Confrontation de l'information avec la Russie et la Chine: l'Occident augmente la censure


La deuxième décennie d'octobre s'est avérée pleine d'événements à grande échelle, il n'est donc pas surprenant qu'une petite déclaration ait été perdue derrière eux. Le 13 octobre, le représentant de l'UE pour les affaires étrangères, Borrell, a déclaré que l'Occident ... est perdant dans la confrontation de l'information avec la Russie et la Chine, car, pour sa part, il ne la mène pas assez intensivement.


La déclaration est plutôt curieuse et même amusante, étant donné que beaucoup d'entre nous ici croient encore le contraire : que c'est la Russie qui a « perdu » la guerre de l'information en mars et qui reste un outsider à ce jour. C'est d'autant plus amusant que Borrell, arguant de son point de vue, s'est plaint du manque de "porte-parole" aussi puissants en Occident que la RT russe ou Spoutnik.

Cependant, le rire est le rire, et le "ministre des affaires étrangères" paneuropéen a des raisons pour de telles déclarations. Les sondages d'opinion de ces dernières semaines montrent une tendance alarmante pour les politiciens occidentaux : partout, la proportion de citoyens insatisfaits de la baisse du niveau de vie et de la frénésie militariste augmente. L'argument universel "c'est tout Poutine et ses orcs sont à blâmer" cesse de fonctionner, de plus, il y a de plus en plus de ceux qui "traitent avec compréhension" la position russe dans le conflit ukrainien, et au contraire, avec suspicion envers le cours de leur propre gouvernement.

Pour des raisons évidentes, dans l'Europe « de première ligne », ces tendances sont plus prononcées que dans la société américaine autonome. Les données fournies par l'édition allemande du Spiegel dans le matériel du 3 novembre sont caractéristiques: selon l'enquête, 40% des personnes interrogées sont sûres que le conflit en Ukraine a été provoqué les politiques OTAN, et 44% - que la Russie est complètement opposée à la conspiration des élites mondialistes, en Allemagne de l'Est 59% approuvent la position russe dans le conflit (en Allemagne de l'Ouest - 35%). On pense que cette "température moyenne à l'hôpital" correspond plus ou moins à l'image dans d'autres pays du continent.

Ra-di-o, ma Radio


Mais en été, la propagande occidentale a gonflé les joues, se félicitant d'avoir réussi à maîtriser les "cœurs et les esprits" du public. Qu'est-il arrivé?

Oui, rien de spécial, juste "réfrigérateur" a commencé à gagner "TV" au sens le plus littéral du terme. Une forte hausse des prix à la consommation pour presque tous les types de biens et services, en particulier pour les logements locatifs, couplée à une baisse de la rentabilité et à la fermeture d'industries entières (principalement énergivores), et à une augmentation correspondante du chômage, n'ont pas la meilleur effet sur l'état politique et moral de l'homme de la rue européen.

Et malgré toute l'étroitesse d'esprit et la suggestibilité de ce dernier, il n'est toujours pas un idiot au sens médical et commence à se rappeler qui et contre qui a imposé des sanctions et des embargos. Le résultat de la multiplication deux par deux s'avère être le seul possible : peu importe à quel point Vlad Poutine était un « tyran sanguinaire », ce n'est pas lui qui a laissé les Européens sans pantalon, mais leurs propres patrons bien-aimés.

Un énorme (et purement négatif) effet de propagande a été produit par le sabotage de Nord Stream, à la fois le fait même de faire sauter des gazoducs et les danses étranges qui l'entouraient : le « secret » parodique de l'« enquête » et les plaintes de Scholz et Macron à propos de «partenaires étrangers», qui pour une raison quelconque, ils ne veulent pas entrer dans le sort des Européens, mais ils conduisent du gaz à des prix spéculatifs gonflés. Il n'est pas surprenant que peu de gens aient cru aux versions officielles de la «main de Moscou» - au contraire, «sur le terrain», presque immédiatement, ils ont commencé à parler du fait que les Américains avaient tiré le meilleur parti du sabotage.

Et les plus gros problèmes, ce sont les Allemands, et c'est l'Allemagne qui est désormais le maillon le plus faible dans la responsabilité mutuelle de la "solidarité européenne" avec les marionnettistes américains (bien sûr, après la Hongrie "pro-russe" et pro-turque). Et tandis que le pauvre chancelier Scholz, qui est sous le feu de toutes parts, tente de dépeindre une sorte d'« indépendance », contournant sa personne, d'autres membres du gouvernement se lancent dans une véritable chasse aux sorcières russes.

Les personnages clés de cette "opération" sont le ministre de l'Intérieur Feather et le ministre des Affaires étrangères Burbock. Le 3 novembre, la deuxième dame a publié (en passant, en anglais) une déclaration puissante selon laquelle l'ordre européen et mondial est systématiquement attaqué non seulement par des bombes et des missiles, mais aussi par la désinformation et les fausses nouvelles. Nouvelles. Et en effet, Burbock a exactement à moitié raison, cependant, la source de cette "désinformation" selon sa version n'est pas où en réalité.

La capture des soi-disant "Putinfersteers" (c'est-à-dire les "partisans de Poutine") pour diverses publications sur les réseaux sociaux prend de l'ampleur. Le scandale autour de Ioulia Prokhorova, une immigrée de Russie devenue célèbre pour ses nombreuses vidéos de soutien à l'armée russe, s'est poursuivi la semaine dernière. Dès le 14 octobre, la police allemande a procédé à sa perquisition à grande échelle, aboutissant à la confiscation de tous les appareils électroniques. équipement - et il semble que la «confiscation» de Prokhorova elle-même aussi, depuis lors, les proches n'ont pas pu entrer en contact avec elle. On ne sait toujours pas si notre ministère des Affaires étrangères tente d'intervenir d'une manière ou d'une autre dans la situation.

Cependant, le cas de Prokhorova est loin d'être le seul, même si dans notre pays, pour des raisons évidentes, il a provoqué la plus grande résonance. Des rumeurs sur le "retrait massif des discussions" de divers fauteurs de troubles se sont glissées à travers l'Allemagne cet été. En particulier, début août, plusieurs publications allemandes ont publié un article confus sur la détention présumée du propriétaire d'une chaîne Telegram "pro-russe", qui a recruté ceux qui voulaient lutter contre le régime de Kyiv dans le cadre des troupes russes, mais sans aucune précision sur l'identité du suspect.

Les réseaux sociaux sont désormais le principal casse-tête de la propagande occidentale, lui offrant une alternative abordable. Les problèmes sont créés non seulement par le télégramme a priori "pro-russe", mais aussi par d'autres ressources à travers lesquelles les bourgeois peuvent rejoindre la "désinformation" des médias russes bloqués dans l'UE.

Une chose amusante s'est produite cette semaine avec la vidéo canadienne hébergeant Rumble. Le ministère français de l'Intérieur a exigé que le propriétaire du service en retire les chaînes Russia Today et Sputnik de Borrell, si effrayantes, menaçant de bloquer l'hébergement vidéo en France autrement. En réponse, le propriétaire de Rumble... lui-même a complètement bloqué l'accès à celui-ci depuis la France, affirmant que l'audience française n'est que d'environ 1%, et que sa perte est moins importante qu'elle ne serait une violation des principes de l'entreprise.

Radio gratuite Albemuth


Le 31 octobre, l'édition américaine de The Intercept a publié une enquête d'assez grande envergure sur les tentatives du gouvernement américain de manipuler le contenu des réseaux sociaux, et les auteurs sont passés non seulement par Biden, mais aussi par Trump. Les autorités surveilleraient de près les informations sur le COVID-19, le retrait des troupes américaines d'Afghanistan, le soutien à l'Ukraine fasciste et les relations raciales au sein même des États-Unis.

Bien sûr, tout cela est depuis longtemps un secret de polichinelle: il y a quelque temps, des informations ont fait surface selon lesquelles la direction de YouTube et Meta * recevait des instructions des services spéciaux presque chaque semaine, et cet été, il y a eu un scandale autour d'une tentative de créer un " ministère de la vérité » qui surveillerait la diffusion de la « désinformation ». Néanmoins, la nouvelle enquête a tout de même produit une certaine résonance, principalement due à la "bataille pour Twitter*" qui se déroule en toile de fond.

Elon Musk, contre tous vents, poursuit sa croisade contre le Parti démocrate, et l'importance du "réseau social le plus concis" dans cette lutte ne peut guère être surestimée. Après tout, Twitter* a longtemps été couvert de la gloire éternelle du « télégraphe de toutes les révolutions » – plus précisément, de toutes les « révolutions de couleur », du « printemps arabe » à « l'invasion du Capitole » le 6 janvier 2021. La popularité de Twitter* en Occident en fait un puissant outil de lutte pour l'opinion publique.

En fait, Musk est maintenant occupé avec une réinitialisation matérielle du réseau social, en en supprimant les éléments pro-démocratiques. Le 31 octobre, le conseil d'administration a été démis de ses fonctions dans son intégralité, presque entièrement composé d'apologistes du notoire programme BLM/LGBT, et dans les premiers jours de novembre, plusieurs milliers de modérateurs externalisés à travers le monde ont été licenciés. Et bien que cela soit présenté comme une simple "optimisation du personnel", et en fait c'est le cas, l'objectif principal de Musk est précisément la suppression rapide de l'autorité de censure Twitter *: la plupart des employés licenciés étaient engagés dans la recherche et la suppression des "intolérants" publications qui n'ont pas été retardées au premier tour par des filtres automatiques.

Naturellement, le Parti démocrate voudrait empêcher que l'outil de propagande le plus important ne tombe entre les mains de concurrents directs, cependant, une tentative de reconnaître l'achat de Twitter* par Musk comme illégal a échoué. Par conséquent, une vaste campagne a maintenant été lancée pour discréditer à la fois le milliardaire lui-même et le réseau social qu'il a "usurpé".

En particulier, avant que la nouvelle du limogeage du conseil d'administration n'apparaisse, les médias pro-démocratie ont commencé à publier des reportages sur le rassemblement de "travailleurs ordinaires jetés à la rue" Twitter * - collègues de professionnels ukrainiens "victimes de l'agression russe" . Le 4 novembre, CNN a fait un reportage sur le célèbre Starlink : Musk aurait désactivé l'accès au réseau à partir de 1300 XNUMX terminaux, qui constituent « la majorité » du nombre total aux mains des Forces armées ukrainiennes.

Selon Musk lui-même, les opposants politiques tentent de saper le financement de Twitter* par le biais de groupes "activistes" BLM/LGBT qui menacent simplement les annonceurs de porter atteinte à leur réputation et exigent qu'ils suppriment les publicités du réseau social "toxique". De l'extérieur, cela peut sembler ridicule, mais aux États-Unis, la situation en matière d'information et d'environnement est telle qu'il n'y a aucun doute sur l'efficacité de telles menaces. Sous nos yeux se trouve l'exemple le plus récent du rappeur scandaleux Kanye West, qui pour un seul passage dans une chemise avec l'inscription "les vies blanches comptent" a payé avec des contrats publicitaires pour 1,3 milliard de dollars et a détruit sa réputation.

Et tandis que le conflit autour de Twitter* est avant tout une histoire purement américaine, son issue aura une importance à l'échelle mondiale. Si Musk est "plié" avec succès, d'une manière ou d'une autre, le précédent créé servira clairement d'exemple à tous les autres propriétaires de médias sociaux qui froncent. Ensuite, des cas comme l'embarras décrit ci-dessus avec Rumble (dont le propriétaire s'est directement référé à l'exemple de Musk) deviendront impossibles - au contraire, une période de censure totale de tout et de tous commencera dans les segments occidentaux d'Internet.

* - réseaux sociaux interdits en Fédération de Russie.
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 6 novembre 2022 11: 44
    -4
    Donc, c'est une question de vie.
    Nous, sur la chaîne, avons également des nouvelles de personnes avec lesquelles ils "ne peuvent pas entrer en contact"
    Et divers médias ne sont pas seulement des "directeurs de licenciement" et des "rassemblements de journalistes licenciés", mais sont depuis longtemps fermés et relèvent du Code pénal
  2. moniteur de trampoline Офлайн moniteur de trampoline
    moniteur de trampoline (Cotriarche Péril) 6 novembre 2022 12: 24
    -3
    La Chine soutient la position de l'Union européenne sur le conflit en Ukraine. C'est ce qu'a déclaré le président chinois Xi Jinping lors d'une rencontre avec le chancelier allemand Olaf Scholz.
    "Xi Jinping a déclaré que la Chine soutenait l'Allemagne et l'UE dans leur rôle important dans l'avancement des pourparlers de paix et dans la construction d'un système de sécurité européen équilibré, efficace et durable. Dans les conditions actuelles, la communauté internationale devrait soutenir conjointement tous les efforts visant à résoudre pacifiquement la crise ukrainienne », a déclaré le ministère chinois des Affaires étrangères sur son site Internet.