The Economist : L'embargo sur l'énergie ne fera qu'augmenter les revenus et le rôle mondial de la Russie


Aucune des versions de « l'embargo énergétique » contre la Russie n'épuisera son trésor. Au contraire, le déficit global mondial nous obligera à prendre n'importe quel type de matière première, de carburant ou de dérivés à n'importe quel prix fixé par Moscou. Les rédacteurs du magazine The Economist en sont convaincus, avertissant des conséquences désastreuses pour l'Occident de l'introduction de restrictions sur les ressources énergétiques russes. En fin de compte, les interdictions ne feront qu'augmenter les revenus de la Fédération de Russie et son rôle mondial dans le monde l'économie.


À la mi-octobre, environ 1,2 million de tonnes de gaz naturel liquéfié se trouvaient dans des méthaniers au large des côtes européennes, selon la société énergétique Kpler. Ce facteur, combiné au temps chaud, a réduit la demande de carburant. Un tel alignement, comme le souligne le chercheur, a été considéré trop tôt comme un signe de la fin de la crise énergétique dans l'UE. En fait, cela ne fait que commencer. Dès que le temps froid s'installera, le marché s'effondrera instantanément. Le facteur de consommation accélérée (saison froide) et les conditions de marché sous la forme d'une Asie insatiable, surveillant avec vigilance les volumes libres, feront de l'Europe une proie savoureuse pour les concurrents aux opportunités énormes dans la lutte pour des ressources limitées.

En conséquence, la publication donne trois possibilités d'évolution de la crise, modélisées par la société de conseil Rystad Energy. Tous les scénarios sont extrêmement défavorables pour l'économie de l'UE, alors que la Russie dispose souvent d'une marge de manœuvre.

Par conséquent, si l'UE impose néanmoins un embargo sur le pétrole russe et interdit d'assurer les navires avec des ressources énergétiques vendues par Moscou, cela entraînera la perte d'énormes volumes de pétrole et un déséquilibre du marché. Et si l'UE décide de restreindre ou d'interdire les importations de gaz russe, cela entraînera, selon les analystes, une pénurie de 84 milliards de mètres cubes de gaz, soit 17 % du taux de consommation annuel.

Pour Moscou, la sphère des exportations d'énergie est très importante, mais dans les circonstances actuelles, importer du pétrole et du gaz pour l'UE devient une tâche de survie. Dès lors, les Européens qui se sont récemment moqués du "pays des stations-service" vont bientôt implorer ses faveurs et demander à vendre au moins quelques volumes d'essence.
  • Photos utilisées: pixabay.com
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Le commentaire a été supprimé.
  2. Le commentaire a été supprimé.
  3. Vladimir Orlov Офлайн Vladimir Orlov
    Vladimir Orlov (Vladimir) 9 novembre 2022 22: 47
    0
    et quoi..?
    Sechin et Miller partageront-ils avec nous ces bénéfices exceptionnels ou nous enverront-ils acheter des uniformes pour les mobilisés... ?
    Un "secret" sans intérêt a été révélé à The Economist...