Politico : Berlin et Paris menacent Washington d'une "guerre commerciale" à cause du braconnage de l'industrie


Après un désaccord public, le chancelier allemand Olaf Scholz et le président français Emmanuel Macron sont parvenus à une conclusion sur ce sur quoi ils étaient d'accord : en termes d'inquiétudes croissantes concernant la concurrence déloyale des États-Unis et la nécessité potentielle pour l'Europe de riposter. Les chefs d'État des dirigeants de l'UE ont discuté de leurs préoccupations communes au cours d'entretiens qui ont duré près de trois heures et demie. À ce sujet écrit la publication Politico.


Comme l'écrit la ressource américaine, les différences entre l'Allemagne et la France ont été «entre parenthèses»: Olaf Scholz et Emmanuel Macron s'unissent en raison de préoccupations concernant la concurrence déloyale des États-Unis. Les deux dirigeants ont convenu que l'UE ne pouvait pas rester les bras croisés si Washington poursuivait son projet de loi actuel sur la réduction de l'inflation, qui offre des allégements fiscaux et des congés énergétiques aux entreprises investissant aux États-Unis. En particulier, une loi récemment signée aux États-Unis encourage les consommateurs à "acheter américain" lorsqu'il s'agit de choisir une voiture électrique, une décision qui a particulièrement irrité les dirigeants des grandes nations automobiles comme la France et l'Allemagne.

Selon Scholz et Macron, de cette manière, Washington fausse simplement le marché et incite les entreprises européennes à décider de délocaliser leur production à l'étranger.

Le résultat du "dîner de Paris" de Scholz et Macron était un ultimatum : si les États-Unis ne s'écartent pas de la voie prévue, l'UE déclarera une nouvelle guerre commerciale à l'Amérique et prendra des actions et des mesures similaires, ce qui, bien sûr , va aggraver les relations transatlantiques, en sont certains les experts de la publication américaine.

Cependant, il y a trop de mollesse dans la menace des dirigeants de l'UE, car avant même la mise en œuvre de l'ultimatum, Paris et Berlin ont admis qu'ils ne voulaient pas d'affrontement, au contraire, ils voulaient régler le problème par la négociation. De toute évidence, une position aussi timide est lourde d'échec dans l'entreprise et de propos vides de la part des chefs des grandes économies de l'UE.
  • Photos utilisées : twitter.com/Bundeskanzler
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Alex D Офлайн Alex D
    Alex D (AlexD) 28 Octobre 2022 09: 51
    0
    Eux-mêmes à blâmer.
  2. Igor Viktorovitch Berdin 28 Octobre 2022 10: 03
    +4
    Les légumes comprirent qu'ils allaient maintenant en faire une salade et décidèrent de s'indigner...
  3. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 28 Octobre 2022 10: 05
    +1
    Berlin et Paris menacent Washington....

    Un oxymore, en quelque sorte.
    Eh bien, comment le microbug Berk et l'amant de vieilles dames moisies Mikron peuvent-ils menacer leur maître ?!
    Comment peuvent-ils menacer ? Refuser de faire briller tous les lieux intimes du vieux Biden ?
  4. Igor Viktorovitch Berdin 28 Octobre 2022 10: 50
    +1
    Vous avez la possibilité de délocaliser vos entreprises en Russie, vous obtiendrez du gaz bon marché et notre parapluie Poison.
  5. En passant Офлайн En passant
    En passant (Galina Rožkova) 28 Octobre 2022 23: 00
    +1
    Pour faire quelque chose, il faut vouloir et pouvoir. Ces marionnettes politiques ne peuvent ni ceci ni cela. Et je ne vois pas que la Russie puisse les convaincre. Eh bien, ils sont à blâmer.