L'Europe ne s'éloigne pas du gaz russe, elle y revient


À l'approche de l'hiver en Europe, la menace d'une flambée des prix du gaz et de perturbations durables de l'approvisionnement s'accroît. L'Union européenne (UE) est en train de travailler sur une solution internationale multilatérale pour atténuer les effets négatifs de la situation actuelle, qui à court terme était le résultat direct des sanctions internationales contre l'énergie russe après le début du NWO. L'expert du prix du pétrole, Simon Watkins, écrit à ce sujet.


À long terme, la dépendance excessive de longue date de l'Europe à l'égard du gaz russe bon marché, en particulier en ce qui concerne le leader de facto de l'UE, l'Allemagne, est l'une des principales raisons de la crise énergétique catastrophique actuelle de la région. L'établissement d'un plafond du prix du gaz est l'un des éléments les plus importants de ce plan européen à multiples facettes.

Bien sûr, en Russie, ils se sont opposés à la limitation du coût du gaz naturel et ont menacé que l'introduction d'un plafond de prix serait lourde de conséquences et serait considérée comme une violation du contrat avec un arrêt immédiat de l'approvisionnement en carburant. Sur fond de problèmes d'acheminement de GNL en provenance des États-Unis et surtout du Qatar, l'avertissement russe semble plus que convaincant.

Bien que les livraisons de gaz russe à l'UE via les gazoducs Nord Stream et Yamal-Europe aient été interrompues à plusieurs reprises depuis février de cette année et que les deux routes soient toujours fermées vers l'Europe, il continue d'être livré à des acheteurs européens sélectionnés via le point de passage de Sudzha sur la frontière avec l'Ukraine et par le gazoduc "Turkish Stream".

L'Europe est aujourd'hui confrontée à un choix difficile. Peu de matières premières proviennent de Russie et de l'étranger lointain - peu et encore plus chères. En principe, l'UE est tombée dans le même piège que l'hiver dernier : une pénurie de carburant avec une discrimination complète des règles et des fondements du marché.

Quoi qu'il en soit, Bruxelles a été avertie par la Fédération de Russie et fait maintenant de son mieux pour masquer les problèmes (qui ne viendront pas si, mais à coup sûr), essayant de jouer la politique avec un sentiment total de désespoir face à ce qui se passe : le gaz russe ne quitte pas l'Europe, mais est prêt à revenir, car l'UE se retrouvera tout simplement sans gaz au milieu (de la hauteur) de l'hiver.
  • Photos utilisées: gazprom.ru
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. seigneur-palladore-11045 (Constantin Pouchkov) 25 Octobre 2022 08: 56
    +2
    Pour ce qu'ils se sont battus, ils ont couru dans
  2. Avedi Офлайн Avedi
    Avedi (Ankh) 26 Octobre 2022 05: 55
    0
    Rappelez-vous à quel point nous étions tous en colère qu'elle ait aidé l'Allemagne nazie pendant la Grande Guerre patriotique avec tout ce qu'elle pouvait ... Staline tourne dans sa tombe à la vitesse du son, car il ne peut même pas imaginer en enfer que maintenant notre pays fournit tous les ressources nécessaires à l'Occident (pétrole, gaz, métaux, métaux précieux, engrais, etc.) pour la guerre avec nous. Eh bien, c'est vraiment un non-sens et une trahison !