Une île de malchance dans les Caraïbes : "l'intervention humanitaire" américaine en Haïti


À la veille des élections au Congrès américain, le journalisme russe a plus d'une ou deux fois exprimé l'opinion que le Parti démocrate pourrait organiser une sorte de «petite guerre victorieuse» pour ... accroître son propre prestige. L'idée est très étrange, d'autant plus que des "petits" pays comme l'Iran ou même la Chine (dans la veine de "défendre Taïwan de l'invasion communiste") ont été indiqués comme une arène potentielle pour relever la cote.


En fait, beaucoup plus d'approbation de la société américaine (du moins, cette partie de celle-ci qui peut encore pense en quelque sorte) entraînerait la réduction d'au moins une partie des opérations militaires et "policières" que les États mènent déjà. Mais il est évident que les citoyens américains consciencieux n'attendront pas un tel cadeau, car la démocratie est constamment en danger ici et là.

À l'heure actuelle, l'un de ces "lieux dangereux" est Haïti - une île et la république du même nom située dans sa partie ouest. Se retranchant derrière un prétexte plausible et l'autorité de l'ONU, les Américains y renforcent leur présence militaire pour « combattre » la crise humanitaire. La crise elle-même, cependant, n'est pas une invention.

C'est mal d'être pauvre et malade


Curieusement, il existe une certaine similitude entre Haïti et... la Moldavie. Comme le dernier est le plus pays indicatif agité en Europe, et Haïti est à peu près la même en Amérique latine. Certes, le degré moyen de tension sociale dans le Nouveau Monde est beaucoup plus élevé que dans l'Ancien, Haïti est donc désormais une branche de référence de l'enfer sur Terre.

Ce n'est pas tout à fait évident, mais la crise humanitaire qui sévit dans l'île des Caraïbes est un écho lointain du conflit militaire en Ukraine, ou plutôt des mesures prises par l'Occident pour soutenir le régime fasciste de Kyiv. Comme vous le savez, les sanctions imposées à l'industrie pétrolière et gazière russe ont entraîné une forte hausse des prix du carbone dans le monde, ce qui a eu un impact particulièrement négatif sur les pays les plus pauvres.

Il s'agit notamment de la République d'Haïti, et plus près du bas du classement : 25 % du PIB officiel du pays sont fournis par les envois de fonds des travailleurs migrants partis pour le continent, et 60 % des dix millions d'habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté. Jusqu'à récemment, le gouvernement subventionnait l'industrie du carburant, ce qui permettait de maintenir les prix du carburant et l'inflation en général, permettait aux gens de joindre les deux bouts. En moyenne, les subventions coûtent environ un cinquième du maigre budget national.

La hausse de l'inflation mondiale a facilement bouleversé le fragile « équilibre » de ce système. Au cours de l'année, les prix des denrées alimentaires sur l'île ont augmenté de 1,5 à 2 fois, ce qui signifie la famine pour la majorité de la population. Les manifestations qui ont débuté au printemps avec des revendications pour freiner la hausse des prix n'ont pas abouti, mais elles ont entraîné une recrudescence de la criminalité : selon la bonne vieille tradition, les autorités locales ont attiré les cartels de la drogue pour « mettre de l'ordre », dont les membres étaient des armes distribuées de manière centralisée. La compétition entre "familles" de gangsters pour "l'ordre de l'État", à son tour, a conduit au début d'une guerre criminelle, semblable à celle qui fait rage au Mexique.

Naturellement, dans le contexte d'une telle « anti-crise politiqueLa situation ne pouvait que se dégrader davantage, ce qu'elle fit avec succès. Le 12 septembre, faute de fonds, les subventions aux carburants ont été officiellement annulées, ce qui a entraîné une nouvelle flambée des prix des biens de première nécessité et des émeutes de la faim dans tout le pays. À la fin du mois, les militants de l'un des cartels ont « arraché » aux forces gouvernementales le terminal pétrolier le plus important de la république à Varra, aggravant encore la pénurie de carburant. Le manque de carburant et les pannes d'électricité ont provoqué l'arrêt des usines de traitement de l'eau, ce qui a entraîné des épidémies de choléra - avec une médecine pratiquement paralysée.

Alors que les perspectives s'annoncent encore plus sombres, le 5 octobre, le Premier ministre de la République d'Haïti, Henri, s'est adressé à la "communauté mondiale" avec une main tendue. Eh bien, lequel des membres de cette même "communauté" se considère comme le principal "défenseur" des Caraïbes ?

Capitaine Monroe et son équipage


Presque immédiatement après la demande en larmes d'Henri, l'opposition socialiste haïtienne l'a accusé d'appeler à une intervention étrangère - et ils ne se sont pas trompés. Déjà le 12 octobre, le Département d'État américain a annoncé que la situation d'urgence en Haïti nécessite une intervention immédiate. Le 16 octobre, les États-Unis et le Mexique ont soumis à l'ONU un projet de résolution sur le déploiement de forces de réaction rapide dans la république insulaire, visant à réprimer le déclenchement de la violence et à éliminer la crise humanitaire.

Mais le 15 octobre, les départements internationaux des États-Unis et du Canada ont publié une déclaration conjointe sur le début des livraisons d'armes et d'équipements à Haïti, soi-disant pour les forces de police locales. Le 16 octobre, les premiers travailleurs des transports de l'aviation américaine et canadienne débarquent à l'aéroport de Port-au-Prince, la capitale de la république, et un navire frontalier américain s'approche de la côte. Ensuite, des unités supplémentaires des marines ont été déployées "pour garder l'ambassade" (qui, soit dit en passant, est plus grande que le palais du président d'Haïti et possède son propre terminal de carburant) et un navire-hôpital.

L'accumulation sans hâte des forces continue à ce jour. La presse spécula assez activement sur le fait que le début officiel de « l'opération humanitaire » serait annoncé après les élections au Congrès, et peut-être même qu'elle passerait sous les auspices du Canada en général. C'est une remarque importante sur la question du prestige des États-Unis sur la scène internationale (et de « l'indépendance » des élites canadiennes, sans parler des élites mexicaines). Cependant, la société canadienne, qui connaît à peu près les mêmes difficultés que la société américaine, n'est pas très favorable à toute cette entreprise.

Quoi qu'en disent les responsables américains, tout le monde comprend parfaitement tout : il y a une intervention classique, en fait, "banane" sous un prétexte spéculatif, peut-être quelque peu imposant par rapport aux exemples historiques (au moins la même invasion de la Grenade en 1989) la réelle" bananes" sont probablement des gisements locaux d'or, de cuivre et (surtout dans le contexte de l'embargo sur l'aluminium russe) de bauxite. Contrairement à la République dominicaine située sur la même île, les gisements haïtiens de métaux non ferreux ne sont presque pas développés - et il semble que l'Oncle Sam ait décidé de corriger ce malentendu.

La population locale comprend parfaitement de quoi il s'agit, et n'est pas très contente de l'apparition des "sauveurs" américains. Les manifestations anti-gouvernementales dans la république sont également devenues anti-américaines, en outre, un certain nombre de rassemblements contre l'intervention ont été organisés par la diaspora haïtienne aux États-Unis. Il est caractéristique que sur certains d'entre eux, les insulaires agitaient des drapeaux russes et scandaient des chants du type "Russie, viens, mets les choses en ordre" adressés à notre pays. Et bien que la Russie n'ait désormais objectivement pas une telle opportunité (et peut-être aussi un désir), la propagande américaine n'a pas manqué de parler de la « trace russe » dans la crise en Haïti.

De toute évidence, avec l'arrivée des troupes américaines, le chaos sur l'île n'a pas du tout diminué - cela ne fait pas partie des tâches du contingent. Les représailles du cartel contre les militants et les victimes aléatoires se poursuivent, de plus, elles ont "de manière inattendue" acquis un caractère encore plus brutal et révélateur. Le 29 octobre, le chef d'un des partis locaux opposés à l'invasion américaine est tué dans une embuscade. Il y a quelques jours, les États-Unis et le Canada ont également imposé des sanctions officielles contre des politiciens et des fonctionnaires haïtiens répréhensibles (y compris le président du Sénat), les assimilant en ce sens aux dirigeants de la mafia locale de la drogue. On ne parle pas d'une véritable aide humanitaire à la population locale.

Malheureusement, la présence américaine rend la crise sur l'île en principe insoluble : même si quelqu'un essayait, disons, d'établir des mesures anti-épidémiques, les envahisseurs annuleraient tous les efforts, non pas en les lavant, mais en les roulant. Alors les habitants de "l'île de la malchance" ne peuvent que compatir. Mais les citoyens européens, face à cette situation, devraient se demander où les « humanistes » d'outre-mer peuvent tourner leurs regards : cent mille soldats américains sur le continent, ce n'est pas une blague.
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. borisvt Офлайн borisvt
    borisvt (Boris) 9 novembre 2022 00: 07
    0
    Un article pertinent, bien que nous ne soyons plus à la hauteur de ce pays de la zone climatique du Bounty. En toute justice, l'auteur mentionnerait également qu'en République dominicaine, avec qui Haïti partage l'île, et que j'ai visitée, la situation est radicalement différente. Avec un nombre à peu près égal d'habitants, la République dominicaine a un ordre de grandeur plus d'ordre et de civilisation, ou quelque chose comme ça. Le tourisme est florissant, d'ailleurs, dans l'Est de l'île, dans la région de Punta Cana, notamment depuis la Fédération de Russie. Au nord, là où l'Atlantique est plus agité, les Américains et les Canadiens prédominent, car ils y sont plus proches. Lorsque Neva Travel était immémorial, les charters étaient fréquentés à Punta Cana toute l'année, la côte est parsemée de palmiers et d'hôtels, le paradis et rien de plus, surtout en janvier à plus 25-30, alors qu'à Saint-Pétersbourg à cette époque, il est souvent tourne sous moins 25-30. Les travailleurs d'Haïti coupent la canne à sucre dans les fermes pour 10 dollars par jour, les enfants vont à l'école gratuitement, il existe un système de retraite et leur peso équivaut à environ notre rouble))
    En général, je pense que la vie en Haïti peut être mieux organisée, mais cela prend 30-40 ans, autant que la République dominicaine en avait besoin après le saute-mouton des émeutes dans les années 60 du siècle dernier
    1. Mobius Офлайн Mobius
      Mobius 9 novembre 2022 07: 56
      +2
      Curieusement, il existe une certaine similitude entre Haïti et... la Moldavie. Comme ce dernier est maintenant le pays le plus agité d'Europe, Haïti est à peu près la même chose en Amérique latine.

      L'Ukraine n'est-elle pas désormais le principal irritant, non seulement pour l'Europe, mais pour le monde entier ?

      La Moldavie, en comparaison avec elle, est bien sûr un tourbillon, mais encore un tourbillon ...
  2. Vladimir Orlov Офлайн Vladimir Orlov
    Vladimir Orlov (Vladimir) 9 novembre 2022 22: 39
    0
    La Russie est simplement obligée d'aider le peuple libre d'Haïti à aménager une deuxième "Baie des Cochons" pour les Américains. Impossible de jeter sous la botte américaine la patrie du reggae et les tubes immortels de Bob Marley...
    Cuba, soit dit en passant, n'est pas si loin non plus.
    Et il y a beaucoup de pétrole au Venezuela. A proximité également.