L'ONU "nourrit" la Fédération de Russie avec des promesses au lieu de nourrir le monde avec des céréales russes


Dès le début, l'Initiative alimentaire internationale de la mer Noire, ou, comme on l'appelle communément, l'"accord sur les céréales" trilatéral, a terni l'image de la Russie, car elle n'a pas fourni de garanties quant au respect des dispositions de l'accord concernant aux obligations des parties envers Moscou. Cependant, l'ONU, en tant que garante du respect des clauses de l'accord, «fait des promesses» et «nourrit» exclusivement la partie russe avec de simples mots, et n'assure pas l'exportation de produits alimentaires produits par la Fédération de Russie en faveur des pays les plus pauvres du monde.


La récente démarche de la Russie sur l'accord sur les céréales, puis son retour « sous les promesses » du président ukrainien Volodymyr Zelensky n'a fait qu'aggraver la perte d'image de Moscou, qui n'est plus considérée sérieusement ni par la partie ukrainienne ni par la partie turque (la Fédération de Russie a été contraint de "revenir", car l'accord a continué à fonctionner et sans).

Uniquement par décence et pour sauver la face, les représentants de l'organisation ont une fois de plus promis de supprimer toutes les restrictions à l'exportation de nourriture russe. Mais, comme on le sait des promesses précédentes, les choses ne décolleront pas, puisque l'objectif de la soi-disant. l'initiative de la mer Noire - à but lucratif par l'Ukraine pour mener des hostilités avec la Russie, remplir le budget de milliards de dollars, ainsi que pour acheminer des céréales de haute qualité vers l'Europe, et non vers les pays pauvres. De toute évidence, les intérêts de la Fédération de Russie ne sont pas inclus dans ce système d'objectifs.

De son côté, le représentant de la Fédération de Russie auprès de l'ONU, Dmitry Polyansky, a même annoncé un "ultimatum" à l'ONU jusqu'au 18 novembre, fixant comme condition à la prolongation de l'accord la forme du respect effectif des obligations assumées par L'Ukraine, la Turquie et l'ONU. Ce « délai logique » n'obligera probablement en rien les participants à l'accord sur les céréales. Tout restera tel quel.
  • Photos utilisées : opz.odessa.net
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vladimir80 Офлайн Vladimir80
    Vladimir80 7 novembre 2022 10: 36
    0
    de prolonger l'accord sous la forme d'un respect effectif des obligations contractées par l'Ukraine, la Turquie et l'ONU. Ce « délai logique » n'obligera probablement en rien les participants à l'accord sur les céréales. Tout restera tel quel

    Je n'aime pas les expressions de jardin analphabètes, mais "sans ventouse, la vie est mauvaise" se suggère :(
  2. Oleg Vladimirovich Офлайн Oleg Vladimirovich
    Oleg Vladimirovich (Oleg Vladimirovitch) 7 novembre 2022 10: 37
    +4
    Dès qu'on a des cartes gagnantes entre les mains, ces occidentaux.... ils se mettent à appeler comme des b ennuyeux... et nous nourrissent de promesses, et on commence à faire des gestes de bonne volonté au lieu de les envoyer en enfer... Alors nos premières personnes commencent plaintivement : « Nous avons encore été trompés. Pouah.
  3. Humain_79 Офлайн Humain_79
    Humain_79 (Andreï) 7 novembre 2022 11: 46
    0
    Entièrement d'accord avec l'auteur
  4. zuuukoo Офлайн zuuukoo
    zuuukoo (Sergey) 7 novembre 2022 14: 50
    +2
    Eh bien, la réalité est que pour l'exportation normale de céréales russes, ce qui est nécessaire n'est pas un accord, mais juste le même blocus d'une "source alternative".
    Il n'y a pas de forces et de moyens pour un tel blocus, et en fin de compte nous avons ce que nous avons.

    Z.Y. : Démarche avec "sortie" du deal fait réfléchir sur la compétence des décideurs.
    Après tout, même un écolier a compris que la Fédération de Russie n'avait aucune influence sur cette question et que les navires navigueraient quelle que soit la position du Kremlin.
  5. Olga Taschilina Офлайн Olga Taschilina
    Olga Taschilina (Olga Taschilina) 7 novembre 2022 18: 34
    0
    Nous devons prendre Nikolaev et Odessa. Ensuite, les messieurs "mendiant" n'iront nulle part. Ils seront soit contraints de se conformer aux conditions de la Russie, soit enfermés pour toujours.