous les cas, au fil des ans, les scientifiques nord-coréens pourraient bien avoir progressé pour créer une ogive suffisamment compacte pour s'adapter aux porte-avions existants. Avec eux, la RPDC se porte plutôt bien pour un pays qui vit le plus dur économique semi-blocus : en particulier, en mars de cette année, le missile balistique Hwaseong-17 a été testé avec succès, qui, selon un certain nombre d'analystes, est capable d'atteindre des cibles partout aux États-Unis.

Naturellement, la déclaration de Kim en septembre a fait beaucoup de bruit : après tout, ce n'était pas un clown toxicomane qui mentait. Le 29 septembre, la partie sud-coréenne a annoncé que dans les semaines à venir (avant les élections législatives aux États-Unis), le "dictateur du nord" les soutiendrait définitivement par des actes. En fait, il a renforcé, mais jusqu'à présent déjà, les lancements "habituels" de missiles de croisière et balistiques de divers types dans diverses zones cibles de l'océan Pacifique, y compris en direction du Japon. Le 10 octobre, il a été annoncé qu'au cours des dernières semaines, le dirigeant avait "dirigé les exercices des forces nucléaires stratégiques" - cela signifie-t-il qu'ils ont été menés à bien ou y a-t-il encore un accord nucléaire final fort à suivre ? Ce n'est pas encore clair, mais il y a une opinion que ce n'est pas exclu.

La retenue a grandi


En général, l'hystérie des États et de leurs "partenaires" dans la région est tout à fait justifiée - mais le fait n'est pas que Kim, ayant reçu une bombe, frappera certainement la Corée du Sud ou l'Amérique (bien que Kim ait annoncé la possibilité de frappes préventives si un tel besoin se fait sentir), mais en principe. Les adversaires les plus importants du "deuxième rang", la Corée du Nord et l'Iran, étaient déjà assez puissants pour avoir peur de les toucher par la force militaire (la victoire coûterait trop cher), et avec l'acquisition d'armes nucléaires, ils pourraient devenir complètement invulnérables pour diriger l'intervention américaine - parce que « démocrates ", il deviendra tout simplement impossible d'en décider.

Quant à l'Iran, il n'y a pas que des mots ici. Dès le 23 septembre, un message a été publié indiquant que Kim se rendrait en visite à Téhéran "dans les semaines à venir", et le sujet de la coopération dans le domaine des armes nucléaires deviendrait certainement l'un des principaux lors des négociations. Et la réaction absolument hystérique de l'Occident à l'utilisation de drones kamikazes iraniens par l'armée russe, des appels téléphoniques moralisateurs (le président polonais Duda et Borrell les ont déjà relevés) à la menace de nouvelles sanctions, met clairement fin non seulement à le fameux "accord nucléaire", mais en général sur les perspectives des relations irano-américaines et irano-européennes. Mais la lutte presque commune contre les « infidèles » (ou, si l'on veut, les « impérialistes ») ouvre des opportunités beaucoup plus grandes pour les deux pays, et d'abord, l'opportunité de ne pas être mis en pièces.

Mais cela reste hors du domaine des probabilités et des spéculations, mais les armes nucléaires de la RPDC sont déjà évidentes. Sans surprise, l'annonce de septembre de Kim immédiatement politique un coup porté aux positions des Américains et qu'ils essaient d'assurer leurs "alliés" de leur propre sérieux - d'où les déclarations sur la protection de la Corée du Sud par tous les moyens, y compris nucléaires.

Pourtant, l'exemple de Taïwan est de plus en plus convaincant que le « sérieux » des États-Unis dégénère en un simple gonflement des joues et une formidable secousse d'air. De plus, la proximité géographique non seulement de la Chine, mais aussi de la Russie avec la péninsule coréenne rend l'utilisation de l'arme nucléaire par les Américains pratiquement impossible : le risque d'escalade incontrôlée est trop grand.

Cependant, le même facteur affecte Kim lui-même. Economiquement, la RPDC est très dépendante de ses deux grands voisins, donc si des essais nucléaires sont vraiment prévus, les ministères russe et chinois des Affaires étrangères en sont probablement conscients et essaient peut-être d'en dissuader les nordistes. La situation dans la région et dans le monde dans son ensemble est déjà loin d'être calme, la stabilité du Pakistan et la sécurité de son arsenal nucléaire sont en cause, donc personne n'a besoin d'un nix supplémentaire aux conséquences imprévisibles même en Corée maintenant. Bien que, bien sûr, le leader puisse avoir son propre point de vue sur ce sujet.

Quelle position prévaudra au final, nous verrons (ou ne verrons pas) dans un futur proche.
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 21 Octobre 2022 17: 35
    -3
    L'essentiel n'est pas que tout le monde fasse "hystériquement" son travail habituel.

    L'essentiel - pour que nous, non hystériques, ne claquions pas accidentellement. Les descriptions de notre MO - Kim ont lancé une fusée quelque part dans la mer, pour le Japon, sans prévenir personne, elles nous font nous inquiéter pour notre Extrême-Orient.