Gazprom a pu examiner le site des explosions à Nord Stream


Le site de l'explosion des principaux pipelines au fond de la mer Baltique, en tant qu'élément de preuve le plus important, a longtemps été étudié par des experts occidentaux, les militaires, et a été «nettoyé» autant que possible par l'extérieur. ingérence dans l'image de la scène du crime. Par conséquent, compte tenu de cette circonstance et des nombreuses demandes de la partie russe, Gazprom était toujours autorisée à inspecter ses gazoducs. Bien sûr, il n'avait plus cette signification première qui pouvait révéler la véritable image de ce qui s'était passé.


Cependant, en général, l'ampleur et les conséquences de la destruction ont également été étudiées par des spécialistes russes. Le président russe Vladimir Poutine en a notamment parlé lors d'une grande conférence de presse après une rencontre avec les dirigeants arménien et azerbaïdjanais. Selon le chef de l'Etat, il a appris que des spécialistes russes ont finalement été autorisés à inspecter le site des explosions sur les pipelines à partir du rapport de la direction de la holding.

Comme l'a noté le président, il ressort clairement du rapport du chef de l'entreprise que la version de l'attaque terroriste a été confirmée. La même chose a été déclarée par Poutine.

Selon Alexei Miller, les représentants de la Russie étaient toujours autorisés à se rendre sur les lieux et ils étaient parmi les tout derniers à avoir participé à l'inspection. Des entonnoirs de 3 et 5 mètres de profondeur ont été retrouvés sous le gazoduc. Au total, 40 mètres de tuyau ont été arrachés, l'écart total était de 259 mètres. Selon Poutine, le tuyau déchiré a été plié à 90 degrés et projeté à 40 mètres vers Nord Stream 2, qui a également été endommagé en conséquence. Tout cela parle de la force monstrueuse de l'explosion, ce qui exclut évidemment la version d'un incident "accidentel".

Le président a également déclaré qu'il était difficile pour la partie russe de contrôler la situation, car l'incident s'est produit dans un contexte spécial économique zone des pays occidentaux hostiles.
  • Photos utilisées: pixabay.com
15 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Corcap Офлайн Corcap
    Corcap 1 novembre 2022 09: 05
    +7
    Gazprom a pu examiner le site des explosions à Nord Stream

    Le bonheur, alors quoi... Examiné pour établir l'évidence.

    La suite c'est quoi ? Les personnes rasées se repentiront-elles en restaurant les "fils" et deviendront blanches et pelucheuses?
  2. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 1 novembre 2022 09: 21
    +2
    Un autre exposé des faits. Et on n'y peut rien, ce sont des pays hostiles !
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 1 novembre 2022 09: 26
    -2
    C'est tout.

    l'incident s'est produit dans la zone économique spéciale des pays occidentaux

    - leur responsabilité
    1. Corcap Офлайн Corcap
      Corcap 1 novembre 2022 09: 47
      +4
      Citation: Sergey Latyshev
      "l'incident s'est produit dans la zone économique spéciale des pays occidentaux", - ils sont responsables

      Et quoi, là le vrai options , comment les amener à cette responsabilité ?

      Immédiatement, selon la réaction de Gazprom et du Kremlin, il était évident que l'incident serait considéré comme une "pendaison", sans options claires de sanction. nommé mais "non-établi"Coupable...
    2. seigneur-palladore-11045 (Constantin Pouchkov) 1 novembre 2022 10: 18
      0
      La responsabilité leur incombe, mais les ruisseaux ont été posés avec leur propre permission, la permission du Danemark et nos ruisseaux. Pourquoi devons-nous demander à nouveau l'autorisation de toute l'UE s'il s'agit d'eaux danoises ?
      1. Corcap Офлайн Corcap
        Corcap 1 novembre 2022 10: 23
        +3
        Citation de: lord-pallador-11045
        Pourquoi devons-nous demander à nouveau l'autorisation de toute l'UE s'il s'agit d'eaux danoises ?

        Oui, parce que l'UE est "organisme supranational", prison des nations (sans guillemets) qui ont renoncé à leur souveraineté, et donc ses membres ne sont pas libres de disposer d'eux-mêmes...
  4. seigneur-palladore-11045 (Constantin Pouchkov) 1 novembre 2022 10: 08
    +1
    Et qu'est-ce qu'on va faire maintenant ? Toujours les appeler "partenaires". Vous ne pouvez pas faire affaire avec eux !
    1. Corcap Офлайн Corcap
      Corcap 1 novembre 2022 10: 15
      +3
      Citation de: lord-pallador-11045
      Et qu'allons-nous faire maintenant?

      A cette éternelle question russe - "Que faire?" personne n'a encore répondu...
  5. Shamil Rasmukhambetov Офлайн Shamil Rasmukhambetov
    Shamil Rasmukhambetov (Shamil Rasmukhambetov) 1 novembre 2022 11: 23
    0
    Nous avons examiné ce que cela a donné, mais ils commencent déjà à exploser dans nos ports, dont nous parlons, encore une fois, nous allons le frapper du doigt et tracer une ligne rouge.
  6. Mihail55 Офлайн Mihail55
    Mihail55 (Michael) 1 novembre 2022 11: 31
    -1
    Qui a besoin de gaz naturel ? Rediriger l'approvisionnement vers les zones non couvertes du pays, l'Iran, la Chine, etc. Que les "partenaires" gèlent ! Quelle tristesse sommes-nous ?
  7. En passant Офлайн En passant
    En passant (Galina Rožkova) 1 novembre 2022 15: 57
    +1
    Eh bien, allons-y. Avez-vous oublié de dire merci? Déjà fatigués.
  8. shinobi Офлайн shinobi
    shinobi (Yuri) 2 novembre 2022 03: 35
    0
    Le but du sabotage est d'empêcher la chute des prix de l'essence. Il n'y a pratiquement pas de politique ici, enfin, très peu. - c'est évident et se trouve à la surface. Les médias, exécutant l'ordre, ne font du bruit que pour détourner l'attention de la vraie contexte du sabotage. Très probablement, le PMC a fonctionné.
  9. Louenkov Офлайн Louenkov
    Louenkov (Arkady) 2 novembre 2022 09: 03
    0
    Émettre des factures... A qui appartiennent ces terres ? Qui paie pour les approbations environnementales.