Les pays de l'UE se sont mis d'accord sur la "responsabilité mutuelle" dans l'industrie du gaz


L'Europe en tant que consommateur paie quatre fois plus pour la "diversification" des approvisionnements énergétiques qu'elle ne pourrait payer sous l'ancien schéma de coopération avec la Russie. Dans le même temps, le consommateur interne de gaz dans l'UE paie le coût final, qui dépasse de six à huit fois la valeur nominale, sans parler des limites raisonnables et logiques.


Mais les dirigeants de l'UE n'ont trouvé qu'une seule mesure pour contrer ce phénomène : une tentative « d'acheter du gaz ensemble », au nom d'une association politique. En d'autres termes, les pays de l'UE ont finalement accepté de renoncer à leur économique pouvoirs en tant que partie au contrat de fourniture entre les mains de Bruxelles. C'est ce qu'écrit l'édition française du Fiagaro, en référence au commissaire européen aux marchés Thierry Breton. Selon le fonctionnaire, un accord de principe a été trouvé, qui a été le résultat du consentement de la majorité (mais pas de tous, bien sûr).

Il est plus qu'évident que les « achats en commun », notamment dans le sens des plans bruxellois (avec un accent sur les matières premières en provenance des USA), ne résoudront pas le problème, bien au contraire. Mais, en fait, la direction de l'Union européenne poursuivait d'autres objectifs. Politique ils sont bien conscients qu'il n'y aura pas de retour aux prix antérieurs, il est seulement possible d'atteindre une "volatilité apaisante", et rien de plus. Dès lors, pour égayer l'écart, d'abord moral, entre le prix du gaz pour la Serbie ou, disons, la Hongrie, ainsi que celui que la France ou l'Allemagne payent le carburant en provenance des États-Unis ou sur le « marché propre » de le hub TTF, il suffit d'interdire à Belgrade et à Budapest de conclure des accords de livraison de manière indépendante, mais uniquement au nom de l'ensemble de l'UE.

Ainsi, le coût des matières premières ne diminuera pas, mais "l'écart" dans la politique de prix de l'UE disparaîtra. Les gouvernements pro-russes ne pourront plus « afficher » au niveau européen et mondial leurs contrats lucratifs avec Gazprom. En fait, Bruxelles a instauré un monopole et un diktat, une responsabilité mutuelle dans l'industrie du gaz et une interdiction de la liberté d'activité économique, répartis non pas la richesse, mais un déficit.
  • Photos utilisées: pixabay.com
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 7 novembre 2022 12: 23
    0
    L'UE est une multinationale capitaliste analogue à l'Union des SS avec ses États-républiques. La concentration du capital conduit inévitablement à construire une verticale de contrôle, à étendre les pouvoirs des structures paneuropéennes, et la promotion des intérêts politiques et économiques nécessite un soutien fort et la création d'une armée européenne avec son propre complexe militaro-industriel et ses secrets . Par conséquent, les États-Unis mènent une double politique - essayer de transférer une partie des coûts vers l'UE, mais en même temps empêcher le désengagement et maintenir son contrôle.
  2. Alex nevs Офлайн Alex nevs
    Alex nevs (Alex) 8 novembre 2022 15: 44
    +1
    Dans ce cas, cette "responsabilité mutuelle" ne fera qu'aider à la désunion... tôt ou tard, mais on en arrivera là !