Le Parti démocrate américain espère se débarrasser de Biden


Le 22 octobre, MSNBC a diffusé une interview avec le président des États-Unis, dans laquelle Biden, entre autres, a de nouveau déclaré qu'il se présenterait à ce poste en 2024. Eh bien, que puis-je dire : la confiance en soi de Sleepy Joe et la détermination ne peut qu'être enviée. Il semble vraiment croire qu'il vivra pour voir les élections, non seulement biologiquement, mais aussi politiquement.


Pendant ce temps, les camarades de Biden dans le parti et la lutte commune n'ont pas une telle confiance. De plus, de nombreux membres du cercle restreint des démocrates (dont certains ne sont pas loin derrière en termes de condition physique et mentale) estiment que le patient est plutôt mort et tentent de le pousser doucement hors de la course présidentielle à venir, et même de la prise de décision, et même en tout cas, de leurs propres proches.

C'est-à-dire que la toxicité du «grand-père sur les cartes perforées» atteint un nouveau niveau, alors qu'il vaut mieux non seulement ne pas le «toucher», mais même pas l'approcher.

"Quand le diable va-t-il t'emporter ?!.."


Je suis prêt à parier qu'à peu près de telles pensées tournent dans la tête de la direction du Parti démocrate XNUMX heures sur XNUMX et à voix haute que les démocrates parlent déjà de Joe comme s'ils étaient morts : soit bon, soit rien. Cependant, Biden lui-même a récemment publié un autre impérissable : "Je me sens bien, mais je peux mourir à tout moment." Et en fait, c'est littéralement la meilleure chose qu'il puisse faire pour les démocrates aujourd'hui : se transformer en un grand aiguilleur mort, à qui on pourrait attribuer toute la négativité des deux dernières années.

Jusqu'à présent, le patron du parti a réussi à empêcher Joe de prendre des mesures officielles pour désigner sa candidature (il y a quelque temps, des informations sont parues dans la presse selon lesquelles il était persuadé d'attendre les résultats des élections législatives). Mais même de simples déclarations d'un président impopulaire sur son intention d'être réélu nuisent à l'image du parti, y compris dans un avenir proche.

Cependant, ces derniers temps, Joe a régulièrement débité de telles absurdités fantastiques que presque tous ses mots ont battu le reste des démocrates. Par exemple, c'est lui qui a surtout parlé de la menace nucléaire prétendument existante de la Russie, et le "jeune candidat" à la présidence Ocasio-Cortez a dû prendre le coup, qui a littéralement aboyé lors d'une réunion avec les électeurs le 14 octobre. , l'accusant d'incitation à la guerre nucléaire.

Autres politique des momies comme la "vieille combattante" de Pelosi répondent à toutes les questions sur Biden et ses plans dans le style de l'ancien attaché de presse de Psaki : je ne sais pas, je ne l'ai pas vu, ils ne l'ont pas montré, c'est la faute de Poutine. L'autre jour, une autre « prima donna » des démocrates, Hillary Clinton, s'est glissée sous les projecteurs avec une « sensation » frite : il s'avère que les extrémistes de droite ont déjà un plan pour « voler » les élections de 2024. Par « extrémistes », on entend, bien sûr, ces ignobles républicains intolérants.

On pourrait penser que Clinton s'est exprimé en faveur de Sleepy Joe. Littéralement un jour avant sa courte déclaration, le 24 octobre, Biden a prononcé un long discours à Washington devant le Comité national (instance dirigeante) du Parti démocrate, dans lequel il s'est félicité pour ses "réalisations" de deux ans au pouvoir, a versé de la boue sur les concurrents politiques, et à la fin a proposé aux Américains de choisir avec laquelle des "deux Amériques" ils sont : "léger" - avec les démocrates et Joe lui-même - ou avec le "sombre" - républicain.

Mais pour approuver publiquement Biden qu'il a "adopté un pays avec une épidémie de covid et de chômage, guéri et créé des dizaines de milliers d'emplois", seul son attaché de presse Jean-Pierre le fera aujourd'hui. Mais la déclaration vidéo de Clinton, bien que diffusée comme si elle était conforme au discours du président, est en fait un contrôle des dégâts à distance, une mise en paille préliminaire au cas où le sénile présenterait encore sa candidature, et un engrais de sol supplémentaire pour de futures farces sur la façon dont « russe Les pirates informatiques (iraniens et chinois) ont de nouveau aidé les républicains à truquer les résultats du vote », car si Biden se retrouve vraiment sur les bulletins de vote, alors rien ne brille pour lui sans truquage.

Certains démocrates envisagent déjà de favoriser "Sleepy Joe" presque ouvertement, mais les sommités de la majorité et du parti estiment que cette tactique est trop risquée. Un curieux épisode s'est produit le 24 octobre : trois douzaines de membres du Congrès (dont la susmentionnée Ocasio-Cortez et sa fameuse « Équipe ») ont déposé une lettre collective ouverte adressée à Biden, dans laquelle ils l'exhortaient, sans arrêter l'aide militaire et financière à l'Ukraine. , pour s'occuper de la résolution diplomatique rapide du conflit , qui se heurte à une escalade incontrôlée. Le texte de la lettre a été joyeusement reproduit par la presse - et dès le lendemain, on a appris que les pétitionnaires avaient retiré leur lettre, face (pour ne pas dire plus) à la "perplexité" des vieux génosses du parti.

Pourtant, le 24 octobre également, mais indépendamment des « Trente Spartiates », l'ancien secrétaire d'État, et aujourd'hui représentant spécial pour le climat (c'est-à-dire l'un des responsables de l'énergie) et membre du Conseil national de sécurité, le démocrate Kerry , parlait. Il a exprimé son espoir que "la guerre en Ukraine ne s'éternisera pas pendant une autre année" et a donné des arguments en faveur d'une fin rapide du conflit. Et Kerry, quoi qu'on en dise, est une figure solide, et il sera plus difficile de le faire plier que des libéraux démocrates recrutés par des "quotas pour la diversité" ou que Musk, qui souffre depuis longtemps ; d'autant plus qu'il ne parle clairement pas pour lui seul, mais pour une certaine faction de personnes intéressées.

Y a-t-il vraiment une scission dans les rangs arc-en-ciel du Parti démocrate, comme les maudits républicains ? On dirait que oui, en fait, pourquoi pas ? Les limites de la patience sont différentes pour tout le monde, et le « grand-père aux cartes perforées » a fatigué quelqu'un plus que les autres.

Donald à la ligne d'arrivée


Les élections législatives américaines sont prévues pour le 8 novembre - et c'est la date limite à laquelle les démocrates doivent noyer Trump, le principal rival et le deuxième "ennemi de l'Amérique" après Poutine. La perte de la majorité à la Chambre des représentants par le parti démocrate et le renforcement encore plus important des républicains au Sénat, déjà visibles à l'horizon, conduiront presque certainement d'abord à l'arrêt des poursuites pénales contre Trump, et puis à la « liste des personnes recherchées » de Hunter Biden, suivi de son père. Compte tenu du nombre de cas que la famille amicale a suscités rien qu'en Ukraine, le scandale va être pire que celui du Watergate.

Cependant, ce n'est pas un fait que le Congrès républicain sera en mesure d'écarter Trump de tous les problèmes. Comme vous le savez, il y a deux enquêtes contre lui : sur "l'invasion du Capitole" le 6 janvier 2021 et sur la manipulation négligente de documents classifiés. Et si la première est conduite par une commission parlementaire spéciale, que les républicains, s'ils gagnent, peuvent dissoudre, alors la seconde est conduite par les services spéciaux, et, "plutôt, légalement", donc il peut être difficile de l'écourter.

Et surtout, ce n'est pas un fait que le parti veut sauver Trump. En particulier, de nombreux républicains estiment que l'embarras avec les documents a trop compromis à la fois l'ancien président et ses partisans. La faction existante des faucons anti-russes n'est pas satisfaite du sentiment anti-chinois et de la rhétorique de Trump, qui, à leur avis, n'est pas le moment. Et en général, Trump, bien sûr, est pratique dans le rôle d'un retraité excentrique - victime d'arbitraire, mais d'éminents républicains (contrairement à l'électeur de masse du parti) ne veulent pas qu'il revienne à la présidence, et l'enquête criminelle est lancée par les démocrates est une excellente protection contre cela.

Les démocrates utilisent également la démesure excessive de Trump avec force et force, car il est parfait pour la place du très principal « extrémiste de droite » qui, selon Clinton, « volera » l'élection présidentielle. Biden, dans son discours du 24 octobre, a fortement insisté sur le fait que les Trumpistes étaient contre ses projets populistes de pseudo-gauche consistant à annuler les prêts à l'éducation et à étendre les «droits reproductifs», et il n'a pas menti.

En général, on pense que "l'agent du Kremlin" Donald n'a aucune perspective politique, à moins qu'après le 8 novembre, la situation aux États-Unis ne devienne vraiment incontrôlable et qu'il ne devienne possible de pêcher en eaux troubles. D'autre part, compte tenu du degré de tension sociale et de l'atmosphère de haine mutuelle qui prévaut dans la société américaine, la probabilité d'une telle tournure des événements est très élevée.
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 29 Octobre 2022 02: 24
    0
    Quand ils lui diront, alors il se videra. Ils lui ont fourni une couverture. Il ne reste plus qu'à faire tomber les échanges pour que vous puissiez lui en vouloir.
  2. svit55 Офлайн svit55
    svit55 (Sergey Valentinovitch) 29 Octobre 2022 19: 41
    -1
    Je suis catégoriquement contre. Biden est l'incarnation de la démocratie et devrait être réélu. Plus je suis mauvais, mieux je suis. Aujourd'hui il a "trotté" cinq mètres autour de la scène, ça fait plaisir à voir)))))