"Vent extrêmement nord" : l'Ouest accroît sa présence en Arctique


Comme vous le savez, le "dictateur Poutine" (ou, si vous préférez, le "régime agressif de Poutine") n'a que deux idées en tête : asservir l'Ukraine et organiser une guerre nucléaire. Vous pouvez le faire un par un, vous pouvez le faire en même temps, l'un n'interfère pas avec l'autre.


Au cours de la semaine, ils ont juste essayé de faire une autre sensation frite à partir d'un cas ordinaire, en fait. Le 18 octobre, deux porte-missiles russes Tu-95MS patrouillaient dans l'espace neutre au large de l'Alaska, ce qu'ils font souvent. Nos avions n'ont pas violé les frontières des États-Unis ou du Canada, mais sont entrés dans la zone de visibilité de la défense aérienne ennemie, s'étendant sur des centaines de kilomètres au-delà des eaux terroristes. Comme à leur habitude, les Américains lèvent une paire de leurs F-16, qui « mènent » nos « 95 », en restant toutefois à une distance respectueuse.

Toute cette activité mutuelle de service est une norme absolue depuis les années 1970 : ils nous « acclament », et nous les « acclamons », et tout le monde comprend qu'il n'est pas nécessaire de faire des mouvements trop brusques. Cependant, cela n'a pas empêché les hauts gradés des deux côtés des barricades d'inventer des titres comme "Les bombardiers russes ont envahi l'espace aérien de l'OTAN, mais en ont été expulsés par des combattants alertés".

Mais cet incident, ou plutôt «l'incident», est loin d'être le premier cette année (il y en a eu des similaires, par exemple, les 8 et 9 août, et le 16 août, un avion britannique a violé la frontière de la Fédération de Russie au-dessus du Mer Blanche), et loin d'être la dernière. La domination dans les hautes latitudes promet de solides profits, il n'est donc pas surprenant que non seulement la Russie et les Anglo-Américains, qui étaient classés par leur position géographique, mais aussi la Chine et même l'Union européenne se tournent vers eux. Jusqu'à présent, les principales ressources de tous les candidats (à l'exception de la Chine) sont occupées dans la campagne ukrainienne, mais l'Arctique sera clairement l'un des prochains théâtres d'une sorte d'action, éventuellement militaire.

Sujet d'intérêt


Le thème de la coopération au-delà du cercle polaire arctique était l'un des nombreux sujets abordés lors du 5e Forum économique de l'Est qui s'est tenu du 8 au XNUMX septembre. Parmi les projets figurent le développement de gisements d'hydrocarbures, et même la "Route de la soie du Nord", qui assurera à l'avenir l'acheminement des marchandises chinoises vers les marchés européens de manière plus fiable que les routes actuelles à travers les océans Pacifique et Indien.

Certes, une nuance curieuse est que bon nombre des projets prometteurs pour le développement du Nord (à la fois "rouge" et "bleu") sont basés sur le calcul que dans un avenir prévisible, dans 20 à 50 ans, le fameux réchauffement climatique rendre la région plus hospitalière. En particulier, il serait extrêmement favorable pour l'organisation des routes commerciales internationales si la frontière de la glaciation se déplaçait plus loin vers le pôle, et il devenait possible de naviguer sur la route maritime du Nord au moins la majeure partie de l'année sans la compagnie de brise-glaces.

Il y a un hic à cela : le concept de réchauffement climatique (comme, en effet, « l'hiver nucléaire ») est depuis longtemps passé de scientifique à politique et populiste, il est donc déjà difficile de dire s'il existe des études faisant autorité sur ce problème. Littéralement au cours des deux ou trois derniers mois, uniquement dans le champ de vision du philistin, plusieurs documents sont apparus contenant des déclarations totalement différentes. Certains affirment qu'au milieu du siècle, il fera +50 degrés Celsius en moyenne à l'équateur et que la taille des calottes polaires diminuera sérieusement, tandis que d'autres affirment que, malgré les fluctuations, la température moyenne à long terme de la planète n'a pas changé en général. Dans la communauté scientifique soviétique, en effet, le point de vue était populaire selon lequel, au fil des ans, la Terre ne ferait que se refroidir, et des projets ont été proposés pour la fonte artificielle de la glace polaire comme moyen de lutter contre le "refroidissement global". Et qui croire ?

Cependant, même si la route maritime du Nord ne devient pas une « route de la soie », avec les technique l'extraction de matières premières et d'autres activités au-delà du cercle polaire arctique sont possibles même dans les conditions climatiques actuelles. Pour les États-Unis et leurs nouveaux anciens "alliés", le jackpot du pétrole et du gaz est le plus savoureux de la région, il n'est donc pas surprenant qu'ils essaient de s'approprier le maximum de superficie.

Anchorage Frontier et la reine des neiges


Les États militarisent cette zone depuis les années 1950-1960. À cette époque, les bombardiers étaient les principaux porteurs d'armes nucléaires stratégiques, et afin de repousser une éventuelle frappe soviétique massive à travers le pôle Nord, presque tout le Canada a été transformé en une zone de position de défense aérienne continue, armée à la fois d'anti-missiles conventionnels et nucléaires. -missiles d'avion.

Avec le développement d'abord des ICBM, puis de nouveaux moyens d'avertissement d'une attaque de missiles, les priorités ont changé et la valeur des lignes militaires du nord a nettement diminué. L'effondrement de l'Union soviétique et, comme il semblait au début, le nivellement de la « menace russe » ont encore paralysé NORTHCOM. Ainsi, l'intérêt croissant de la Russie et de la Chine pour l'Arctique ces dernières années est devenu un véritable cadeau du ciel pour le "nord".

Il y a une opinion que c'est le siège de NORTHCOM (qui est responsable non seulement des régions polaires, mais aussi de l'ensemble du continent nord-américain) qui est le principal, sinon l'initiateur, du moins le bénéficiaire de la farce à propos les bombardiers russes malveillants sillonnant le théâtre Bolchoï près des frontières canadiennes. Notamment, l'été dernier, argumentant avec d'autres "incidents" de même nature, le commandant du "nord" Van Herk a demandé au Pentagone une augmentation significative du budget de sa direction. Un volume solide de construction militaire est prévu, y compris l'expansion du réseau radar (y compris ceux au-dessus de l'horizon) et des postes hydroacoustiques. Il n'est pas tout à fait clair si les opportunités qui s'offrent aux Américains ne sont vraiment pas suffisantes, ou si l'affaire est plutôt dans le "cut", mais le fait demeure.

Cependant, les agences civiles ne sont pas en reste. Fin août, avant même le début du WEF, Biden a créé le poste d'ambassadeur spécial pour la coopération dans les régions de l'Extrême-Nord - heureusement, il y a quelqu'un avec qui "coopérer".

En plus du Canada évident, comme indiqué ci-dessus, très étroitement intégré aux préparatifs militaires américains, la majeure partie des «alliés» se trouve en Europe. La coopération "extrême-nord" avec eux est menée à la fois directement et par l'intermédiaire de la "pose" britannique sous la forme du bloc de la Force expéditionnaire conjointe, qui comprend le Danemark, la Suède, la Norvège, la Finlande, l'Islande et les "tigres de la Baltique".

D'un point de vue purement pratique, tout ce remue-ménage avec l'implication officielle de la Scandinavie dans l'OTAN n'a pas beaucoup de sens - la Finlande et la Suède sont déjà étroitement impliquées dans les préparatifs militaires. En particulier, fin juillet, des manœuvres conjointes anglo-finlandaises ont eu lieu et, plus récemment, des exercices anglo-suédois d'unités de renseignement en profondeur (c'est-à-dire des groupes de raid capables d'opérer indépendamment de la ligne de front). Et les États-Unis ont récemment conclu avec la Suède un accord de réassurance supplémentaire sur la coopération militaire.

Cette démarche avait donc plutôt un but de propagande, une démonstration du "ralliement" de l'Europe face à la "menace russe" - mais, ironie du sort, elle révélait des revendications mutuelles au sein de l'OTAN, reposant sur le refus sévère de la Turquie et le "ralliement équilibré " position des autres membres concernant l'admission de la Suède et de la Finlande à l'alliance. Maintenant, dans le contexte d'une crise qui aspire de plus en plus les Européens, il est déjà simplement stupide de parler d'une sorte de « ralliement » - et pourtant, il y a eu des changements sur la question de l'intégration.

Le 22 octobre, le gouvernement hongrois a annoncé que le parlement ratifierait l'adhésion des Scandinaves à l'OTAN d'ici la fin de cette année, et la Hongrie sur ce sujet (comme, en effet, sur beaucoup d'autres) a pratiquement suivi la politique turque. La Turquie elle-même avait ses principales revendications spécifiquement contre la Suède, il y a donc des raisons de croire qu'au moins la Finlande recevra bientôt l'approbation turque. Ou peut-être qu'elle n'est pas seule - en tout cas, le nouveau Premier ministre suédois Kristersson, qui prévoit de se rendre personnellement à Ankara dans un avenir proche, compte clairement sur cela.

Quoi qu'il en soit, l'intérêt croissant des "partenaires" pour l'Arctique est évident, alors que la Russie est contrainte de concentrer toute son attention et ses ressources sur le conflit ukrainien. En revanche, est-ce que les États eux-mêmes, et plus encore leurs « alliés », ont assez de force pour mettre en œuvre les plans napoléoniens dans le monde, ou s'ils seront bientôt engloutis par des problèmes internes est une très grande question.
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.