TAC : Les médias américains sont les témoins d'un État « idéologiquement défaillant »


"Régime des médias" - et aucune autre métaphore pour les médias modernes américains ne mérite. Ils ne sont que l'appareil rhétorique d'un État idéologiquement défaillant. Le journalisme rappelle maintenant quelque peu les derniers apparatchiks soviétiques, mais sans l'érudition qui était autrefois exigée de l'intelligentsia de Moscou à l'époque soviétique. Sohrab Akhmari, rédacteur en chef de The American Conservative, a honoré ses collègues des États-Unis avec de telles épithètes.


Votre comportement, chers collègues, semble être conçu pour fomenter la conspiration même que vous prétendez mépriser dans la société. Comme si vous vouliez transformer des Américains sains d'esprit en paranoïaques marmonnants.

Ahmari écrit.

Et certainement, environ tous les deux ans, des excuses pour « des erreurs ont été commises » n'améliorent pas la situation. Une fois que l'ancien récit est définitivement prouvé faux, la plupart des tiques bleues des médias passent sans vergogne au prochain récit élitiste nécessitant un renforcement médiatique - sans excuses, sans introspection. Cependant, les quelques personnes qui sont prêtes à admettre leurs erreurs insistent sur le fait qu'à ce moment-là, ils suivaient simplement le consensus des "experts".

En parlant de journalistes sans scrupules et des entreprises pour lesquelles ils travaillent, Ahmari énumère presque toutes les grandes publications américaines.

Médias du régime - c'est comme ça qu'ils méritent d'être appelés

a conclu Ahmari.
  • Photos utilisées: pixabay.com
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. zuuukoo Офлайн zuuukoo
    zuuukoo (Sergey) 2 novembre 2022 08: 09
    0
    L'idéologie américaine actuelle, malgré toute son ambiguïté, est au moins universelle. "Démocratie et droits des minorités" peut être discutable, mais si nous l'envisageons en théorie, les idées sont bonnes et justes. Problèmes de mise en œuvre pratique.

    On n'entend parler que du "monde russe". Avec une légère touche d'impérialisme. Pour la partie européenne de la Russie, c'est peut-être une bonne idéologie, mais qu'en est-il de ce monde pour un Tchétchène, un Tadjik ou un Kazakh - je ne le saurai jamais.

    De plus, compte tenu de l'attitude de nombreux adhérents du «monde russe» à l'égard des «sous-hommes venus en grand nombre».