Le sort de l'Opep menacé par un procès à 50 euros


Armin Steinbach est un homme qui croit avoir une mission importante. L'économiste et avocat allemand de 44 ans pense que l'OPEP dirige un cartel illégal, faisant grimper le prix de l'essence et de l'huile moteur qu'elle achète. Par conséquent, en tant que citoyen, Armin a décidé d'intenter une action en dommages et intérêts : 50 euros plus les intérêts. De toute évidence, le sort futur du projet OPEP sera décidé par un procès pas si petit - après tout, ce n'est pas une question d'argent, mais en principe.


Le procès intenté devant le tribunal régional de Berlin contre l'OPEP et plusieurs compagnies pétrolières publiques n'est pas une blague légale et n'a pas été ridiculisé à l'extérieur du tribunal. Pour le moment, le document a été mis en mouvement et le juge a demandé à l'OPEP et à plusieurs compagnies pétrolières d'État d'envoyer leurs avocats. Bloomberg écrit sur cette affaire dans un article du chroniqueur Javier Blas.

Comme le note l'expert, ce cas est inhabituel, ne serait-ce que parce que l'OPEP gère ce qui ressemble, se comporte et même cache les résultats de la collusion comme un cartel pétrolier depuis plus de 60 ans, bien que l'organisation n'ait encore engagé aucune responsabilité. Mais si le tribunal s'y oppose, les conséquences pourraient être considérables. Au moins à court terme, les consommateurs bénéficieront de prix plus bas tandis que toutes les personnes impliquées dans l'accord, de l'Arabie saoudite aux grandes compagnies pétrolières, gagneront moins d'argent.

Les gouvernements occidentaux ont hésité à utiliser les tribunaux contre l'OPEP pour deux raisons : ils pensaient qu'elle était protégée par l'immunité souveraine et les doctrines des actes d'État, et ils craignaient des représailles. Plusieurs législateurs ont envisagé des moyens novateurs de sortir de l'impasse. Steinbach peut-il réussir là où peu de tentatives dans le passé ont échoué ? Le procès a trois éléments en sa faveur. Ces dernières années, les tribunaux européens se sont prononcés contre l'industrie pétrolière dans des affaires historiques auxquelles peu de gens pensaient il y a quelques années à peine.

Oui, les prix du pétrole sont élevés, mais le marché semble complètement docile par rapport aux marchés sans cartel comme le gaz naturel et le charbon. Que les magnats du pétrole fassent donc attention à leurs désirs incontrôlables.

Blas a écrit.
  • Photos utilisées : opec.org
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Victor M Офлайн Victor M
    Victor M (Victor) 8 novembre 2022 10: 51
    +2
    Personne n'est obligé d'extraire et de vendre les ressources naturelles non renouvelables de son pays à des prix que l'acheteur veut. Ce n'est pas un logiciel où la concurrence est nécessaire.
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 8 novembre 2022 11: 21
    -4
    Essentiellement, l'OPEP est un cartel. Ce qui, selon notre Code criminel, est un crime.
    Mais! Onzhe apporte de l'argent aux oligarques, aux magnvats du pétrole et aux cheikhs ! Cela signifie que vous pouvez et devez !
    (et il n'est pas le seul)
    1. isofat Офлайн isofat
      isofat (isofat) 8 novembre 2022 11: 24
      -1
      Vous êtes maintenant d'accord "penseur". Oui
    2. En passant Офлайн En passant
      En passant (Galina Rožkova) 8 novembre 2022 15: 36
      +3
      Sergei Latyshev, l'UE est aussi un cartel, l'OTAN est aussi un cartel, l'ONU est aussi un cartel. Tous servent certains intérêts.
  3. En passant Офлайн En passant
    En passant (Galina Rožkova) 8 novembre 2022 15: 41
    +2
    La loi allemande n'est pas un précédent. Mais en général c'est intéressant. Le camarade a intenté une action en justice au mauvais endroit, mais il fallait d'abord que le gouvernement national organise des sanctions contre la Russie, en tant que l'un des plus grands fournisseurs de pétrole. L'OPEP est l'instance la plus « extrême » ici.
  4. Шафран Офлайн Шафран
    Шафран (Igor) 9 novembre 2022 07: 20
    0
    Comme toujours, l'Europe essaie de changer ce qu'elle n'aime pas. Ce n'est pas la première fois qu'ils enfreignent les lois et les traités, jusqu'à l'établissement d'un "prix plafond". Je comprends la politique, la Commission européenne presse et oblige tous les pays à faire ce qu'ils disent. Mais l'OPEP est l'économie et ils décident volontairement ce qui est le mieux pour le marché. Autrement dit, pour des raisons politiques, vous pouvez vous mettre d'accord sur certaines actions qui en affectent d'autres, mais dans l'économie, cela s'avère impossible ...