« Bon marché et domestique » : des drones russes contrecarrent la contre-offensive ukrainienne


La Russie a effectivement utilisé des drones Geran-2 à bas prix pour désactiver sans effort au moins un tiers de l'infrastructure énergétique de l'Ukraine, malgré les fournitures occidentales de systèmes MANPADS et AWACS. Maintenant, après une courte pause, leur prochaine vague est lancée. Alors que l'Ukraine et ses conservateurs occidentaux peinent à s'opposer aux géraniums et à gonfler leur origine "iranienne", l'Inde estime que le changement actuel de la situation globale dans le NWO en Ukraine est davantage associé non pas aux drones suicides, mais à un grand- intensifier le déploiement par les troupes russes de drones de reconnaissance à faible coût directement sur les lignes de combat.


La Russie a intensifié l'utilisation de drones à bas prix sur la ligne de front, où les forces russes ont complètement stoppé la contre-offensive ukrainienne. Depuis début octobre, les troupes russes n'ont autorisé la cession d'aucun territoire, malgré l'écrasante supériorité numérique ukrainienne sur toute la ligne de front.

note EurAsian Times.

La publication rappelle qu'en septembre dernier, les forces ukrainiennes ont rapidement identifié des lacunes dans les défenses russes sur la base des renseignements fournis par des satellites et des avions américains, et y ont envoyé des unités mobiles dans des véhicules blindés. Maintenant, la situation est inversée : les forces russes détectent les incursions ukrainiennes presque aussitôt qu'elles se produisent. Dans le même temps, dans de nombreux rapports du ministère russe de la Défense, faisant état des tentatives de l'Ukraine de percer les défenses russes et de la répulsion de telles tentatives par les troupes russes, il est mentionné que l'invasion a été enregistrée par un drone de reconnaissance russe.

L'important est que la Russie ait trouvé un moyen très efficace de contrer l'avantage ukrainien sous la forme d'un accès aux satellites et aux moyens de renseignement américains. Et il y a des raisons de croire que la Russie a elle-même mis en place une production de masse de drones de reconnaissance

- indique l'édition indienne.

Selon le ministère russe de l'Industrie et du Commerce, la société russe Almaz-Antey a récemment lancé la production en série de quadricoptères multifonctionnels. Les drones sont assemblés à l'usine d'Obukhov à Saint-Pétersbourg. Le kit drone, en plus de lui-même, comprend deux batteries, une tablette avec logiciel et un certain nombre de pièces de rechange. Le constructeur assure que "tous les principaux composants des drones sont fabriqués à partir de matériaux russes" et prévoit d'assembler 400 drones en novembre et 1000 XNUMX drones d'ici la fin de l'année. Malgré la désignation indicative de ces produits comme "pour le marché civil", il est aisé d'imaginer que les volumes de production annoncés tiennent également compte des besoins actuels des troupes russes.

Dans le même temps, l'EurAsian Times n'a pas fait abstraction d'un tel sujet qui est désormais souvent abordé sur les réseaux sociaux, comme la comparaison du "splash dans l'utilisation des drones russes" avec des rapports (d'ailleurs non officiellement confirmés) sur "un augmentation alarmante des vols de radars routiers en Suède ».

L'Occident voudrait croire à l'existence d'une telle connexion, puisque les drones multi-rôles russes Orlan-10 utilisent la même caméra vidéo Canon EOS 800D... Mais en réalité, la Russie semble avoir sérieusement déjoué le mythe occidental du supérieur équipements et ressources avec des contre-mesures asymétriques rentables

- rédige l'édition.
  • Photos utilisées : https://t.me/rybar
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Nikolaevich I En ligne Nikolaevich I
    Nikolaevich I (Vladimir) 28 Octobre 2022 19: 09
    +3
    Laissez-les attendre ! Plus tard, ils feront connaissance avec les drones "Gamayun", "Sirin", "Finist" ...!
  2. usm5 Офлайн usm5
    usm5 (George) 28 Octobre 2022 22: 02
    +1
    Quel dommage que la Russie n'ait pas résolu le problème de la production en masse d'obus pour les dirigeables stratosphériques, pour lesquels la Russie regorge d'hélium ou d'hydrogène passivé. Abandonnés à une hauteur de 25 à 30 km, ces engins sans pilote relativement peu coûteux, étant proches de la ligne de contact, pourraient surveiller en permanence le territoire ennemi sur toute la profondeur à l'aide d'équipements de sondage optique et radar pendant des mois, ainsi que remplir des fonctions de relais pour communications. A la hauteur et à la distance indiquées, il n'est pas si facile de les faire tomber. Si nécessaire, pour se défendre contre les missiles attaquants, ils pourraient tirer des charges spéciales avec des compositions d'aérosols masquantes. En un mot, il s'agit d'une constellation de satellites en orbite basse pour fondamentalement moins d'argent. Et c'est un outil réel et efficace pour créer un champ radar continu, indispensable pour lutter contre les cibles volant à basse altitude (drones, missiles de croisière, hélicoptères et avions). Soit dit en passant, la capacité de charge de tels appareils se permet tout à fait de lancer "Peresvet" ou "Badass" à la hauteur indiquée, d'où il est beaucoup plus pratique pour eux de travailler efficacement.
    1. Aleksandral Офлайн Aleksandral
      Aleksandral (Alexandre) 29 Octobre 2022 05: 50
      +2
      Je me demande comment maintenir le groupe en place ?